la nourriture son abattage ce qui est licite Halalحلال

la nouriture son abattage ce qui est licite Halalحلال

 

Paix سلام salam

Fondation islam مؤسسة الاسلام muasasat al'Islam. Appel aux dons, contributions volontaires دَعْوَةٌ لِلتَّبَرُّعَاتِ daεwat liltabarouεat

Pour la création d'une Bibliothèque Culturelle Musulmane Religion, Art, Histoire, Géographie

Ouverte à tous, par adhésion.

Livres Islam كُتُبٌ إِسْلَامِيَّةٌ Kutub Al Islamiyah  BUDGET 30.000€

Pour projet qui vous concernes tous

Partager ce lien faites une demande dans auprès de vos responsables associatifs musulmans.

Faites des quêtes le vendredi صلاة الجمعة salat jumaha

Merci شكرا shoukran

Paix سلام salam

https://fr.gofundme.com/f/bibliotheque-voyage-a-travers-l039islam

CE QUI EST LICITE DE TUER , DE MANGER ET LA VIANDE DES GENS DES LIVRES

100% de la viande abattue en Ile-de-France l'est bien selon les traditions juive casher כָּשֵׁר - kashrus, כַּשְׁרוּת et musulmane halal حلال permis , « licite religieusement». C'est ce qu' affirme la Chambre d'agriculture d'Ile-de-France.19, Rue d'Anjou - 75008 PARIS Tél : +33 1 39 23 42 00 - accueil@idf.chambagri.fr.

sourate 5  المائدة  ʾAl-Māʾida   La Table est servie  verset 88

Proclamée pendant la Période Médinoise, qui occupe la 112è place dans l'ordre chronologique
Donc l'une des dernière sourate du Saint Coran  القرآن الكريم  alQu'ran alKarim Révélée au Dernier des Prophètes et Messagers de Dieu l'Unique اللّهَ Allah  Muhammad محمد, sur lui le salut et la paix de Dieu صلّى اللّه عليه و سلّم, sallallahu 'alayhi wa sallam.

وَكُلُواْ مِمَّا رَزَقَكُمُ اللّهُ حَلاَلاً طَيِّباً وَاتَّقُواْ اللّهَ الَّذِيَ أَنتُم بِهِ مُؤْمِنُونَ
 Mangez (et consommez)*1 de ce que Dieu vous a donné (pourvu) de licite et d'agréable (et bon)  ! Craignez (Révérez) Dieu en qui vous croyez (êtes confiants) !
Wakoulou mimma razaqakoumou Allahou ĥalalan Ťayiban wâtaqou Allaha alađhi antoum bihi mou'minouna
*1: Et consomez وَكُلُوا۟ wakoulou
Cette racine comptabilise 109 apparitions dans le Coran sous diverses formes
 verbe.
أَكَلَ ـ أَكَّلاً ومَأْكَلاً ه : manger, ronger quelque chose
آكَلَ ه مؤَاكَلَة : manger avec quelqu'un
تَأَكَّلَ : éprouver une démangeaison / corroder

nom.
أَكْل : aliment
أَكْلَة : repas
آكِلَة : chancre/gangrène
مَأْكَل ج مَآكِل : mets, vivres
أُكال ـ أَكَلاَن : démangeaison
أَكَّال ـ أَكول ـ أَكيل : grand mangeur

adjectif.
مَأْكول ج مأْكولاة : commestible
*2 : de ce dont مِمَّا  mima
Cette racine comptabilise 4054 apparitions dans le Coran sous diverses formes.
pronomn. / adverbe.
مَنْ : laquelle, lequel, quel, qui

مِنْ : à, de, depuis / portion, partie / pour / de,en / par
مِمَّنْ : à qui ?, de qui ?
مِمَّ : de quoi?
أَمَنْ : quant à celui / est-ce que celui qui...?

مِّمَّا : de ce que / provenant de ce que
*3 : vous a pourvu رَزَقَكُمُ  razaqakoumou
Cette racine comptabilise 123 apparitions dans le Coran sous diverses formes.
verbe.
رُزِقَ : avoir, être pourvut de
رَزَقَ : procurer à quelqu'un des moyens de subsistance / allouer un traitement / remercier quelqu'un
اِسْتَرْزَقَ : travailler, avoir un emploi

nom.
رِزْق : gagne-pain / richesse
رِزْقَة : pension, solde

adjectif. / adverbe.
رَزَّاق : qui nourrit, qui fait vivre
رَزَّاق : Attribut de Dieu, Le pourvoyeur, Celui qui accorde toujours la subsistance
*4 :  Allah (Dieu),  ٱللَّهُ  Allahou
On compte 2698 (19x142) fois le nom Allah dans le Coran sur un total de 1820 versets
Nom.propre.
الله : Le Dieu (unique), l'Absolu, il nous révèle ses meilleurs noms/attributs dans le Coran , afin que nous illustrons et nous fassions une idée de ses propriétés uniques, qui font qu'absolument rien ne peut lui être égal.

exprexion.
pas d'autre dieu que Dieu لا إله إلا الله la illaha illa Allah / nulle divinité à part Dieu / pas de dieu sauf (le) Dieu (unique): Dieu, la divinité suprême, l'être surnaturel, le créateur de l'univers

*5 :  (de) licite حَلَٰلًا  ĥalalan
Cette racine comptabilise 51 apparitions dans le Coran sous diverses formes
verbe.
حَلَّ : devenir légal, légitime, devenir permis, autorisé / décoller, défaire, délier, désassembler, desserrer, détacher, disjoindre, dissocier, larguer, résoudre / dissoudre حَلَّلَ : résoudre, analyser, décomposer / admettre, autoriser, légaliser, permettre, consentir / expliquer, commenter
أَحَلَّ : placer, installer quelqu'un / autoriser, permettre / quitter, terminer son pèlerinage

nom.
حِلّ : légal, légitime, licite
حِلّ : Enceinte Sacrée autour de la Ka'ba الكَعْبة al-Ka'ba, « le cube »
حِلّ : libre, émancipé
حِلّ : habitant dans un endroit
حَلّ : analyse des constituants de quelque chose / fonte, dissolution, fonte, fusion, liquéfaction, délayage, refonte / solution
إِحْلاَل : remplacement, substitution, changement, commutation, relève, novation
مَحَلّ : emplacement, endroit, lieu, local, place, position, situation, site, centre, secteur / lieu, local, position, situation, secteur / boutique, magasin

adjectif.
حَلاَل : légal, légitime, licite, permis(e)
*6 : (et) bon. طَيِّبًا  Ťayiban
Cette racine comptabilise 50 apparitions dans le Coran sous diverses formes.
verbe.
طَيَّبَ : embaumer, aromatiser, parfumer / trouver bon, agréable / épicer un plat
طايَبَ : badiner, blaguer, rigoler, bouffonner, canuler
طابَ : devenir agréable
تَطَيَّبَ : répandre un parfum sur soi

nom.
طِيب : bonté / arôme, parfum, fragrance, senteur
طِيبَة : bonté
طابَة : boule
تَطْيِيب : parfum, fragrance, arôme
مَطْيَبَة : endroit embaumé

adjectif. / adverbe.
طَيِّب : beau, mielleux, bon / exquis, ragoûtant, délicieux, doux, savoureux, suave, succulent, délectable, bon
أَطْيَب : meilleur, plus agréable / mieux
مَطْيَبَة : délectable, savoureuse
hadith propos du dernier des Messagers et Prophètes de Dieu l'Unique Muhammad sur lui le salut et la paix de Dieu
Oh Messager de Dieu, certaines personnes (des gens)  qui nous apportent ( ramènent) de la chair (de la viande). Nous ne savons pas (on ignore). si le nom nom de Dieu a été mentionné dessus (sur Lui) ou non (pas) , alors le Messager de Dieu, que la prière et la paix de Dieu soient sur lui,  (il) a dit: Mentionnez vous-mêmes le nom de Dieu et mangez.
Sahih Sunan Ibn Majah n° 3234, sous l'autorité d'Aisha, que Dieu soit satisfait d'elle
يَا رَسُولَ اللَّهِ إِنَّ قَوْمًا يَأْتُونَنَا بِاللَّحْمِ لا نَدْرِي أَذَكَرُوا اسْمَ اللَّهِ عَلَيْهِ أَمْ لا فَقَالَ رَسُولُ اللَّهِ صَلَّى اللَّهُ عَلَيْهِ وَسَلَّمَ سَمُّوا اللَّهَ عَلَيْهِ وَكُلُوهُ
  صحيح  سُنن ابن ماجه‎  عَنْ عَائِشَةَ رَضِيَ اللَّهُ عَنْهَا
ya Raçoul Alllah 'in qawmana yatounana bialllahm la nadri 'adhakarou asm Alllah εalayh 'am la faqal Raçoul Alllah salla Alllah εalayh wasallam sammou Alllah εalayh wakoulouh
Sahih Sunan ibn Majah‎ εan Ayshat radi Alllah εanha
De nos jours, il est une question qui fait l’objet d’une controverse au sein de la communauté, et sur laquelle flotte une véritable confusion dans l’esprit d’un grand nombre de musulmans. Il s’agit de la consommation de viande provenant des Gens du Livre, chrétiens ou juifs. Nous avons déjà traité ce sujet de manière succincte et générale dans un article précédent concernant les règles relatives au sacrifice des bêtes, c’est pourquoi il convient ici de s’attarder sur ce point afin de clarifier la position que se doit d’adopter le musulman face à la consommation de cette viande, à la lumière de fatwas de gens de science.

Tout d’abord, il faut bien saisir le principe de licéité qui fait l’unanimité au sein des gens de science,  anciens et contemporains. En effet, nous avions affirmé que les sacrifices des Gens du Livre, juifs et chrétiens, étaient licites à la consommation en vertu de la parole de Dieu كلمة الله  Kalimat Allah: « Vous est permise la nourriture des Gens du Livre  »Sourate 5 La table servie verset 5, c'est-à-dire les bêtes sacrifiées par les Gens du Livre vous sont licites à la consommation. Ibn ‘Abbas a dit: « Leur nourriture, c'est-à-dire leurs sacrifices » Rapporté par Al Boukhari (voir Fath al bâri 9/552).

Sourate 5   المائدة al Māʾida la Table est servie Verset 5

Période Médinoise qui occupe la 112è place dans l'ordre chronologie

الْيَوْمَ أُحِلَّ لَكُمُ الطَّيِّبَاتُ وَطَعَامُ الَّذِينَ أُوتُواْ الْكِتَابَ حِلٌّ لَّكُمْ وَطَعَامُكُمْ حِلُّ لَّهُمْ وَالْمُحْصَنَاتُ مِنَ الْمُؤْمِنَاتِ وَالْمُحْصَنَاتُ مِنَ الَّذِينَ أُوتُواْ الْكِتَابَ مِن قَبْلِكُمْ إِذَا آتَيْتُمُوهُنَّ أُجُورَهُنَّ مُحْصِنِينَ غَيْرَ مُسَافِحِينَ وَلاَ مُتَّخِذِي أَخْدَانٍ وَمَن يَكْفُرْ بِالإِيمَانِ فَقَدْ حَبِطَ عَمَلُهُ وَهُوَ فِي الآخِرَةِ مِنَ الْخَاسِرِينَ

 

 Aujourd'hui*1  est autorisée*2  pour vous *3 La (toute)  (les bonnes choses)*4  Alors donc, que la nourriture *5  de ceux qui*6 ont reçu (il a été donné)*7 les Écritures (la Prescription) *8 est (soit) aussi licite*9 pour vous*10, de même que la vôtre (et que votre nourriture)*11 l'est pour eux*12. Pour ce qui est du mariage, il vous est permis de vous marier aussi bien avec d'honnêtes musulmanes qu'avec d'honnêtes femmes appartenant à ceux qui ont reçu les Écritures avant vous, à condition de leur verser leur dot, de vivre avec elles, en union régulière, loin de toute luxure et de tout concubinage . Celui qui trahit sa foi perd le fruit de ses bonnes œuvres et sera du nombre des perdants dans la vie future.»

alyawma ouĥila lakoumou alŤayibatou waŤaƐamou  alađiyna outou alKitaba ĥiloun lakoum waŤaƐamoukoum ĥiloun lahoum wâlmouĥSanatou mina almou'minati wâlmouĥSanatou mina alađiyna outou alKitaba min qablikoum îđha ataytoumouhouna oujourahounna mouĥSiniyna ğhayra mouçafiĥiyna wala moutaķiđi aķhdanin waman yakfour bial'îymani faqad ĥabiŤa Ɛamalouhou wahouwa fi al'aķhirati mina alķaçiriyna.

Analysons la première partie  des mots de ce verset très important qui à sous fait débat dans les familles au sujet de la consommation des viandes dites حلال ḥalāl, « permises - licite » qui désigne tout ce qui est autorisé par la charia,  الشَّرِيعَة  la Loi musulmane qui représente dans l'Islam  الإسلام ; Alʾislām, la soumission et la sujétion aux ordres de Dieu l'Unique الله Allah diverses normes et règles doctrinales, sociales, cultuelles et relationnelles édictées par la Révélation تَنزِيلًا tanziylan.

*1: Aujourdh'ui ٱلْيَوْمَ alyawma

Cette racine comptabilise 475 apparitions dans le Coran sous diverses formes.

verbe.
يَوَمَ : Exister/se trouver dans le jour / passer un jour ou des jours / Contracter avec quelqu'un un engagement par jours ou à la journée

nom.
يَوْم : journée, jour / temps
يَوْم : journée de 24 heures, synonyme de "نَهَار" qui lui signifie jour sous le rapport dé la clarté
Dans les pays arabe la journée se compte du coucher du soleil jusqu'au coucher de soleil suivant
Une journée "yawm"/"يَوْم" comporte la nuit "layl"/"لَيْل" qui est l'absence de clarté du soleil, et le jour "nahar"/"نَهَار" qui représente tout le temps où la clarté du jour soleil est présente dans l'atmosphère
يَوْمَئِذٍ : en ce temps / à ce momnt là
يَوْمَذَاكَ : en ce temps
يَوْمِيَّة : rétribution journalière, salaire journalier

adjectif. / adverbe.
يَوْمِيّ : journalier, quotidien

*2:  est autorisé أُحِلَّ  ouĥila

Cette racine comptabilise 51 apparitions dans le Coran sous diverses formes.

verbe.
حَلَّ : devenir légal, légitime, devenir permis, autorisé / décoller, défaire, délier, désassembler, desserrer, détacher, disjoindre, dissocier, larguer, résoudre / dissoudre حَلَّلَ : résoudre, analyser, décomposer / admettre, autoriser, légaliser, permettre, consentir / expliquer, commenter
أَحَلَّ : placer, installer quelqu'un / autoriser, permettre / quitter, terminer son pèlerinage ( حَجّ, avec un /a/ bref ; ou ḥijjaʰ, حِجّة, « (aller vers) pèlerinage »)

nom.
حِلّ : légal, légitime, licite
حِلّ : enceinte sacrée autour de la Ka'ba
حِلّ : libre, émancipé
حِلّ : habitant dans un endroit
حَلّ : analyse des constituants de quelque chose / fonte, dissolution, fonte, fusion, liquéfaction, délayage, refonte / solution
إِحْلاَل : remplacement, substitution, changement, commutation, relève, novation
مَحَلّ : emplacement, endroit, lieu, local, place, position, situation, site, centre, secteur / lieu, local, position, situation, secteur / boutique, magasin

adjectif.
حَلاَل : légal, légitime, licite, permis(e)

*3:  pour vous لَكُمُ  lakoumou

Cette racine comptabilise 1.394 apparitions dans le Coran sous diverses formes.

pronom.
لِـ : introduit le but / particule du subjonctif, pour, afin que, afin de
لِي : mien
لَنَا : notre, nôtre, nos
لَكَ : votre
لَكُم : votre

*4 : les bonnes choses ٱلطَّيِّبَٰتُ  alŤayibatou

Cette racine comptabilise 50 apparitions dans le Coran sous diverses formes

verbe.
طَيَّبَ : embaumer, aromatiser, parfumer / trouver bon, agréable / épicer un plat
طايَبَ : badiner, blaguer, rigoler, bouffonner, canuler
طابَ : devenir agréable
تَطَيَّبَ : répandre un parfum sur soi

nom.
طِيب : bonté / arôme, parfum, fragrance, senteur
طِيبَة : bonté
طابَة : boule
تَطْيِيب : parfum, fragrance, arôme
مَطْيَبَة : endroit embaumé

adj. / adverbe.
طَيِّب : beau, mielleux, bon / exquis, ragoûtant, délicieux, doux, savoureux, suave, succulent, délectable, bon
أَطْيَب : meilleur, plus agréable / mieux
مَطْيَبَة : délectable, savoureuse

*5  la nourriture de  وَطَعَامُ  waŤaƐamou

Cette racine comptabilise 48 apparitions dans le Coran sous diverses forme

verbe.
طَعَّمَ : féconder, inoculer, vacciner, féconder
طَعِمَ : déguster, goûter, savourer / boulotter, croûter, manger
طَعَمَ : se rassasier / manger
طاعَمَ : manger avec quelqu'un / alimenter, nourrir, repaître
أَطْعَمَ : alimenter, nourrir, repaître
تَطَعَّمَ : être vacciné, fécondé / déguster, goûter, savourer
اِسْتَطْعَمَ : déguster, goûter, savourer

nom.
طَعَام : nourriture, table, aliment, chère, comestibles, manger, subsistance, boustifaille, mets, vivres
طَعَامِيّ : restaurateur
طَعْم : goût, saveur
طُعْم : appât, amorce
طُعْمَة : nourriture, table, aliment, manger, boustifaille, mets, vivres
طَعَام : nourriture, table, aliment, chère, comestibles, manger, subsistance, boustifaille, mets, vivres
إِطْعَام : alimentation, nutrition
تَطْعِيم : inoculation, vaccination / incrustation, marqueterie / greffage
مَطْعَم : cantine, restaurant

adectifj. / adverbe.
طَعِم : qui se nourrit bien / qui a de quoi vivre
مُطَعَّم : marqueté / vacciné

*6 : ceux à qui (sont)   ٱلَّذِينَ  alađiyna

Principe actif / Sens verbal de la racine :
Ceux qui, celles qui, lesquels, lesquelles
pronom.
ألذين : pluriel. ceux-ci, ces

*7 : il a été donné أُوتُوا۟  outou

Cette racine comptabilise 549 apparitions dans le Coran sous diverses formes

verbe.
أَتى ـ إتْياناً : venir chez quelqu'un / venir en un lieu.
أَتى عَلى : exécuter / finir / ruiner
أَتى ب : amener quelqu'un / apporter quelque chose
آتى ه مؤَاتاة : convenir
تَأَتَّى من او عن : déduire / provenir / il en résulte que expr.
... أَتاني أَنَّ : on me racconte que...
آتى ثَمَرُه : donner des fruits
يُؤَاتيني : il me convient

nom.
الآتى: L'avenir / Le futur
 

*8 : la Prescription ٱلْكِتَٰبَ  alKitaba

Cette racine comptabilise 319 apparitions dans le Coran sous diverses formes.

verbe.
كَتَبَ : écrire / composer / enjoindre, imposer, obliger, forcer / envoyer
كَتَّبَ : enseigner l'écriture à quelqu'un. / écrire, rédiger un livre / rassembler des cavaliers
كاتَبَ : correspondre, échanger des courriers ou des écrits
أَكْتَبَ : dicter
اِكْتَتَبَ : transcrire

nom.
كُتْبَة : lanière à coudre / couture
كِتْبَة : copie, action de copier, transcription / état, situation, position
كَتَبَة : scribes, copistes
كُتُبِيّ : livresque / libraire
كُتُبِيَّة : librairie, bibliothèque
كِتَاب : livre, bouquin / lettre, légation, message, missive / destinée, arrêts de Dieu / Livre Révélé (ordonné), كِتَٰبٍ وَأُمِرْتُ  kitabin wa'oumirtou, Sacré مُقَدَّس muqadas: saint قُدْسِيّ  qudsi, bénit, intangible/ obligation, prescription divine
كِتَابَة : écriture
كِتَابِيّ : Juif israélite هُودًا houdan يَهُود : la société juive / juifs, israélites , Chrétien nazaréen نَصَٰرَىٰ naSara, Nazaréen, Christ​ / نَاصِرِيّ naSiriy, : chrétien, messianique, nazaréen / chrétienté نَصْرانِيّ  nasrani: écrit, graphique
كاتِب : écrivain, auteur
مَكْتَب : secrétaire, bureau, pupitre / cabinet, bureau / bureau de placement, agence de placement
مَكْتَبَة : librairie / bibliothèque / bibliothécaire
مَكْتَبِيّ : bibliothécaire
اِكْتِتَاب : souscription / cotisation

adectifj. / adverbe.
مَكْتُوب : écrit / destiné, prédestiné, décrété par le destin

*9 : soit licite حِلٌّ ĥiloun

Cette racine comptabilise 51 apparitions dans le Coran sous diverses formes.

verbe.
حَلَّ : devenir légal, légitime, devenir permis, autorisé / décoller, défaire, délier, désassembler, desserrer, détacher, disjoindre, dissocier, larguer, résoudre / dissoudre 

حَلَّلَ : résoudre, analyser, décomposer / admettre, autoriser, légaliser, permettre, consentir / expliquer, commenter
أَحَلَّ : placer, installer quelqu'un / autoriser, permettre / quitter, terminer son pèlerinage

nom.
حِلّ : légal, légitime, licite
حِلّ : enceinte sacrée autour de la Ka'ba
حِلّ : libre, émancipé
حِلّ : habitant dans un endroit
حَلّ : analyse des constituants de quelque chose / fonte, dissolution, fonte, fusion, liquéfaction, délayage, refonte / solution
إِحْلاَل : remplacement, substitution, changement, commutation, relève, novation
مَحَلّ : emplacement, endroit, lieu, local, place, position, situation, site, centre, secteur / lieu, local, position, situation, secteur / boutique, magasin

adjectif.
حَلاَل : légal, légitime, licite, permis(e)

*10 : pour vous, لَّكُمْ  lakoum

voir *3

*11: et que votre nourriture  وَطَعَامُكُمْ  waŤaƐamoukoum

voir *5

*12 soit licite  حِلٌّ ĥiloun

 voir *9


sourate 5  المائدة al-Lāʾida la Table est servie verset 87

يَا أَيُّهَا الَّذِينَ آمَنُواْ لاَ تُحَرِّمُواْ طَيِّبَاتِ مَا أَحَلَّ اللّهُ لَكُمْ وَلاَ تَعْتَدُواْ إِنَّ اللّهَ لاَ يُحِبُّ الْمُعْتَدِينَ

Ô vous qui croyez (ont la foi)  ! Ne ( nullement ne)vous interdisez (prohibez)  pas les (des)  bonnes choses que (qu'à) Dieu a rendues (autorisé) licites pour vous, en  ( et nullement) évitant cependant tout excès ( vous agresserez*.), car (En effet) Dieu n'aime pas  (aucunement n'a d'attache envers)ceux (les agresseurs*.) qui dépassent les limites permises !

 Ya'ayouha alađihyna amanou la touĥarimou Ťayibati ma aĥala Allahu lakum wala taƐtadou îna Allaha la youĥibou almouƐtadiyna

vous agresserez. تَعْتَدُوٓا۟  taƐtadou les agresseurs ٱلْمُعْتَدِينَ  almouƐtadiyna 

Cette racine comptabilise 106 apparitions dans le Coran sous diverses formes

verbe.
عَدَّى : faire passer, faire traverser / se désister de, abandonner qqch / dépasser, surpasser / empêcher, détourner qqn d'une affaire / donner au verbe la forme transitive
عَدِيَ : détester, haïr, être hostile à qqn
عُدِيَ : subir une injustice / être volé
عادَى : s'en faire un ennemi
أَعْدَى : doubler, franchir, dépasser, excéder, surpasser, traverser / faire courir qqn / aider, soutenir, secourir
تَعَدَّى : dépasser, surpasser / doubler, franchir, déborder, dépasser, enjamber, excéder, forfaire, outrepasser, surpasser, traverser, griller, mordre, passer, enjamber / agresser, attenter, empiéter, transgresser, usurper, violer / être transitif
اِعْتَدَى : franchir, dépasser, excéder, surpasser, traverser / opprimer, faire du tort à quelqu'un

nom.
عَدُوّ : adversaire, antagoniste, ennemi, colitigant
عُدَوَاء : incommodité d'un siège, d'une selle / terrain rocailleux et aride / difficulté du travail / distance
عُدْوان : agression, iniquité, oppression, injustice / attaque, hostilité
عُدْوانِيَّة : agressivité, malveillance
عَدْوَى : contagion, infection
عِدًى : ennemis, adversaires / bord, rivage / étrangers
عُدًى : contrés hautes, élevées / ennemis, adversaires
عَدِيّ : groupe qui déclenche l'attaque
عادِيَة : fléau, tragédie, fatalité, calamité, désastre, infortune, lèpre, malheur, sinistre, avatar / iniquité, tyrannie
تَعْدِيَة : transitivité
مَعْدًى : faux-fuyant
مُعْتَدٍ : agresseur
عَدَاء / عِدَاء : animosité, antagonisme, hostilité, inimitié
عَدَائِيَّة : agressivité, malveillance

adjectif. / adverbe.
عُدْوانِيّ : agressif, hostile, malveillant, offensif
عِدًى : éloignés, écartés
عَدَائِيّ : hostile, inamical
عَدَا : excepté, sauf, hormis, à l'exception de, à part, hors

 

الحمد لله
هذه المطاعم إذا كانت في بلد يتولى ذبح الحيوانات فيه مسلمون أو أهل كتاب ( وهم اليهود والنصارى ) ، أو كان أصحاب المطاعم يتولون الذبح بأنفسهم وهم مسلمون أو كتابيون ، جاز الأكل منها ، ولو جهلنا هل ذكروا اسم الله عليها أم لا ، وذلك لأن الأصل حل ذبائحهم ، ولما روى البخاري (2057) عَنْ عَائِشَةَ رَضِيَ اللَّهُ عَنْهَا أَنَّ قَوْمًا قَالُوا يَا رَسُولَ اللَّهِ إِنَّ قَوْمًا يَأْتُونَنَا بِاللَّحْمِ لا نَدْرِي أَذَكَرُوا اسْمَ اللَّهِ عَلَيْهِ أَمْ لا فَقَالَ رَسُولُ اللَّهِ صَلَّى اللَّهُ عَلَيْهِ وَسَلَّمَ سَمُّوا اللَّهَ عَلَيْهِ وَكُلُوهُ".
وإذا كان الذبح يتولاه غير المسلمين والكتابيين كالملاحدة والهندوس ، فلا يجوز الأكل منه .
واعلم أن ذبيحة المسلم والكتابي مباحة إذا ذبحت ذبحا شرعيا أو جهلنا كيف ذبحت  أما ما علمنا أنه ذبح بطريقة غير شرعية كالخنق والصعق ونحو ذلك فإنه ميتة يحرم الأكل منه سواء كان الذابح مسلماً أو كافراً ، لقول الله تعالى : ( حُرِّمَتْ عَلَيْكُمْ الْمَيْتَةُ وَالدَّمُ وَلَحْمُ الْخِنزِيرِ وَمَا أُهِلَّ لِغَيْرِ اللَّهِ بِهِ وَالْمُنْخَنِقَةُ وَالْمَوْقُوذَةُ وَالْمُتَرَدِّيَةُ وَالنَّطِيحَةُ وَمَا أَكَلَ السَّبُعُ إِلا مَا ذَكَّيْتُمْ) المائدة/3

) .
الشيخ ابن باز في "فتاوى إسلامية" (3/414) .
وقال الشيخ ابن عثيمين :
هذه الذبائح لا تخلو من ثلاث حالات :
الأولى : أن نعلم أن هذا يذبح على طريق سليم . فهذه الذبيحة حلال .
الثانية : أن نعلم أن هذا يذبح على طريق غير سليم . فهذه الذبيحة حرام .
الثالثة : أن نشك ، فلا ندري أذبح على وجه سليم أم لا . والحكم في هذه الحال أن الذبيحة حلال ولا يجب أن نسأل أو نبحث كيف ذبح ، وهل سمى أم لم يسم ، بل إن ظاهر السنة يدل على أن الأفضل عدم السؤال وعدم البحث . ولهذا لما قالوا للنبي صَلَّى اللَّهُ عَلَيْهِ وَسَلَّمَ : ( لا ندري أذكروا اسم الله أم لا ) لم يقل : اسألوهم ، هل سموا الله أم لم يسموا ، بل قال : ( سموا أنتم وكلوا ) وهذه التسمية التي أمر بها النبي صَلَّى اللَّهُ عَلَيْهِ وَسَلَّمَ ليست تسمية للذبح لأن الذبح قد انتهى وفرغ منه ، ولكنها تسمية الأكل ، فإن المشروع للآكل أن يسمي الله عز وجل عند أكله ، بل القول الراجح أن التسمية عند الأكل واجبة لأمر النبي صَلَّى اللَّهُ عَلَيْهِ وَسَلَّمَ بها ، ولأن الإنسان لو لم يسم لشاركه الشيطان في أكله وشرابه .
وإذا تورع الإنسان وترك الأكل من هذه اللحوم فلا حرج عليه ، وإن أكلها فلا حرج عليه اهـ . بتصرف فتاوى إسلامية (3/415) .
والله أعلم

 TRADUCTION  RAPPROCHEE

La Louange est a Dieu seul .
Si ces restaurants se trouvent dans un pays où les animaux sont abattus par des musulmans ou des Gens du Livre أهل كتاب 'ahl Kitab (wahum al-yahoud wa al- nasara وهم اليهود والنصارى  ce sont les juifs et les chrétiens), ou si les propriétaires des restaurants entreprennent eux-mêmes l'abattage alors qu'ils sont musulmans ou écrivains, il est permis de manger d'eux, même si nous sommes ignorants, ont-ils mentionné le nom de Dieu sur eux ou non, car l'origine est une solution leurs sacrifices, et quand al-Boukhari (2057) a rapporté d'Aïcha, que Dieu soit satisfait que certaines personnes ont dit: O Messager de Dieu que certaines personnes viennent à nous avec de la viande, nous ne savons pas le nom de Dieu soit sur lui, ils ont mentionné ou non le Messager de Dieu la paix soit sur lui, Dieu l'a nommé et manger ".
Si l'abattage est effectué par des non-musulmans et des écrivains, tels que des athées et des hindous, والكتابيين كالملاحدة والهندوس wa alKitabiyn kalmulahadat wa al-hindus il n'est pas permis d'en manger.
Sachez que le sacrifice d'un musulman et du livre est permis si vous abattez un abattage légitime ou notre ignorance de la façon dont il a été abattu. Et il n'en est pas digne autre que Dieu, et les étranglés, et la conduite, et les boiteux, et l'asymétrie, et ce que les sept mangent, sauf ce qui est ce que
Cheikh Ibn Baz dans «Fatwas islamiques» (3/414).
Cheikh Ibn Uthaymeen a déclaré:
Ces carcasses ne sont pas sans trois cas:
Le premier: savoir que cela est massacré sur une bonne voie. Ce sacrifice est permis.
La seconde: savoir que celle-ci est abattue sur un mauvais chemin. Ce sacrifice est interdit.
Le troisième: si nous doutons, nous ne savons pas ce qui a été correctement abattu ou non. La décision dans ce cas est que le sacrifice est autorisé et que nous ne devons pas demander ni rechercher comment il a été abattu, et s'il a été nommé ou non, mais plutôt la Sunna apparente indique qu'il vaut mieux ne pas demander et ne pas chercher. C’est pourquoi, quand ils ont dit au Prophète, que la prière et la paix de Dieu soient sur lui: (Nous ne savons pas, mentionnez le nom de Dieu ou non) Il n'a pas dit: Demandez-leur, ont-ils nommé Dieu ou non? Plutôt, il a dit: (Nommez-vous et mangez) et cette désignation que le Prophète, que Dieu le bénisse et lui accorde la paix, n'a pas nommé Pour l'abattage parce que l'abattage est terminé et terminé, mais c'est le nom de manger, car il est légitime que la nourriture que Dieu Tout-Puissant soit appelé quand elle est mangée, mais plutôt le dicton le plus correct selon lequel le nom en mangeant est dû au commandement du Prophète, que Dieu le bénisse et lui accorde la paix, et parce que si une personne ne se nomme pas, Satan שָׂטָן śāṭān, « ennemi »  ﺷﻴﻄﺎﻥ šayṭān « celui qui divise » - « qui désunit » - « trompeur, calomniateur » partage son alimentation et sa boisson.
Si une personne a peur et quitte manger de cette viande, il n'y a rien de mal avec lui. Avec des fatwas islamiques (3/415).
Dieu sait mieux.

De ce fait, les animaux sacrifiés par les Gens du Livre, qu’ils soient juifs ou chrétiens, sont licites d’après l’avis unanime des savants musulmans. Ainsi, la base reste la licéité de cette viande, tant que l’on n’a pas la certitude qu’elles aient été sacrifiées de manière islamiquement non légale. A ce sujet, l’imam Abdelaziz Ibn Baz dit en réponse à une question lui étant adressée, au sujet la consommation de viande issue des bêtes immolées par les chrétiens à notre époque, et ce, malgré les différentes méthodes d’abattage qu’ils emploient, tels que l'utilisation de machines et le recours aux produits anesthésiants : « Il est permis de consommer les bêtes qu'ils ont immolées tant qu'on ne sait pas qu'elles ont été immolées de manière islamiquement non légale, car à l'origine elles sont licites au même titre que la bête immolée par le musulman, en vertu de la Parole de Dieu كلمة الله  Kalimat Allah (l'Exalté) : « Vous est permise la nourriture des Gens du Livre, et votre propre nourriture leur est permise» Sourate 5 La table servie verset 5. voir ci-dessus explication

Plus encore, certains savants sont d’avis qu’il ne sied pas au musulman de demander et de s’assurer de cela, comme l’affirme le noble savant Cheykh Al ’Otheymine dans son commentaire de l’ouvrage de jurisprudence 

Ach-Charh al Moumti' 'ala Zâd al Moustaqni'- Sheikh al 'Uthaymin  الشرح الممتع على زاد المستقنع للشيخ صالح العثيمين   

 http://maktaba-tawhid.fr/fr/home/4121-ach-charh-al-moumti-ala-z%C3%A2d-al-moustaqni-.html

« Il ne nous est pas imposé de demander de quelle manière sont sacrifiées les bêtes tant qu’elles émanent de ceux dont les sacrifices sont permis, mais s’il est établi par la suite qu’elles ne sont pas sacrifiées de manière légale, elles sont illicites à la consommation. Mais le fait de chercher et d’interroger à ce sujet est une forme d’excès et de difficultés imposées aux gens ».

information:

Le Groupe Doux, créé en 1955 et basé à Châteaulin (Finistère),  entreprise française de l'industrie agroalimentaire spécialisée dans les transformations de volaille active de 1955 à 2018.
 En 2014, Doux est le premier exportateur européen en volume de transformations de volailles, et le 3è au niveau mondial
 Le 18 mai 2018, le tribunal de commerce de Rennes a retenu les offres de reprise du groupe Doux par LDC, le saoudien Al Munajen, Terrena, Société des volailles de Plouray, Saria et Yer Breizh
Le Groupe Doux pratique l’abattage rituel halal depuis plus de 50 ans pour sa marque Doux, exclusivement halal. C'était en 2018 une de ses principales sources de revenus. Doux exporte chaque année 170 000 tonnes de volaille halal au moyen orient 170 000 tonnes de volaille halal. Nous pouvons trouver cette volaille de lamarque Doux proche de la la Kaaba, chez Abraj Hypermarket (magasin situé dans le gratte-ciel coiffé de l’immense horloge aujourd’hui mondialement connue).

Comment se porte le marché de la viande halal 
Le marché de la viande halal n’est pas monolithique. C’est pourquoi, avant de répondre à cette question, il convient au préalable de distinguer trois secteurs : ( Les métiers de bouche)
– les boucheries traditionnelles,
– les restaurants,
– la grande distribution (Carrefour, Auchan, Casino, etc.).
en 2020
Ainsi, globalement, les boucheries ont eu un chiffre d’affaires qui a augmenté de 30 %, la grande distribution de 40 %, tandis que les restaurateurs ont vu le leur plonger de 80 %.
Derrière ces chiffres, il y a tout de même une forte disparité. Certains commerçants ont multiplié leur chiffre d’affaires par deux ou trois. D’autres ont très peu gagné. 

De ce fait, il est à noter que les avis de gens de science reconnus en Islam divergent concernant la viande d’origine douteuse - car c’est bien de ce point précis dont il est question ici - provenant des pays des Gens du Livre, chrétiens et juifs. En effet, certains d’entre eux voient que cette viande est licite à la consommation jusqu’à preuve du contraire, et se basent sur les textes d’ordre générale qui indiquent la licéité des sacrifices des Gens du Livre et sur le fait que la législation n’impose pas de chercher à savoir si le mode d’abattage est bel et bien conforme aux rituels islamiques. D’autres, en revanche, sont plutôt d’avis qu’il est préférable de s’abstenir, afin d’éviter les doutes, en vertu des ahadiths prônant ce principe éthique que l’Islam encourage. Néanmoins, le but de cet humble article tend à être le plus objectif possible, et exposer brièvement ces différents avis afin de permettre au musulman d’y voir un peu plus clair.

Ainsi, certains gens de science affirment le principe de licéité de la viande d’origine douteuse lorsque cette dernière nous provient des Gens du Livre, et ce, tant qu’il n’est possible d’affirmer avec certitude qu’elle est illicite. A ce sujet, l’imam Abdelaziz Ibn Baz est l’auteur de nombreuses fatwas qui vont dans ce sens.

 Fatawas Cheykh Abdelaziz Ibn Baz

Question : Quel est le statut des viandes importées de l'étranger ainsi que les poulets surgelés dont on ignore la méthode d’abattage, sachant que certains savants n'encouragent pas leur achat ?

Réponse : Si ces viandes sont importées des pays des Gens du Livre, elles sont licites à la consommation, tant que l’on ignore ce qui prouve leur interdiction, conformément à la Parole de Dieu كلمة الله  Kalimat Allah (Gloire et Pureté à Lui) : « Vous sont permises, aujourd'hui, les bonnes nourritures. Vous est permise la nourriture des Gens du Livre أهل كتاب  'ahl Kitab, et votre propre nourriture leur est permise ». Le fait que quelques abattoirs dans certains pays des Gens du Livre emploie une méthode d’abattage islamiquement non légale, ne rend pas les bêtes importées des pays des Gens du Livre illicites à la consommation,

et ce, jusqu'à ce que l’on sache que telle viande provient de tel abattoir qui ne sacrifie pas selon la méthode légale, car à l'origine, elles sont licites jusqu’à preuve du contraire »Vol 23 page 19.

 Question : Il est vendu ici, en Amérique, des viandes surgelées et fraîches, dont on ne connait ni celui qui a procédé à l’abattage, ni la méthode adoptée, est-il permis d’en manger ?

Réponse : Si la région où sont vendues ces viandes, n’est habitée que par les Gens du Livre parmi les juifs et les chrétiens, ces viandes sont licites à la consommation, même si l’on ignore la méthode d'abattage, car à l'origine, leurs sacrifices sont licites, en vertu de la Parole de Dieu كلمة الله  Kalimat Allah (Exalté soit-Il) : « Vous sont permises, aujourd'hui, les bonnes nourritures. Vous est permise la nourriture des Gens du Livre, et votre propre nourriture leur est permise ». Or, si d'autres mécréants [hormis les chrétiens et les juifs] habitent cette région, il ne faut alors pas en manger, en raison de l’éventuelle confusion qu’il pourrait y avoir entre la viande licite et celle illicite. De même, c’est également le cas si vous apprenez que ceux qui vendent ces viandes, n’emploient pas une méthode d’abattage conforme à la législation islamique et adoptent d'autres méthodes telles que l'étouffement ou l'assommage, que le sacrificateur soit musulman ou non, car Dieu (Exalté soit-Il) dit : « Vous sont interdits la bête trouvée morte, le sang, la chair de porc, ce sur quoi on a invoqué un autre nom que celui de Dieu, la bête étouffée, la bête assommée ou morte d'une chute ou morte d'un coup de corne, et celle qu'une bête féroce a dévorée - sauf celle que vous égorgez avant qu'elle ne soit morte ». Que Dieu guide les musulmans vers la compréhension de leur religion, Il est Audient et Proche.Vol 23 page 21

 Question : Nous est-il permis de manger les poulets importés de France, car nous avons entendu qu’ils étaient abattus par électronarcose, et quelle est le rôle du ministère du commerce face à cette question ?

Réponse : Nous avons abordé ce sujet plus d’une fois, et nous nous sommes entretenus avec le ministère à ce propos plus d’une fois à travers différents courriers. Toutefois, ce que nous savons, c’est que tout ce qui importé dans notre pays est licite à la consommation et cela ne fait aucun doute. Ces produits alimentaires sont contrôlées du point de vue de leur abattage et autres. De plus, la base est que les viandes qui proviennent des Gens du Livre, chrétiens ou juifs, sont licites à la consommation, car Dieu nous a rendu leurs sacrifices licites. De ce fait, tout ce qui nous provient de France, d’Angleterre du Danemark, ou tout autre pays chrétiens ou juifs, avec lesquels nous avons des accords commerciaux, nous est licite à la consommation, car cela fait partie de leur nourriture comme mentionné dans le verset, et il ne nous est pas demandé d’enquêter sur l’origine de ces viandes, en disant peut-être que ceci ou cela. Néanmoins, si l’on apprend que ces bêtes n’ont pas été sacrifiés conformément à la méthode d’abattage en Islam, tel que l’étouffement, l’électronarcose ou autre, il n’est alors pas permis d’en consommer. En revanche, si l’on ignore la méthode employée, la base reste la licéité, au même titre que la viande sacrifiée par un musulman qui est licite jusqu’à preuve du contraire, comme apprendre que ce musulman à sacrifié une bête par une méthode illégale, telle que l’étouffement ou autre. En agissant ainsi, nous utilisons la permission [octroyée par Allah] et optons pour la facilité loin de toute difficulté et fardeau ».

 Après ce petit exposé, il reste malgré tout trois points à éclaircir concernant cette question, à savoir, qui doit-on considérer chrétiens ou juif aujourd’hui, le statut des méthodes d’abattages contemporaines et la mention du nom de Dieu lors du sacrifice.

1 – Les Gens du Livre اهل الكتاب Ahl al-Kitâb 

Un grand nombre de musulman ne préfère pas, voire s’interdisent, la consommation de viande sacrifiée par un chrétien et partent d’un principe qui tendrait à dire que la masse des français, des anglais ou autres, ne sont  plus de véritables chrétiens de nos jours. A ce propos l’éminent Cheykh Al ‘Otheymine évoque cette conception dans son commentaire de l’ouvrage de jurisprudence  « le sujet augmenté زاد الـمـسـتـقـنـع Zâd Al-Moustaqni’ (voir plus haut réf)  » : « Certaines personnes, de nos jours, doutent de la licéité de l’égorgement des juifs et des chrétiens. Ils disent : aujourd’hui, ils ne sont plus sur la religion [qui a été révélée aux] juifs, et aux chrétiens. Cela n’est pas exact. Effectivement, s’ils disent nous n’avons pas de religions, nous ne les considérons pas comme des juifs et des chrétiens, car leur réponse est claire. Mais s’ils se disent juifs ou chrétiens, même s’ils commettent du polythéisme, cela [ne rend pas illicite la viande qu’ils ont égorgée]. La preuve de cela est que Dieu a révélé la sourate « La table servie », dans laquelle Il parle des chrétiens et de leur croyance en la trinité, croyance pour laquelle Il les rend mécréants. Dieu le Très Haut dit :

  sourate 5 المائدة AL Maidah la Table servie verset 5   : « Vous est permise la nourriture des gens du livre, et votre propre nourriture leur est permise »

 Le Coran Parole de Dieu a été révélé après qu’ils aient changé [de croyance], et après qu’ils aient mécru et malgré cela la viande qu’ils égorgent et leurs femmes nous ont été rendues licites. Ainsi s’ils disent : nous sommes juifs ou chrétiens, on doit les considérer ainsi, même s’ils ont changé et altéré [leur religion et leur croyance], tant qu’ils n’affirment pas leurs apostasies d’eux-mêmes » Vol 15 chapitre des sacrifices.

 Fatwa Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance des Fatwas du Royaume d'Arabie .

Question : Est-il permis de manger des animaux égorgés par les gens du Livre malgré leur mécréance et leur polythéisme, ou bien s’agit-il de ceux qui n'associent pas d'autre divinité à Dieu, ne dénigrent pas Muhammad (sur luis le alut et la paix de Dieu) ni son Message, sans pour autant y croire ?

Réponse : Il est absolument permis de manger les bêtes qu’ils ont sacrifiées, même s’ils associent Jésus à Dieu dans leur culte, et nient Muhammad et son Message, conformément au sens général de la Parole de Dieu كلمة الله  Kalimat Allah (Exalté soit-Il) : « Vous est permise la nourriture des gens du Livre, et votre propre nourriture leur est permise », et ce, car les chrétiens de cette époque disaient que Dieu est le troisième d'une trinité qu'ils adorent, et il y en avaient parmi eux qui reniaient le Message de manière absolue à l'époque de la révélation du Coran. De plus, aucune distinction n’est à faire entre les différentes tendances au sein du christianisme quant à la licéité des bêtes qu’ils sacrifient. Dieu  (Exalté soit-Il) dit : « Ce sont, certes, des mécréants ceux qui disent: «En vérité, Dieu  c’est le Messie, fils de Marie » (sur eux le salut et la paix de Dieu).

Sourate 5   المائدة AL Maidah la Table servie Verset 72

قَدْ كَفَرَ الَّذِينَ قَالُواْ إِنَّ اللّهَ هُوَ الْمَسِيحُ ابْنُ مَرْيَمَ وَقَالَ الْمَسِيحُ يَا بَنِي إِسْرَائِيلَ اعْبُدُواْ اللّهَ رَبِّي وَرَبَّكُمْ إِنَّهُ مَن يُشْرِكْ بِاللّهِ فَقَدْ حَرَّمَ اللّهُ عَلَيهِ الْجَنَّةَ وَمَأْوَاهُ النَّارُ وَمَا لِلظَّالِمِينَ مِنْ أَنصَارٍ

Sont de véritables négateurs ceux qui disent : «Dieu, c'est le Messie, fils de Marie.» Le Messie n'a-t-il pas dit lui-même : «Ô Fils d'Israël ! Adorez Dieu qui est mon Seigneur et le Vôtre.» Quiconque donne des associés à Dieu, Dieu lui interdira l'entrée du Paradis et lui réservera l'Enfer pour séjour , les injustes ne bénéficieront d'aucun secours.

Laqad kafara allathIna qalou inna Allaha huwa alMasihou ibnou Maryama waqala alMasihou ya Bani Israila ouƐboudou Allaha Rabbi waRabbakoum innahou man youshrik biAllahi faqad harrama Allahou Ɛalayhi aljannata wama/wahou alnarou wama lilththalimina min ansarin

 aussi :

Sourate 5 La table servie verset 73,

لَّقَدْ كَفَرَ الَّذِينَ قَالُواْ إِنَّ اللّهَ ثَالِثُ ثَلاَثَةٍ وَمَا مِنْ إِلَـهٍ إِلاَّ إِلَـهٌ وَاحِدٌ وَإِن لَّمْ يَنتَهُواْ عَمَّا يَقُولُونَ لَيَمَسَّنَّ الَّذِينَ كَفَرُواْ مِنْهُمْ عَذَابٌ أَلِيمٌ

« Ce sont certes des mécréants, ceux qui disent: "En vérité, Dieu est le troisième de trois » il dit également : « Les Juifs disent : «`Uzayr est fils de Dieu» et les Chrétiens disent: «Le Christ est fils de Dieu»

laqad kafara alađhiyna qalou îna Allaha thalithou thalathatin wama min îlahin îla îlahoun waĥidoun wa'în lam yantahou Ɛama yaqoulouna layamaçana alađhiyna  kafarou minhoum Ɛađaboun aliymoun

A ce sujet il a existé des mouvements chrétiens, dont  les nestoriens qui rejettent les formulations dogmatiques de l"Eglise affirmant que deux hypostases/ousia « être »  ,(substance, essence)  deux personnes distinctes, l'une humaine, l'autre divine, coexisteraient en Jésus-Christ. Jésus fils de Marie

Sourate 9 التوبة  ʾAt-Tawba  Le repentir verset 30.

ériode Médinoise qui occupe la 113è place dans l'ordre chronologie

وَقَالَتِ الْيَهُودُ عُزَيْرٌ ابْنُ اللّهِ وَقَالَتْ النَّصَارَى الْمَسِيحُ ابْنُ اللّهِ ذَلِكَ قَوْلُهُم بِأَفْوَاهِهِمْ يُضَاهِؤُونَ قَوْلَ الَّذِينَ كَفَرُواْ مِن قَبْلُ قَاتَلَهُمُ اللّهُ أَنَّى يُؤْفَكُونَ

 Les juifs disent : «Uzayr est fils de Dieu !» et les chrétiens disent : «Le Messie est fils de Dieu !» Telles sont les paroles qui sortent de leurs bouches, répétant ainsi ce que les négateurs disaient avant eux. Puisse Dieu les maudire pour s'être ainsi écartés de la Vérité !

 Waqalati alyahoudou εuzayroun ibnu Allahi waqalati alnasara alMasihou ibnu Allahi thalika qawlouhoum bi-afwahihim youdahioona qawla alladhina kafarou min qablou qatalahoumou Allahou anna youfakouna

Fatwa numéro 3591

 2 – Les méthodes d’abattages contemporaines

S’il est unanimement reconnu que lorsque les bêtes destinées à la consommation sont mise a mort par étouffement ou électronarcose, leur viande est illicites, il est tout de même important d’apporter un éclaircissement quant aux méthodes pratiquées en abattoir de nos jours et au statut que leur attribuent les gens de science.

En effet, en France l’étourdissement des animaux a été rendu obligatoire par décret en 1964. Ainsi, certaines méthodes visant à étourdir la bête sont employées dans les abattoirs, au travers de méthodes appropriées et reconnues qui entraînent un état d’inconscience immédiat, et non la mort de l’animal, parmi lesquelles l’étourdissement électrique ou électronarcose, l’étourdissement mécanique à l’aide de pistolets à cheville percutante ou pistolets d’abattage, ou encore l’étourdissement par inhalation d’un gaz composé de Co².

Le décret du 1er octobre 1997, relatif à la protection des animaux au moment de leur abattage ou de leur mise à mort, en son article 2 défini le mot étourdissement par « tout procédé qui, lorsqu’il est appliqué à un animal, le plonge immédiatement dans un état d’inconscience où il est maintenu jusqu’à sa mort ».

Cette règlementation en vigueur préconise l’étourdissement des animaux avant leur mise à mort afin de les plonger dans un état d’inconscience dans lequel ils doivent être maintenus jusqu’à leur mort.

Pour les porcs, les ovins, les caprins et les volailles, c’est l’électronarcose qui est utilisée au moyen d’un courant électrique appliqué de façon brève à la hauteur des oreilles. Le choc électrique provoque un évanouissement de courte durée qui ne tue pas l’animal car il se relève peu de temps après. Ainsi, il est plongé dans un état d’inconscience. Il doit ensuite être saigné rapidement. Des systèmes par inhalation d’un gaz composé de Co² sont également employés. Pour les bovins, vaches, veaux et chevaux, les employés utilisent un pistolet à tige perforante appliqué sur la partie frontale du crâne. La boîte crânienne est instantanément perforée ce qui provoque une lésion du cerveau. Les animaux tombent dans un état d’inconscience [mais ne meurt pas]. Ils doivent ensuite être saignés rapidement.

De ce fait, l’interdiction de consommer la viande issue de la bête morte, qui est un principe fondé et basé sur la Parole de Dieu, كلمة الله  Kalimat Allah n’a pas lieu d’être ici, étant donné que les animaux ne sont qu’étourdis.

Par ailleurs, Dieu dit : « Vous sont interdits la bête trouvée morte, le sang, la chair de porc, ce sur quoi on a invoqué un autre nom que celui de Dieu, la bête étouffée, la bête assommée ou morte d’une chute ou morte d’un coup de corne » Sourate 5 La table servie verset 3

 Sourate 5   المائدة al Maidah  la Table servie verset 3

حُرِّمَتْ عَلَيْكُمُ الْمَيْتَةُ وَالْدَّمُ وَلَحْمُ الْخِنْزِيرِ وَمَا أُهِلَّ لِغَيْرِ اللّهِ بِهِ وَالْمُنْخَنِقَةُ وَالْمَوْقُوذَةُ وَالْمُتَرَدِّيَةُ وَالنَّطِيحَةُ وَمَا أَكَلَ السَّبُعُ إِلاَّ مَا ذَكَّيْتُمْ وَمَا ذُبِحَ عَلَى النُّصُبِ وَأَن تَسْتَقْسِمُواْ بِالأَزْلاَمِ ذَلِكُمْ فِسْقٌ الْيَوْمَ يَئِسَ الَّذِينَ كَفَرُواْ مِن دِينِكُمْ فَلاَ تَخْشَوْهُمْ وَاخْشَوْنِ الْيَوْمَ أَكْمَلْتُ لَكُمْ دِينَكُمْ وَأَتْمَمْتُ عَلَيْكُمْ نِعْمَتِي وَرَضِيتُ لَكُمُ الإِسْلاَمَ دِيناً فَمَنِ اضْطُرَّ فِي مَخْمَصَةٍ غَيْرَ مُتَجَانِفٍ لِّإِثْمٍ فَإِنَّ اللّهَ غَفُورٌ رَّحِيمٌ

Il vous est interdit de consommer la bête morte, le sang, la viande de porc, celle d'un animal immolé à d'autres divinités qu'à Dieu, la bête étranglée, assommée, morte d'une chute ou d'un coup de corne, ou celle qui a été entamée par un carnassier à moins qu'elle n'ait été égorgée à temps , ainsi que celle qui a été immolée sur un autel païen. Il vous est également interdit de consulter le sort au moyen de flèches divinatoires , car cela ne peut être que perversité. Désormais, les négateurs ont perdu tout espoir de vous détourner de votre religion. Ne les craignez plus ! Mais craignez-Moi ! Aujourd'hui, J'ai amené votre religion à son point de perfection , Je vous ai accordé Ma grâce tout entière et J'ai agréé l'islam pour vous comme religion ! Celui qui, en période de disette, aura contrevenu à ce qui précède, par nécessité et non par désir de mal faire, sera absous, car Dieu est Clément et Miséricordieux.

 Hourrimat εalaykoumou almaytatou wa-alddamou walahmiou alkhinziri wama ouhilla lighayri Allahi bihi wa almounkhaniqatou wa-almawqouthatou wa almoutaraddiyatou wa alnatihatou wama akala alssabouεou illa ma thakkaytoum wama thoubiha εala alnousoubi waan tastaqsimou bial-azlami thalikoum fisqoun alyawma ya-isa alladhina kafarou min dinikoum fala takhshawhoum waikhshawni alyawma akmaltou lakoum dinakoum waatmamtou εalaykoum niεmati waraditou lakoumou al-islama dinan famani idtourra fi makhmasatin ghayra moutajanifin li-ithmin fa-inna Allaha Ghafourun Rahimpun

Ce verset pourrait prêter à confusion, et induire l’interdiction de viandes issues des bêtes ayant été soumis à l’étourdissement mécanique, néanmoins il faut revenir au terme employé dans le verset «     الْمَوْقُوذَةُ Al mawqoûdhah »   la bête assommée, et à son explication pour se rendre compte qu’il s’agit de la bête qui meurt des suites d’un coup porté par un bâton ou quelque chose de lourd.

forme participe passif. Cette racine comptabilise 1 apparition dans le Coran
  mawqouđatou مَوْقُوذَةٌ : qui est mort assomé, roué de coups, frappé à mort, tué à coups de bâton, qui est sur le point de mourir. et celles mortes sous les coups  وَٱلْمَوْقُوذَةُ wâlmawqouđatou.

 Fatawas Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance des Fatwas du Royaume d'Arabie 

Question : Est-il permis de consommer la viande des bêtes égorgées après avoir été engourdies ? Nous portons à votre attention qu’en Allemagne des lois régissent l’abattage, et qu’il n’est permis de tuer aucun animal qu’après étourdissement.

Réponse : Si l’animal est toujours vivant après l’étourdissement et qu’il est sacrifié de manière légale, il est licite, mais s’il meurt après l’étourdissement, il est illicite, et il n’est d’aucune utilité qu’il soit égorgé par la suite. Fatwa (18476)

 Cheykh Al ’Otheymine dit dans son commentaire de l’ouvrage de jurisprudence «le sujet augmenté زاد الـمـسـتـقـنـع Zâd Al-Moustaqni’ (voir note pus haut) » à ce propos : « Si la bête est soumise à un courant électrique, et qu’ensuite elle est toujours vivante et sacrifiée, elle est licite, et le signe qu’elle est toujours vivante est que lorsqu’on l’égorge le sang jaillit [alors qu’il ne fera que s’écouler si la bête est morte, et il aura commencé à coaguler], et la preuve en est la Parole de Dieu كلمة الله  Kalimat Allah : « Vous sont interdits la bête trouvée morte, le sang qu’on a fait couler, la chair de porc, ce sur quoi on a invoqué un autre nom que celui de Dieu, la bête étouffée, la bête morte suite à un coup, une chute ou un coup de corne, et celle dont un prédateur a mangé - sauf si vous l’égorgez avant qu’elle ne meurt » et cette bête est totalement semblable à la bête étouffée [mais en laquelle il reste un souffle de vie], ainsi si elle est égorgée alors qu’elle est toujours vivante, elle est licite. »

Au regard de cette notion théorique, la seule question qu’il importe malgré tout aux consommateurs de savoir, reste indéniablement de s’assurer qu’en pratique, toute cette règlementation

est convenablement appliquée. Si c’est le cas, il devient alors difficile d’affirmer avec assurance que la viande produite par les abattoirs en France est illicite !(voir sujet abordé ci-dessus: les poulets marques Doux etc.)

 3 – La mention du nom de Dieu الله Allah au moment du sacrifice

Toutefois, il demeure un autre point important qui vient se greffer à notre approche qui se veut la plus objective possible, qui est bien évidemment la question de la mention du nom de Dieu au moment du sacrifice. En effet, l’ensemble des ouvrages de jurisprudence islamiques stipulent clairement au chapitre des règles du sacrifice que la mention du nom de Dieu est une condition de validité du sacrifice. Or, ce qui fait divergence au sein des jurisconsultes  les docteurs de droit musulman fouqahâ  فقهاء réside dans le statut de ce dernier quand le nom de Dieu n’a pas été prononcé. ṣallā-llāhu ʿalayhi wa sallam صلى الله عليه و سلم « que la paix et la prière (bénédiction) de Dieu soient sur lui » les 7 juristes de Médine  فقهاء المدينة  fuqaha' almadina connus https://fr.wikipedia.org/wiki/Les_7_Fuqah%C3%A2_de_M%C3%A9dine

Tout d’abord, il faut savoir qu’aucune différence n’est à faire entre le musulman et le chrétien ou le juif pour ce qui est du statut de la mention du nom de Dieu lors du sacrifice. A ce sujet, l’imam Ibn Qoudâma al Maqdissi ابن قدامة المقدسي .1223.-1147 dit dans son ouvrage «la Chanteur المغنى Al moughnî  » après avoir mentionné les différents avis concernant ce point : « Le musulman et l'écrivain  المسلم والـكـتـابـي almuslim wa al-kitaby sont sur un même piédestal concernant ce que je viens de citer… ».

Ensuite, le statut de cette mention fait l’objet de trois avis différents, c’est en ce sens que l’illustre savant Ibn Rouchd Al Andaloûssi dit dans son ouvrage de jurisprudence « Le début du travail acharné et la fin de la frugalité بداية المجتهد ونهاية المقتصد Bidâyatou-l-moudjtahid » : « Certains ont dit qu’il s’agit d’une obligation absolue, d’autres qu’il s’agissait d’uneobligation qui concerne celui qui s’en rappelle contrairement à celui qui oubli cette mention, enfin d’autres ont dit qu’il s’agissait d’un acte fortement recommandé et non obligatoire.

http://www.arabicbookshop.net/main/details.asp?id=122-150

Le premier avis est soutenu par Ahl Adh-dhâhir,/ aẓ-ẓāhir الظاهر l'évident (l'apparent)  Abd Allah ibn Umar عبد الله بن عمر, Ach-Cha’bi العشابي ; Abū Bakr Muḥammad Ibn Sīrīn  أبوبكر محمد بن سيرين; le second est soutenu par Mālik ibn Anas مالك بن أنس et Nuʿmān ibn Thâbit ibn Zūṭā ibn Marzoubān نعمان بن ثابت بن زوطا بن مرزبان, connu sous le nom de d'Abū Ḥanīfa  أبو حنيفة ; le dernier avis est soutenu par Abu Abdullah Muhammad bin Idris ash-Shâfi'î أبو عبد الله محمد بن إدريس الشافعي. L’origine de cette divergence réside dans l’opposition apparente entre le verset : « Et ne mangez pas de ce sur quoi le nom de Dieu الله Allah n’a pas été prononcé, car ce serait (assurément) une perversité » Sourate 6 الأنعام   ʾAl-ʾAnʿām Les bestiaux, verset 121 et le hadith de ʿĀʾisha bint Abī Bakrعائشة بنت أبي بكر  610-678 , en ces termes : « Des gens vinrent trouver le Prophète allā-llāhu ʿalayhi wa sallam صلى الله عليه و سلم « que la paix et la prière (bénédiction) de Dieu soient sur lui »et dirent : « Des gens nous apportent de la viande et nous ne savons pas s’ils ont mentionné le Nom d’Allah sur celle-ci [en l’égorgeant].» Le Prophète ṣallā-llāhu ʿalayhi wa sallam صلى الله عليه و سلم « que la paix et la prière (bénédiction) de Dieu soient sur lui » dit alors : « Mentionnez, vous, le nom de Dieu et mangez »Rapporté par Al Boukhari (5507)Tome 7 page 174 édition al Maktaba al asriyah (bilingue)…Quant à ceux ayant opté pour limiter le caractère obligatoire de la mention du nom d’Allah à celui qui en a la présence d’esprit au moment de sacrifier la bête, ils se basent sur la parole du Prophète ṣallā-llāhu ʿalayhi wa sallam صلى الله عليه و سلم « que la paix et la prière (bénédiction) de Dieu soient sur lui » : « Nul grief ne sera fait à ma communauté s’ils fautent involontairement, s’ils oublient, et s’ils agissent sous la contrainte » le Hadîth rapporté par:  محمد بن يزيد بن ماجة Muḥammad ibn Yazīd Ibn Mājah: 2045, الدارقطني Ad-Dâraqoutni (4/170),  البيهقي Al Bayhaqi (7/356), الحاكم Al Hakim (2/198), jugé authentique par Al Albâni dans

« Al irwâ ارواء ‘ » (82). 

L’éminent Cheykh muhammad  Al ‘Otheymine لشيخ محمد العثيمين tient des propos assez similaires lorsqu’il détaille les différents avis sur cette question dans son commentaire de l’ouvrage de jurisprudence «la sujet augmenté زاد الـمـسـتـقـنـع  Zâd Al-Moustaqni’ (voir note plus haut)  » : « Le premier avis stipule que la mention du nom de Dieu n’est pas une condition mais seulement recommandée..., le second avis affirme qu’il s’agit d’une condition de validité irrévocable qui garde ce caractère en cas d’oubli, d’ignorance ou de délaissement volontaire…, le dernier avis tend à dire que si cette mention est oubliée le sacrifice est licite, et si cette dernière est délaissée volontairement, même par ignorance, le sacrifice est illicite à la consommation… ».

Partant de là, il apparait clairement que la question a toujours fait l’objet d’une divergence d’opinion, c’est pourquoi il semble difficile d’avancer avec assurance et de manière catégorique cet argument pour démontrer l’interdiction de la viande à propos de laquelle on ne sait pas si la mention du nom de Dieu à été prononcée, surtout dans les pays d’Europe où l’attachement des gens du Livre aux principes cultuels connait un véritable déclin. Pourtant, c’est en se penchant sur certaines fatwas traitant ce point ambigu que l’on s’aperçoit une fois de plus que les idées reçues dévoilent un profond manque de science de la part de beaucoup de musulmans.

 Fatawas Cheykh Abdelaziz Ibn Baz

Question : Il est bien connu que la pratique des gens du Livre diffère de celle des musulmans quant au sacrifice des bêtes destinées à la consommation. Cependant, nous mangeons de leurs viandes bovines, et ovines, endosse-t-on un péché en faisant cela ?

Réponse : …La viande des Gens du Livre, chrétiens ou juifs, nous est permise, et si tu ne sais pas la manière dont ils ont égorgée alors tu peux en mangé et ne demande pas à ce propos tant que tu sais que cette viande provient des gens du Livre car elle t’est licite. Cependant, si tu sais qu’ils ont sacrifié ces bêtes de manière islamiquement non légale, telle l’étouffement ou autre, alors il n’est pas permis d’en manger… Et la sounnah consiste à mentionner le nom de Dieu au moment du sacrifice en disant : « Bismillah  بسم الله Au nom de Dieu l'Unique» car ceci est une obligation. Toutefois, si le sacrificateur oubli ou ignore que la mention du nom de Dieu est obligatoire, il n’y a pas de mal, qu’il s’agisse d’un musulman ou d’un non musulman (chrétien ou juif), il n’y a pas de mal.

 Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance des Fatwas du Royaume d'Arabie 

 « La preuve de base concernant la permission de manger les sacrifices des gens du Livre figure dans le verset : « Vous est permise la nourriture des gens du Livre »Sourate 5 La table servie verset 5, c'est-à-dire les bêtes sacrifiées par les gens du Livre vous sont licites à la consommation. Ibn ‘Abbas a dit : «Leur nourriture, c'est-à-dire leurs sacrifices». Ainsi, lorsque nous savons que le chrétien ou le juif a sacrifié une bête en mentionnant le nom de Dieu, sa viande nous est alors licite, au même titre que si nous savons qu’il a mentionné un autre nom que celui de Dieu, sa viande nous est illicite en

vertu de la Parole de Dieu كلمة الله  Kalimat Allah : « Et ne mangez pas de ce sur quoi le nom de Dieu n’a pas été prononcé, car ce serait (assurément) une perversité »

Coran sourate 6 الأنعام  ʾAl-ʾAnʿām   Les Troupeaux  verset 121

.وَلاَ تَأْكُلُواْ مِمَّا لَمْ يُذْكَرِ اسْمُ اللّهِ عَلَيْهِ وَإِنَّهُ لَفِسْقٌ وَإِنَّ الشَّيَاطِينَ لَيُوحُونَ إِلَى أَوْلِيَآئِهِمْ لِيُجَادِلُوكُمْ وَإِنْ أَطَعْتُمُوهُمْ إِنَّكُمْ لَمُشْرِكُونَ

 Ne mangez pas des viandes sur lesquelles le Nom de Dieu n'a pas été prononcé, car ce serait une véritable perversité. Certes, les démons incitent leurs adeptes à engager une dispute à ce sujet avec vous. Mais si vous les suivez, vous tomberez à coup sûr dans l'idolâtrie.

 Wala ta/koulou mimma lam youthkari ismu Allahi εalayhi wa-innahu lafisqun wa-inna alshshayatina layouhouna ila awliya-ihim liyujadiloukoum wa-in ataεtumouhoum innakoum lamoushrikouna

 Sa Parole au sujet des bêtes interdites : « ce sur quoi on a invoqué un autre nom que celui de Dieu » Sourate 5 La table servie verset 3 Or, si l’on ignore et ne savons pas s’ils ont mentionné le nom de Dieu ou le nom d’un autre que Dieu, la base est que leurs sacrifices est la licéité » Fatawa du Comité du cercle des grands savant d’Arabie Saoudite (22/ 387)."du latin licere, être permis "

Voir livre  Boulough al Marâm  بلوغ المرام "la réalisation du but" (الحافظ  بن حجر العسقلاني al Hafidh ibn Hajar al 'Asqalâni  1372-1449) volume 3 pages 211 - 219 version papier.

 

L’éminent Cheykh Al ‘Otheymine tient des propos allant dans le même sens dans son livre « Les règles du sacrifice » lorsqu’il dit : « Le musulman n’est pas tenu de demander au sujet du sacrifice effectué par le musulman ou le kitâbi  !   الـكـتـابـي et la manière dont il a procédé et s’il a mentionné le nom d’Allah ou non. Plus encore, cela n’a pas lieu d’être, car il s’agit là d’une forme d’exagération en matière de religion. A ce propos, le Messager de Dieu ṣallā-llāhu ʿalayhi wa sallam صلى الله عليه و سلم  : « que la paix et la prière (bénédiction) de Dieu soient sur lui », mangeait de la viande issue des sacrifices juifs et ne les a jamais interrogés.

L’imam Mouhammad al-Boukhârî  محمد البخاري rapporte dans son recueil authentique que ‘Aicha que des gens vinrent trouver le Prophète ṣallā-llāhu ʿalayhi wa sallam صلى الله عليه و سلم  « que la paix et la prière (bénédiction) de Dieu soient sur lui », et dirent : « Des gens nous apportent de la viande et nous ne savons pas s’ils ont mentionné le Nom de Dieu sur celle-ci en l’égorgeant. » Le Prophète ṣallā-llāhu ʿalayhi wa sallam صلى الله عليه و سلم  « que la paix et la prière (bénédiction) de Dieu soient sur lui » dit alors : «Mentionnez, vous, le nom de Dieu et mangez » Rapporté par Al Boukhari (5507)]. Elle ajouta qu’il s’agissait de gens convertis à l’Islam récemment. Malgré tout, le Prophète ṣallā-llāhu ʿalayhi wa sallam صلى الله عليه و سلم  « que la paix et la prière (bénédiction) de Dieu soient sur lui » leur ordonna de manger sans chercher à savoir, alors qu’il est fort possible que ces gens puissent ignorer les règles islamiques au sujet des sacrifices ».

Nous avions précisé au début de cet article que contrairement à ce qui vient d’être cité, un certain nombre de savants étaient plutôt d’avis qu’il est préférable pour le musulman de s’abstenir de consommer une viande dont l’origine serait douteuse, afin d’éviter toute ambigüité, et ce, en vertu des ahadiths prônant ce principe éthique que l’Islam préconise. Le Prophète ṣallā-llāhu ʿalayhi wa sallam صلى الله عليه و سلم  « que la paix et la prière (bénédiction) de Dieu soient sur lui », a dit : « Laisse ce qui provoque en toi le doute pour ce qui ne suscite en toi aucun doute »  دَعْ مَا يَرِيْبُكَ إِلَى مَا لاَ يَرِيْبُكَ  Rapporté par At-Tirmidhi الترمذي  824-892 et An-Nassa’i. النسائي  829-915

version originale complète

Abû Muhammad al Hasan ibn 'Ali - que Dieu l'agrée –petits fils bien aimé du bien aimé Prophète (paix et salut sur lui) a dit :
J'ai gardé dans ma mémoire de l'Envoyé de Dieu  paix et salut sur lui  ces paroles :
«laisse ce qui provoque en toi du doute يَرِيْبُكَ yurîbuka pour ce qui ne provoque en toi aucun doute »
Hadîth sahîh, rapporté par at-Tirmidhi (n°2518),An-nawawî dans Riyâd As-sâlihîn (n°11), an-Nasâ'î (8/327,328), et at-Tirmidhî a dit : « Hadîth hasan sahîh ».

عَنْ أَبِي مُحَمَّدٍ الحَسَنِ بنِ عَلِيّ بنِ أبِي طالبٍ سِبْطِ رَسُولِ اللهِ صلى الله عليه وسلم وَرَيْحَانَتِهِ رَضِيَ اللهُ عَنْهُمَا قَالَ: حَفِظْتَ مِنْ رَسُوْلِ اللهِ صلى الله عليه وسلم :
دَعْ مَا يَرِيْبُكَ إِلَى مَا لاَ يَرِيْبُكَ
رواه الترمذي والنسائي وقال الترمذي: حديث حسن صحيح.

Dans cette approche, le seul point faisant débat figure uniquement dans le statut de la viande provenant des pays des gens du Livre sur laquelle persiste un doute et dont on ignore la méthode d’abattage employée, car comme nous l’avons déjà précisé, dès lors que nous savons qu’une bête est sacrifiée dans un abattoir ou autre, de manière non conforme aux préceptes islamiques, les musulmans sont unanimes quant au caractère illicite de cette viande. C’est pourquoi il convient à présent d’énumérer d’autres avis sur la question afin de rester objectif dans l’approche de ce sujet qui crée confusion.

Il est des savants de renommée qui ont un point de vue intéressant, qui diffère de celui qui vient d’être cité tout au long de l’article. En effet, à la lecture des différentes fatawas et paroles, le lecteur aurait plutôt tendance à se rendre à l’évidence et admettre que la question de la viande produites par les abattoirs en France ou autre, n’est pas forcément illicite de manière absolue. Tout dépend des conditions exactes dans lesquelles sont sacrifiées les bêtes, et c’est bien là le point crucial qu’il est nécessaire de mettre au clair avant d’émettre des fatawas à tout va, et d’interdire avec assurance et sans l’ombre d’un doute ce qui n’est pas forcément illicite !

Néanmoins, il existe un avis différent du point de vue que nous venons d’évoquer, qui met en avant le fait qu’il est préférable pour le musulman de s’abstenir de consommer une viande d’origine douteuse. A ce sujet, l’éminent Cheykh Al Albâni fut interrogé au sujet de la viande produite en Bulgarie et importée, comme l’on peut entendre dans la série de cassettes «  La chaîne de guidage et de lumière  سلسلة الهدى والنور  silsilatou-l-houda wa nour   » et répondit en ces termes : « J’ai l’habitude de répondre de manière détaillée à ce genre de question, car je n’ai pas la capacité de convaincre tout ceux qui sont présents, ni les millions de musulmans, que ces bêtes ont été sacrifiées selon notre rituel ou non. C’est une chose dont je ne suis pas capable

 Mais je dis que les gens face à cette question, qui est de savoir si elles ont été sacrifiées de manière islamiquement légale ou non, rencontrent trois cas de figure :

1 – Soit ils sont sûrs que ces bêtes ont été sacrifiées de manière illégale, il leur est alors interdit d’en consommer

2 – Soit ils sont sûrs qu’elles ont été sacrifiées de manière légales, il leur est alors permis d’en consommer

3 – Soit ils ne savent pas, et c’est le cas de la plupart des gens.

Comment la masse des gens peut-elle vérifier qu’elles ont été sacrifiées de manière légale?

De là, nous citons alors deux hadiths du Messager de Dieu ṣallā-llāhu ʿalayhi wa sallam صلى الله عليه و سلم  « que la paix et la prière (bénédiction) de Dieu soient sur lui »  : « Laisse ce qui provoque en toi le doute pour ce qui ne suscite en toi aucun doute»Rapporté par At-Tirmidhi et An-Nassa’i Le second hadith rejoint le premier même si sa chaîne de transmission est faible: «... Il ne sera pas possible à l’homme d’atteindre le degré des pieux jusqu’à ce qu’il délaisse les choses permises de peur d’accomplir une chose interdite » Rapporté par At-Tirmidhi  الترمذي  et Ibn Mâjah بن ماجة  824-887 .En somme, tant que tu ne sais pas si cette bête à été sacrifiée ou non, le Messager de Dieu (Paix et bénédiction de Dieu sur lui) te dit « Laisse ce qui provoque en toi le doute pour ce qui ne suscite en toi aucun doute  دع ما يريبك إلى ما لا يريبك »

Par ailleurs, l’éminent Cheykh Sâlih Al Fawzan résume la question et dit dans le magazine de recherches scientifiques de l’Ifta : « …Parmi les viandes importées, certaines proviennent de pays de gens du Livre dont la méthode d’abattage n’est pas connue avec certitude, et sur laquelle persistent de sérieux doutes quant à sa conformité avec la méthode islamique légale. Sur ce cas, les savants contemporains sont de deux avis :

1 – Cette viande est licite en vertu de la Parole de Dieu  كلمة الله  Kalimat Allah : « Vous est permise la nourriture des gens du Livre »Sourate 5 La table servie verset 5. Ainsi, la base est la licéité de ces viandes jusqu’à preuve qu’elles aient été sacrifiées de manière islamiquement non légale.

2 – Les viandes issues de ces sacrifices sont illicites à la consommation, car la base concernant les animaux est l’interdiction, rien n’en est licite qu’après avoir été sacrifié légalement de manière sûre, c’est par ce procédé que le statut de la consommation de ces animaux passe de l’interdiction à la permission, et étant donné que subsistent des doutes sur la conformité de la méthode d’abattage, on reste sur le principe de base qui est l’interdiction, car il est répandu chez les gens du Livre ou chez une grande partie d’entre eux l’abattage par étouffement, électronarcose et autres moyens illicites.

Parmi les preuves sur lesquelles ils se basent pour émettre cet avis, figure le hadith rapporté dans les deux recueils authentiques : « Si tu envois ton chien dressé saisir ta proie et que tu as mentionné le nom de Dieu alors mange-la, mais si tu trouve avec lui un autre chien [non dressé], n’en mange pas ». Ce hadith indique que si un chasseur trouve avec son chien dressé un autre chien, il ne lui est pas licite de manger la proie chassée, car dans ce cas c’est le doute qui prend le dessus. Deux actions sont réunies dans cette chasse, d’une part une action permise qui est d’envoyer un chien dressé en mentionnant le nom de Dieu الله Allah, et d’autre part une action non permise qui est la participation d’un autre chien non envoyé par le chasseur. D’où l’interdiction du Prophète (Paix et bénédiction de Dieu sur lui) de manger de cette proie, ce qui est assimilable au cas de la viande importée de l’étranger dont l’origine varie entre la permission et l’interdiction, et ce, d’après les informations publiées dans les journaux et magazines. C’est cet avis qui me parait le plus prépondérant en raison de la force de son argumentation, et les émetteurs du premier avis n’ont d’argument si ce n’est de se baser sur le sens général de la Parole de Dieu كلمة الله  Kalimat Allah : « Vous est permise la nourriture des gens du Livre ». Or, le sens général de ce hadith prend un sens particulier au regard des textes qui indiquent que lorsque s’associent une interdiction et une permission sur une même question, c’est l’interdiction qui prend le dessus. Il y a aussi la règle de base concernant les bêtes qui est l’interdiction à l’exception de ce qui a été sacrifié de manière islamiquement légale… De plus, il est difficilement concevable que des quantités aussi grandes soient abattues légalement et emballées. Surtout qu’il arrive parfois de trouver certains poulets dont la tête est intacte et n’a pas été coupée. Il incombe donc aux musulmans de manière générale, et aux détenteurs des autorités plus particulièrement, d’accorder une grande attention à ce sujet, et de prendre toutes les mesures nécessaires afin de s’assurer que l’abattage des bêtes dont les viandes sont importées soient fidèle aux rites islamiques même si cela engendre quelques difficultés, et ce, dans un soucis de préserver la licéité des produits alimentaires et éviter qu’ils ne soit mélangés à des nourritures illicites qui auraient une incidence irrémédiable sur le comportement, et la santé des musulmans. Nous implorons Allah de secourir Sa religion, et d’élever Sa Parole كلمة   Kalimat , et d’épargner tous les musulmans de ce qui peut leur nuire, Il est Audient et Répondant. Que les éloges et le salut soient sur notre Prophète Muhammad, sa famille et ses compagnons »

Tiré du magazine de recherches islamiques édité par le cercle des grands savants d’Arabie  N.7 p238 en 1403

Manger au restaurant : la viande non sacrifiée.

Après ce bref énoncé, il apparait clairement que la position de la partie des musulmans qui préfèrent s’abstenir est tout de même fondée. Cependant, il faut attirer l’attention du lecteur sur un point fondamental, à savoir la position du musulman face aux divergences d’opinion. En effet, s’il est capable de faire la distinction entre une preuve et une autre, le musulman est alors tenu de regarder les preuves sur lesquelles s’appuie chaque savant, puis doit se pencher vers celui qui le tranquillise le plus, vers la preuve qui lui semble la plus forte. De ce fait, même le commun des musulmans a le devoir de faire un effort de réflexion [dans la recherche de la vérité] que les savants nomment al idjtihâd اِجْتِهاد, effort de réflexion . Cet effort de réflexion diffère d’une personne à une autre. Néanmoins, tant que la divergence est fondée sur des preuves tirées du Coran et de la Sounnah, il ne sied pas au musulman de vouloir imposer son avis, et créer la discorde entre les musulmans, en interdisant de consommer de la viande provenant des pays des gens du Livre, ou au contraire en voulant imposer à tous, de manger de cette viande en faisant des reproches à ceux qui ont décidé de s’abstenir.

Cependant, pour pouvoir affirmer un avis, objet qui n’était pas le but de notre article, le point fondamental qui reste à établir est de cerner concrètement les méthodes d’abattages employées dans les abattoirs, afin des les confronter au rituel de sacrifice en Islam. Nous souhaitions seulement attirer l’attention des lecteurs sur les dangers d’accepter et de diffuser des idées reçues au nom de l’Islam qui s’avèrent souvent infondées.

En conclusion, la question de la viande des gens du Livre est une question sensible qui touche le quotidien des musulmans, c’est pourquoi elle nécessite recherches et approfondissement. Ainsi, le devoir qu’il incombe à chacun est d’approfondir ses connaissances par le biais de la recherche à travers les ouvrages de jurisprudences, tout en questionnant les gens de science avant d’émettre des avis à tous va. Nous l’avons vu au cours de cette humble approche qu’un grand nombre de règles relatives au sacrifice sont ignorées par beaucoup de musulmans qui diffusent à tort toute une panoplie d’idées reçues malheureusement infondées, d’où l’immense besoin d’étudier.

vendredi 18 mai 2007 Question Que la paix soit sur vous.

Je me rends souvent au restaurant que ce soit pour des repas d’affaires ou avec des amis, et je me trouve dans une situation de gêne devant stresser sur ce que je dois commander. Je mange halâl- licite  uniquement, mais, dans la plupart des restaurants, je n’ai guère de choix hormis les plats végétariens et le poisson, ce que je n’aime pas du tout, ou du poulet et du bœuf non sacrifiés selon le rite islamique. Est-il permis de manger du poulet ou du bœuf non sacrifiés islamiquement dans ce genre de circonstances ? Que Dieu vous en rétribue.

Réponse de Sheikh Ahmad Kutty

Dans les circonstances susmentionnées, il n’est pas du tout interdit ni illicite de consommer ces viandes occasionnellement du moment qu’elles proviennent de Gens du Livre et dès lors qu’elles ne contiennent pas de porc ni de produits dérivés du porc et qu’elles ne sont pas cuites dans du vin ou tout autre ingrédient purement illicite.

La majorité des savants anciens, appartenant aux quatre écoles juridiques, ont jugé que la viande des gens du Livre est propre à la consommation des Musulmans sur la base du verset : « Vous sont permises, aujourd’hui, les bonnes nourritures. Vous est permise la nourriture des gens du Livre, et votre propre nourriture leur est permise. » [1]

D’après Ibn `Abbâs, ce verset fait référence à la viande abattue par les Gens du Livre, c’est-à-dire les Chrétiens et les Juifs. On trouve dans les textes que les Compagnons du Prophète mangeaient la viande abattue par les Chrétiens et les Juifs lorsqu’ils se rendaient sur leurs terres.

Cela dit, je voudrais ajouter que si vous avez le choix entre des viandes servies par des Musulmans et d’autres servies par des non-Musulmans, vous devriez sans aucun doute préférer celles servies par des Musulmans.

Que Dieu nous aide à rester fermement sur le droit chemin.

Et Dieu est le plus Savant.

Traduit de l’anglais du site islamonline.net.

Lectures complémentaires :

    http://www.islamophile.org/spip/La-nourriture-des-Gens-du-Livre.html

     http://www.islamophile.org/spip/La-bete-abattue-sans-la-mention-de.html

    http://www.islamophile.org/spip/Acheter-la-viande-non-sacrifiee.html

NN

 [1Sourate 5, Al-Mâ’idah, La table servie, verset 5

Manger la viande des gens du livres (juifs et chrétiens), Réponse Cheikh Uthaymin

https://www.youtube.com/watch?v=DY0MEJPNNkc

https://www.youtube.com/watch?v=__rvQ44Bh4w

  Nombreux sont les irréligieux qui agissent d'eux-mêmes, ne se basant sur aucune preuve rationnelle ou scripturaire du latin scriptura « écriture » des Saintes Écritures,  de la Révélation Divine, envoyé au dernier de Ses Messagers  ṣallā-llāhu ʿalayhi wa sallam صلى الله عليه و سلم « que la paix et la prière (bénédiction) de Dieu soient sur lui »    pour l’humanité, se permettant de déclarer licite ce que Dieu  اللّهِ Allah  l’Unique a rendu illicite, ou de rendre illicite ce que Dieu  اللّهِ Allah  l’Unique, a déclaré licite. Ils agissent ainsi selon leurs intérêts, leurs passions, contre leur Seigneur. Ce sont des lenteurs, des révoltés, des déviationnistes qui se déroutent, qui détournent de la Voie Divine الطريقة الإلهية alttariqat al'iilhia

sourate 6 الأنعام  ʾAl-ʾAnʿām   Les Troupeaux versets 119 à121

وَمَا لَكُمْ أَلاَّ تَأْكُلُواْ مِمَّا ذُكِرَ اسْمُ اللّهِ عَلَيْهِ وَقَدْ فَصَّلَ لَكُم مَّا حَرَّمَ عَلَيْكُمْ إِلاَّ مَا اضْطُرِرْتُمْ إِلَيْهِ وَإِنَّ كَثِيراً لَّيُضِلُّونَ بِأَهْوَائِهِم بِغَيْرِ عِلْمٍ إِنَّ رَبَّكَ هُوَ أَعْلَمُ بِالْمُعْتَدِينَ
119. D'ailleurs, pourquoi ne mangeriez-vous pas des viandes sur lesquelles le Nom de Dieu a été prononcé, maintenant que celles qui sont interdites vous ont été décrites en détail, à moins que vous ne soyez contraints d'y recourir? Il est vrai que beaucoup d'individus, obéissant à leurs penchants et sans la moindre science, s'emploient à égarer leurs semblables. Mais c'est ton Seigneur qui connaît le mieux les transgresseurs.
Wama lakoum alla ta/koulou mimma thoukira ismou Allahi εalayhi waqad fassala lakoum ma harrama εalaykoum illa ma idturirtoum ilayhi wa-inna kathiran layoudillouna bi-ahwa-ihim bighayri εilmin inna Rabbaka houwa aεlamu bialmouεtadIna
.وَذَرُواْ ظَاهِرَ الإِثْمِ وَبَاطِنَهُ إِنَّ الَّذِينَ يَكْسِبُونَ الإِثْمَ سَيُجْزَوْنَ بِمَا كَانُواْ يَقْتَرِفُونَ
120. Évitez le péché dans ce qu'il a d'apparent et dans ce qu'il a de caché, car ceux qui s'en rendent coupables seront rétribués selon la gravité du péché qu'ils auront commis.
 Watharou thahira al-ithmi wabatinahou inna allathina yaksibouna al-ithma sayoujzawna bima kanou yaqtarifouna
وَلاَ تَأْكُلُواْ مِمَّا لَمْ يُذْكَرِ اسْمُ اللّهِ عَلَيْهِ وَإِنَّهُ لَفِسْقٌ وَإِنَّ الشَّيَاطِينَ لَيُوحُونَ إِلَى أَوْلِيَآئِهِمْ لِيُجَادِلُوكُمْ وَإِنْ أَطَعْتُمُوهُمْ إِنَّكُمْ لَمُشْرِكُونَ
121. Ne mangez pas des viandes sur lesquelles le Nom de Dieu n'a pas été prononcé, car ce serait une véritable perversité. Certes, les démons incitent leurs adeptes à engager une dispute à ce sujet avec vous. Mais si vous les suivez, vous tomberez à coup sûr dans l'idolâtrie.
Wala ta/koulou mimma lam youthkari ismou Allahi εalayhi wa-innahou lafisqoun wa-inna alshayatina layouhouna ila awliya-ihim liyoujadiloukoum wa-in ataεtoumouhoum innakoum lamoushrikouna
selon  Tafsir Ibn Kathir تفسير ابن كثير 1301-1373:Tome 3 page 467 et suivantes édition Daroussalam (bilingue) De ce verset, on déduit qu'il n'est pas permis de consommer la viande des animaux sur lesquels le nom d'Allah Dieu l'Unique n'a pas été prononcé au moment de l'égorgement, même si le sacrifice a été prononcé par un musulman. Pour preuve également, le verset relatif à la chasse:
sourate 5 verset 4
يَسْأَلُونَكَ مَاذَا أُحِلَّ لَهُمْ قُلْ أُحِلَّ لَكُمُ الطَّيِّبَاتُ وَمَا عَلَّمْتُم مِّنَ الْجَوَارِحِ مُكَلِّبِينَ تُعَلِّمُونَهُنَّ مِمَّا عَلَّمَكُمُ اللّهُ فَكُلُواْ مِمَّا أَمْسَكْنَ عَلَيْكُمْ وَاذْكُرُواْ اسْمَ اللّهِ عَلَيْهِ وَاتَّقُواْ اللّهَ إِنَّ اللّهَ سَرِيعُ الْحِسَابِ
4. Ils t'interrogeront sur ce qui leur est permis. Dis-leur : «Tout ce qui est bon vous est permis. Vous pouvez manger, après avoir invoqué sur lui le Nom de Dieu, le gibier saisi par les animaux de proie que vous avez dressés, comme les chiens de chasse, d'après ce que Dieu vous a enseigné. Craignez Dieu ! Dieu est prompt dans Ses comptes.
 
.4. Yas-alounaka matha ohilla lahoum qul ouhilla lakoumou altayyibatou wama εallamtoum mina aljawarihi mukallibina touεallimounahounna mimma εallamakoumou Allahou fakoulou mimma amsakna AAalaykoum waothkurou isma Allahi εalayhi waittaqou Allaha inna Allaha sariεou alhisabi
sourate 6  الأنعام   ʾAl-ʾAnʿām   Les Troupeaux verset 121
.                      ....................... وَإِنَّهُ لَفِسْقٌ.........................
.                      .............. car ce serait une véritable perversité ...................
.                       ...................... wa-innahu lafisqun ....................

Selon certains exégèses, le pronon "ce وَ wa" se réfère à la consommation de ces bêtes, alors que selon d'autres, il se rapporte à l'immolation voué à un autre qu'Allah Dieu l'Unique. ,

En outre, à l'appui de ceux qui affirment que l'obligation de prononcer le nom اللّهِ d'Allah Dieu l'Unique est imposé même au musulman, plusieurs hadiths, qui ordonnent de mentionner le nom de Doei  اللّهِ Allah  l'Unique au moment d'égorger l'animal ou de lancer le carnasier contre le givbier, ont été rapportés.

Ainsi, dans deux hadiths différents, 'Adiyy ibn Hâtim عدي ابن حاتم الطائي et Abou Tha'laba  أبي ثعلبة rapportent que le Messager de Dieu l'Unique  ṣallā-llāhu ʿalayhi wa sallam صلى الله عليه و سلم « que la paix et la prière (bénédiction) de Dieu soient sur lui »a dit :

"Lorsque, au moment de lâcher ton chien de chasse, tu invoques le nom de Dieu, tu peux manger le gibier qu'il attrape pour toi"*1

مَا أنعَرَالدَّمَ وَذُكِرَاسُمُ اللّهِ عَلَيْهِ فَكُلُوهُ

                                               ma anearalddam wadhukirasum Alllh ealayh fakuluh

par ailleurs, Râfi ibn Khadij  رافع بن خديج rapportent ces mots du Prophète

"Vous pouvez consommer la bête dont le sang a coulé et sur laquelle le nom de Dieu a été prononcé au moment de l'égorgement" *2

لَكُمْ كُلُّ عَظمِ ذُكِرَاسُمُ اللّهِ عَلَيْهِ

lakoum koulou εazam dhoukirasum Alllah εalayh

Les deux hadiths, se trouvent dans les deux recueils authentiques d'al Boukhari  البخاري et Mouslim مسلم
 

9/524 Mouslim 3/1529 Fa'th al Bari 9/137 Mouslim 3/1532.فتح الباري *1 Fa'th al Bari

   9/546  Mouslim 3/1558فتح الباري*2 Fa'th al Bari   

note : 

al-Fath'ul Bâri فتح الباري « Victoire du Créateur » est une étude avancée de Sahih-ul Jami صحيح  اُلجامع livre d'al-Bukhari. L'auteur de l'ouvrage est Ibn Hajar al-Asqalani بن حجر العسقلاني 1372-1449).

C'est l'un des ouvrages clés des musulmans sunnites, puisque le Jami'us-Sahih الجامع الصحيح constitue la seconde source la plus fiable, après le Coran, au niveau de son authenticité (selon les règles de la science du hadith).Il existe une vingtaine d'exégèses du Sahih d'al-Bukhari صحيح البخاري autre nom du Jami'us-Sahih, dont Fath'ul Bâri فتح الباري  est le plus apprécié.

Autre exégèse.

d'après interprétation du Saint Coran traduit par Asa'd Mahmûd Hawmad  أسعد محمود حومد Edition Maison d'Ennour 2012

concernant le verset 121 sourate 6 الأنعام   ʾAl-ʾAnʿām  les troupeaux (voir plus haut) tome 1 page 509

Pour l'imam Mālik ibn Anas  مالك بن أنس (708/716 - 796  et l'imam Ahmad Ibn Hanbal  الإمام أحمد بن حنبل  780-855 : Ne pas pronocez le nom de Dieu اللّهِ Allah l'Unique au moment où l'on égorge une bête intentionnelement  ou par oubli rend illicite la viande de la bête égorgée. Ils qualifient d'infamie aussi bien le fait d'égorger une bête sans prononcer  le nom de Dieu اللّهِ Allah l'Unique que le fait de manger de la viande d'une bête  sur laquelle le nom de Dieu  اللّهِ Allah l'Unique n'a pas été prononcé.

Selon l'imam ash-Shâfi'î   الشافعي  767-820, le fait de prononcer le nom de Dieu  اللّهِ Allah l'Unique sur les bêtes égorgées n'est pas obligatoire, mais simplement recommandé. Il n'y a donc aucun mal si la tasmiya تسمية (prononcer le Nom de Dieu اللّهِ Allah l'Unique) est négligée intentionnellement  ou par oubli, et la consommation de la viande demeure licite. Ce qui est, selon lui prohibé, c'est d'égorger une bête pour autre que Dieu اللّهِ Allah l'Unique, comme le faisait Quraysh قريش qui immolait les bêtes aux idôles.

Quant à l'imam Abû Hanîfa, أبو حنيفة 699-767 il dit :  Il n'y a pas de mal si on néglige de prononcer le nom de Dieu اللّهِ Allah l'Unique. Mais si on le fait délibéremment , la consommation de la viande devient illicite.

Dieu  l'Unique nous explique  Que si noous suivons les idôlatres et que nous mangeons les bêtes mortes, nous serons nous mêmes comme les idôlatres, Car nous nous détournons  de la Loi et des ordres de Dieu اللّهِ Allah l'Unique et ont aura suivi les paroles de quelqu'un d'autre que Lui , que nous auront élévé à un grade supérieur par rapport à Lui Dieu اللّهِ Allah l'Unique , Et cela c'est bien de l'Idôlatrie  Le chirk  شرك qui est un pêché d'association .( qui  est l'adoration d'une image, d'un astre, d'une idée furtive imaginaire ou d'un objet dont on en fait un symbole)

Ceux qui associent des créatures au Créateur sont appelés mouchrikoun مشركون, ou associateurs. Il s'agit du seul péché qui, s'il n'est pas suivi d'un repentir terrestre, est impardonnable par Dieu اللّهِ Allah l'Unique.

sourate 5  المائدة ʾAl-Māʾida   La Table servie verset 77

.قُلْ يَا أَهْلَ الْكِتَابِ لاَ تَغْلُواْ فِي دِينِكُمْ غَيْرَ الْحَقِّ وَلاَ تَتَّبِعُواْ أَهْوَاء قَوْمٍ قَدْ ضَلُّواْ مِن قَبْلُ وَأَضَلُّواْ كَثِيراً وَضَلُّواْ عَن سَوَاء السَّبِيلِ
Dis-leur : «Ô gens des Écritures ! Ne soyez pas excessifs dans votre religion au point de vous éloigner de la vérité ! Ne cédez pas aux passions d'un peuple qui jadis s'est égaré, qui en a égaré bien d'autres à leur suite et qui a perdu la bonne direction !»
 Qoul ya ahla alKitabi la taghloo fi dinikoum ghayra alhaqqi wala tattabiAAou ahwaa qawmin qad dallou min qablu waadallou kathiran wadallou AAan sawa-i alssabili

sourate 6   ʾAl-ʾAnʿām  les troupeaux verset 121

أَوْلِيَآئِهِمْ لِيُجَادِلُوكُمْ وَإِنْ أَطَعْتُمُوهُمْ إِنَّكُمْ لَمُشْرِكُونَ  ...........................

..............................Mais si vous les suivez, vous tomberez à coup sûr dans l'idolâtrie.

..............................awliya-ihim liyujadilookum wa-in ataAAtumoohum innakum lamushrikoona

La Ḏabīḥah ذَبِيْحَة est la méthode prescrite par la loi islamique concernant l'abattage de tous les animaux à l'exception des animaux marins. Il doit être réalisé par un musulman en invoquant le nom d'Allah الله, en disant : Bismillah Allahi al-Rahman al-Rahim Au nom de Dieu le très Miséricordieux le tout Miséricordieux بِسْمِ اللهِ الرَّحْمنِ الرَّحِيمِ .

Cette méthode consiste à utiliser un couteau bien aiguisé et sans défaut pour effectuer une profonde et rapide incision à la pointe du cou, tranchant dans le même temps l'œsophage, la trachée, la carotide et la jugulaire afin de faire jaillir le sang car ce dernier n'est pas halal -licite. La moelle épinière est épargnée afin que les dernières convulsions améliorent encore le drainage et la tête de l'animal est traditionnellement orientée vers la qibla قبلة: direction de la Kaaba الكعبة , c'est-à-dire La Mecque, Makka, مكة bien que cette dernière condition ne soit pas acceptée par certains.

Dans cette logique, la viande casher כשרות est halal, puisque chez les juifs, l'animal est abattu dans les mêmes conditions. Pour avoir le droit de consommer une viande casher, il suffit simplement de prononcer l’expression « Bismillah Allahi al-Rahman al-Rahim» (Au nom de Dieu le très miséricordieux le tout miséricordieux) pour compléter les exigences du halal - licite. Dans ce cas, il n'est pas nécessaire que l’animal soit abattu par un musulman.

À l'inverse, la production de viande halal - licite à grande échelle par l'industrie agro-alimentaire a conduit à des labellisations halal par des organismes certificateurs d'animaux non égorgés (notamment en ce qui concerne les poulets).

La prescription, selon laquelle, la bête doit être égorgée consciente (donc non étourdie), suscite souvent la polémique dans les pays non musulmans. En Belgique par exemple, tout abattage rituel sans étourdissement sera interdit à partir du 01 janvier 2019. Dans certains pays d'Europe du Nord, certaines autorités religieuses reconnaissent comme halal de la viande issue d'animaux étourdis avant leur mise à mort

Abattage des bovins

Pistolet d'abattage Blitz avec valise de transport

  • Tuerie : Les animaux sont dirigés vers le piège de tuerie. Personnel et animaux n'empruntent jamais les mêmes couloirs pour des raisons de sécurité. Le piège doit permettre l'immobilisation de l'animal ainsi que les saignées rituelles. Le bovin est alors assommé par un coup de pistolet d'abattage"Encore appelé pistolet à projectile captif, cet outil, qui est beaucoup plus facile à utiliser dans les abattoirs que le classique merlin, est destiné à assommer les gros animaux de boucherie ( bovins, chevaux) avant l'égorgement, lors du processus de l'abattage" (pistolet soit à projectile captif, soit à projectile libre) tiré dans le front, ce qui a pour effet de l'insensibiliser entre le moment de réalisation de la saignée et la fin du processus de destruction du système nerveux conduisant à la mort. La mort est caractérisée par « la disparition irréversible de l’activité cérébrale mise en évidence par la perte des réflexes du tronc cérébral ». Dans ce but, la saignée consiste en une section des artères carotides, ces dernières ne sont ainsi plus en mesure d'alimenter en oxygène le système nerveux central de l'animal ce qui entraine sa mort. Ce processus est accompagné par des spasmes ainsi qu'une tétanie des muscles à l'ouverture du piège.

  • Saignée : L'animal libéré est suspendu puis saigné au niveau des artères carotides afin d'évacuer le plus vite possible son sang, grâce aux battements de son cœur. Le sang doit être récupéré dans une cuve spéciale et ne doit pas aller à l'égout. Le sang des volailles est récupéré pour la sanquette. Le sang des bovins peut être valorisé pour l'alimentaire, à condition que celui des animaux malades ou qui font l'objet d'une saisie ne s'y trouve pas.
  1. Saignée halal  حلال et casher  כשרות kushir, كوشر « permis », « licite » : Les abattoirs pratiquant l'abattage rituel doivent posséder un piège rotatif (box d'abattage ou casting pen) qui permet de s'orienter vers La Mecque pour le rituel Halal حلال, le rituel Casher כשרות, kushir كوشرne nécessitant pas une orientation particulière. Le bovin doit avoir la tête bloquée et le cou saillant. L'opérateur déclenche la rotation du piège le long d'un axe horizontal. Le bovin se retrouve donc les pieds en l'air avec la tête dirigée dans la direction voulue. Le sacrificateur rituel (juif ou musulman) place le couteau sous la gorge de l'animal et procède à la saignée sans anesthésie ou étourdissement. Les personnes participant à ces saignées ont généralement reçu un enseignement religieux et pratique. Dans le rite halal  حلال : permis ; non sacré ;  licite (culte musulman), l'animal est dirigé vers la qibla قبلة: direction de la Kaaba الكعبة , c'est-à-dire La Mecque, Makka, مكة et il est égorgé. Dans le rite Casher כשרות kushir, كوشر (judaïsme), le sacrificateur rituel procède à l'égorgement (shehita שְׁחִיטָה « occision » accompli par un shohet, "Celui qui saigne les bêtes". spécialiste dûment autorisé et formé aux lois de la shehita שְׁחִיטָה « occision »  rite juif d'abattage par jugulation qui rend les animaux (bétail, gibier et volaille) purs, propres à la consommation alimentaire et, anciennement, à être offerts devant Dieu.) puis à la fouille des poumons et des autres viscères ; une anomalie, aussi infime soit-elle, peut conduire à la disqualification de la carcasse à titre religieux mais n'est pas pour autant consignée ou saisie par les services vétérinaires, véritables garants de la santé publique. Cette viande discréditée peut alors être introduite dans le parcours normal  Dans le rite halal, l’étourdissement est  pratiqué avant la saignée. La bête est assommée ou étourdie par électronarcose. En Angleterre, 90 % des animaux tués selon le rite halal sont assomés au prélable.
  1. 2.       Abattoir de volailles
  • Anesthésie : Elle est obligatoire sauf pour le gibier d'élevage et peut être pratiquée par électrocution (65 mA pendant 4 secondes) dans l'eau ou électronarcose pendant un temps inférieur à 10 secondes, ou bien, pour les seules petites volailles, par asphyxie par le CO2 (méthode appelée abattage par atmosphère contrôlée). Le gibier d'élevage comme les cailles peut être tué par caisson à vide, sans anesthésie.
  1. ·  Saignée : Elle se fait mécaniquement par une incision au cou qui n'atteint pas la trachée. Après passage dans un tunnel de saignée 50 % du sang est éliminé

Réglementation

L'abattoir est réglementé par le Code Rural (Partie Réglementaire), Sous-section 1 : Dispositions générales.

Aussi par :

  1. Arrêté du 12 décembre 1997 relatif aux procédés d’immobilisation, d’étourdissement et de mise à mort des animaux et aux conditions de protection animale dans les abattoirs ;
  2. Dispositions du Code Rural relatives a l'euthanasie des animaux ;
  3. Directive 93/119/CE du Conseil du 22 décembre 1993 sur la protection des animaux au moment de leur abattage ou de leur mise à mort ;
  4. Règlement européen (applicable le 1er janvier 2013) (CE) N o 1099/2009 du Conseil du 24 septembre 2009 sur la protection des animaux au moment de leur mise à mort ;
  5. Note de service DGAL/SDSSA/N2009-8290 (Date: 22 octobre 2009) du Ministère de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Pêche (Objet : Modification de la note de service DGAL/SDSSA/MAPP/N2008-8290 du 20 novembre 2008 – mise en place de deux « mini-grilles » relatives au contrôle du bien-être animal à l'abattoir)

Sahîh Mouslim
3595. Récit de Jabir ibn Abdullah ibn Amr ibn Haram al-Ansari جابر بن عبدالله بن عمرو بن حرام الأنصاري (vers 606-697soit 15 avant l'Hégire et 78 de l'Hégire) (que Dieu agrée le père et le fils) : Pendant l'expédition de
Khaybar, l'Envoyé de Dieu (paix et bénédiction de Dieu sur lui) défendit la consommation de
la chair des ânes et toléra celle de la viande des chevaux.
3597. Asma (que Dieu l'agrée) a dit : "Nous égorgeâmes un cheval du vivant du Prophète (paix et bénédiction de Dieu sur lui) et nous le mangeâmes".

Manger la viande des Gens du livres (juifs et chrétiens), tanawal alkutub hawm alnnas ( alyhwd walnnasaraa )

تناول الكتب حوم الناس (اليهود والنصارى

Réponse Cheikh Uthaymin vidéo

https://www.youtube.com/watch?v=DY0MEJPNNkc

Coran sourate 5 al Maida  المائدة la table servie versets 5 - 101
.الْيَوْمَ أُحِلَّ لَكُمُ الطَّيِّبَاتُ وَطَعَامُ الَّذِينَ أُوتُواْ الْكِتَابَ حِلٌّ لَّكُمْ وَطَعَامُكُمْ حِلُّ لَّهُمْ وَالْمُحْصَنَاتُ مِنَ الْمُؤْمِنَاتِ وَالْمُحْصَنَاتُ مِنَ الَّذِينَ أُوتُواْ الْكِتَابَ مِن قَبْلِكُمْ إِذَا آتَيْتُمُوهُنَّ أُجُورَهُنَّ مُحْصِنِينَ غَيْرَ مُسَافِحِينَ وَلاَ مُتَّخِذِي أَخْدَانٍ وَمَن يَكْفُرْ بِالإِيمَانِ فَقَدْ حَبِطَ عَمَلُهُ وَهُوَ فِي الآخِرَةِ مِنَ الْخَاسِرِينَ
 5-Toute nourriture bonne et pure vous est désormais permise. La nourriture de ceux qui ont reçu les Écritures est aussi licite pour vous, de même que la vôtre l'est pour eux. Pour ce qui est du mariage, il vous est permis de vous marier aussi bien avec d'honnêtes musulmanes qu'avec d'honnêtes femmes appartenant à ceux qui ont reçu les Écritures avant vous, à condition de leur verser leur dot, de vivre avec elles, en union régulière, loin de toute luxure et de tout concubinage . Celui qui trahit sa foi perd le fruit de ses bonnes œuvres et sera du nombre des perdants dans la vie future.»
Alyawma ouhilla lakoumou altayibatou wataAAamou allathina outou alKitaba hilloun lakoum wataAAamoukoum hillun lahum waalmouhsanatou mina almouminati waalmouhsanatou mina allathina outou alKitaba min qablikoum itha ataytumouhunna oujourahunna muhsinina ghayra mousafihina wala mouttakhithi akhdanin waman yakfour bialimani faqad habita AAamalouhou wahuwa fi al-akhirati mina alkhasirina
يَا أَيُّهَا الَّذِينَ آمَنُواْ لاَ تَسْأَلُواْ عَنْ أَشْيَاء إِن تُبْدَ لَكُمْ تَسُؤْكُمْ وَإِن تَسْأَلُواْ عَنْهَا حِينَ يُنَزَّلُ الْقُرْآنُ تُبْدَ لَكُمْ عَفَا اللّهُ عَنْهَا وَاللّهُ غَفُورٌ حَلِيمٌ
101. Ô vous qui croyez ! Gardez-vous de poser des questions sur des choses qui, si elles vous étaient divulguées, vous causeraient du tort, alors que ces mêmes questions posées lors de la révélation pourront vous être expliquées. Mais Dieu vous a déjà pardonné de telles indiscrétions, car Il est Plein d'indulgence et de mansuétude.
Ya ayyouha allathina amanou la tasalou AAan ashyaa in toubda lakoum tasou/koum wa-in tas-alou AAanha hina younazzalu alQuranu toubda lakum AAafa Allahou AAanha waAllahiu ghafoorun halimun
Quelle est la viande des Gens du Livre ?

liste des abattoirs respectants la legislations

Liste des abattoirs respectant la réglementation

 Source : notre-planete.info, http://www.notre-planete.info/actualites/actu_3287_liste_abattoirs.php
Liste des abattoirs respectant la réglementation

 Source : notre-planete.info, http://www.notre-planete.info/actualites/actu_3287_liste_abattoirs.php

http://www.oaba.fr/pdf/Liste_abattoirs_2015.pdf

lire une étiquette

Le code de l'abattoir ou numéro d'agrément est constitué de :

  •     Deux lettres : FR pour origine France ;
  •     Deux premiers chiffres : département où se situe l'abattoir ;
  •     Six chiffres suivants : numéro de l'abattoir
Le code de l'abattoir ou numéro d'agrément est constitué de :

    Deux lettres : FR pour origine France ;
    Deux premiers chiffres : département où se situe l'abattoir ;
    Six chiffres suivants : numéro de l'abattoir.

 Source : notre-planete.info, http://www.notre-planete.info/actualites/actu_3287_liste_abattoirs.php
Le code de l'abattoir ou numéro d'agrément est constitué de :

    Deux lettres : FR pour origine France ;
    Deux premiers chiffres : département où se situe l'abattoir ;
    Six chiffres suivants : numéro de l'abattoir.

 Source : notre-planete.info, http://www.notre-planete.info/actualites/actu_3287_liste_abattoirs.php

      Orgasimes  de surveillance du Halâl

ARGML - Association Rituelle de la Grande Mosquée de Lyon – France

http://hallal.mosquee-lyon.org/

AVS - A Votre Service - France

http://avs.fr/

HALAL REUNION - Commission de Surveillance du Halal de la Réunion- Service - France

http://www.halal-reunion.com/

ACMIF- Association Culturelle Musulmane d’Ile de France - France

http://www.mosquee-evry.fr/modules/pages/index.php?pagenum=32

MCI - Muslim Conseil International - France

http://www.halal-mci.info/

HMC - HALAL MONITORING COMMITTE - Grande Bretagne

http://www.halalmc.co.uk/

    JUNTA ISLAMICA - Espagne

     https://institutohalal.wordpress.com/

 

Il y aurait beaucoup à dire à ce sujet tant il il a des divergences entres les gens .Notre seule confiance nous devons la donner et l'accepter de Notre Créateur  الخالق   Al-Khāliq car Lui seul est lke bien informé  الخبير   Al-Khabīr   de  nos coeurs et Lui seul peut nous engager dans la bonne voie.

Nantes superette 100% halal

https://www.youtube.com/watch?v=MpBtNzd6oXw

supermarché halal

https://www.youtube.com/watch?v=fUvDnAYI6T4

Marché Halal, l'ambitieux objectif du Maroc

https://www.youtube.com/watch?v=QH478ptjI4k

Mr Rhazi Gérant de Charr Halal à Aulnay-sous-Bois

https://www.youtube.com/watch?v=BleFRQIzCcU

le Marché du Hallal échappe aux musulmans?

https://www.youtube.com/watch?v=urpHJxlhRRY

scandale faux publicité 100%halal mensonge et tromperies sur tous les produits Halal

https://www.youtube.com/watch?v=dkontlhePgQ&t=628s

Viande halal en France

https://www.youtube.com/watch?v=_jc8_al5qKU

 

4 votes. Moyenne 4.25 sur 5.

Commentaires (2)

Islamic Books
  • 1. Islamic Books (site web) | 24/02/2020
Islamic books library, where you can download online Islamic books in Arabic Language, Read authentic books about Islam.
gerardibrahim baudrier
  • gerardibrahim baudrier | 25/02/2020
traduction du texte en anglais: Bibliothèque de livres islamiques, où vous pouvez télécharger des livres islamiques en ligne en langue arabe, lire des livres authentiques sur l'islam.

Ajouter un commentaire