la femme musulmane et son émancipation

La femme musulmane et son émancipation

 

Paix سلام salam

Fondation islam مؤسسة الاسلام muasasat al'Islam. Appel aux dons, contributions volontaires دَعْوَةٌ لِلتَّبَرُّعَاتِ daεwat liltabarouεat

Pour la création d'une Bibliothèque Culturelle Musulmane Religion, Art, Histoire, Géographie

Ouverte à tous, par adhésion.

Livres Islam كُتُبٌ إِسْلَامِيَّةٌ Kutub Al Islamiyah  BUDGET 30.000€

Pour projet qui vous concernes tous

Partager ce lien faites une demande dans auprès de vos responsables associatifs musulmans.

Faites des quêtes le vendredi صلاة الجمعة salat jumaha

Merci شكرا shoukran

Paix سلام salam

https://fr.gofundme.com/f/bibliotheque-voyage-a-travers-l039islam

la femme musulmane !

sourate 4  النساء  an-Nisāʾ les Femmes  verset 1

Période Médinoise, qui occupe la 92è place dans l'ordre chronologique.

يَا أَيُّهَا النَّاسُ اتَّقُواْ رَبَّكُمُ الَّذِي خَلَقَكُم مِّن نَّفْسٍ وَاحِدَةٍ وَخَلَقَ مِنْهَا زَوْجَهَا وَبَثَّ مِنْهُمَا رِجَالاً كَثِيراً وَنِسَاء وَاتَّقُواْ اللّهَ الَّذِي تَسَاءلُونَ بِهِ وَالأَرْحَامَ إِنَّ اللّهَ كَانَ عَلَيْكُمْ رَقِيباً

 Ô hommes ! Craignez votre Seigneur qui vous a créés d'un seul être et qui, ayant tiré de celui-ci son épouse , fit naître de ce couple tant d'êtres humains, hommes et femmes ! Craignez Dieu au nom duquel vous vous demandez mutuellement assistance* ! Respectez les liens du sang. En vérité, Dieu vous observe en permanence.

Ya'ayouha alnasu ataqou Rabbakoumou alađhi ķhalaqakoum min nafçin waĥidatin waķhalaqa minha zawjaha wabatha minhouma rijalan kathiran waniçaan waittaqou Allaha alađhi taça'alouna bihi wâl'arĥama îna Allaha kana Ɛalaykoum raqiyban

* Celui que ٱلَّذِى  alađhi vous questionnez/demandez تَسَآءَلُونَ  taça'alouna à son sujet, بِهِۦ  bihi, Ce verset démontre clairement que les hommes et les femmes en islam sont égaux entre eux, à la fois intrinsèquement – par l'acte de création même – et extrinsèquement, par leurs rapports entre eux et de leurs devoirs devant Dieu. Ce verset distingue la femme comme étant digne d'un respect.

D'après abd Allah Ibn Abbas, عبد الله بن عباس un cousin paternel du Prophète, des femmes posèrent au Prophète ṣallā-llāhu ʿalayhi wa sallam صلى الله عليه و سلم  que la paix et la prière (bénédiction) de Dieu soient sur lui  la question suivante

" Pourquoi Dieu mentionne t-Il dans le Coran les croyants et ne mentionne t-Il pas les croyantes ? "La réponse se fit sous la forme du verset suivant, indiquant que les hommes et les femmes ont les mêmes devoirs vis-à-vis de leur Créateur unique :

L'islam  au 7è siècle a reconnu le droit des femmes à l'héritage 12 siècles avant les pays d'Europe:

 

Sourate 4  النساء  an-Nisāʾ les Femmes verset 4

لِّلرِّجَالِ نَصيِبٌ مِّمَّا تَرَكَ الْوَالِدَانِ وَالأَقْرَبُونَ وَلِلنِّسَاء نَصِيبٌ مِّمَّا تَرَكَ الْوَالِدَانِ وَالأَقْرَبُونَ مِمَّا قَلَّ مِنْهُ أَوْ كَثُرَ نَصِيباً مَّفْرُوضاً

Il revient aux héritiers mâles une part dans l'héritage laissé par leurs ascendants ou leurs proches , de même qu'il revient aux femmes une part dans l'héritage laissé par leurs ascendants ou leurs proches. Et quelle que soit l'importance de la succession, cette quotité est une obligation.

Lilrijali naSiyboun mimma taraka alwalidani wâl'aqrabouna walilniça'i naSiyboun mimma taraka alwalidani wâl'aqrabouna mimma qalla minhou aw kathoura naSiyban mafrouĎan*

* Obligatoirement due  مَّفْرُوضًا mafrouĎan

ette racine comptabilise 18 apparitions dans le Coran sous diverses formes

verbe.
فَرَّضَ : cocher, couper, entailler, inciser
فَرَضَ : désigner, affecter, assigner / cocher, couper, entailler, inciser / calculer, compter, juger / obliger
فَرُضَ : être âgé / baigner dans la connaissance des lois
اِفْتَرَضَ : présumer, supposer / imposer, obliger, exiger, prescrire, condamner

nom.
فَرْض : conjecture, supposition, présupposition / ordre / obligation / loi, prescription de la loi religieuse / office, contrôle / hypothèse
فُرْض : entaille, coche / bouclier
فُرْضَة : encoche, entaille, incision, coche, cran, ornière, rainure, strie, indentation, crénage, brèche
فَرَضِيّ : juriste, versé dans la connaissance des préceptes divins
فَرْضِيَّة : hypothèse, présomption
فِرَاض : vêtement, habit / embouchure d'un fleuve
فَرِيضَة : devoir, obligation / prière obligatoire / loi, prescription de la loi religieuse

adectifj. / adverbe.
فَارِض : versé dans la connaissance des préceptes divins / homme corpulent, gros / vieux, ancien
مُفَرَّض : entaillé, strié, crénelé
مُفْتَرَض : hypothétique, présumé, présupposé, supposé, censé
مَفْرُوض : supposé / donnée, hypothétique, présumé, présupposé, censé / condamnatoire, impérieux, obligatoire, contraignant, forcé / imposé, prescrit

 

La civilisation préislamique conférait à la femme un statut équivalent à celui d’objet, mais l’avènement de l’Islam bouleversa les us et coutumes des Arabes du è siècle. Jusqu’au Moyen-âge, la femme, en Occident, était considérée comme un être sans âme ; et plus tard une possession de son époux.

Alors qu'au Moyen Age encore, des doctes théologiens s'interrogeaient pour savoir si la femme avait une âme - car n'est - elle pas l'origine du mal sur terre ?- ou si elle pouvait espérer avoir accès au Paradis - car ne s'associe-t-elle pas au serpent ? …-,le Coran affirmait au 7e siècle l'origine commune du couple, et son identité spirituelle.La femme est ainsi responsable de ses actes et seule elle aura à en rendre compte devant Dieu :

Qu'en était il ailleurs?

Un petit retour dans le Temps : Occident, France et dans le Monde.
5è et 6è siècle
L'expression loi salique désigne deux réalités distinctes.
Pharamond  premier roi des Francs et ancêtre des Mérovingiens.
puis,  Clovis,  roi des Francs saliens, puis roi de tous les Francs de 481 à 511, nous  trouvons un article de ce code salique l'interdiction faite aux femmes de succéder au trône de France, y compris les filles du souverain décédé.

Moyen Âge
En Gaule, du ve au 9e siècle, le droit du mariage est tributaire des lois des différents peuples, des différentes villes gallo-romaines, de convictions civiles et religieuses. Les évêques catholiques suivaient le droit romain, où c'est le consentement (souvent des parents) qui faisait le mariage, tandis que les tribus germaniques suivaient leurs droits propres, par lesquels c'est la relation sexuelle qui faisait le mariage.
en 757, le capitulaire de Compiègne dispose : « Si quelqu'un s'étant marié, trouve que son épouse n'est pas vierge, il a le droit de la renvoyer et de prendre une autre femme, mais si celle-ci n'est pas vierge, il ne pourra la renvoyer car lui non plus ne l'est pas ayant connu sa première femme » .
En 1215, au 4è concile de Latran, la qualité du mariage est mise en exergue comme l'un des sept sacrements et définie comme l'union de deux volontés plus que comme celle de deux corps. Le Concile impose donc le consentement des deux conjoints. Cela ne signifie pas qu'il n'y pas de mariages arrangés, mais que cela ne peut se faire sans une forme de consentements de la part de l'épouse. De fortes pressions sur les femmes ont eu lieu, spécialement dans le cas de mariages politiques et royaux.

1405 - France : Christine de Pizan, première femme française de lettres à vivre de sa plume, dénonce dans La Cité des dames la misogynie des clercs et s’insurge tant contre les discriminations dont les femmes sont victimes, que contre les propos de Jean de Meung sur elles, si opposés à ceux de Guillaume de Lorris.

Au 16è siècle se répand une légende à propos d'un Concile de Mâcon qui aurait débattu de l'existence d'une âme chez la femme. Un tel débat n'a en fait jamais eu lieu, les femmes ayant été baptisées aussi bien que les hommes dès les origines de la chrétienté, voire ayant été martyres pour cette raison, comme Blandine de Lyon. Il s'agissait en réalité de clarifier la distinction entre les termes « homo » (être humain) et « vir » (homme mâle), ce qui fut fait.
1622 - France Marie de Gournay réclame, dans son Égalité des hommes et des femmes, un meilleur accès à l’instruction pour toutes les femmes. Elle prend position dans le débat naissant sur la place de la femme, soutenant que celle-ci n’est pas inférieure à l'homme par nature mais du fait de son éducation.
1679 - Italie Elena Cornaro Piscopia est la première femme à obtenir un diplôme universitaire.
1687 - France Traité de l'éducation des filles, de Fénelon
17è siècle-18iè siècle - France
Les femmes tiennent salon. Ces petits comités essentiellement masculins se réunissent souvent sous la protection de femmes qui leur garantissent une certaine liberté. Certaines femmes appartenant aux classes privilégiées se posent en effet en protectrices et rien, ou pas grand-chose, ne peut leur interdire une telle attitude. Ces « salons particuliers » reprennent la tradition des cercles des reines et des princesses à la cour qui émergent dès le xve siècle. C'est dans le cadre de ces salons que les Lumières prennent leur essor en favorisant les libres débats.
1724 - France Création de la Bourse de Paris. La présence des femmes y est proscrite, et ce jusqu'en 19671.
1788-1789 - France Convocation des États généraux pour la 22e fois en 488 ans (première en 1302). Les femmes veuves ou nobles tenant fief prennent part au vote mais elles ne sont pas directement éligibles. Elles peuvent toutefois être représentées par une sorte de suppléant comme c’est le cas notamment dans les assemblées locales. Les femmes prennent également une part très active à la rédaction des cahiers de doléances.


Époque contemporaine

Révolution française 
1789 - France : 5 octobre 1789, Marche des femmes de Paris à Versailles. Le roi et l'Assemblée doivent rejoindre Paris.
1790 - France : Condorcet plaide pour le droit de vote aux femmes dans son Admission des femmes au droit de cité : « songez qu’il s’agit des droits de la moitié du genre humain ».
le droit d'aînesse masculin est supprimé par la loi. Tous les enfants sont désormais égaux devant la succession, quel que soit leur rang de naissance et leur sexe.
1791 - France :La loi laïcise le mariage qui devient un contrat entre les époux.
Olympe de Gouges réclame l’égalité politique entre hommes et femmes dans sa Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne : « article 1. La femme naît libre et égale à l’homme en droits ». Elle est guillotinée deux ans plus tard, officiellement pour des écrits en faveur de Louis XVI.
Instauration du suffrage censitaire (environ 4,3 millions d’électeurs pour 40 000 personnes éligibles). Les femmes sont exclues du corps électoral.
1792 - France : Le divorce est institué par la loi qui reconnaît par ailleurs l'égalité des époux, et le divorce par consentement mutuel.
Les clubs politiques de femmes à Paris comme en province se radicalisent autour de la question essentielle de l’égalité politique. Le plus fameux de ces clubs féminins donnant une tribune à la cause féministe est la Société patriotique et de bienfaisance des amies de la vérité.
1792 - Grande-Bretagne : En réponse à des écrits de l'Irlandais Edmund Burke critiquant la Révolution française, Mary Wollstonecraft publie A vindication of the Rights of Women (Une revendication des droits des femmes) mettant l'accent sur les apports de la Révolution sur la condition féminine.
1793 - France Instauration du suffrage « universel » ; les femmes sont toujours exclues de la citoyenneté au même titre que les mineurs, les domestiques, les aliénés et les religieux cloîtrés.
Les femmes de Paris coiffées d’un bonnet rouge prennent d’assaut le Conseil général de la Commune de Paris, avec à leur tête, Claire Lacombe. Elles sont repoussées aux accents d’un discours clairement misogyne du procureur général Chaumette. Dans la foulée de ce coup de force, un décret de la Convention montagnarde interdit tous les clubs politiques de femmes2.
1795 - France : les femmes sont exclues de la vie politique. Tenaces, elles s’installent alors dans les travées réservées au public dans les différentes assemblées et ne manquent jamais une occasion pour émettre des avis en pleine délibération des législateurs. Ces femmes qui occupent littéralement les bancs du public sont vite taxées du nom de « tricoteuses », car nombre d’entre elles pratiquent effectivement le tricot en séance ou entre deux débats.
1804 - France : le Code civil français déclare la femme incapable juridiquement ; elle est sous l'autorité de son père puis de son mari. En revanche, la veuve jouit, en théorie, de la plénitude de ses capacités juridiques, droit de vote exclu. En effet, la veuve ayant eu des enfants reste surveillée par un Conseil de famille composé de membres de la famille de son mari. Napoléon, en homme de son temps, n’est pas très sensible à la cause féministe et déclare « je n’aime pas les femmes qui se mêlent de politique »3.
1807 - France : Claude-Henri de Saint-Simon plaide pour le droit de vote des femmes.
1808 - France : Charles Fourier réclame le droit de vote des femmes et la liberté en amour. Saint-Simon et Fourier sont considérés[Par qui ?] comme les précurseurs des socialistes.
1810 - France : Le Code pénal qualifie l'adultère de délit. L’adultère du mari est puni d’une amende, celui de la femme d’une peine de prison (de 3 à 24 mois).
Le Code pénal punit de réclusion les personnes qui pratiquent, aident ou subissent un avortement. Les médecins et pharmaciens impliqués sont condamnés aux travaux forcés.

19èsiècle
1816 - France : Restauration monarchique. Abolition du divorce.
1829 - Inde : Le Sati Prevention Regulation Act(Loi sur la réglementation de la prévention) interdit la pratique de la satî, le sacrifice des veuves qui se jettent dans le bûcher crématoire de leur époux. Cette réforme qui prétend mettre un terme à une pratique vieille de plus de 2000 ans provoque inévitablement de farouches résistances parmi les traditionalistes, même de nos jours.
1832 - France :
Fondation du journal La femme libre. Jusque-là délit, le viol est désormais un crime, mais c’est le père ou le mari qui est considéré comme lésé.
1835 - France : La militante socialiste Flora Tristan imagine dans son Nécessité de faire bon accueil aux femmes étrangères, la mise en place d’une structure d’accueil et de logement pour les femmes seules. Jusqu’à sa mort (1844), Flora Tristan est la voix par excellence du féminisme-socialisme pendant cette décennie pré-marxiste. Elle assure la liaison entre le « vieux socialisme » et le marxisme
1837 - Royaume-Uni : Amorce de l'ère victorienne 
1838 - France : Création de la première école normale d'institutrices.
1839 - France : de retour d’un voyage d’étude au Royaume-Uni, Flora Tristan avoue dans son Promenades dans Londres qu’« en France, de tradition, la femme y est l'être le plus honoré, en Angleterre, c'est le cheval ».
1844 - France : quelques jours avant son décès, Flora Tristan concède dans une lettre : « que j’ai tout le monde contre moi. Les hommes parce que je demande l’émancipation de la femme et les propriétaires parce que je demande celle des ouvriers ».
1848 - France 5 mars. Deuxième République. Rétablissement du suffrage « universel » après un système censitaire, mais les femmes sont toujours exclues du droit de vote.
Les Vésuviennes, femmes parisiennes qui avaient pris les armes lors de la révolution de 1848, revendiquent une Constitution politique des femmes, le port du pantalon4,5 l'accès à tous les emplois publics, civils, religieux et militaires. Ultra-radicales, les Vésuviennes desservent toutefois la cause féministe en réclamant des réformes comme l’obligation du mariage féminin à 21 ans, la mise en place d’un service militaire obligatoire féminin et le doublement du service militaire masculin pour les hommes qui refuseraient les tâches ménagères. La radicalité des Vésuviennes permet aux hommes hostiles à la cause féministe de s'en servir comme repoussoir.
Autres féministes de 1848 :
Jeanne Deroin, qui tente de se présenter aux élections.
Désirée Gay, George Sand qui participent activement au gouvernement de la République. Jeanne Deroin, Eugénie Niboyet, Louise Colet et Adèle Esquiros sont à l’origine de deux journaux6 féministes : La Voix des Femmes puis L’Opinion des Femmes. Le journal lance la candidature surprise, et illégale, de George Sand. Cette dernière qui découvre sa candidature dans le journal s’en prend aux « suffragistes » car elle considère l’égalité politique comme secondaire.
1848 - États-Unis : Elisabeth Cady Stanton dénonce la « tyrannie masculine » dans sa Déclaration de sentiments.

1849 - France : Jeanne Deroin tente de se présenter aux élections législatives. Le socialiste Proudhon est l’un des plus virulents opposants à cette candidature féminine : « L'humanité ne doit aux femmes aucune idée morale, politique, philosophique. L'homme invente, perfectionne, travaille, produit et nourrit la femme. Celle-ci n'a même pas inventé son fuseau et sa quenouille ».
1850 - France : la loi Falloux fait obligation pour les communes de plus de huit cents habitants d'ouvrir et d'entretenir une école publique de garçons comme de filles. La scolarité n'est cependant pas encore ni gratuite ni obligatoire.
1851 - France : le premier projet de loi proposant le droit de vote des femmes aux élections municipales voit le jour : il est dû à Pierre Leroux.
vers 1860 - Royaume-Uni : les suffragettes britanniques commencent à mener un combat d'envergure pour obtenir le droit de vote.
861 - France : Julie-Victoire Daubié est la première bachelière française.
1862 - France : Elisa Lemonnier crée l'enseignement professionnel féminin, public et laïque.
1864 - Belgique : ouverture par Isabelle Gatti de Gamond de son Cours d'Éducation pour les jeunes filles
1865 - Royaume-Uni : Droit de vote accordé aux femmes pour les élections locales.
1865 - 1870 - Suisse : les universités suisses de Zurich, puis de Berne sont les premières à s'ouvrir progressivement aux femmes. Des jeunes filles viennent de toute l’Europe pour y étudier.
1867 - France : Victor Duruy créé les cours secondaires publics destinés aux filles.
1868 - États-Unis : le droit de vote est accordé aux femmes du Wyoming.
1869 - Royaume-Uni : Josephine Butler publie Woman's work and woman's culture, à Londres.
1870 - Inde : Rappel de l'interdiction d'infanticide des filles et obligation de déclarer chaque naissance.
1873 - États-Unis : ouverture de la première université qui ouvre toutes ses sections aux femmes, à Boston
1874 - France
Le travail des femmes est interdit dans les mines et les carrières.
Le travail de nuit des femmes non majeures est interdit.
Joséphine Andrée, syndicaliste fonde le Syndicat féminin de la couture, premier syndicat féminin.
1875 - France : la Constitution de la IIIe République confirme la privation de droits politiques pour les femmes.

1876 - France : Hubertine Auclert fonde Le Droit des femmes, groupe suffragiste qui devient Le Suffrage des femmes en 1883.
Lors du congrès de Marseille, Hubertine Auclert proclame : « Qui dit droit, dit responsabilité, la femme doit travailler, n'étant pas moins tenue de produire que l'homme, vu qu'elle consomme… qu'il y ait pour les deux sexes même facilité de production, et application rigoureuse de cette formule économique : à production égale, salaire égal ».
1879 - France : la loi Bert rend obligatoire l'entretien d'une École normale de jeunes filles dans chaque département français.
1880 - Accès des femmes aux universités
France : la Sorbonne s'ouvre aux jeunes filles. La loi Camille Sée institue un enseignement secondaire féminin d'État.
Belgique : admission d’une première étudiante à l’université libre de Bruxelles (Liège : 1881, Gand : 1882, Louvain : 1920)
1880 - Japon : profitant de l'ouverture du pays à l'Occident, les femmes japonaises manifestent afin d'obtenir des réformes. En réponse à ces manifestations une loi interdit désormais la présence des femmes sur la scène politique.
1881 - France L'enseignement primaire est désormais obligatoire, public et laïc pour tous les enfants : filles et garçons (loi Jules Ferry).
Ouverture de l’École normale des professeurs-femmes de Sèvres.
Hubertine Auclert lance le journal La Citoyenne.
Blanche Edwards est reçue au concours de l'externat en médecine. Des étudiants brûlent son effigie boulevard Saint-Michel.
1884

France : La loi Naquet rétablit le divorce, pour faute seulement, pas par consentement mutuel.
Clémence Royer, femme de sciences, donne des cours à la Sorbonne.
Belgique : Isala Van Diest, première femme médecin belge, est autorisée par arrêté royal à ouvrir son propre cabinet médical.
1888 - International : création du Conseil international des femmes (CIF ou ICW en anglais)
1889 - France : Paul Robin crée à Paris le premier centre d'information et de vente de produits anticonceptionnels.
1891 - France : Maria Martin crée le Journal des femmes.
1891 - Inde : l'âge du mariage est porté à un minimum de 12 ans pour les filles.
1892 - France Le travail de nuit est interdit à toutes les femmes, quel que soit leur âge.
Le port du pantalon interdit pour les femmes depuis le Directoire, est désormais possible à condition qu’elles tiennent à la main une bicyclette ou un cheval (cette loi n'a été abrogée qu'en 2013 mais était tombée en désuétude).
1894 - Nouvelle-Zélande : le droit de vote est accordé aux Néo-Zélandaises.
1897 - France : Les femmes peuvent désormais témoigner dans les actes d'état-civil, et dans les actes notariés.
Fondation du journal quotidien féministe La Fronde par Marguerite Durand.
1898 - France : la loi permet désormais aux femmes d'être électrices au Tribunal de commerce.
1900 - France Les femmes peuvent désormais plaider comme avocates.
Ouverture aux femmes de l'École nationale supérieure des beaux-arts.
Journée de travail de 10 heures pour les femmes et les enfants contre 12 pour les hommes.
1900 - Japon : la première université féminine est créée au Japon en 1900.
1900 - Égypte : les filles accèdent à l'école secondaire.
1900 Tunisie : inauguration de la première école de filles en Tunisie.
Belgique : premières libertés économiques des femmes établies légalement, droit à l’épargne personnelle de la femme mariée, droit de signer un contrat de travail et d’encaisser un salaire.

Début du siècle
1901 - France :Création du Conseil national des femmes françaises, affilié au Conseil international des femmes
Première proposition de loi accordant le droit de vote aux femmes majeures, célibataires, veuves ou divorcées, mais pas aux femmes mariées (dont on ne pourrait être sûr qu'elle vote comme le voudrait leur mari).
1902 - Australie : les Australiennes peuvent désormais voter.
1903 - France : Marie Curie reçoit le prix Nobel de physique pour la découverte de la radioactivité. C'est le premier prix Nobel (créé en 1900) décerné à une femme.
1904 - États-Unis : Carrie Chapman Catt fonde l'Alliance internationale pour le suffrage des femmes.
1906 - Finlande : les Finlandaises obtiennent le droit de vote et d'éligibilité.
France : Isabelle Bogelot est la première femme nommée au Conseil supérieur de l'assistance et de l'hygiène publique, grâce au travail du Conseil national des femmes françaises
France : Le couturier Paul Poiret supprime le corset, en créant des robes taille haute. Il devient ainsi un pionnier de l'émancipation féminine.
1907 - France :La loi permet aux femmes d'être électrices et éligibles aux tribunaux de prud'hommes.
Loi sur les biens réservés pour que les femmes (mariées) puissent disposer librement de leur salaire.
1909 - France : Création du congé maternité (8 semaines), mais il n'est pas rémunéré.
Les salaires des instituteurs et des institutrices deviennent égaux : première application du principe énoncé par Hubertine Auclert : « à travail égal, salaire égal ».
Grande manifestation à Paris pour le droit de vote des femmes.
Création de l'Union française pour le suffrage des femmes.
Rappel de la circulaire de 1892. Le port du pantalon n'est plus un délit si la femme tient un guidon de bicyclette ou les rennes d'un cheval. Dans les faits, l'usage se répand dès les années 1920 pour devenir courant dans les années 1960.

1910 - France : Les institutrices obtiennent la rémunération de leur congé de maternité.
Le rapport Buisson propose à la Chambre des députés le droit de vote et d'éligibilité des femmes.
1911 - France : Au sein du syndicat CGT des employés, création d'une section féminine.
Les employées des PTT obtiennent la rémunération de leur congé maternité
Marie Curie reçoit le prix Nobel de chimie pour ses travaux sur le radium. Marie Curie est la première scientifique, hommes et femmes confondus, à obtenir deux prix Nobel.
1911 - Commonwealth : Emily Murphy est la première femme juge.
1912 - Chine : Pour réclamer le droit de vote, les femmes chinoises envahissent l'enceinte du nouveau Parlement, en vain.
1913 - Norvège : Droit de vote pour les Norvégiennes.
1914 - Islande : Droit de vote pour les Islandaises.
1915 - France : La modiste Coco Chanel raccourcit les jupes et supprime la taille. Elle conçoit aussi des vêtements pour les femmes, simples et pratiques, dont l’esthétique s’inspire d'une vie dynamique et sportive qui aime jouer avec les codes féminins-masculins.
1917 - Union soviétique : Alexandra Kollontaï - membre du gouvernement bolchévique Russe - est la première femme à faire partie d'un gouvernement.
Canada: Droit de vote pour les femmes

Entre-deux-guerres
1918 - Europe : La plupart des Européennes obtiennent entre 1918 et 1920 (Royaume-Uni, Russie soviétique, Pologne, Tchécoslovaquie en 1918, Allemagne, Pays-Bas, Luxembourg, Belgique et Suède en 1919, Albanie, Autriche et Hongrie en 1920), le droit de vote.
1918 - France : L'École Centrale est ouverte aux femmes.
1919 - Pays-Bas - Luxembourg : Droit de vote pour les femmes
1919 - France :
La Chambre des députés adopte une proposition de loi pour le vote des femmes, par 329 voix contre 95 : proposition refusée par le Sénat.
Remise à Georges Clemenceau président de la Conférence de paix de Paris d'une pétition de cinq millions de femmes américaines contre le viol de guerre. Elle n'aura pas de suites.
L'École supérieure de chimie de Paris et l'École supérieure d'électricité s'ouvrent aux jeunes filles.
1920 - États-Unis : Droit de vote à l'échelon fédéral, pour les femmes (XIXe amendement de la Constitution) : la ratification de cet amendement le 26 août 1920, est depuis commémoré chaque 26 août par la Journée de l'égalité de la femme7.
1920 - Tchécoslovaquie - Autriche : Droit de vote pour les femmes.
1920 - France : Les femmes mariées peuvent désormais adhérer à un syndicat sans l'autorisation de leur mari.
La vente de contraceptifs est interdite par la loi.
1922 - France : Le Sénat refuse d'examiner la proposition de loi sur le vote des femmes, par 134 voix sur 156.
1922 - Japon : Abrogation de la loi interdisant aux femmes toute activité politique.
1923 - France : L'avortement est un crime passible de la cour d'assises.
1924 - France : Le décret Bérard institue des horaires et des programmes d'études identiques dans les établissements secondaires de garçons et de filles, ce qui créé l'équivalence entre les baccalauréats masculin et féminin.
1925 - France : Création de l'École polytechnique féminine.
La Chambre des députés adopte par 389 voix contre 140 une proposition de loi instaurant le vote des femmes lors des élections municipales et cantonales.
Tour de France suffragiste de Marthe Bray.
Des candidates communistes sont élues aux municipales. Mme Variot siège par exemple au conseil municipal de Malakoff. Ces élues sont finalement écartées par les tribunaux.
1926 - France : création de la Fête des mères.
1927 - France Les employés des deux sexes des PTT, de la Caisse des Dépôts et Consignations, et les professeurs du secondaire à niveau de diplôme égal ont désormais le même traitement.
Une Française mariée à un étranger conserve sa nationalité.
L’Assemblée vote une quatrième fois en faveur du droit de vote aux femmes par 396 voix contre 94. Le Sénat fait barrage.

1928 - France : Le congé de maternité de huit semaines, avec maintien du traitement, est étendu à toute la fonction publique.
1929 - Inde : L'âge du mariage est porté à un minimum de 14 ans pour les filles.
1930 - France : Les femmes peuvent être juges.
1932 - France : La Chambre des députés vote par 446 voix contre 60 une résolution invitant le gouvernement à faire pression sur le Sénat afin de rendre possible l’adoption du texte sur le droit de vote aux femmes. Sans suites.
1934 - Turquie : Droit de vote pour les Turques.
1935 - Philippines : Droit de vote pour les femmes philippines.
1935 - France : La Chambre des députés se prononce pour la cinquième fois pour le vote des femmes par 453 voix contre 124. À nouveau, le Sénat bloque.
1935-1936 - France : Plusieurs communes organisent des scrutins parallèles mixtes aboutissant à faire élire des conseillères municipales supplémentaires ; à Louviers, dont le maire est Pierre Mendès France, six conseillères sont ainsi élues et siègent avec voix consultative.
1936 - France : Le 4 juin, Blum nomme trois femmes dans son gouvernement. Il s'agit de Cécile Brunschvicg, présidente de l'UFSF, Suzanne Lacore et Irène Joliot-Curie.
Le 30 juillet, la Chambre des députés se prononce pour la sixième et dernière fois pour le vote des femmes par 495 voix contre 0. Le gouvernement s'abstient. Le Sénat n'inscrira jamais ce texte à son ordre du jour.
1936 - Allemagne nazie : Promulgation d'une loi interdisant certaines hautes fonctions aux femmes dans la magistrature (juge et procureur notamment) ainsi que dans le corps médical. Les femmes conservent le droit de vote, mais ne sont plus éligibles (cf. : condition des femmes sous le Troisième Reich).
1937 - France : Les femmes sont autorisées à enseigner le latin, le grec et la philosophie.
Les femmes mariées peuvent obtenir un passeport sans l’autorisation de leur mari.
1938 - France : L'article 213 du Code Civil de 1804 est réformé et supprime l'incapacité juridique des femmes. Elles ne doivent plus obéissance à leur époux.

Seconde Guerre mondiale
Durant la dernière guerre les femmes ont accédé à des postes de travail dans les usines pour soutenir l'effort de guerre.
Deux ouvrières de maintenance en métallurgie chargées de nettoyer à intervalles réguliers les sommets de 12 haut fourneaux à l'usine U.S. Steel's Gary, Indiana, Works. À titre de précaution, elles portent des masques à oxygène. Les femmes américaines ont contribué largement au Victory Program.
Source image: United States Women's Bureau (en), par le fonds historique de la NARA.
1939 - France : Création de brigades policières chargées de traquer les « faiseuse d'anges ». La répression contre l’avortement et la contraception s'accroît. L'une des premières militantes pro-IVG, Madeleine Pelletier, est arrêtée et menée à l'asile, où elle meurt six mois plus tard.
1940 - France : Vichy. Un décret-loi de Vichy rend très restrictif l'accès des femmes à l'emploi public.
1941 - France : Vichy. Les époux mariés depuis moins de 3 ans ne peuvent pas divorcer.
1942 - France : Vichy. L'avortement, qui était un délit devient un crime contre la sûreté de l'État ; il est puni de la peine de mort.
France libre. 23 juin. Le général de Gaulle déclare : « Une fois l'ennemi chassé du territoire, tous les hommes et toutes les femmes de chez nous éliront l'Assemblée nationale ».
1943 - France
France Libre. Marthe Simard et Lucie Aubrac sont nommées membres de l'Assemblée consultative provisoire. C'est la première fois qu'une femme siège dans une assemblée parlementaire française.
Vichy. Marie-Louise Giraud, une « avorteuse », est guillotinée.
1944 - France : 24 mars. France Libre. Vote de l’Assemblée réunie à Alger du droit de vote pour les femmes par 51 voix sur 67.
21 avril. France Libre. Après un vote de l’Assemblée réunie à Alger, De Gaulle signe l’ordonnance donnant le droit de vote et l'éligibilité aux femmes. Les militaires de carrière, hommes ou femmes, attendent 1945 pour obtenir le droit de vote (cf. : ordonnance du 21 avril 1944).
En novembre, l'Assemblée consultative provisoire, pour l'ouverture de sa session à Paris, compte dix femmes.

Après-guerre
1945 - France : La notion de « salaire féminin » est supprimée. « À travail égal, salaire égal » s'inscrit dans la législation française. Plusieurs lois rappellent ce principe en 1972, 1983 et 2005, notamment.
29 avril : premier vote féminin, lors des élections municipales.
En octobre : premier vote féminin lors d'un scrutin national : 34 femmes élues membres de l'Assemblée nationale constituante.
Loi instaurant le congé de maternité obligatoire et rémunéré de 8 semaines (2 semaines avant et 6 semaines après l’accouchement). Ce congé est rémunéré à hauteur de 50 % du salaire, 100 % pour les fonctionnaires.
1945 - Nations unies : « principe d'égalité sans discrimination de sexe » dans la Charte des Nations unies de 26 juin 1945 : Article 55 alinéa 38.
1945 - Japon : Sous l'influence américaine, la loi japonaise admet désormais l'égalité entre hommes et femmes. Droit de vote accordé aux femmes japonaises. Mixité de l'éducation.
1946 - France : le principe d'égalité des droits entre hommes et femmes est posé dans le préambule de la constitution.
1947 - France : Germaine Poinso-Chapuis est la première femme nommée ministre.
1948 - Belgique : droit de vote pour les femmes.
1948 - ONU : La Déclaration universelle des droits de l'homme reconnaît la pleine égalité entre hommes et femmes. Quelques pays ne ratifient pas la DUDH, en raison précisément de cet article, et beaucoup d'autres n'ont toujours pas harmonisé leur droit interne à la DUDH.
1949 - France : Simone de Beauvoir plaide dans son livre Le Deuxième Sexe pour une autonomie de la femme. Son livre ouvre le champ d'une philosophie féministe.
1949 - Chine : Mao interdit la pratique traditionnelle des « petits pieds » qui mutilait les pieds des femmes. Cette tradition datait du xe siècle et était en nette perte de vitesse depuis le début du xxe siècle.
1952 - International : Convention sur les droits politiques de la femme9
Convention no 103 de l’Organisation internationale du travail sur la maternité (congé maternité minimum de 12 semaines, pause allaitement, etc.) mais tous les pays ne la signent pas, entre autres les États-Unis, l'Australie et la Suisse notamment.
1954 - France : Publication de Bonjour tristesse de Françoise Sagan qui fait scandale en raison de son « immoralité ». Sagan réplique en signalant : « Aujourd’hui, les jeunes filles écrivent ce qu’elles veulent ».
1955 (1er décembre) : Rosa Parks refuse de céder sa place à un passager blanc dans un bus à Montgomery. À la suite de son arrestation par la police et sa condamnation devant un tribunal, elle fait appel du jugement, créant une campagne de protestation et un boycott des bus de Montgomery, initié par Martin Luther King et Ralph Abernathy, qui dure 381 jours. Le 13 novembre 1956, la Cour suprême des États-Unis casse les lois ségrégationnistes dans les bus, les déclarant anticonstitutionnelles.
1955 - France : l'avortement thérapeutique est autorisé.
1955 - Inde : la loi interdit la polygamie. En l'an 2000, on estime que malgré l'interdiction en vigueur depuis 1955, 5 % des Indiens sont polygames.
1956 - France : création de « la maternité heureuse » qui devient le « Planning familial » en 1960.
1956 - Tunisie : adoption du Code du statut personnel qui abolit la polygamie et institue le divorce judiciaire notamment. La Tunisie fait figure de pays arabo-musulman le plus avancé dans le domaine de la condition féminine.
1959 - Canton de Vaud en Suisse : le canton est le premier canton suisse à accorder le droit de vote aux femmes sur le plan cantonal.
1959 - France : ouverture de l'École des ponts et chaussées aux femmes.
1960 - France : les mères célibataires peuvent avoir un livret de famille.
1960 - Sri Lanka Sirimavo Bandaranaike devient Premier ministre, c'est aussi la première fois qu'une femme est Premier ministre dans le monde.
1963 - France : la mixité des élèves est instituée, par décret, comme le régime normal des Collèges d'enseignement secondaire.
1963 - États-Unis : la notion « à travail égal, salaire égal » entre dans la législation américaine.
1965 - France : une femme peut avoir un emploi sans avoir à obtenir l'autorisation de son mari et dispose librement de ses biens propres ; réforme des régimes matrimoniaux.
1965 - Tunisie : nouvelles réformes de la condition féminine en Tunisie : égalité des salaires, scolarisation obligatoire pour les filles et les garçons de 6 à 12 puis à 16 ans, interventions contre le port du voile. Ces réformes voulues par le président Habib Bourguiba malgré de fortes résistances des milieux traditionalistes sont expliquées par un discours : « Il faut rendre la femme tunisienne à sa société pour qu’elle puisse jouer convenablement son rôle d’épouse, de mère et de citoyenne ; elle doit rattraper des siècles de retard pour vivre en femme du xxe siècle. »

1965 - Algérie : manifestations importantes de femmes algériennes afin de réclamer des réformes, mais l'exemple tunisien ne fait pas école.
1966 - France : la loi interdit de licencier une femme enceinte et pendant les 12 semaines suivant l'accouchement.
1966 - Algérie : le débat sur l'adoption d'un code de la famille tourne court. Le projet de réforme est abandonné.
1967 - États-Unis : mouvement « Women's Lib » aux États-Unis, mouvement de libération des femmes américaines.
1967 - France : 28 décembre. la contraception est autorisée par la loi Neuwirth. Les femmes sont autorisées à pénétrer dans la Bourse de Paris1.
1968 - Vatican : le pape Paul VI condamne le recours aux méthodes de contraception dans son encyclique Humanae Vitae.
1969 - France : le Mouvement des Femmes (futur MLF) voit le jour un an après les évènements de mai 1968. Première action d’éclat le 26 août 1970 avec 8 femmes (dont Monique Wittig) déposant au pied de l’Arc de Triomphe des fleurs pour la veuve du soldat inconnu.

Des années 1970 à la fin du siècle
1970 - France : La loi dispose que désormais « les deux époux assurent ensemble la direction morale et matérielle de la famille » : c'est la fin de la notion de « chef de famille » et de la puissance paternelle, remplacées par l'autorité parentale.
Ouverture de l'École polytechnique aux femmes.
Le congé maternité est indemnisé à 90 % du salaire brut par la sécurité sociale (ou assurance maladie-CPAM) soit, grosso modo, le salaire net.
1970 - Royaume-Uni : la notion « à travail égal, salaire égal » entre dans la législation britannique.
1971 - France : Publication dans Le Nouvel Observateur du « Manifeste des 343 » regroupant les signatures de 343 femmes affirmant avoir été avortées et appelant les autorités à prendre en compte cette réalité : les femmes avortent, et souvent dans des conditions de sécurité lamentables. Le « manifeste des 343 » réclame l’avortement libre.
Dans l'enseignement supérieur, les filles rattrapent les garçons en nombre.
1971 - Suisse : À l'issue d'un référendum obligatoire, les Suissesses obtiennent le droit de vote au niveau fédéral (cf : suffrage féminin en Suisse).
1972 - France : La loi réaffirme la reconnaissance du principe de l'égalité de rémunération entre les hommes et les femmes, pour des travaux de valeur égale.
Huit femmes sont reçues à Polytechnique ; le major de la promotion est Anne Chopinet.
Égalité des droits des enfants légitimes et naturels.
Possibilité pour les femmes mariées de contester la paternité du mari et de reconnaître un enfant sous son nom de naissance.
1973 - France : La mère peut, comme le père, transmettre sa nationalité à son enfant (légitime ou naturel).
L'éducation sexuelle fait son apparition dans les programmes scolaires.
1973 - Algérie : mécontentes de la teneur du Code de la famille à nouveau en débat, les femmes algériennes font capoter le projet de réforme qui prévoyait le maintien de la polygamie ou l'interdiction de se marier avec un étranger.
1974 - France : Création d’un secrétariat d’État à la condition féminine.
L’assemblée de l’épiscopat français se prononce contre l’avortement.
La pilule est remboursée par la sécurité sociale. Les mineures peuvent l'obtenir gratuitement au centre de planification.
20 décembre. Après de très houleux débats, vote par l’Assemblée de la loi Veil sur l'IVG par 277 voix contre 192.
1975 - ONU : l'année 1975 est déclarée « année internationale de la femme » par l'ONU et la première conférence internationale qui leur est consacrée est organisée à Mexico. Déclaration de la décennie de la femme (1976-1985).

1975 - France 17 janvier : promulgation de la loi Veil autorisant l'interruption volontaire de grossesse.
La loi Haby, en créant le collège unique, réaffirme l'obligation de mixité dans l'enseignement primaire et secondaire, tant pour les élèves que pour les enseignements : « Tout enseignement et toute spécialité professionnelle… sous réserve des dispositions du Code du travail, sont accessibles aux élèves des deux sexes ».
La loi sanctionne désormais les discriminations fondées sur le sexe, en particulier en matière d'embauche, et garantit l'accès à l'emploi des femmes enceintes.
La loi soumet à un accord commun entre les époux le choix du domicile conjugal.
La loi supprime également la possibilité laissée au mari de contrôler les correspondances de son épouse.
Instauration du divorce par consentement mutuel.
Ouverture du « refuge Flora Tristan » pour femmes battues à Clichy.
1976 - Inde : La loi établit l'égalité des salaires entre hommes et femmes pour un travail égal.
1976 - ONU création du Fonds de développement des Nations unies pour la femme
1977 - France : Création du « congé parental d'éducation » pour les femmes dans les entreprises de plus de 200 salariés.
1977 - 8 mars / International : instauration de la journée internationale des droits des femmes par les Nations unies.
1979 : Margaret Thatcher, la « Dame de Fer », prend les rennes du gouvernement britannique. Première femme devenue premier ministre d'un pays d'Europe occidentale, ici avec Ronald Reagan ; leur politique sera assimilée à une « révolution conservatrice ».
1979 - ONU : Adoption de la résolution 34/180 du 18 décembre 1979 relative à la Convention sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes, connue aussi sous le nom de Convention CEDAW (Convention on the Elimination off all forms of Discimination Againts Women/Convention sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes). Ouverture des ratifications (entrée en vigueur en 1981)

1979 - Europe : Simone Veil devient la première femme présidente du Parlement européen.
1979 - Royaume-Uni : Margaret Thatcher devient la première femme Premier ministre du Royaume-Uni. De ce fait, elle est la première femme élue chef de gouvernement dans un pays d'Europe et la première femme représentant son pays au G8 (alors G7).
1979 - France : l'interdiction du travail de nuit est supprimée pour les femmes occupant des postes de responsabilité.
1979 - Iran : La Révolution islamique iranienne impose le port du voile aux femmes.
1979 - Algérie : Les femmes algériennes sont interdites de sortie du territoire national si elles ne sont pas accompagnées d'un « tuteur » (père ou mari).
1980 - Islande : Vigdís Finnbogadóttir devient la première femme élue présidente d'un État européen.
1980 - International : 2e Conférence mondiale de la décennie des Nations unies pour la femme : égalité, développement et paix.
1980 - France : Le congé maternité est porté à 16 semaines minimum (6 semaines avant et 10 semaines après l’accouchement) avec versement complet du salaire. À partir du troisième enfant, le congé maternité minimum est de 24 semaines.
1981 - Algérie 8 mars. Manifestation des femmes algériennes contre l'interdiction de sortie du territoire valable depuis 1979. Elles obtiennent gain de cause et cette mesure discriminatoire est levée.
Septembre. Le gouvernement soumet au parlement un Code de la famille rédigé dans le plus grand secret. Texte et méthode sont rejetés par les femmes algériennes qui manifestent jusqu'au retrait du projet de loi en janvier 1982.

1982 - France : Les femmes d'artisans ou de commerçants peuvent choisir entre trois statuts : conjoint collaborateur, salarié ou associé.
Remboursement de l'interruption volontaire de grossesse par la Sécurité Sociale.
Un projet de loi prévoit d'instaurer un quota de 25 % de femmes pour les listes de candidatures. Elle est rejetée par le Conseil constitutionnel.
1983 - France : Loi Roudy sur l'égalité professionnelle hommes/femmes. Rappel de la notion « à travail égal, salaire égal ».
Suppression de la notion de « chef de famille » en droit fiscal.
Ratification par la France de la Convention sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes.
1984 - France : Le congé parental est ouvert à chacun des parents salariés sans distinction de sexe.
La loi confie aux deux parents la gestion conjointe des biens de leurs enfants mineurs.
Désormais, les parents ont la possibilité d'ajouter au nom patronymique de l'enfant le nom de son autre parent (en général celui de la mère).
1984 2 octobre - Suisse : Elisabeth Kopp est la première femme à accéder au poste de Conseillère fédérale.
1984 - Algérie : Adoption en force d'un Code de la famille insatisfaisant pour les femmes algériennes : maintien de la polygamie, répudiation possible et mariage avec tuteur matrimonial obligatoire pour la femme majeure.
1985 - International : 3e Conférence mondiale sur les femmes de l'ONU (à Nairobi, au Kenya).
1985 - France : Les femmes sont autorisées à intégrer le corps des agents de change1.
1988 - Tunisie : Pacte national qui réaffirme l'égalité entre hommes et femmes. Le président Ben Ali s'inscrit en héritier du président Bourguiba sur la question de la condition féminine et les réformes égalitaires s'accélèrent.

1989 - Tunisie : ratification par la Tunisie de la Convention sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes.
1990 - France : Le mouvement américain pro-life, c'est-à-dire anti avortement, essaime en France. Première attaque[non neutre] d’un commando anti-IVG à la maternité des Lilas (Seine-Saint-Denis).
L'utilisation du RU 486, technique médicamenteuse de l'IVG est autorisée en milieu hospitalier.
La loi reconnaît qu’il peut y avoir viol entre époux.
1992 - France : La loi Neiertz sanctionne le harcèlement sexuel sur le lieu de travail.
La loi du 22 juillet réprime les violences conjugales. Aggravation des peines pour les époux ou concubins coupables de violences familiales.
Au nom de l’égalité, dénonciation par la France de la convention no 89 interdisant le travail de nuit des femmes.
1992 - Europe : Une directive européenne fixe à 14 semaines la durée minimum du congé maternité pour les salariées de l’Union. La France (16 à 24) et le Danemark (jusqu’à 28) sont les plus avancés sur ce thème.
1992 - Inde : La loi prévoit que 30 % (minimum) des sièges d'élus locaux ou régionaux soient réservés aux femmes.
1993 - France L'autorité parentale devient conjointe, quelle que soit la situation des parents (mariés, divorcés ou concubins).
Dépénalisation de l'auto-avortement.
Le tribunal de Bordeaux prononce des peines de prison ferme pour les membres d’un commando anti IVG

1993 - Tunisie : Réforme du Code du statut personnel : Le devoir d'obéissance au mari disparaît tandis que les époux divorcés sont parfaitement égaux en droit. L'adultère n'est plus considéré pour une circonstance atténuante en cas de tentative d'assassinat.
1995 - International : 4e conférence mondiale de l'ONU à Beijing, en parallèle le forum des ONG sur les femmes à Hairou (près de Pékin, en Chine) : 30 000 participantes.

Femme afghane portant un enfant. Photo prise dans la province du Parwan, en 2005.
1995 - Vatican : Le Pape Jean-Paul II renouvelle l’interdiction de l’avortement dans son encyclique Evangelium Vitæ, jetant notamment l’opprobre sur les États « tyrans » qui autorisent ces pratiques10.
1996 - Afghanistan : 27 septembre. Kaboul tombe aux mains des Talibans qui mettent en place un système bafouant les droits les plus élémentaires des femmes : (cf. : condition féminine instaurée par les Talibans).
1997 - France : le Premier ministre Lionel Jospin déclare dans son discours de politique générale : « Il faut permettre aux Françaises de s'engager sans entrave dans la vie publique. Dans ce domaine, le progrès passe d'abord par l'évolution des mentalités et le changement des comportements. Une révision de la Constitution, afin d'y inscrire l'objectif de la parité entre les femmes et les hommes sera proposée ».
1998 - France : La loi détermine « les conditions dans lesquelles est organisé l'égal accès des femmes et des hommes aux mandats électoraux et fonctions électives ». En décembre, le gouvernement rend public un projet de loi qui prévoit 50 % de candidates pour les scrutins de liste. Pour les élections législatives, les partis doivent également présenter 50 % de femmes, sous peine de sanctions pécuniaires.
1999 - Suisse : Ruth Dreifuss est la première femme à être présidente de la Confédération.
1999 - France : En janvier, le Sénat rejette le texte sur la parité en politique au nom de l'« universalisme républicain »

21è siècle
2000 - International : Marche mondiale des Femmes contre la pauvreté et la violence faite aux femmes.
2000 - France :
Le Conseil constitutionnel valide le texte sur la parité.
Loi sur la contraception d'urgence : pilule du lendemain en vente libre en pharmacie, gratuite pour les mineures.
2001 - France : Le délai légal pour procéder à un avortement passe de 10 à 12 semaines.
2001 - Afghanistan : Le régime taliban qui bafouait les droits de la femme depuis près de cinq ans est renversé par les Américains. L'évènement ne met pas pour autant fin au port traditionnel de la burqa.
2003 - France Fondation de l’association « Ni pute, ni soumise ». Ce mouvement mixte dénonce la situation des filles et des femmes dans certains quartiers difficiles.
Le 3 août, arrivée à Paris de la Marche des « Ni putes, ni soumises » après un Tour de France dans plus de 20 villes.
2004 - Janvier - Australie : Le Parlement australien se propose d'examiner une loi accordant un congé - maternité payé aux Australiennes salariées. Jusqu'à ce jour, il n'existait pas de congé - maternité en Australie.
2004 - Février - Maroc : Entrée en vigueur du nouveau Code de la famille ; il établit dans certains domaines une égalité de droits entre les conjoints, il limite la polygamie et la répudiation, et enfin il porte l'âge légal du mariage des femmes à 18 ans.

2005 - Mai - Koweït : droit de vote pour les femmes
2005 - 22 novembre - Allemagne : Angela Merkel, première femme à occuper le poste de Chancelier fédéral.
2006 - 16 janvier - Liberia : Ellen Johnson Sirleaf est la première femme présidente élue au suffrage universel à la tête d'un État africain.
2006 - 11 mars - Chili : Michelle Bachelet est la première femme à accéder au poste de présidente du Chili. C'est également la première fois en Amérique du Sud, qu'une femme est élue présidente au suffrage universel direct.
2006 - Mars - France : Vote à l'unanimité d'une loi qui porte l'âge légal du mariage des femmes à 18 ans (au lieu de 15 ans) afin de lutter contre les mariages forcés.
2007 - 10 décembre - Argentine : Cristina Fernández de Kirchner est la première femme à accéder au poste de présidente en étant élue et la deuxième femme à occuper ce poste après Isabel Martínez de Perón, qui elle, avait succédé à son mari Juan Perón après sa mort, sans être élue par le peuple (en 1974).
2010 - Suisse : Par l’élection de Simonetta Sommaruga au Conseil fédéral, les femmes deviennent majoritaires au gouvernement et rejoint ainsi quatre pays ayant un gouvernement à majorité féminine, à savoir la Finlande, la Norvège, l'Espagne et le Cap Vert.
2011 - Brésil : Dilma Rousseff est la première femme élue présidente du Brésil.
2011 - Arabie saoudite : il s'agit du dernier pays à accorder le droit de vote aux femmes (cette mesure pris effet en 2015).
2011 - International :
5 juillet : Christine Lagarde devient la première femme directrice-générale du Fonds monétaire international.
7 octobre - Ellen Johnson Sirleaf, Leymah Gbowee, et Tawakkul Karman reçoivent le Prix Nobel de la paix.
2013 Arabie de la famille royale des Saoud : Pour la première fois, des femmes saoudiennes ont été nommées membres du Conseil consultatif. 20 % des sièges leur sera désormais réservé, selon deux décrets royaux.
27 février - Slovénie : Alenka Bratušek est la première femme à accéder au poste de Présidente du gouvernement de la Slovénie.

Malheureusement même dans les pays dit musulmans ces règles de Dieu l'Unique  n'ont pas toujours été respectées

La grande majorité des femmes d'aujourd'hui n'a pas l'intention de sacrifier sa vie familiale à sa vie professionnelle, mais cherche précisément la possibilité de concilier l'une et l'autre.Dans le monde actuel les femmes ont besoin de chercher un épanouissement personnel. Encore une fois, l'idée fondamentale est de maintenir l'équilibre et la force de la famille. Le choix est possible. Rigoureusement rien, dans les textes ne s'y oppose. il n'existe pas beaucoup de métier dit  (difficile) aux femmes, mais des fonctions pour incapacités physique.
Un rappel aussi pour une communauté de personnes se disant musulman à travers le monde, et ne respectant pas la Parole de Dieu ? IL NE FAUT PAS LE NIER cela du :a l'igorance et à l'illetrisme perdu des musulmans. heureusement avec l'éducation scolaire des enfants garçons et filles ces mauvais comportmentsi Allah le veut  ان شاء الله, In šāʾ ʾAllāh   disparaitrons !
Un rappel pour les autres confessions qui ont fait de même  à travers les siècles , eut aucune pratique sur la connaissance des textes religieux
En ce qui concerne les musulmanes  qui est en cause, c'est l'émancipation des femmes disent souvent ceux qui rejettent et critiquent la religion musulmane !
Un peu de culture avant de parler comme bien d'autres et moins d'hypocrisie en faisant semblant de vouloir se rendre intelligent(e) les nons Musulmans  ne sont pas dupent ni idiots , ni illétrés sauf ceux qui avalent depuis des décennies leurs inepties :
Contrairement à l'idée communément admise en Occident,et véhiculée  selon laquelle la femme musulmane est maltraitée et méprisée, on peut affirmer que l'Islam a en fait donné à la femme, tant sur le plan spirituel que sur le plan communautaire, un statut jamais égalé par aucune autre société humaine jusqu'à nos jours. 

sourate 3  آل عمرانʾĀl-ʿImrān La Famille de ʿImran verset 195

.فَاسْتَجَابَ لَهُمْ رَبُّهُمْ أَنِّي لاَ أُضِيعُ عَمَلَ عَامِلٍ مِّنكُم مِّن ذَكَرٍ أَوْ أُنثَى بَعْضُكُم مِّن بَعْضٍ فَالَّذِينَ هَاجَرُواْ وَأُخْرِجُواْ مِن دِيَارِهِمْ وَأُوذُواْ فِي سَبِيلِي وَقَاتَلُواْ وَقُتِلُواْ لأُكَفِّرَنَّ عَنْهُمْ سَيِّئَاتِهِمْ وَلأُدْخِلَنَّهُمْ جَنَّاتٍ تَجْرِي مِن تَحْتِهَا الأَنْهَارُ ثَوَاباً مِّن عِندِ اللّهِ وَاللّهُ عِندَهُ حُسْنُ الثَّوَابِ
 Leur Seigneur a exaucé leurs prières : «Je ne ferai jamais perdre à aucun d'entre vous, homme ou femme, le bénéfice de ses œuvres. N'êtes-vous pas issus les uns des autres? Ceux qui se seront expatriés, qui auront été chassés de leurs foyers, qui auront souffert pour Ma Cause, qui auront combattu ou auront été tués à Mon service, à ceux-là Je pardonnerai toutes leurs fautes et Je les recevrai dans des Jardins baignés de ruisseaux, à titre de récompense de la part de leur Seigneur, car c'est Dieu qui distribue les meilleures récompenses.
 
 Faistajaba lahum rabbuhum annee la odeeAAu AAamala AAamilin minkum min thakarin aw ontha baAAdukum min baAAdin faallatheena hajaroo waokhrijoo min diyarihim waoothoo fee sabeelee waqataloo waqutiloo laokaffiranna AAanhum sayyi-atihim walaodkhilannahum jannatin tajree min tahtiha al-anharu thawaban min AAindi Allahi waAllahu AAindahu husnu alththawabi

sourate 16  النحل ʾAn-Naḥl Les Abeilles verset 97

.مَنْ عَمِلَ صَالِحاً مِّن ذَكَرٍ أَوْ أُنثَى وَهُوَ مُؤْمِنٌ فَلَنُحْيِيَنَّهُ حَيَاةً طَيِّبَةً وَلَنَجْزِيَنَّهُمْ أَجْرَهُم بِأَحْسَنِ مَا كَانُواْ يَعْمَلُونَ
 Quiconque, homme ou femme, aura fait le bien tout en étant croyant, Nous lui assurerons une vie heureuse. Et Nous les récompenserons en fonction des meilleures de leurs œuvres.
 
Man AAamila salihan min thakarin aw ontha wahuwa mu/minun falanuhyiyannahu hayatan tayyibatan walanajziyannahum ajrahum bi-ahsani ma kanoo yaAAmaloona

Or, depuis quatorze siècles, en terre d’Islam, la femme a été déclarée de la même essence que l’homme, elle est une âme à part entière :La religion musulmane octroie à la femme les libertés fondamentales de conscience, de choix et d’expression, basées sur la reconnaissance de sa personnalité propre. Une non-musulmane ne doit pas être forcée de se convertir en vue d’un mariage, ou parce que ses parents ont embrassé l’Islam. Une musulmane a parfaitement le droit d’accepter ou de refuser une proposition de mariage et elle conserve son patronyme après son alliance. Le témoignage d’une musulmane est valide en cas de conflit ; ses preuves sont décisives lorsqu’il s’agit d’un domaine qui lui est familier.Le savoir comprend aussi bien la connaissance de tout types de sciences. L’homme et la femme ont tous deux les capacités d’apprendre et de comprendre. Etant donné qu’il est tout autant de son devoir de promouvoir le bon comportement et de condamner les mauvaises conduites dans toutes les sphères de la vie, la musulmane s’oblige à acquérir l’éducation, la formation, appropriée pour accomplir conformément à ses propres talents et intérêts.Alors que la maternité, l’éducation des enfants et le soutien apporté à son conjoint constituent les principaux rôles d’une femme  et pas des moindres ! , il lui est tout-à-fait possible de travailler à l’extérieur pour le bien de la communauté, tant que ses obligations familiales sont remplies. celui depuis le 7è siècle ce qui n'était pas le cas L'Occident  a période pas si éloignée que cela se persuadait   même que la sorcellerie est intimement liée à la nature féminine, et que toute femme est une sorcière en puissance (« Pour un sorcier, dix mille sorcières... »). Les bûchers brûlent surtout à partir du 15e siècle et ne s'éteindront qu'au 18e siècle. En France en 1804 dans le Code napoléonien, la veuve n'a aucun droit dans la succession de son conjoint et, si elle désire se remarier, elle est soumise à la décision du conseil de famille. Dans les lois anglaises, elle n’était pas considérée comme citoyenne au siècle dernier, et jusqu’en 1805, l’homme avait le droit de vendre sa femme. https://fr.wikipedia.org/wiki/Vente_d%27%C3%A9pouse_en_Angleterre (voir chronologie ci dessus)

En Chine l’année du cheval et de la femme sont mauvais signe. Dans bien d’autres communautés, la femme connaissait ou connaît encore le même sort, voire pire.

 Dans les sociétés occidentales actuelles, la liberté féminine reste limitée. Le nombre de femmes accédant à l’emploi est certes de plus en plus important. Cependant, la situation de ces femmes sur le marché du travail ne cesse de se dégrader : le temps partiel reste une modalité typiquement féminine. L’écart des salaires entre hommes et femmes de formation équivalente ne diminue pas ou très peu. De plus, les femmes, les mères en particulier, continuent d’endosser la majeure partie des tâches domestiques. Alors, est-ce que le travail salarié a réellement un rôle émancipateur pour la femme ? Cette question, parfaitement légitime, remet en cause, non pas le droit de la femme au travail, mais l’efficacité des mesures politiques et institutionnelles visant à garantir l’égalité des chances
 

 sourate 33  الأحزاب ʾAl-ʾAḥzāb Les Factions verset 35

.إِنَّ الْمُسْلِمِينَ وَالْمُسْلِمَاتِ وَالْمُؤْمِنِينَ وَالْمُؤْمِنَاتِ وَالْقَانِتِينَ وَالْقَانِتَاتِ وَالصَّادِقِينَ وَالصَّادِقَاتِ وَالصَّابِرِينَ وَالصَّابِرَاتِ وَالْخَاشِعِينَ وَالْخَاشِعَاتِ وَالْمُتَصَدِّقِينَ وَالْمُتَصَدِّقَاتِ وَالصَّائِمِينَ وَالصَّائِمَاتِ وَالْحَافِظِينَ فُرُوجَهُمْ وَالْحَافِظَاتِ وَالذَّاكِرِينَ اللَّهَ كَثِيراً وَالذَّاكِرَاتِ أَعَدَّ اللَّهُ لَهُم مَّغْفِرَةً وَأَجْراً عَظِيماً
33.35. Les musulmans et les musulmanes, les croyants et les croyantes, les hommes pieux et les femmes pieuses, les hommes sincères et les femmes sincères, les hommes patients et les femmes patientes, ceux et celles qui craignent Dieu, ceux et celles qui pratiquent la charité, ceux et celles qui observent le jeûne, ceux et celles qui sont chastes, ceux et celles qui invoquent souvent le Nom du Seigneur, à tous et à toutes Dieu a réservé Son pardon et une magnifique récompense.
 
 Inna almuslimeena waalmuslimati waalmu/mineena waalmu/minati waalqaniteena waalqanitati waalssadiqeena waalssadiqati waalssabireena waalssabirati waalkhashiAAeena waalkhashiAAati waalmutasaddiqeena waalmutasaddiqati waalssa-imeena waalssa-imati waalhafitheena furoojahum waalhafithati waalththakireena Allaha katheeran waalththakirati aAAadda Allahu lahum maghfiratan waajran AAatheeman

Abu Huraira rapporte que le Prophète ṣallā-llāhu ʿalayhi wa sallam صلى الله عليه و سلم  que la paix et la prière (bénédiction) de Dieu soient sur lui embrassa son petit-fils Al-Hasan alors qu'il y avait chez lui Al-Aqra'Ibn Habis.Al-Aqra dit alors : " J'ai dix enfants et jamais je n'en ai embrassé un ". L'Envoyé de Dieu ṣallā-llāhu ʿalayhi wa sallam صلى الله عليه و سلم  que la paix et la prière (bénédiction) de Dieu soient sur lui  le regarda alors et lui dit : " Qui ne fait pas miséricorde, il ne lui est pas fait miséricorde "(Al-Bukhari,Muslim).C'est ainsi que le Prophète ṣallā-llāhu ʿalayhi wa sallam صلى الله عليه و سلم  que la paix et la prière (bénédiction) de Dieu soient sur lui recommandait aux croyants d'être doux et bons envers leurs enfants

Les parents ne doivent pas montrer leur préférences pour l'un de leurs enfants sur les autres. Ils doivent être équitables en tout point avec les garçons et les filles. Le Prophète ṣallā-llāhu ʿalayhi wa sallam صلى الله عليه و سلم  que la paix et la prière (bénédiction) de Dieu soient sur luia dit :

" Celui qui a une fille et qui ne l'enterre pas vive, qui ne l'insulte pas,et qui ne favorise pas son fils sur elle,Dieu le fera entrer au Paradis "(Ahmad Ibn Hanbal)

Garçons et filles ont droit au même amour. Cette équité, qui place chacun des enfants sur le même pied d'égalité dans le cadre familial,li faudra attendre dix siècles pour qu'elle se réalise en Occident.Jusqu'au 17e siècle en effet,on considérait qu'il était normal d'avantager un fils,généralement l'aîné :

l'exhortation du Prophète ṣallā-llāhu ʿalayhi wa sallam صلى الله عليه و سلم  que la paix et la prière (bénédiction) d'Allah soient sur lui  qui dit :

" Recommandez-vous la bonté envers les femmes.La femme a été créée d'une côte.Or ,c'est la partie la plus élevée de la côte et qui est la plus courbe.Si tu cherches à la redresser tu la briseras.Et si tu la laisses telle quelle ,elle demeurera courbe.

Recommandez - vous donc la bienveillance envers les femmes. " (Boukhari .Muslim.)

Ce sont là quelques exemples de bons rapports communs aux deux époux qu'ils se doivent réciproquement vu l'engagement solennel auquel le Coran fait allusion en disant :

sourate 4  النساء ʾAn-Nisāʾ les femmes verset 21

.وَكَيْفَ تَأْخُذُونَهُ وَقَدْ أَفْضَى بَعْضُكُمْ إِلَى بَعْضٍ وَأَخَذْنَ مِنكُم مِّيثَاقاً غَلِيظاً
 D'ailleurs, comment oseriez-vous leur reprendre quoi que ce soit, après l'union intime qui vous a liés et les promesses solennelles que vous avez échangées?
Wakayfa ta/khuthoonahu waqad afda baAAdukum ila baAAdin waakhathna minkum meethaqan ghaleethan

 

Le musulman se conduit de la sorte en signe de soumission à Dieu qui dit :

sourate 2 البقرة  ʾAl-Baqara la vache verset  237

" N'oubliez pas d'être généreux dans vos relations "  

.وَإِن طَلَّقْتُمُوهُنَّ مِن قَبْلِ أَن تَمَسُّوهُنَّ وَقَدْ فَرَضْتُمْ لَهُنَّ فَرِيضَةً فَنِصْفُ مَا فَرَضْتُمْ إَلاَّ أَن يَعْفُونَ أَوْ يَعْفُوَ الَّذِي بِيَدِهِ عُقْدَةُ النِّكَاحِ وَأَن تَعْفُواْ أَقْرَبُ لِلتَّقْوَى وَلاَ تَنسَوُاْ الْفَضْلَ بَيْنَكُمْ إِنَّ اللّهَ بِمَا تَعْمَلُونَ بَصِيرٌ
Si vous répudiez une femme sans avoir consommé le mariage, mais après avoir fixé sa dot, la moitié de celle-ci devra lui être versée, à moins qu'elle n'en fasse remise elle-même ou son représentant. Mais il est méritoire de se montrer conciliant de part et d'autre. N'oubliez pas d'user de bonté et de générosité les uns envers les autres, car rien de ce que vous faites n'échappe au Seigneur.
 
Wa-in tallaqtumoohunna min qabli an tamassoohunna waqad faradtum lahunna fareedatan fanisfu ma faradtum illa an yaAAfoona aw yaAAfuwa allathee biyadihi AAuqdatu alnnikahi waan taAAfoo aqrabu lilttaqwa wala tansawoo alfadla baynakum inna Allaha bima taAAmaloona baseerun

doit jamais trahir le secret de sa femme ,ni révéler ses défauts.Il est son homme de confiance,il a charge de la protéger et de la défendre.Le Prophète ṣallā-llāhu ʿalayhi wa sallam صلى الله عليه و سلم que la paix et la prière (bénédiction) de Dieu soient sur lui  dit

"L'homme le plus désavantagé ,le Jour de la Resurrection est celui qui ,après s'être voué à sa femme et que celle-ci a fait de même ,il se met à trahir son secret." (Muslim)

L'épouse est pour son mari un bienfait que Dieu lui a gracieusement accordé.Elle est pour lui une source de bonheur et de sérénité

la femme dans les évangiles

Pourquoi l'église à diverse époques  n'a pas incitée les croyants chrétiens à le faire, pourquoi il a falu attendre le 20è siècle?

La femme est l'égale de l'homme

Dans l'évangile, il est dit :

Epitre de Paul aux Galates GALATAS ΓΑΛΑΤΑΣ 3.28

(pour ce qui est du statut du salut).

grec :Οὐκ ἔνι Ἰουδαῖος οὐδὲ Ἕλλην, οὐκ ἔνι δοῦλος οὐδὲ ἐλεύθερος, οὐκ ἔνι ἄρσεν καὶ θῆλυ: πάντες γὰρ ὑμεῖς εἷς ἐστὲ ἐν χριστῷ Ἰησοῦ.

latin : Non est iudaeus, neque Graecus: non est servus, neque liber: non est masculus, neque femina. Omnes enim vos unum estis in Christo iesu.

français:Il n'y a plus ni Juif ni Grec, il n'y a plus ni esclave ni libre, il n'y a plus ni homme ni femme ; car tous vous êtes un en Jésus Christ.

 

L'époux est appelé à aimer son épouse

Epitre de Paul aux Éphésiens PAULI AD EPHESIOS ΕΦΕΣΙΟΥΣ   5:25-28

Grec 25:Οἱ ἄνδρες, ἀγαπᾶτε τὰς γυναῖκας ἑαυτῶν, καθὼς καὶ ὁ χριστὸς ἠγάπησεν τὴν ἐκκλησίαν, καὶ ἑαυτὸν παρέδωκεν ὑπὲρ αὐτῆς

Latin :25 Viri, diligite uxores vestras, sicut et Christus dilexit Ecclesiam, et seipsum tradidit pro ea

Français 25 Maris, aimez vos femmes, comme Christ a aimé l'Église, et s'est livré lui-même pour elle,

Grec 28 Οὕτως ὀφείλουσιν οἱ ἄνδρες ἀγαπᾷν τὰς ἑαυτῶν γυναῖκας ὡς τὰ ἑαυτῶν σώματα. Ὁ ἀγαπῶν τὴν ἑαυτοῦ γυναῖκα, ἑαυτὸν ἀγαπᾷ:

Latin :28 Ita et viri debent diligere uxores suas ut corpora sua. Qui suam uxorem diligit, seipsum diligit

Français 28 C'est ainsi que les maris doivent aimer leurs femmes comme leurs propres corps. Celui qui aime sa femme s'aime lui-même.

Grec : 29 οὐδεὶς γάρ ποτε τὴν ἑαυτοῦ σάρκα ἐμίσησεν, ἀλλ’  ἐκτρέφει καὶ θάλπει αὐτήν, καθὼς καὶ ὁ κύριος  τὴν ἐκκλησίαν:

Latin: 29 Nemo enim umquam carnem suam odio habuit: sed nutrit et fovet eam, sicut et Christus Ecclesiam

Français : 29 Car jamais personne n'a haï sa propre chair ; mais il la nourrit et en prend soin, comme Christ le fait pour l'Église,

la femme a les mêmes droits que l'homme

Corinthiens1 CORINTHIOS I  ΚΟΡΙΝΘΙΟΥΣ Α -11-11

Grec : 11 Πλὴν οὔτε ἀνὴρ  χωρὶς γυναικός, οὔτε γυνὴ χωρὶς ἀνδρός, ἐν κυρίῳ.

Latin :11 Verumtamen neque vir sine muliere: neque mulier sine viro in Domino.

Français :11 Toutefois, dans le Seigneur, la femme n'est point sans l'homme, ni l'homme sans la femme.

Grec : 12 Ὥσπερ γὰρ ἡ γυνὴ ἐκ τοῦ ἀνδρός, οὕτως καὶ ὁ ἀνὴρ διὰ τῆς γυναικός, τὰ δὲ πάντα ἐκ τοῦ θεοῦ.

Latin : 12  Nam sicut mulier de viro, ita et vir per mulierem: omnia autem ex Deo

Français :12 Car, de même que la femme a été tirée de l'homme, de même l'homme existe par la femme, et tout vient de Dieu

La condition de la femme dans le judaïsme

Dans la première partie de la Genèse il est dit :  » Dieu créa l’homme à  son image. Mâle et Femelle furent créés à  la fois, à  l’image de Dieu

 Genèse 1-27 - בראשית  Genesis γένεση   Premier récit de la création

hebreux 27 וַיִּבְרָא אֱלֹהִים אֶת־הָאָדָם בְּצַלְמוֹ בְּצֶלֶם אֱלֹהִים בָּרָא אֹתוֹ זָכָר וּנְקֵבָה בָּרָא אֹתָם

vayyivera élohiym èth-haadam betsalemo betsèlèm élohiym bara otho zakhar ouneqévah bara otham

Grec 27 καὶ ἐποίησεν ὁ θεὸς τὸν ἄνθρωπον κατ' εἰκόνα θεοῦ ἐποίησεν αὐτόν ἄρσεν καὶ θῆλυ ἐποίησεν αὐτούς

Latin 27 et creavit Deus hominem ad imaginem suam ad imaginem Dei creavit illum masculum et feminam creavit eos

Français 27 Dieu créa l'homme à son image, il le créa à l'image de Dieu, il créa l'homme et la femme.

D’entrée de jeuselon le jusdaime,  cette révélation doit enlever toute intention de l’un par rapport à  l’autre, pour se prévaloir supérieur.

Les hommes comptent tellement sur leurs femmes, qu’ils lui ont dédié un  » éloge à  la femme vertueuse  » qu’on trouve dans:

le Livre des Proverbes מִשְׁלֵי.31   Proverbiorum Παροιμίες :

hebreux 10    אֵשֶׁת־חַיִל מִי יִמְצָא וְרָחֹק מִפְּנִינִים מִכְרָהּ אֵשֶׁת־חַיִל מִי יִמְצָא וְרָחֹק מִפְּנִינִים מִכְרָהּ

éshèth-h'ayil miy yimetsa verah'oq mipeniyniym mikherahh

hebreux 11 בָּטַח בָּהּ לֵב בַּעְלָהּ וְשָׁלָל לֹא יֶחְסָר

batah' bahh lév ba'elahh veshalal lo yèh'essar

hebreux 12  .גְּמָלַתְהוּ טוֹב וְלֹא־רָע כֹּל יְמֵי חַיֶּיה

ggemalathehou tov velo-ra' kol yeméy h'ayyèyh

latin :10 aleph mulierem fortem quis inveniet procul et de ultimis finibus pretium eius

latin 11 beth confidit in ea cor viri sui et spoliis non indigebit

latin 12 gimel reddet ei bonum et non malum omnibus diebus vitae suae

Grec 10 γυναῖκα ἀνδρείαν τίς εὑρήσει τιμιωτέρα δέ ἐστιν λίθων πολυτελῶν ἡ τοιαύτη

Grec 11  θαρσεῖ ἐπ' αὐτῇ ἡ καρδία τοῦ ἀνδρὸς αὐτῆς ἡ τοιαύτη καλῶν σκύλων οὐκ ἀπορήσει

Grec 12 ἐνεργεῖ γὰρ τῷ ἀνδρὶ ἀγαθὰ πάντα τὸν βίον

10 Heureux qui a rencontré une femme vaillante! Elle est infiniment plus précieuse que les perles.

11 En elle le cœur de son époux a toute confiance; aussi les ressources ne lui font-elles pas défaut.

12 Tous les jours de sa vie, elle travaille à son bonheur: jamais elle ne lui cause de peine.

Fondamentalement,dans le judaisme  il n'existe aucune infériorité de la femme. On peut même démontrer, de toutes sortes de manières, que son rôle est au contraire primordial. Dans  les textes, de la Torah il,a été donnée d'abord aux femmes : pour marquer précisément l'importance de leur rôle. Et la situation de la femme dans le judaïsme dans le judaïsme est fort bien illustrée par la phrase d'un Rabbi célèbre : "Il faut toujours veiller à honorer sa femme, car il n'y a de véritable bénédiction dans la maison que grâce à elle". Mais cela ne signifie pas que les hommes et les femmes ont des rôles équivalents : ils sont complémentaires. Chacun doit assumer son destin dans sa contribution physique, biologique et morale et donc avec des fonctions différentes.

Nous n'abordons pas le cas des autres religions ou le statu le la femme est encore moins considérées

Statut des femmes dans le monde expertise

http://www.fondation-seligmann.org/ApresDemain/NF-001/nf-001_4866.pdf?PHPSESSID=eb3ce06574e524b4b4f0e2a32c866d09

Reusite femme bac 2010

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire