LES FEMMES DU PROPHETE

LES FEMMES DU PROPHETE

 

 

 

 mères des croyants أمهات المؤمنين

 

 

Épouses de Muhammad

 

Quand il est mention du Prophète Muhammad il est conseillé de dire :

ṣallā-llāhu ʿalayhi wa sallam صلى الله عليه و سلم  que la paix et la prière (bénédiction) d'Allah soient sur lui

 

CORAN SOURATE 33 Al-Ahzab « les coalisés » verset 28 -29

.يَا أَيُّهَا النَّبِيُّ قُل لِّأَزْوَاجِكَ إِن كُنتُنَّ تُرِدْنَ الْحَيَاةَ الدُّنْيَا وَزِينَتَهَا فَتَعَالَيْنَ أُمَتِّعْكُنَّ وَأُسَرِّحْكُنَّ سَرَاحاً جَمِيلاً

 28 Ô Prophète ! Dis à tes épouses : «Si vous désirez les plaisirs et le faste de ce monde, venez que je vous verse une indemnité honorable et que je vous libère dignement.

 

 Ya ayyuha alnnabiyyu qul li-azwajika in kuntunna turidna alhayata alddunya wazeenataha fataAAalayna omattiAAkunna waosarrihkunna sarahan jameelan

 

.وَإِن كُنتُنَّ تُرِدْنَ اللَّهَ وَرَسُولَهُ وَالدَّارَ الْآخِرَةَ فَإِنَّ اللَّهَ أَعَدَّ لِلْمُحْسِنَاتِ مِنكُنَّ أَجْراً عَظِيماً

 29 Mais, si c'est Dieu que vous recherchez ainsi que Son Prophète et la vie future, Dieu a préparé pour les bienfaisantes d'entre vous une magnifique récompense.»

 Wa-in kuntunna turidna Allaha warasoolahu waalddara al-akhirata fa-inna Allaha aAAadda lilmuhsinati minkunna ajran AAatheeman

 

 Les épouses de Muhammad sont les onze ou treize femmes épousées par Muhammad,  le Dernier des  Prophètes de l'Islam. Les musulmans les appellent les mères des croyants ( : Ummahāt ul-Muʾminīn). أمهات المؤمنين Les musulmans utilisent ce qualificatif avant ou après leur nom en signe de respect, d'après le verset du Coran suivant  sourate 33 الأحزاب  Al-Ahzab Les factions, Les coalisés verset 6 : Le Prophète a plus de droits sur les croyants qu'ils n'en ont sur eux-mêmes, et ses épouses sont leurs mères. D'après le Livre de Dieu, les liens du sang ont la priorité dans les successions sur ceux qui unissent les croyants de Médine et les émigrés de La Mecque, à moins que vous ne fassiez quelque donation en faveur de vos alliés, tel que cela est inscrit dans le Livre

sourate الأحزاب  al-aḥzāb Les factions, Les coalisés   33 verst 6

النَّبِيُّ أَوْلَى بِالْمُؤْمِنِينَ مِنْ أَنفُسِهِمْ وَأَزْوَاجُهُ أُمَّهَاتُهُمْ وَأُوْلُو الْأَرْحَامِ بَعْضُهُمْ أَوْلَى بِبَعْضٍ فِي كِتَابِ اللَّهِ مِنَ الْمُؤْمِنِينَ وَالْمُهَاجِرِينَ إِلَّا أَن تَفْعَلُوا إِلَى أَوْلِيَائِكُم مَّعْرُوفاً كَانَ ذَلِكَ فِي الْكِتَابِ مَسْطُوراً
33.6. Le Prophète a plus de droits sur les croyants qu'ils n'en ont sur eux-mêmes , et ses épouses sont leurs mères. D'après le Livre de Dieu, les liens du sang ont la priorité dans les successions sur ceux qui unissent les croyants de Médine et les émigrés de La Mecque, à moins que vous ne fassiez quelque donation en faveur de vos alliés, tel que cela est inscrit dans le Livre.

Alnnabiyyu awla bialmu/mineena min anfusihim waazwajuhu ommahatuhum waoloo al-arhami baAAduhum awla bibaAAdin fee kitabi Allahi mina almu/mineena waalmuhajireena illa an tafAAaloo ila awliya-ikum maAAroofan kana thalika fee alkitabi mastooran

Tous les mariages furent contractés après l'Hégire, excepté deux, dont celui avec Khadidja bint Khuwaylid, première épouse de Muhammad et qui eut un rôle très important pour son époux.

Muhammad et sa famille vivaient dans des appartements mitoyens à la mosquée de Médine. Ces appartements étaient très petits : environ 1,7 mètres sur 2,3 mètres. La hauteur du plafond était de la taille moyenne d'un homme. Les couvertures servaient de rideau pour fermer les portes. Anas bin Malik affirme selon un hadith que « le Prophète avait l'habitude de visiter toutes ses femmes au cours d'une tournée, le jour et la nuit ; elles étaient onze ». Bien que les épouses de Muhammad eussent un statut spécial de mères des croyants, il ne leur permettait pas d'user de ce statut pour obtenir un traitement de faveur en public.

Des hadiths rapportent des disputes entre Muhaùmad et ses femmes. Il y eut notamment une altercation (l'authentique de Boukhari, 1:5:268 ) الجامع الصحيح Sahîh Al-Boukhârî un jour où elles lui demandèrent de l'argent. Muhammad ne céda pas, mais dans son exaspération, il refusa de les voir pendant un mois. Il leur proposa à chacune de divorcer, mais finalement elles préférèrent rester avec lui.

Par ailleurs, Muhammad avait également deux esclaves femmes ( Maria et Rayhana) avec qui il a pu avoir des relations conjugales. Ibn Khatir  بن كثير cite 25 esclaves femmes, appelées milkeliman ملكلمن. Les esclaves féminines non prises comme concubines seront toutes affranchit par le Prophète

Khadidja bint Khuwaylid خَدِيجَة بِنت خُوَيلِد الطَّاهِرَة

Khuwaylid at-Tāhira, Khadija fille de Khuwaylid la Pure, طاهِر Tāhir, pur Khadija signifie « l'enfant précoce, la prématurée ». (née vers 555-619 à La Mecque) est la première épouse du Prophète de l'islam Muhammad. Elle est considérée dans l’islam comme la mère de tous les musulmans

Son père est Khuwailed bin Assad bin Abdul Uza bin Qussay bin Kelab bin Murra, sa mère est Fatima bint Zaeda. Il est dit qu'elle est une riche commerçante, peut-être issue d'une famille chrétienne massîhiyyûn المسيحيين (D’après Ibn Ishâq,) nassârâ ناصرا, terme qui est mentionné dans le Coran, elle était membre de l'importante tribu mecquoise des Banu Asad, branche des Quraych .

  Deux fois veuve et membre de l'importante tribu mecquoise des Banu Asad, branche des Quraych. D'après Ibn Ishaqابن إسحاق    son cousin Waraqa ibn Nawfal    ورقة بن نوفل était peut être nestorien. Elle engage le jeune Muhammad qui s'était fait remarquer par son intégrité pour conduire son commerce caravanier vers la Syrie. Il devient vite son homme de confiance, et elle lui propose le mariage, qu'il accepte en 595. Elle avait alors 40 ans et lui 25.

son premier époux :Abou Hala (Al Nabashe bin Zouara Al Tamimi): ils auront 1 garçon: Hind et une fille :Hala. Ce mariage se termine par un divorce

son second époux :Atiq bin Abed Al Makhzoumi, jusqu'au décès de celui-ci. Ils auront une fille : Hind

À 25 ans, Muhammad épousa la femme la plus riche et l'une des  plus puissante de la Mecque, Khadîdja, dont il était un caravanier. Il l'avait impressionnée par son talent de caravanier et de marchand. Elle avait plus de 40 ans, et déjà plusieurs enfants.  Ce mariage, le premier de Muhammad , semble avoir été heureux, même si les deux familles semblent avoir eu du mal à accepter cette union. C'est le premier cousin de Khadîdja, Waraqa ibn Nawfal, qui soutint ce mariage. Il eut un rôle important dans la vie de Muhammad. Le Prophète pouvait compter sur Khadîdja à plusieurs titres, jusqu'à sa mort 25 ans plus tard. Ils eurent six enfants : deux garçons, Qasim et Abd-Allah (surnommés respectivement al-Ṭahir et al-Ṭayyib), et quatre filles, Zaynab, Ruqaiya, Umm Kulthum et Fatimah. Les deux garçons moururent tous deux très jeunes. Pendant sa vie commune avec Muhammad, Khadidja acheta l'esclave Zayd ibn Harithah, qui fut ensuite adopté par Muhammad

Selon Tabari, le père de Khadija refusa le mariage de sa fille avec Muhammad car il était trop pauvre pour elle. Khadija utilisa alors la ruse. Elle invita son père à un festin, auquel elle convia Muhammad,et fit en sorte que son père y boive de l'alcool. (a cet époque il n'y avait pas encore d'interdiction Coranque a ce sujet .Le père de Khadija s'enivra et Abu Talib (oncle de Muhammad et de Khadija) en profita pour demander la main de Khadija au nom de Muhammad Le père ivre accepta, et on célébra le mariage très vite. À son réveil, le père de Khadija réalisa son erreur, mais il était trop tard car le mariage avait été conclu devant de nombreux témoins de La Mecque

 "Tabari طبری , Les chroniques  تاريخ tarikh   tome II; Muhammad, sceau des prophètes, 354 à 358-359"

Ibn Kathir,  ابن كثير que les auteurs ne sont pas d'accord entre eux, au sujet de l'âge de Khadija. Certains disent qu'elle serait morte à 50 ans (et non à 65 ans). Cela annulerait donc sa différence d'âge avec Muhammad . D'autres auteurs disent qu'elle avait environ 35 ans à son mariage avec Muhammad, en 595 " ibn Kathir, As-Sîra,  ابن كثير السيرة La biographie du Prophète Muhammad., Editions Universel, , p 957 p.,  174-175"

Ils auront ensemble six enfants, deux fils* morts en bas âge Qasim قاسم بن محمد    né en 603 décédé en 605  Abdallah عبد الله  Que Dieu l'Unique soit satisfait de leux رضي الله عنه Radi Allâhu 'Anhou et quatre filles Zeynab, زينب   née vers 600 et morte vers 629  Rukayya, رقية Née vers 603 et morte en 624 Umm Kulthum  أم كلثوم   née vers 604 décédée en 630 et Fâtima rhara   فاطمة الزهراء  né en 606 décédée en 632 Qu'Allah soit satisfait d'elles رضي الله عنها Radi Allâhu 'Anha

*Ibrahim ابراهيم  troisième fils de Muhammad né en 629 décédé vers 630-631 et de sa mère Maria ميريام la copte Chrétienne Egyptienne épouse du Prophète)

Sauda bint Zemaʿa el Amawiya  سودة بنت زمعة

.À la mort de Khadidja, Muhammad devint veuf. Avant qu'il quitte la Mecque pour Médine, Khawlah bint Hakim lui suggéra d'épouser Sauda bint Zemaʿa, qui fut très éprouvée après qu'elle devint musulmane. Avant sa conversion, Sauda était mariée à un cousin paternel nommé As-Sakran bin ‘Amr, et avait cinq ou six enfants de ce mariage.

Il y a des désaccords dans la tradition musulmane si Muhammad épousa d'abord Sauda ou Aïcha. Selon un décompte, il épousa  Sauda au mois de chawwal alors qu'elle avait 55 ans, dans la dixième année de son activité prophétique, après la mort de Khadidja. À peu près à la même période, Aïcha se fiança à lui.

Sauda vieillissant (peut-être aussi après le mariage avec Umm Salama), à cause de son grand âge, Sauda offrit de donner sa nuit à Aïcha, expliquant qu'elle « était âgée, et qu'elle ne s'occupait pas des hommes; son seul désir était de voir le Jour du Jugement comme une des femmes de Muhammad  Certains historiens islamiques disent que cette histoire est à l'origine du verset 128 de la sourate 4 An-Nisaa « les femmes »

وَإِنِ امْرَأَةٌ خَافَتْ مِن بَعْلِهَا نُشُوزاً أَوْ إِعْرَاضاً فَلاَ جُنَاْحَ عَلَيْهِمَا أَن يُصْلِحَا بَيْنَهُمَا صُلْحاً وَالصُّلْحُ خَيْرٌ وَأُحْضِرَتِ الأَنفُسُ الشُّحَّ وَإِن تُحْسِنُواْ وَتَتَّقُواْ فَإِنَّ اللّهَ كَانَ بِمَا تَعْمَلُونَ خَبِيراً

. Au cas où une femme constate de la part de son mari une attitude hostile ou un certain refroidissement, il n'y a aucun inconvénient à ce que les deux époux s'ingénient à trouver une formule qui leur permette de se réconcilier, car rien ne vaut la réconciliation, étant donné que l'égoïsme est inhérent à la nature humaine. Sachez que si vous faites preuve de générosité et de piété, Dieu en sera parfaitement Informé !

D'autres comme Rachid Rida estiment au contraire que ce lien ne repose pas sur des éléments fiables.

 

Aïcha bint Abu Bakr عائشة بنت أبي بكر

.

Aïcha était la fille d'un ami très cher de Muhammad, Abu Bakr. Elle était initialement fiancée à Jubayr ibn Mut'im, un musulman dont le père, bien que païen, était proche des musulmans. Quand Khawlah bint Hakim suggéra à Muhammad d'épouser Aïcha après la mort de Khadidja, sa première épouse, l'engagement précédent de marier Aïcha à Jubayr Ibn Mut'im fut rompu par commun accord. Aïcha avait alors 6 ans. Elle resta chez ses parents. Elle était la plus jeune et la préférée des épouses de Muhammad ṣallā-llāhu ʿalayhi wa sallam صلى الله عليه و سلم  que la paix et la prière (bénédiction) d'Allah soient sur lui. Par ailleurs, Aïcha et Sauda avaient toutes deux des appartements mitoyens avec la mosquée Al-Masjid al-Nabawi.

L'âge de consommation du mariage avec Aïcha est unanimement estimé à 9 ans, à l'exception d'Al-Tabari qui rapporte qu'elle avait 10 ans. Des intellectuels islamiques contemporains récusent les sources qui établissent l'âge du mariage et de sa consommation, comme le chef Ahmadiyya Maulana Muhammad Ali. Il écrivit dans la première moitié du 20e siècle qu' il n'y a pas le moindre doute qu'Aïcha avait au moins 9 ou 10 ans lors de ses fiançailles, et 14 ou 15 ans à l'époque du mariage ». Voire 19 ans. Deux questions distinctes se posent à ce sujet. Tout d'abord, qu'en fut-il réellement? D'autre part, qu'en a dit pendant plusieurs siècles la tradition musulmane majoritaire ? Question d'autant plus importante que la tradition a une valeur normative en islam sur les points où le Coran ne se prononce pas explicitement

En comparant les différentes sources anciennes, Ruqaiyyah Waris Maqsood   soutient que quoi que la différence d'âge entre Aicha et Muhammad  fût importante et qu'Aicha fut jeune lors de ce mariage, celle-ci ne pouvait chronologiquement pas avoir neuf ans lorsque son mariage fut consommé et qu'il n'existait ni calendrier, ni registres à l'époque confirmant les dates de naissances pour cette période en Arabie, les arabes faisant alors des estimations à partir de dates clés et les uns par rapport aux autres. D'après ses recherches, consistant en des recoupements chronologiques indirects fondés sur les anciens écrits tels que ceux de Tabari طبری , ibn Ishaq بن اسحاق ou ibn Kathir ابن كثير, Aicha aurait eu environ 19 ans (du moins entre 14 ans et 24 ans) lorsqu'elle se maria à Muhammad.

Maqsood précise que d'après l'historien Tabarii طبری , Aicha serait née plusieurs années avant que Muhammad ne prétende à la prophétie (donc Aicha serait née avant 610 et une dizaine d'années après Asmaa une sœur aînée morte centenaire en 696 (donc Aicha devrait être née vers 606). Toujours d'après l'historien Tabari, Aicha aurait déjà été fiancée (promise) à un certain Jobar Ibn Al-Moteam Ibn Oday جوبر ابن المعتصم ابن عدي avant que Muhammad  ṣallā-llāhu ʿalayhi wa sallam صلى الله عليه و سلم  que la paix et la prière (bénédiction) d'Allah soient sur luiprétendit à la prophétie, vers 610. Étant accepté qu'elle s'est mariée vers 625 Aïcha, née avant 610 et mariée vers 625 n'aurait pas pu avoir neuf ans lors de la consommation de son mariage avec Muhammad

Ruqayyah Maqsood رقيَّة مقصود né en 1942 savant musulman Anglais,précise enfin qu'Aicha serait décédée à l'âge de 67 ans vers 672 selon la plupart des historiens, il faudrait donc qu'elle soit née vers 605, et ait eu une vingtaine d'années l'année de son mariage, vers 625 La chercheuse conclut qu'Aicha ne pourrait donc pas avoir neuf ans, mais peut-être dix-neuf ans, lorsque fut consommé son mariage avec Muhammad , qui devait à ce moment être âgé d'une cinquantaine d'années

Aïcha est aussi connue pour l'incident du collier : ayant accompagné Muhammad ṣallā-llāhu ʿalayhi wa sallam صلى الله عليه و سلم  que la paix et la prière (bénédiction) d'Allah soient sur luià une petite bataille contre les Banu Mustaliq غزوة بني المصطلق ghazwat bani almustalaq en décembre 627, 8e Sha'ban شعبان mois de 6 l'Hégire du calendrier Islamique , Aïcha avait perdu sur le chemin du retour pour la seconde fois son collier de mariage, qui lui était très cher. Cette fois-ci, ne voulant pas importuner le groupe, elle s'esquiva discrètement pour le rechercher, mais quand elle le retrouva, la caravane s'était déplacée. Finalement, elle fut ramenée chez elle par Safouan bin Mu'attal. Des rumeurs se répandirent que quelque chose de fâcheux s'était passé, bien qu'il n'y eut aucun témoin de cela1. Il y eut des discussions tendues au sein de la communauté. Entre temps, Aïcha était tombée malade, et elle n'était pas au courant de ce qui se passait. Au début, Muhammad  lui-même ne savait que penser, mais il finit par croire les protestations d'innocence d'Aïcha. Finalement, des versets furent révélés qui établirent l'innocence d'Aïcha et condamnèrent les calomnies. Bien que cet épisode fût désagréable pour Aïcha et Muhammad,  il renforça plus tard leur amour et leur confiance

 SOURATE 24 versets 11 à 20

.إِنَّ الَّذِينَ جَاؤُوا بِالْإِفْكِ عُصْبَةٌ مِّنكُمْ لَا تَحْسَبُوهُ شَرّاً لَّكُم بَلْ هُوَ خَيْرٌ لَّكُمْ لِكُلِّ امْرِئٍ مِّنْهُم مَّا اكْتَسَبَ مِنَ الْإِثْمِ وَالَّذِي تَوَلَّى كِبْرَهُ مِنْهُمْ لَهُ عَذَابٌ عَظِيمٌ

24.11. Certes, une bande parmi vous a propagé une abominable calomnie. Mais ne croyez pas que cela soit de nature à vous nuire, au contraire, cela constitue un avantage pour vous, car chacun des complices est appelé à répondre de son forfait, alors que l'auteur principal de cette médisance subira, lui, un terrible châtiment.

 Inna allatheena jaoo bial-ifki AAusbatun minkum la tahsaboohu sharran lakum bal huwa khayrun lakum likulli imri-in minhum ma iktasaba mina al-ithmi waallathee tawalla kibrahu minhum lahu AAathabun AAatheemun

.لَوْلَا إِذْ سَمِعْتُمُوهُ ظَنَّ الْمُؤْمِنُونَ وَالْمُؤْمِنَاتُ بِأَنفُسِهِمْ خَيْراً وَقَالُوا هَذَا إِفْكٌ مُّبِينٌ

24.12. Quand vous avez entendu cette calomnie, les croyants et les croyantes auraient dû avoir une meilleure opinion d'eux-mêmes et simplement dire : «C'est là une calomnie manifeste !»

Lawla ith samiAAtumoohu thanna almu/minoona waalmu/minatu bi-anfusihim khayran waqaloo hatha ifkun mubeenun

.لَوْلَا جَاؤُوا عَلَيْهِ بِأَرْبَعَةِ شُهَدَاء فَإِذْ لَمْ يَأْتُوا بِالشُّهَدَاء فَأُوْلَئِكَ عِندَ اللَّهِ هُمُ الْكَاذِبُونَ

24.13. Que n'ont-ils amené quatre témoins pour appuyer leur accusation? Ne l'ayant pas fait, ils ne sont au regard de Dieu que des menteurs !

 Lawla jaoo AAalayhi bi-arbaAAati shuhadaa fa-ith lam ya/too bialshshuhada-i faola-ika AAinda Allahi humu alkathiboona

.وَلَوْلَا فَضْلُ اللَّهِ عَلَيْكُمْ وَرَحْمَتُهُ فِي الدُّنْيَا وَالْآخِرَةِ لَمَسَّكُمْ فِي مَا أَفَضْتُمْ فِيهِ عَذَابٌ عَظِيمٌ

14. N'étaient la grâce et la bonté de Dieu envers vous dans ce monde et dans l'autre, vous auriez subi un terrible châtiment en punition de vos commérages

 Walawla fadlu Allahi AAalaykum warahmatuhu fee alddunya waal-akhirati lamassakum fee ma afadtum feehi AAathabun AAatheemun

.إِذْ تَلَقَّوْنَهُ بِأَلْسِنَتِكُمْ وَتَقُولُونَ بِأَفْوَاهِكُم مَّا لَيْسَ لَكُم بِهِ عِلْمٌ وَتَحْسَبُونَهُ هَيِّناً وَهُوَ عِندَ اللَّهِ عَظِيمٌ

15. et des propos que vous colportiez de bouche en bouche, sans en avoir aucune preuve, croyant que la chose avait peu d'importance, alors qu'elle revêtait une gravité exceptionnelle auprès du Seigneur.

 Ith talaqqawnahu bi-alsinatikum wataqooloona bi-afwahikum ma laysa lakum bihi AAilmun watahsaboonahu hayyinan wahuwa AAinda Allahi AAatheemun

.وَلَوْلَا إِذْ سَمِعْتُمُوهُ قُلْتُم مَّا يَكُونُ لَنَا أَن نَّتَكَلَّمَ بِهَذَا سُبْحَانَكَ هَذَا بُهْتَانٌ عَظِيمٌ

24.16. Que n'avez-vous dit, en entendant ces racontars : «Il ne nous sied pas de tenir de tels propos ! Grand Dieu ! C'est une calomnie atroce !»

24.16. Walawla ith samiAAtumoohu qultum ma yakoonu lana an natakallama bihatha subhanaka hatha buhtanun AAatheemun

 .يَعِظُكُمُ اللَّهُ أَن تَعُودُوا لِمِثْلِهِ أَبَداً إِن كُنتُم مُّؤْمِنِينَ

24.17. Dieu vous exhorte à ne plus jamais commettre de pareilles erreurs si vous êtes de vrais croyants.

 YaAAithukumu Allahu an taAAoodoo limithlihi abadan in kuntum mu/mineena

.وَيُبَيِّنُ اللَّهُ لَكُمُ الْآيَاتِ وَاللَّهُ عَلِيمٌ حَكِيمٌ

24.18. Dieu vous expose Ses signes avec clarté. Il est Omniscient, Il est Sage.

 Wayubayyinu Allahu lakumu al-ayati waAllahu AAaleemun hakeemun

.إِنَّ الَّذِينَ يُحِبُّونَ أَن تَشِيعَ الْفَاحِشَةُ فِي الَّذِينَ آمَنُوا لَهُمْ عَذَابٌ أَلِيمٌ فِي الدُّنْيَا وَالْآخِرَةِ وَاللَّهُ يَعْلَمُ وَأَنتُمْ لَا تَعْلَمُونَ

24.19. Ceux qui se plaisent à discréditer les croyants subiront des tourments douloureux dans ce monde et dans l'autre, car Dieu sait et vous, vous ne savez pas.

 Inna allatheena yuhibboona an tasheeAAa alfahishatu fee allatheena amanoo lahum AAathabun aleemun fee alddunya waal-akhirati waAllahu yaAAlamu waantum la taAAlamoona

.وَلَوْلَا فَضْلُ اللَّهِ عَلَيْكُمْ وَرَحْمَتُهُ وَأَنَّ اللَّه رَؤُوفٌ رَحِيمٌ

24.20. Et n'étaient la grâce de Dieu envers vous et Sa Miséricorde , vous auriez déjà subi Ses rigueurs, mais Dieu est Plein de clémence et de mansuétude.

 Walawla fadlu Allahi AAalaykum warahmatuhu waanna Allaha raoofun raheemun

Hafsa bint Omar ibn al-Khattab حفصة بنت عمر بن الخطاب

.Pendant la guerre des musulmans contre la Mecque, de nombreux musulmans furent tués, laissant derrière eux des veuves et des orphelins. Hafsa bint Omar était la fille d‘Umar bin Al-Khattab,et de Zaïnab bin Mazoune, l'un des plus redoutables soldats de Muhammad. Elle devint veuve à la bataille de Badr, puisque son mari mourut au combat. Muhammad  l'épousa en l'an 3 de l'Hégire (625 apr. J.-C.). Comme elle était proche en âge d'Aïcha, la jeune épouse Hafsa fut accueillie dans sa maisonnée. Sauda, qui était beaucoup plus âgée, avait pour elle ainsi que pour Zaynab  une bienveillance maternelle

Zaynab bint Khuzayma زينب بنت خزيمة‬,

Zaynab bint Khuzayma devint veuve lors de la bataille contre la Mecque, comme Hafza. Elle était mariée à 'Ubaydah bin al-Hārith de la tribu de al-Muttalib , frère de lait de Muhammad. Il l'épousa en l'an 4 de l'Hégire (626 apr. J.-C.). Elle était surnommée Umm al-Masakin (traduisible par mère des pauvres), à cause de sa grande charité et de sa grande gentillesse. Zaynab étant à peu près du même âge qu'Aïcha, comme Hafza, elle fut aussi accueillie dans sa maisonnée. Zaynab tomba malade et mourut 8 mois après son mariage. Elle avait 30 ans à cette époque, et Muhammad 56 ans.

Umm Salama Hend bint Abu Ummayah   هند بنت أبي أمية أم سلمة 

  عاتكة بنت عمرو et  de Ateka bint Amer   أبو أمية بن المغيرةElle est la fille de Abu Umayya Huzaifa bin Al Mughira   

Elle était mariée à Abou Salamah Abdullah bin Abdul Assad, frère de lait de Muhammad. Ils s'étaient tout deux convertis à l'islam très précocement, si bien qu'ils durent émigrer en Abyssinie pour fuir la persécution des quraish. Dès qu'ils apprirent qu'Omar ibn al-Khattâb et Hamza ibn Abd al-Muttalib s'étaient aussi convertis et que l'islam gagnait en puissance à La Mecque, ils décidèrent de rentrer. Mais peu après ils durent encore émigrer vers Médine qui fut une épreuve de plus pour Oum Salamah : son fils était retenu contre sa volonté à La Mecque et son mari était à Médine.

Son mari participa à la bataille de Badr et d'Uhud, à la suite de laquelle il décéda peu de temps après du fait de ses séquelles. Les musulmans étaient désolés de sa situation car elle n'avait plus que son fils comme réconfort ; de ce fait elle était appelée « Ayyin al-Arab », celle qui avait perdu son mari. Après sa période d'iddah (trois mois et dix jours) terminée, Abou Bakr et de Omar lui demandèrent sa main, elle déclina mais accepta celle du prophète : son invocation de trouver un homme meilleur que son défunt mari fut exaucée.

Elle décéda en l'an 680 (62 AH) – étant la dernière femme du Prophète à quitter ce monde, elle rapporta un nombre élevé de hadiths – et fut enterrée dans le cimetière d'al-Baqi` à Médine.

Âgé de 56 ans Muhammad décide de prendre pour épouse l'ex-conjointe de son frère de lait Hind qui est âgé de 34 ans. Le mariage durera au total 7 ans

Rayhana bint Zaid ريحانة بنت زيد

En l'an 4 de l'Hégire (626 apr. J.-C.), Rayhana bint Zaid faisait partie du butin de la victoire contre la tribu de Banu Qurayza. Sa relation avec Muhammad  est controversée. Les sources concernant son statut diffèrent, et l'on ne parvient pas à trancher si elle était une simple concubine ou si elle finit par être épousée. Il est rapporté qu'elle finit par se convertir à l'islam

Selon Ibn Ishaq , Muhammad  prit comme un esclave de jeune fille et lui a offert le statut de devenir sa femme si elle a accepté l'Islam , mais elle a refusé. Selon son récit, même si Rayhana est dit d'avoir plus tard converti à l'islam, elle est morte comme une esclave.

Ibn Saadابن سعد écrit et cite Waqidi qu'elle a été affranchi mais épousa plus tard par Muhammad.  Selon Al-Halabi, Muhammad a épousé et  lui a donnéune  dot . Il est en outre rapporté que, lors de son mariage, elle a refusé de porter le hijab , provoquant une rupture entre lui et Muhammad.  Le couple plus tard réconciliés. Ibn Hajar cite une description de la maison que Muhammad  a donné à Rayhana après leur mariage de l'histoire de Muhammad Ibn al-Hassam de Médine.

Dans une autre version, Hafiz Ibn Minda écrit que Muhammad mis Rayhana libre, et elle est retournée vivre avec ses propres gens. Cette version est également soutenue comme la plus probable par le savant musulman du 19ème siècle, Shibli Nomani . علامہ شبلی نعمانی

Elle est morte jeune, peu de temps après de Muhammadle hajj . et a été enterré dans Jannat al-Baqi cimetière  Pas beaucoup est connu au sujet de Rayhana; elle est morte un an avant Muhammad.

Zaynab bint Jahsh زينب بنت جحش

Zaynab bint Jahsh était la septième femme de Muhammad  mais aussi sa cousine, la fille de l'une de ses tantes.

Le père de Zaynab était Jahsh ibn Riyab , un immigrant de l' Asad ibn Khouzayma tribu qui s'était installé à La Mecque sous la protection de la Umayya clan. Sa mère était Umama bint Abdulmuttalib , un membre de la Hashim clan de la tribu Quraysh et une sœur du père de Muhammad.  Ainsi Zaynab et ses cinq frères et sœurs ont été les premiers cousins ​​de Muhammad.

Le nom de son premier mari n'est pas connu, mais il était mort par 622.  À ce moment Zaynab, qui était devenu un musulman , a été parmi ceux qui ont accompagné son frère Abdullah sur la Hijra à Médine .

À Médine, Muhammad  arrangea le mariage de Zaynab, veuve, avec Zayd ibn Harithah qui était le fils adoptif de Muhammad.. Zaynab était opposée au mariage et ses frères le rejetaient aussi parce qu'elle était de lignée aristocratique, et Zayd était un ancien esclave en plus d'être un fils adoptif, même de Muhammad. .  Selon Maududi,المودودي 1979-1903  théologien pakistanais le verset du Coran sourate 33 Al-Ahzab verset 36 fut révélé pour obliger Zaynab à accepter le mariage avec Zayd, qui eut finalement lieu.

 Sourate 33   الأحزاب Al Ahzab  verset 36

.وَمَا كَانَ لِمُؤْمِنٍ وَلَا مُؤْمِنَةٍ إِذَا قَضَى اللَّهُ وَرَسُولُهُ أَمْراً أَن يَكُونَ لَهُمُ الْخِيَرَةُ مِنْ أَمْرِهِمْ وَمَن يَعْصِ اللَّهَ وَرَسُولَهُ فَقَدْ ضَلَّ ضَلَالاً مُّبِيناً

. Il ne convient pas à un croyant ni à une croyante de suivre leur propre choix dans une affaire, une fois que Dieu et Son Prophète en ont décidé autrement. Quiconque désobéit à Dieu et à Son Prophète s'égare de toute évidence.

 Wama kana limu/minin wala mu/minatin itha qada Allahu warasooluhu amran an yakoona lahumu alkhiyaratu min amrihim waman yaAAsi Allaha warasoolahu faqad dalla dalalan mubeenan

Mais comme la vie commune devint rapidement dure à supporter, Zayd proposa à Zaynab de divorcer, ce avec quoi Muhammad   n'était pas d'accord. Mais il semble que Muhammad fut alors séduit par la beauté de Zaynab, et finalement, il l'épousa après la période prescrite

Anas a rapporté que c'est Zayd lui-même qui se rendit auprès de Zaynab pour lui annoncer que le Prophète  v songeait à l'épouser. Elle était alors occupée à pétrir le pain et répondit : « Je ne ferai rien sans consulter Dieu. » Elle se retira dans son lieu réservé à la prière et fit la prière de la consultation. C'est après cela qu'elle eut connaissance de ce qui avait été révélé à son sujet

 Lors de son mariage Zaynab a 35ans tandis que Muhammad   en a 57. Après 6 ans de mariage Zaynab divorce de Muhammad en Décembre 626. Il y avait un conflit entre le couple et, La décision de Muhammad   d'épouser Zaynab aurait été un moyen de briser les idées préislamiques sur la conduite de l'homme en société. D'ailleurs, Muhammad aurait été initialement réticent à épouser Zaynab, à cause de l'opinion publique. Le Coran indique néanmoins que ce mariage était un devoir qu'Allah lui imposa

Zaynab était artisane : elle tannait des peaux avec lesquelles elle fabriquait des objets en cuir qu'elle vendait. Elle faisait des œuvres charitables avec l'argent qu'elle gagnait ainsi. Rapporté par Bukhârî et Muslim

Elle était extrêmement généreuse et distribuait aux nécessiteux tout ce qu'elle possédait. On nous rapporte, qu'un jour, elle reçut 12.000 dirhams qu'elle redistribua aussitôt aux pauvres. 'Umar s'en émut et tenta de la convaincre de garder un peu pour elle, mais en pure perte.

Elle était très pieuse et jeûnait beaucoup. 'Âïsha   a rapporté : « Je n'ai jamais vu une femme observant mieux sa pratique religieuse que Zaynab, ni une femme plus pieuse, plus sincère dans ses paroles, meilleure envers ses proches, plus généreuse dans ses aumônes et dans sa dépense d'elle-même pour faire l'aumône et se rapprocher du Tout Puissant. » Rapporté par Muslim مسلم

Elle mourut pendant le califat de 'Umar, en l'an 20 de l'Hégire, âgée d'environ 57 ans.

Un groupe influent parmi les citoyens de Médine, appelé « les hypocrites » dans le Coran et la tradition islamique, critiqua ce mariage et l'accusa d'être incestueux du fait que Muhammad épouse la femme de son fils adoptif. Il semble que ce groupe propagea des rumeurs en vue de diviser les musulmans, dans une stratégie plus vaste d'attaquer Muhammad   par le biais de ses femmes. Selon Ibn Kathir, le verset Sourate 33  سورة الأحزاب Al-Ahzab Les factions, Les coalisés verset 37  fut une récusation divine des objections des hypocrites

 وَإِذْ تَقُولُ لِلَّذِي أَنْعَمَ اللَّهُ عَلَيْهِ وَأَنْعَمْتَ عَلَيْهِ أَمْسِكْ عَلَيْكَ زَوْجَكَ وَاتَّقِ اللَّهَ وَتُخْفِي فِي نَفْسِكَ مَا اللَّهُ مُبْدِيهِ وَتَخْشَى النَّاسَ وَاللَّهُ أَحَقُّ أَن تَخْشَاهُ فَلَمَّا قَضَى زَيْدٌ مِّنْهَا وَطَراً زَوَّجْنَاكَهَا لِكَيْ لَا يَكُونَ عَلَى الْمُؤْمِنِينَ حَرَجٌ فِي أَزْوَاجِ أَدْعِيَائِهِمْ إِذَا قَضَوْا مِنْهُنَّ وَطَراً وَكَانَ أَمْرُ اللَّهِ مَفْعُولاً

. Souviens-toi de celui que Dieu et toi-même avez comblé de bienfaits, et auquel tu disais : «Garde pour toi ton épouse, et crains Dieu», tout en dissimulant au fond de toi-même ce que Dieu allait rendre public. Tu redoutais l'opinion publique, alors que c'est Dieu que tu devais craindre. Lorsque Zayd eut cessé toute relation avec sa femme, Nous te la donnâmes en mariage afin qu'il ne soit plus interdit aux musulmans d'épouser les femmes avec lesquelles leurs fils adoptifs auront cessé tout commerce. L'ordre de Dieu devait être exécuté.

. Wa-ith taqoolu lillathee anAAama Allahu AAalayhi waanAAamta AAalayhi amsik AAalayka zawjaka waittaqi Allaha watukhfee fee nafsika ma Allahu mubdeehi watakhsha alnnasa waAllahu ahaqqu an takhshahu falamma qada zaydun minha wataran zawwajnakaha likay la yakoona AAala almu/mineena harajun fee azwaji adAAiya-ihim itha qadaw minhunna wataran wakana amru Allahi mafAAoolan

Zaynab bint Jahsh est morte pendant le califat de Omar bin Khattab à l'été 641, le premier des veuves de Muhammad   à mourir après lui.  Elle avait 53  ans

 

Juwayriya bint al-Harith جويرية بنت الحارث

Elle était la fille d'al-Harith ibn Abi Dirar, le chef de Banu Mustaliq , qui a été battu avec sa tribu dans une bataille

 Est devenue la huitième femme de Muhammad  après avoir été capturée lors de la bataille contre les Banu Mustaliq غزوة بني المصطلق ghazwat bani almustalaq en décembre 627, 8e Sha'ban شعبان mois de 6 l'Hégire du calendrier Islamique Son mari, Mustafa bin Safawan مصطفى بن صَفْوان, fut tué dans la bataille. Elle fut d'abord dans le butin de Thabit ibn Qyas Al-Shammas ثابت بن قيس الشماس , un compagnon de Muhammad ṣallā-llāhu ʿalayhi wa sallam صلى الله عليه و سلم  que la paix et la prière (bénédiction) d'Allah soient sur lui . Bouleversée par sa nouvelle situation, Juwayriya demanda à Muhammad  de faire preuve de mansuétude. Muhammad  lui proposa de l'épouser, et en conséquence l'affranchit de l'esclavage de ثابت بن قيسThabit ibn Qyas. Cela améliora les conditions de la tribu capturée

fille du chef de Banu al-Mustaliq faisait partie des captifs, et accepta d’épouser Mauhammad en échange de la libération de 100 prisonniers qui se convertirent à l’islam, en guise de compensation

Juwayriya a été décrit comme étant très belle et raffinée:

  • Elle a été élevée dans le luxe, et a tous les raffinements et les grâces d'une princesse. Intelligent et sage, elle a maîtrisé la langue et le style littéraire. Ce fut une réussite très prisé par les Arabes contemporains.
  • Tous ceux qui ont [Juwayriya] ont été stupéfaits par sa beauté exceptionnelle. Elevé comme elle l'avait été dans l'une des familles les plus éminents de l'époque, elle n'était pas seulement belle, mais gracieux, élégant et éloquent.
  • Quand la femme »de Muhammad  Aisha premier vit, il est dit, elle s'écria que Juwayriyah était« belle comme une fée
  • Juwayriyah bint Al-Harith a rapporté, la Mère des Croyants: Le Prophète  sortit de mon appartement le matin que j'étais occupé à effectuer la prière de l'aube. Il revint dans la matinée et me trouva assis là. Le Prophète a dit, "Vous êtes toujours dans la même position que je vous ai quitté. J'ai répondu par l'affirmative. Ensuite, le Prophète a dit:

    "J'ai récité quatre mots trois fois après que je vous avais laissé Si ceux-ci sont à peser contre tout ce que vous avez récité depuis le matin, ceux-ci seront plus lourd s'agit..:

    سبحان الله و بحمده عدد خلقه ورضا نفسه وزنة عرشه و مداد كلماته

    Subhan Allahi wa-bihamdihi, `Adada khalqihi, wa rida nafsihi, wa zinatah` arshihi, wa Midada kalimatihi

    Allah est exempt de l'imperfection et je commence par Sa louange, autant de fois que le nombre de ses créatures, conformément à son bon plaisir, égale au poids de Son Trône et égal à l'encre qui peut être utilisé dans l'enregistrement des mots ( pour Sa louange). "-musulman

Elle est morte à l'âge de soixante-cinq ans dans la 50e année après la migration et a été enterré avec les autres épouses du Prophète dans Jannatul Baqi

Rumleh bint Abi-Sufyan أم حبيبةUm Habiba fille Abi Sufyan

Oum Habiba, était la fille d'Abou Sofiane, l'un des ennemis les plus farouche du Habib (paix et bénédictions d'Allah soient sur lui) et qui dépensait  une grande partie de sa grande fortune en s’opposant aux musulmans, c’est lui qui conduisit les armées de Qoraïche contre les musulmans dans toutes les principales  batailles.. Notamment la bataille de Badr, celle de Ouhoud et celle de Al-Khandaq

Muhammad   signa avec ses ennemis de la Mecque, les Quraïch, un traité de paix mettant fin à l'état de guerre entre les deux parties. Il épousa donc bientôt la fille du chef des Quraïch, Abu Sufyan ibn Harb, dans le but d'une réconciliation avec ses anciens opposants. Il envoya une proposition de mariage avec Rumleh bint Abi-Sufyan, qui était à l'époque en Abyssinie, car il avait appris qu'elle était devenue veuve. Elle était déjà convertie à l'islam contre l'avis de son père. Après sa migration en Abyssinie, son mari s'était converti au christianisme, mais elle, était restée musulmane. Muhammad   dépêcha 'Amr bin Omaiyah Ad-Damri avec une lettre pour le Negus (le roi), lui demandant la main d'Umm Habibah. C'était au mois de Muharram, la septième année de l'Hégire.

Histoire de son mariage avec le Prophète

Oum Habiba se trouva dans une position difficile, car une femme musulmane ne peut être mariée à un non musulman.
Elle ne pouvait plus vivre avec son mari, cependant une fois divorcés, elle ne pouvait pas revenir dans la maison paternelle non plus, car son père  était encore mécréant, et donc occupé à la lutte contre les musulmans. Elle risquait également de subir les sévices qu’elle avait fuit par son émigration.
Alors, elle resta avec sa fille dans l'Abyssinie, à vivre une vie très simple, dans l'isolement, attendant de voir ce que le décret d'Allah serait pour elle.
Un jour, comme Oum Habiba était assise dans sa chambre solitaire, «  étrangère dans un pays étranger loin de son pays et de ces proches », lorsqu’une servante vint frapper à sa porte et dit qu'elle a été envoyée par le Négus et avait un message pour elle.
Le message était que « le Prophète Muhammad   la  demandait  en mariage ».Elle  décida de prendre l'un des  musulmans en Abyssinie comme son wakil (tuteur légal), de sorte que la cérémonie du mariage pourrait avoir lieu en Abyssinie, même si elle n'était pas au même endroit que le Prophète .

Safiya bint Ho-Yay صفية بنت حيي

.En 629, lors de l'attaque de Khaybar, Safiya bint Ho-Yay fut capturée par Dihya. C'était une noble de la tribu juive de Banu Nadir. Muhammad  l'affranchit et lui proposa de l'épouser ; elle accepta. Des érudits pensent qu'il l'épousa comme gage de réconciliation avec cette tribu juive et en signe de bonne volonté Safiya avait été auparavant l'épouse de Kinana ibn al-Rabi, un commandant qui fut exécuté, et avant encore du poète Salaam ibn Mashkam, qui la répudia. Muhammad   convainquit Safiya de se convertir à l'islam et l'épousa Après son entrée dans la maisonnée de Muhammad, Safiya se lia d'amitié avec Aïcha et Hafsa. Mais quand les autres femmes de Muhammad   dirent du mal des origines juives de Safiya, Muhammad intervint, et dit à tout le monde que « le mari de Safiya est Muhammad,  son père est Aaaron, et son oncle est Moïse », en référence à des prophètes révérés par l'islam.

Le mariage avec Safiyah avait probablement une signification politique, puisqu'il contribua à réduire les hostilités entre tribus.. Les autres étaient des mariages avec des veuves de ses compagnons qui étaient morts au combat. Elles avaient besoin d'une protection ». La décision de Muhammad d'épouser Safiyah était un grand honneur pour elle, selon ce que dit Muhammad Husayn Haykal : « le Prophète lui accorda la liberté et l'épousa, suivant les exemples de grands conquérants qui épousèrent les filles et les épouses des rois qu'ils avaient déposés, en partie pour atténuer leur tragédie, et en partie pour préserver leur dignité » En épousant Safiyah, Muhammad   avait sans doute en vue de mettre fin à l'inimitié que les Juifs avaient à son encontre et à leur hostilité contre l'islam..

Il est rapporté que Safiya était intelligente, cultivée, et de bonnes manières. La douceur et la patience étaient ses principales qualités. Elle avait de nombreuses qualités morales. Safiyah fit don à d'autres femmes de Muhammad  de certains de ses bijoux qu'elle avait pris avec elle de Khaybar. Safiyah était une humble et pieuse croyante. Ibn Kathir dit d'elle : « Elle était une des meilleures femmes dans son adoration, sa piété, son ascétisme, sa dévotion et sa charité ». Safiyah était une femme très charitable et généreuse. Elle avait l'habitude de distribuer tout ce qu'elle avait pour l'amour d'Allah, au point qu'elle donna une maison qu'elle possédait alors qu'elle vivait encore.

Maymouna bint al-Harith ميمونة بنت الحارث

Un des éléments du traité d'al-Houdaybiyya était que Muhammad   visite la Mecque pour un petit pèlerinage. Lors de ce pèlerinage, Barra bint al-Harith se proposa de l'épouser Muhammad accepta, et épousa donc Barra, la belle sœur d'Abbas, un allié de longue date. En l'épousant, Muhammad  put se sentir plus proche les Makhzum, qui étaient jusqu'à lors ses adversairesComme les mecquois ne lui permirent pas de rester plus longtemps, Muhammad quitta la ville, prenant Barra avec lui. Il l'appela maymouna, c'est-à-dire bénie, car son mariage avec elle eut lieu alors que pour la première fois depuis sept ans il put rentrer dans sa ville natale, la Mecque

Maria al-Qibtiyya مارية القبطية

Maria al-Qibtiyya était une esclave copte chrétienne  égyptienne envoyée à Muhammad en cadeau de la part de Muqawqis, un officier byzantin Elle tomba enceinte, et donna à Muhammad  Ibrahim ابراهيم  troisième fils de Muhammad né en 629 décédé vers 630-631 (16, 17 ou 18 mois). Pour certains, elle était une concubine de Muhammad. Pour d'autres, Muhammad    l'épousa dès qu'il la reçut. Elle est considérée comme une mère des croyants. Maria ne s'est jamais mariée après la mort de Muhammad  en 632, et mourut cinq ans plus tard

 

Les chercheurs et les auteurs ont mentionné plusieurs Maria al-Qibtiyya comme l'une des concubines (sur quatre) de Muhammad.

Tabari raconte l'histoire de l'arrivée de Maria de l'Egypte:

En cette année Hatib b. Abi Balta'ah revint de al-Muqawqis apportant Mariyah et sa soeur Sirin, sa mule Duldul , son âne Ya'fūr , et les assortiments de vêtements. Avec les deux femmes al-Muqawqis avait envoyé un eunuque, et celui-ci est resté avec eux. Hatib les avait invités à devenir musulmans avant son arrivée avec eux, et Mariyah et sa sœur l'ont fait. Le Messager de Dieu les logea avec Umm Sulaym bt. Milhan. Mariyah était belle. Le Prophète envoya sa soeur Sirin à Hassan b. Thābit et elle lui enfanta 'Abd al-Rahmân b. Hassan.

Tabari طبری , Histoire des Prophètes et des Rois

Le Prophète  ne se marient pas Mariyah al-Qibtiyyah, plutôt qu'elle était une concubine qui lui a été donné par al-Muqawqis, le souverain d'Egypte. Qui a eu lieu après le traité d'al-Hudaybiyah. Mariyah al-Qibtiyyah était un chrétien, alors elle est devenue musulmane (qu'Allah soit satisfait d'elle).

Ibn-Saad, La vie du Prophète

Le Messager d'Allah

lui déposée - ce qui signifie Mariyah al-Qibtiyyah et sa soeur - avec Umm Sulaym bint Milhaan, et le Messager d'Allah (s) existant sur eux et leur ont dit sur l'islam. Il a pris Mariyah comme concubine et son déménagé à certains biens de son dans al 'Awaali الأولي  "fleuve"... et elle est devenue un bon musulman. Al-Tabaqaat al Kubra,طبقات الكبرى les grandes couches .1/134- 135

 

Mariyah est mort pendant le califat de 'Umar ibn al-Khattab, dans Muharram de 16 AH. 'Umar rassembla le peuple lui-même pour assister à ses funérailles, et il a dirigé la prière funéraire pour elle. Elle a été enterrée dans al-Baqi.

Ibn 'Abd al-Barr ابن عبدالبر , Al-Isti'aab,الاستعياب .4/1912

Le Prophète avait quatre concubines, dont l'un était Mariyah.

Ibn al-Qayyim ابن قيم , biographie

Abu Ubayda dit: Il avait quatre concubines (): Mariyah, qui était la mère de son fils Ibrahim; Rayhaanah; une autre belle femme esclave dont il a acquis en tant que prisonnier de guerre; et une femme esclave qui lui a été donné par Zaynab bint Jahsh.

 Zad al-Ma'aad زاد المعاد , 1/114
UN DON D'EGYPTE
Maria , la copte (Chrétienne Egyptienne) naquit dans un village appelé Hifin, situé sur le bord oriental du Nil.Son père, était copte et sa mère aussi. Après sa première enfance, au début donc de sa jeunesse, elle alla résider,avec sa soeur Sérine, dans le palais du dirigeant des coptes. Elle vivait en ce lieu quand elle entendit parler d'un Prophète,habitant la Presqu'île arabique, qui appelait à une nouvelle religion céleste.Elle se trouvait dans le palais quand Hatib Ibn Abi Balta'a vint en délégation, porteur d'un message au roi.Celui-ci entra et remit la lettre en question.Après : Au nom de Dieu, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux, la lettre appelait à embrasser l'Islam.Le roi lut le message, le plia avec soin et le plaça dans un étui qu'il remit à l'une de ses servantes.Ensuite, il se tourna vers Hatib et lui demanda de lui parler de ce Prophète et de le décrire.A la fin de l'exposé de l'émissaire du Prophète, il dit à Hatib :Je savais qu'il restait encore un prophète à envoyer.Je pensais qu'il allait se manifester dans le Shâm car c'est dans cette région que les messagers sont issus.

Je vois qu'il vient d'apparaître dans une terre arabe...Malheureusement, les coptes ne m'obéiront pas.Il ne pouvait donc embrasser l'Islam, sans quoi il risquerait certainement de perdre son trône. Or, il ne voulait pas se séparer de son autorité sur son peuple.
 
Dans sa réponse au Prophète , le roi le remercia en l'informant qu'il envoyait, avec son émissaire,deux femmes coptes, de hautes conditions sociales,ainsi que des vêtements somptueux et un mulet qu'il pourrait monter.En remettant le message à Hatib,il s'excusa de ne pas répondre favorablement à son appel d'adhésion à l'Islam car les coptes sont attachés à leur religion.Il lui demanda également de garder secret ce qui vient de se produire entre eux,afin que son peuple n'en sache absolument rien.Après quoi, Hatib partit avec les présents royaux et les deux soeurs, Maria et Sérine.Il était compréhensible que ces dernières quittent avec regret leur patrie.Pour apaiser leur tristesse et leur faire oublier quelque peu ce qu'elles viennent d'abandonner,Hatib se mit, en cours de route, à leur raconter l'histoire antique du pays des Arabes.Il leur conta les récits et les légendes que le temps avait tissés autour de la Mecque et du Hijaz au cours des siècles. Après quoi, il leur parla du Prophète et de l'Islam.Il sut choisir les faits les plus convaincants et les arguments les plus probants,si bien que les deux soeurs furent réjouies de ce qu'elles venaient d'entendre et leurs coeurs s'ouvrirent à l'Islam et à son Prophète.
Arrivée et vie à Médine
L'arrivée de Maria et de sa soeur eut lieu en l'an VII de l'Hégire.Le Prophète venait de revenir de Hudaybiyya où il conclut un pacte avec les Qurayshites.Maria lui plut et la prit pour épouse. Quant à sa soeur, il la maria avec son poète Hasan Ibn Thabit.Le bruit courut à travers la ville qu'une belle Egyptienne, aux cheveux longs,venait d'arriver des rivages du Nil et qu'elle avait été offerte en cadeau à l'Elu de Dieu.Une année s'écoula et Maria menait une vie heureuse. Sa nostalgie de l'Egypte s'estompa.A présent, elle se familiarisa avec la vie médinoise et vivait paisiblement dans la Maison du Prophète.Aussi, accepta-t-elle volontiers de porter le Hijab, au même titre que les Mères des croyants.Sa situation s'identifiait quelque peu à Hagar, la femme d'Abraham, qui, elle aussi, quitta l'Egypte,dans son état d'esclave, pour venir s'installer au Hijaz, en femme libre. Présentement,la différence portait sur le fait que sa compatriote donna naissance à Ismael. Allait-elle, à son tour,donner un enfant au Prophète ? C'est que son mari, depuis la mort de Khadija eut plusieurs épouses,pourtant, aucune d'elles ne lui donna un héritier mâle.
La bonne nouvelle
Deux années s'étaient écoulées depuis son mariage avec l'Envoyé de Dieu.Le souvenir de Hagar et d'Ismael continuait à habiter son esprit quand, un jour,elle sentit qu'elle portait un enfant dans son ventre. Cependant,elle n'y croyait pas, se figurant que ce n'était qu'une illusion qu'elle se faisait.C'était peut-être son imagination qui lui jouait un tour.C'est pourquoi, vivant encore dans le doute, elle cacha la nouvelle pendant un ou deux mois.Cependant, au fur et à mesure que la grossesse prenait forme, le doute se transforma en certitude.Ce n'était plus un rêve mais bel et bien une réalité.Maria communiqua d'abord la bonne nouvelle à sa soeur Sérine qui l'assura qu'elle portait bien un enfant dans son ventre.Elle fut transportée de joie et elle annonça au Prophète la prochaine naissance d'un enfant.
Celui ci leva les yeux au Ciel et remercia, à son tour, son Créateur.Sa joie atténua quelque peu la tristesse qui l'envahi après le décès de ses filles Zaynab, Ruqiya et Umm Kaltoum.
L'évènement ne tarda pas à faire le tour de la ville :
L'Elu de Dieu attendait un enfant de Maria l'Egyptienne.
Nous pouvons imaginer le désarroi des autres épouses.Voilà une femme étrangère enceinte alors qu'elle n'avait séjourné qu'une année avec le Prophète,au moment où elles-mêmes n'avaient pas porté de descendant dans leur ventre après plusieurs années dans sa Maison.
C'était le destin.
Le Prophète craignait pour la santé de Maria. Aussi,la transporta-t-il dans les faubourgs de Médine afin qu'elle jouisse du calme et préserve la santé de l'enfant qui allait naître.Sérine resta auprès de sa soeur Maria pour prendre soin d'elle jusqu'au jour de la naissance,à savoir la nuit du mois de Dhu-l-Hijja, an VIII de l'Hégire. Le Prophète fit appel à une sage-femme et s'isola dans un coin de la maison où il s'adonna aux prières et aux implorations. La sage femme lui annonça la naissance d'un garçon qui, issu d'un homme libre,allait affranchir sa mère de son état d'esclave. L'envoyé de Dieu était transporté de joie.Il nomma son fils Ibrahim, nom du père des croyants.Il distribua en aumônes une quantité d'orge égale au poids du nourrisson.
Un jour, le Prophète prit son fils dans ses bras et le porta chez Aisha afin que celle-ci puisse y voir les traits similaires aux siens.
Certes, l'épouse préférée retint ses larmes de joie.Elle se retint de montrer sa jalousie mais elle la manifesta sous une autre forme :
Je ne vois aucune ressemblance entre toi et ce fils.
Aisha avait dit plus tard, qu'elle n'avait jamais été jalouse d'une femme autant que de Maria car elle était non seulement belle mais aussi
Dieu lui accorda un enfant alors que les autres épouses en étaient privées.
Le décès d'Ibrahim
Hélàs ! Le bonheur de Maria ne dura qu'une année et un peu plus.Elle allait connaître une épreuve terrible et une période amère : la perte de son enfant.Celui ci tomba malade alors qu'il n'avait pas encore clos ses deux années.Maria fit appel à sa soeur pour lui tenir compagnie et veillait avec elle autour du lit d'Ibrahim.Cependant, la vie de ce dernier commença à s'éteindre petit à petit.Le Prophète , apprenant la mauvaise nouvelle, arriva à la maison,appuyé sur l'épaule de Abd ar-Rahman ibn Awf, parce que la douleur et la souffrance lui firent perdre ses forces.Il prit son fils dans les bras de sa mère et le mit sur ses genoux, le coeur triste. Il ne restait plus à l'Elu de Dieu qu'à dire que telle était la volonté divine. La mort était le lot de tous les humains.Les derniers rejoindront toujours les premiers, ajoutant un deuil à un autre.
Certes, les yeux pleurent et le coeur est triste, mais, en aucune manière,Ils ne se lamentent du sort décidé par le Créateur.
Il se tourna vers Maria, attendri par l'état où elle se trouvait. Il lui dit : Ibrahim est mon fils. Son allaitement se poursuivra au Paradis.
Il fit alors appel à son neveu, al-Fadl, le fils de 'Abbas pour laver le petit garçon tandis que lui,il demeura assis dans un coin, triste. Ensuite, il ensevelit son fils,s'acquitta d'une prière de quatre unités et l'ensevelit lui-même dans le cimetière d'al-Baqi.
Au retour de l'enterrement, le soleil se voila et l'horizon s'obscurcit. Quelqu'un dit : L'éclipse du soleil est conséquente à la mortd'Ibrahim.Cette réflexion parvint aux oreilles du Prophète .Il se tourna vers ses compagnons et leur dit :Le soleil et la lune sont deux des signes de Dieu.Ni l'un ni l'autre ne s'éclipsent ni à la mort ni à la vie de quelqu'un.
De son côté Maria, la blessure au coeur, fit preuve de patience, acceptant avec résignation la volonté de Dieu.Elle resta cloîtrée dans sa chambre pendant la durée de l'enterrement. Ensuite, elle alla au cimetière, s'assit près de la tombe de son fils.Elle ne pouvait retenir ses larmes. Elle les avait retenues jusque là devant son mari, pour ne pas aggraver la blessure de ce dernier.Mais là, seule, ses yeux exprimaient la forte douleur de son coeur.
Le Prophète mourra une année plus tard. Il laissa Maria veuve. Celle-ci mourut en l'an XVI de l'hégire.Le calife Umar appela les gens à se rassembler et à suivre le cercueil.Il pria sur sa tombe et l'enterra dans le cimetière de Baqi.
Extrait du Livre: La maison du Prophète : Ses épouses, ses filles,...Islamedia.

Les veuves de Muhammad ṣallā-llāhu ʿalayhi wa sallam صلى الله عليه و سلم  que la paix et la prière (bénédiction) d'Allah soient sur lui

Selon le Coran,sourate 33 verset 52 - 53 Allah a interdit à tout homme d'épouser les veuves de Muhammad pour veiller à leur respect et à leur honneur après sa mort

CORAN SOURATE 33 سورة الأحزابAL AHZAB VERSET 52 53.

.لَا يَحِلُّ لَكَ النِّسَاء مِن بَعْدُ وَلَا أَن تَبَدَّلَ بِهِنَّ مِنْ أَزْوَاجٍ وَلَوْ أَعْجَبَكَ حُسْنُهُنَّ إِلَّا مَا مَلَكَتْ يَمِينُكَ وَكَانَ اللَّهُ عَلَى كُلِّ شَيْءٍ رَّقِيباً

. Il ne t'est plus permis désormais de prendre d'autres femmes ou de changer d'épouses, en dehors de tes esclaves, même si tu étais attiré par la beauté d'autres femmes. Rien n'échappe à la vigilance du Seigneur

La yahillu laka alnnisao min baAAdu wala an tabaddala bihinna min azwajin walaw aAAjabaka husnuhunna illa ma malakat yameenuka wakana Allahu AAala kulli shay-in raqeeban.

.يَا أَيُّهَا الَّذِينَ آمَنُوا لَا تَدْخُلُوا بُيُوتَ النَّبِيِّ إِلَّا أَن يُؤْذَنَ لَكُمْ إِلَى طَعَامٍ غَيْرَ نَاظِرِينَ إِنَاهُ وَلَكِنْ إِذَا دُعِيتُمْ فَادْخُلُوا فَإِذَا طَعِمْتُمْ فَانتَشِرُوا وَلَا مُسْتَأْنِسِينَ لِحَدِيثٍ إِنَّ ذَلِكُمْ كَانَ يُؤْذِي النَّبِيَّ فَيَسْتَحْيِي مِنكُمْ وَاللَّهُ لَا يَسْتَحْيِي مِنَ الْحَقِّ وَإِذَا سَأَلْتُمُوهُنَّ مَتَاعاً فَاسْأَلُوهُنَّ مِن وَرَاء حِجَابٍ ذَلِكُمْ أَطْهَرُ لِقُلُوبِكُمْ وَقُلُوبِهِنَّ وَمَا كَانَ لَكُمْ أَن تُؤْذُوا رَسُولَ اللَّهِ وَلَا أَن تَنكِحُوا أَزْوَاجَهُ مِن بَعْدِهِ أَبَداً إِنَّ ذَلِكُمْ كَانَ عِندَ اللَّهِ عَظِيماً

. Ô croyants ! N'entrez dans les demeures du Prophète que si vous êtes invités à un repas. Évitez d'être là à attendre que le repas soit prêt. Quand vous êtes invités, entrez et après avoir mangé, dispersez-vous, sans vous livrer à des propos familiers. En vérité, cela offenserait le Prophète qui aurait honte de vous en faire part. Mais Dieu n'a pas honte de dire la vérité. Quand vous demandez quelque chose aux épouses du Prophète, faites-le derrière un voile. Vos cœurs et les leurs n'en seront que plus purs. Vous ne devez pas offenser l'Envoyé de Dieu ni épouser ses femmes après lui. Ce serait une énormité auprès de Dieu.

Ya ayyuha allatheena amanoo la tadkhuloo buyoota alnnabiyyi illa an yu/thana lakum ila taAAamin ghayra nathireena inahu walakin itha duAAeetum faodkhuloo fa-itha taAAimtum faintashiroo wala musta/niseena lihadeethin inna thalikum kana yu/thee alnnabiyya fayastahyee minkum waAllahu la yastahyee mina alhaqqi wa-itha saaltumoohunna mataAAan fais-aloohunna min wara-i hijabin thalikum atharu liquloobikum waquloobihinna wama kana lakum an tu/thoo rasoola Allahi wala an tankihoo azwajahu min baAAdihi abadan inna thalikum kana AAinda Allahi AAatheeman

 

 Bien que le Coran indique explicitement comment régler les questions d'héritage, le nouveau chef de l'Oumma, Abu Bakr, refusa de répartir la propriété de Muhammad entre ses veuves et ses héritiers, avançant qu'il avait entendu Muhammad ṣallā-llāhu ʿalayhi wa sallam صلى الله عليه و سلم  que la paix et la prière (bénédiction) d'Allah soient sur lui dire : « Nous (Prophètes) n'avons aucun héritier ; ce que nous laissons doit être donné par charité »(ihad and Expedition (Kitab Al-Jihad wa'l-Siyar).

La veuve de Muhammad ṣallā-llāhu ʿalayhi wa sallam صلى الله عليه و سلم  que la paix et la prière (bénédiction) d'Allah soient sur lui Hafsa joua un rôle important dans la collecte des premiers manuscrits du Coran. Après qu'Abu Bakr eut collecté la copie, il la donna à Hafsa, qui la préserva jusqu'à ce que Uthman la récupère. Il la fit alors copier et la distribua dans les territoires musulmans. Certaines des veuves de Muhammad eurent un rôle important dans la politique de l'état islamique à la mort de Muhammad ṣallā-llāhu ʿalayhi wa sallam صلى الله عليه و سلم  que la paix et la prière (bénédiction) d'Allah soient sur lui Safiya, par exemple, assista le calife Uthman pendant qu'il était assiégé. Pendant la première fitna, certaines veuves prirent position. Umm Salama, par exemple, soutint Ali, et envoya son fils Omar pour l'aider. La dernière veuve de Muhammad,ṣallā-llāhu ʿalayhi wa sallam صلى الله عليه و سلم  que la paix et la prière (bénédiction) d'Allah soient sur lui Umm Salama, vécut assez longtemps pour entendre parler de la tragédie de Karabala en 680. Elle mourut cette année-là.

 livres :Les épouses du Prophète  et Les Femmes et les Filles du Prophète

Les epouses du prophete non specifie la maktaba livres 4810 451 650 1Les femmes et les filles du prophete livres 347 423 650 1

 

 

 

3 votes. Moyenne 2.67 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.