Messieurs les prédicateurs خاطب khatib

Messieurs les prédicateurs خاطب khatib

Paix ٱلسَّلَامُ  salam 

Messieurs les prédicateurs خاطب khatib , les imams أئمة aʼimmah.qui offrent  l'invitation دَعْوة  da'wa sur les réseaux sociaux, qui nous annoncent ( merci pour cela) la Bonne Nouvelle ٱلْبُشْرَىٰ alBouchra , de la Récitation Révélée القُرْآن  Al Qur'an, Parole du Discernement الفرقان  al Furkan qui Nous incitent, invitent à fait le bien (faire "font" de bonnes œuvres) عَمِلُوا۟ ٱلصَّٰلِحَٰتِ    Ɛamilou alSaliĥati  à proscrire le mal  شَرِّ chari a éviter le Malin (l'incitateur à répétition,)  ٱلْوَسْوَاسِ alwaçwaçi (qui chuchote), le sournois ٱلْخَنَّاسِ AlĶhanaçi le furtif خَنَّاس : furtif, le Satanique خَنَّاس Ķhanaçe, le Diable شيطان Shaïtan  qui est aux aguets .Quand vous organisez en plus de vos prêches vos sermons  خطبة  khutba, dans la prière du vendredi صلاة الجمعة  salat al-jumu`ah  dans vidéos généreusement fournis d'informations utiles. Est-ce qu'ils déclarent au fisc de ce pays ou d'un autre leurs activités religieuses, moyennement rémunérations, tel cours d'arabe en vue de comprendre cette langue et non de faire du prosélytisme, cours de religion dans le même but de connaissance  yaƐlamouna , organisations de la Umra عُمْرة le Petit Pèlerinage le Hadj  حَجّ  « aller vers » le Grand Pèlerinage, aux lieux Saints  المقدسة  al Mouqadissa , des croyants  المؤمنون  al mouminounes soumis que l'on nomment musulmans مسلمون  Mouslimounes.

On ne vous reproche pas de gagner de l’argent sur vos interventions mais de respecter le droit , Nous sommes dans une société ou tout travail dot être déclaré cela se faisait il me semble déjà au temps des califes « un successeur »  خَلِيفَة khalīfah

Attention à vous donneurs de bonnes leçons, de morales, de ne pas le faire sur vous même. C'est juste une remarque sans prétention de malice, de jalousie ou de revanche. Mais de cohérence. Paix ٱلسَّلَامُ  salam.

LES CONTRIBUTIONS DE TRACFIN AUX ACTIONS DES SERVICES PARTENAIRES Outre son travail de détection, Tracfin contribue aux demandes de coopération interservices dans le cadre de la lutte contre le financement du terrorisme. Les informations du Service lui permettent de répondre aux sollicitations des services impliqués dans le suivi d’associations soutenant une idéologie radicale et d’étayer les renseignements disponibles afin d’entraver leur action.

 Cas n° 37 : Participation à l’entrave d’une association prônant l’Islam radical Le Service est sollicité par un partenaire qui envisage de formuler une demande de fermeture administrative à l’égard d’une association responsable de la gestion d’un lieu de culte fréquenté par des adeptes du djihad armé ainsi qu’une demande d’expulsion d’un de ses imams, monsieur X, connu des services de police pour ses prêches radicaux. L’analyse par Tracfin des mouvements financiers de l’association met en exergue de nombreuses opérations atypiques réalisées par monsieur X ainsi que par le président de l’association, monsieur Y : • sans emploi, monsieur X bénéficie de prestation versées par la CAF. Il procède à des dépôts d’espèces (4 k€ en un an) et bénéficie d’opérations de transmission de fonds émis depuis une ville européenne (600 €). Il a également procédé au règlement d’un voyage dans un pays d’Afrique du Nord en 2017 ; • Monsieur Y perçoit des revenus émis par une société d’import/export d’articles de sport (société A) dont il est l’associé majoritaire. Il procède à des dépôts de chèques et d’espèces (20 k€). Ces fonds sont en partie utilisés dans des opérations de transmission de fonds à destination de pays sensibles d’Asie et d’Afrique du Nord ainsi que dans le financement de voyages dans des pays du Moyen-Orient; • la société A enregistre, au crédit, plus de 600 k€ provenant de sociétés du BTP, soit un secteur sans lien avec son objet social. Au débit, elle émet majoritairement des chèques à destination de sociétés du BTP également (250 k€) et effectue des virements à destination d’un pays sensible d’Asie du Sud (9 k€). Les éléments d’analyse fournis par le Service contribuent in fine à l’évaluation du risque posé par le fonctionnement de certaines structures associatives et aboutissent, le cas échéant, à la mise en œuvre de mesures de police administrative adaptées.

Les collectes de fonds en ligne transitant par des plateformes de financement participatif (crowdfunding), des plateformes de dons ou des sites de cagnottes en ligne présentent un risque important en matière de financement du terrorisme. Sur le plan juridique, les sites de cagnottes en ligne ne relèvent pas du secteur du financement participatif. En conséquence, ils ne sont pas assujettis au dispositif LCB/FT en tant que déclarants. La différence entre un intermédiaire en financement participatif (IFP) et un site de cagnotte en ligne réside dans la notion de projet: là où les plateformes de financement participatif mettent en ligne des projets qui, selon l’article L.548-1 du CMF se définit par un objet, une durée et un montant fixé correspondant au besoin de financement, les sites de cagnottes en ligne ne concernent que de simples évènements. Si la notion d’évènement implique également celle d’objet, elle ne fixe ni durée ni montant à atteindre.

l'impôt

le Khoms  خُمْس‎  'un cinquième' et la Zakât زَكَاة « aumône légale »de purification sont des impôts destinés à résoudre les problèmes financiers de la communauté islamique. Ils permettent une répartition équitable des biens et renforcent le budget de l'État islamique.
La grande différence entre la zakât زَكَاة « aumône légale » et le khoms خُمْس se situe à ce niveau que, la zakat زَكَاة « aumône légale »appartenant au trésor public de la communauté, son utilisation se limite à la chose publique.
Le khoms خُمْس‎  'un cinquième'  de sa richesse acquise de certaines sources à des causes déterminées. Il est traité différemment dans l'islam chiite  شِيعَة Shīʿah et sunnite  سني sunnīy.est destiné au gouvernement musulman, c'est-à-dire aux dépenses qui garantissent le fonctionnement de l'appareil de l'État musulman.

En Occident et particulièrement en France l'Etat via son Ministère des finances  dont le rôle est le mission  récoltes des taxes diver reversent celle-ci à divers Ministères pour leurs fonctions propres, hôpitaux santé social logement municipalité sécurité armée police justice région associations caritatives et. Nous pouvons constater que ces missions sont les mêmes que le Qur'an  القُرْآن la Récitation Révélée, la Parole de Dieu préconise.

Vous devez respectez donc le fait de payer au fisc (Centre des impôts) vos activités lucratives et ne pas les dissimiler pour on ne sait quelles raisons.

Il en va, non pas seulement de votre notoriété de votre respectabilité, de votre responsabilité envers vos concitoyens musulmans (es) et mais plus grave encore envers votre Créateur et Seul Juge au moment final.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire