Muhammad Selon le Bouddhisme

Selon le Bouddhisme

Sujet  que je dédie et remercie le Professeur Muhammad Hamidullah 1908-2002, a qui j’ai prononcé avec lui  mon attestation, ma profession de foi musulmane  شَهَادَة Shaada   vers 1980  à la mosquée Adda'wa  à Paris.

Selon le Bouddhisme « remise en cause de l'hindouisme « religion hindoue », ou sanatana dharma सनातनधर्म  Loi Éternelle » .

Siddhārtha Gautama Siddhattha Gotama, dit Shakyamuni (« sage des Śākyas  शाक्य « capables »  « ou le Bouddha बुद्ध « l’Éveillé » « Bienheureux » भगवत् bhagavat, « Celui qui a vaincu » जिन Jina, « Ainsi-Venu » तथागत Tathāgata, est un chef spirituel qui vécut vécut en Inde il y a environ 2500 ans soit  au 6èsiècle av. J.-C. ou au 5è siècle av. J.-C., fondateur historique d'une communauté de moines errantsqui donnera naissance au bouddhisme. a aussi prédit la venue de मैत्रेय « Metteya » ou « Maitreya » ( : la Miséricorde) « « amical- bienveillant » pour achever son travail :

Maitreya  signifiant « amical », « bienveillant » ; est un Mahā-bodhisattva   बोधिसत्त्व qui serait le prochain Bouddha à venir lorsque le Dharma धर्म (porter soutenir) Le terme traduit parfois « religion » en Occident, l'enseignement du Bouddha Shakyamuni, शाक्यमुनि aura disparu, est parfois appelé le bouddha du futur : tant le mahāyāna महायान « grand véhicule » que le hīnayāna  हीनयान « petit véhicule » le considèrent comme le prochain bouddha. La Prophétie de Maitreya décrit sa venue. Il naîtra dans une famille brahmane, alors que Siddhartha Gautama était de la caste militaire et fonctionnaire kshatriya क्षत्रिय, qui a le pouvoir temporel

Dans certains textes comme le Sūtra du Lotus de la Loi merveilleuse, सद्धर्मपुण्डरीकसूत्र / Saddharmapuṇḍarīkasūtra, Bouddha appelle Maitreya « Ajita », invincible.

Maitreya मैत्रेय  est généralement représenté en saint homme ou en prince.

Le texte, composé en plusieurs étapes, daterait d’entre le 1er siècle av. J.-C. et le milieu du 1er siècle ap. J.-C., soit plusieurs siècles après la mort du Bouddha. Selon le traducteur Burton Watson1925-2017  érudit américain connu pour ses nombreuses traductions de la littérature chinoise et japonaise en anglais il pourrait avoir été à l'origine écrit dans un dialecte prâkrit प्राकृत  prākṛta प्राकृत   langue indo-aryenne dérivée du sanskrit classique et d'autres dialectes indo-aryens. avant d'être plus tard traduit en sanskrit pour lui accorder une plus grande respectabilité. Jan Nattier a d’ailleurs proposé que ce serait le cas pour presque tous les sûtras parvenus en Chine avant le 4è siècle. Des fragments en sanskrit d’une version d’Asie centrale indépendante de la version chinoise ont été retrouvés dans les années 1990

La première traduction en français fut faite en 1840 et publiée en 1852 par Eugène Burnouf 1801-1852 linguiste et indologue français  (Le Lotus de la Bonne Loi), à partir d'une version sanskrite primitive postérieure aux versions chinoises

https://www.fichier-pdf.fr/2016/08/11/sutra-le-lotus-de-la-bonne-loi/sutra-le-lotus-de-la-bonne-loi.pdf

https://fr.wikisource.org/wiki/Lotus_de_la_bonne_loi

Traduction par Eugène Burnouf.
Librairie orientale et americaine

Chapitre 16- 2

PROPORTION DES MERITES.

Pendant que cette exposition de la durée de la vie du Tathâgata était faite, un nombre immense et incalculable de créatures en retirèrent du profit. Alors Bhagavat s’adressa ainsi au Bôdhisattva Mahâsattva Mâitrêya : Pendant qu’a été donnée, ô toi qui es invincible, cette indication de la durée de la vie du Tathâgata, laquelle est une exposition de la loi, des centaines de mille de myriades de kôtis de Bôdhisattvas en nombre égal à celui de soixante-huit Ganges, ont acquis la patience surnaturelle dans la loi.

Chapitre 3

LA PARABOLE.

22. Sans aucun doute, je serai un Tathâgata vénéré dans le monde réuni aux Dêvas ; j’exposerai aux créatures cet état de Buddha, en y convertissant beaucoup de Bôdhisattvas.

Cela dit, Bhagavat parla ainsi à Çâriputtra : Je vais te témoigner mon affection, ô Çâriputtra, je vais t’instruire, en présence de ce monde comprenant la réunion des Dêvas, des Mâras et des Brahmâs, en présence des créatures formées de l’ensemble des Çramanas et des Brahmanes. Oui, Çâriputtra, tu as été mûri par moi pour l’état suprême de Buddha parfaitement accompli, sous les yeux de vingt fois cent mille myriades de kôtis de Buddhas ; et tu as, Çâriputtra, reçu longtemps l’instruction sous mes ordres. Par l’effet des conseils du Bôdhisattva, par l’effet du secret du Bôdhisattva, tu es né dans ce monde afin d’assister à mon enseignement. Ne te rappelant, ô Çâriputtra, ni l’ancienne prière que, grâce à la bénédiction du Bôdhisattva, tu as adressée pour suivre la loi, ni les conseils du Bôdhisattva, ni son secret, tu te dis : Je suis parvenu au Nirvâna complet. Pour moi, Çâriputtra, désireux de réveiller en toi le souvenir et la connaissance de l’ancienne prière que tu as adressée pour suivre la loi, j’exposerai aux Çrâvakas le Sûtra nommé le Lotus de la bonne loi, ce Sûtra où est expliquée la loi, qui contient de grands développements,

Chapitre 6

LES PRÉDICTIONS.

Bhagavat prononça dans cette occasion les stances suivantes :

17. Je vais aujourd’hui vous témoigner mon affection, ô Religieux, je vais vous instruire, écoutez-moi : Ce Sthavira Subhûti, l’un de mes Çrâvakas, sera Buddha dans l’avenir.

18. Et après avoir vu trente myriades complètes de kôtis de Buddhas, doués d’une grande puissance, ce Religieux observera, pour obtenir cette science, les règles de la conduite religieuse qui sont entre elles dans un parfait accord.

19. Ce héros, au temps de sa dernière existence, décoré des trente-deux signes [de beauté], et semblable à un poteau d’or, sera un grand Richi, bon pour le monde et plein de compassion.

20. Ce sera une terre belle à voir, excellente et agréable pour un grand nombre d’êtres, que celle qu’habitera l’ami du monde, occupé à sauver des myriades de kôtis de créatures.

21. Là existeront beaucoup de Bôdhisattvas, revêtus d’une grande puissance, habiles à faire tourner la roue qui ne revient pas en arrière, et qui, doués de sens pénétrants, embelliront cette terre de Buddha, sous l’enseignement de ce Djina.

22. Ce Djina aura beaucoup de Çrâvakas, des Çrâvakas dont il n’existe ni calcul, ni mesure, qui seront doués des six connaissances surnaturelles, de la triple science et des grandes facultés, et qui seront établis dans les six affranchissements.

23. La force de sa puissance surnaturelle sera inconcevable, lorsqu’il enseignera l’état suprême de Bôdhi ; des Dêvas et des hommes, en nombre égal aux sables du Gange, tiendront toujours devant lui les mains réunies en signe de respect.

24. Il existera pendant douze moyens Kalpas, et sa bonne loi pendant vingt autres moyens Kalpas ; l’image de la loi du Meilleur des hommes durera encore vingt autres moyens Kalpas.

 

Chapitre 23

ANCIENNE MÉDITATION DE BHÂICHADJYARÂDJA.

Ensuite le Bôdhisattva Mahâsattva Nakchatrarâdja-samkusumitâbhidjna parla ainsi à Bhagavat : Pourquoi, ô Bhagavat, le Bôdhisattva Mahâsattva Bhâichadjyarâdja se trouve-t-il dans cet univers Saha ? Il doit avoir eu à surmonter pour cela plusieurs centaines de mille de myriades de kôtis de difficultés.

Chapitre 8

PRÉDICTION RELATIVE AUX CINQ CENTS RELIGIEUX.

……… Il y paraîtra un nombre immense et incommensurable de centaines de mille de myriades de kôtis de Bôdhisattvas, tous possesseurs des grandes facultés surnaturelles, entièrement maîtres des diverses connaissances distinctes, habiles à instruire les créatures Ce Buddha aura des Çrâvakas dont le nombre dépassera tout calcul, des Çrâvakas doués des grandes facultés surnaturelles, d’un grand pouvoir, maîtres de la contemplation des huit [moyens d’] affranchissement. C’est ainsi que cette terre de Buddha sera douée de qualités infinies. Le Kalpa où il paraîtra se nommera Ratnâvabhâsa, et son univers se nommera Suviçuddha. La durée de son existence sera d’un nombre immense et incommensurable de Kalpas ; et quand le bienheureux Tathâgata Dharmaprabhâsa, vénérable, etc., sera entré dans le Nirvâna complet, sa bonne loi subsistera longtemps après lui, et l’univers où il aura paru sera rempli de Stupas faits de pierres précieuses. C’est ainsi, ô Religieux, que la terre de Buddha de ce Bienheureux sera douée de qualités que l’esprit ne peut concevoir. Voilà ce que dit Bhagavat : et après avoir ainsi parlé, Sugata, le Précepteur dit en outre ce qui suit.

14. Après avoir rendu un culte aux Guides des hommes, il possédera toujours la meilleure des bonnes lois ; il sera dans le monde un Buddha existant par lui-même, et connu dans l’univers sous le nom de Dharmaprabhâsa*. 15. Et sa terre sera parfaitement pure, et toujours rehaussée par les sept substances précieuses ; sa période sera le Kalpa Ratnâvabhâsa, et son séjour, l’univers Suviçuddha. 16. Il paraîtra dans cet univers plusieurs milliers de kôtis de Bôdhisattvas, entièrement maîtres des grandes connaissances surnaturelles, doués d’une pureté parfaite et des grandes facultés magiques ; ils rempliront la totalité de cet univers.

*Dharma धर्म désigne donc l'ensemble des normes et lois, sociales, politiques, familiales, personnelles, naturelles ou cosmiques. Le terme traduit parfois « religion»

Prabhāsa प्रभास quelque chose gaṇadhara गणधर (chef de groupe) « dont Metārya » un brahmane devanāgarī: ब्रह्मन् lié au sacré érudit de caste et de védique,pur, non mélangé. Maître de la Parole qui traite du sacré sous toutes ses formes, ilest un officiant du sacrifice védique. Après avoir pris l’initiation, il avait la connaissance et possédaint des acquis spéciaux ( labdhis ). Stimulent la maîtrise de soi (ou shramana श्रमण «désigne un moine errant, qui accomplit des actes de mortification et d'austérité dérivé de la racine verbale śram "'exercer, effort, travail". Śramaṇa signifie donc "une personne qui s'efforce" (similitude avec le Prophète qui séjournait régulièrement dans la grotte ? », «autonomie») et le développement spirituel à travers un chemin de paix permettant à l'âme de progresser jusqu'au but ultime.

Prabhāsa प्रभास signifie aussi  Un lieu de pèlerinage près de Dwarka द्वारका dans l'État du Gujarat en Inde (voir carte Islam Adam)

 

En 1997 la traduction de la version chinoise de Kumarajiva कुमारजीव un moine bouddhiste koutchéen  344-413 ou 350-409 traducteur fut effectuée par Jean-Noël Robert orientaliste français, né en 1949, spécialiste de l’histoire du bouddhisme au Japon et de ses antécédents chinois.

sourate 9 التوبة at-Tawba Le Repentir verset 128.

Période Médinoise, qui  occupe la 113è place dans l'ordre chronologique.

 

لَقَدْ جَاءكُمْ رَسُولٌ مِّنْ أَنفُسِكُمْ عَزِيزٌ عَلَيْهِ مَا عَنِتُّمْ حَرِيصٌ عَلَيْكُم بِالْمُؤْمِنِينَ رَؤُوفٌ رَّحِيمٌ

Un Prophète,(très certainement)  issu de vous-mêmes, est venu vers vous ! Il compatit à ce que vous endurez (auquel pèselourd la perte que vous subissez)  et il est plein de sollicitude pour vous, car Il est toute Bonté (qui est Doux) et toute Compassion (Miséricordieux) pour les croyants !

Laqad jaakoum Raçouloun min anfousikoum Aazeezoun Aalayhi ma Aanittoum harisoun Aalaykoum bi al mou/minina Raoufoun Rahimoun.

 

sourate 26 الشعراء  ash-Shuʿarāʾ  les Poètes verset 107.

 

Période Mecquoise, qui  occupe la 47èplace dans l'ordre chronologique

إِنِّي لَكُمْ رَسُولٌ أَمِينٌ

Je viens à vous en messager (sûr) digne de confiance.

Inni lakoum Rasouloun aminoun

 

Les Pourana et les Veda Hindous Brahamistes prédisent un sage surgi du désert, appelé  « Digne de Louange » ; son chariot touchera le ciel (mîrâj معراج,  échelle, ascension ), un sage  aux chameaux (Isaie XXI (21) 6-7 voir ci-dessus ; deux de ses grandes victoires avec trois cents et dix milles saints (à Badr et à la Mecque) Ailleirs dans le Kalni Pourana (manisfestation guerrière, la dernière incarnation de Dieu) son père s’appelle escalve de Dieu  abdAllah et sa mère  digne de confiance  Aamina . De même il doit naître dans le pays de sable et se réfugier au nord de sa ville natale etc. Rappelons que Pourana signifie littéralement « Ecrits anciens » Termes également employé dans le verset :

sourate 26 الشعراء ash-Shuʿarāʾ les Poètes  verset 196.

Période Mecquoise, qui  occupe la 47è  place dans l'ordre chronologique.

وَإِنَّهُ لَفِي زُبُرِ الْأَوَّلِينَ

qui se trouvait déjà énoncée dans les anciennes Écritures.

Wa-innahou lafi Zuubuuri al-awwalina

 

Tous les anciens Livres religieux préconisent la venue d’un grand Messager de Dieu sauf le Coran sourate 33 verset 40, qui dit qu’avec Muhammad le sceau est apposé aux Messagers de Dieu l’Unique, bénédiction et salut soient sur lui صلى الله عليه و سلم, sallâllâh alayhi wa salam.


Puisse Dieu nous pardonner de nos erreurs et de nos omissions

Baudrier Gérard Ibrahim

le Modérateur

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire