Kharidjisme خوارج

Kharidjisme خوارج

Quand il est mention de Muhammad il est bon de dire :ṣallā-llāhu ʿalayhi wa sallam صلى الله عليه و سلم  « que la paix et la prière (bénédiction) d'Allah soient sur lui » symbolisé par

Kharidjisme خوارج

Dans cet page nous nous contentons des faits historiques et ne faisons aucune apologie, et n'argumentons aucune doctrines

L'Islam et Sa communauté  oumma   أمّة , communauté ; nation  ummat islamiyya, الأمة الإسلامية‎ « la Nation Islamique  » dans sa diversité doit être Une et indivisible!

Le terme al-Khariji الخوارج, al-Khawārij, singulier خارجي, khāriji, Kharijites a été utilisé comme un exonyme par leurs adversaires du fait qu'ils ont quitté l'armée d'Abū al-H̩asan ʿAlī ibn Abī T̩ālib  v. 600 - 661أبو الحسن علي بن أبي طالب, fils d'Abû Tâlib, oncle du Prophète Muhammad محمد . Il a été à la fois le protégé, le cousin, le disciple et le gendre Du Prophète  par son mariage avec Fâtima, فاطمة fille de Muhammad  محمد.Le nom vient de la racine arabe خ ر ج, qui a pour signification primaire "partir" ou "sortir",comme dans le mot de base خرج "sortir", "sortir", " sortez ", etc.
Cependant, ces groupes se sont appelés al ash-Shurah:  الشراة, ash-Shurah الشورى"les Echangeurs", qu'ils ont compris dans le contexte de l'écriture islamique et la philosophie signifiant "ceux qui ont échangé la vie mortelle al-Dunya الدُّنيا la vie - d'ici-bas  pour l'autre vie avec Dieu al-Akhira الآخِرة  la « fin des temps  qui désigne « l'au-delà », le monde d'après la mort. ".

Coran sourate  2 البقرة al Baqara la vache verset 207

وَمِنَ النَّاسِ مَن يَشْرِي نَفْسَهُ ابْتِغَاء مَرْضَاتِ اللّهِ وَاللّهُ رَؤُوفٌ بِالْعِبَادِ

Mais il en est d'autres qui se sacrifient pour être agréés par Dieu, et Dieu est Plein de bonté pour Ses serviteurs.

Wa mina al nasi man yashri nafsahou ibtighaa mardati Allahi waAllahou raoifoun bialAibadi

 

        Le kharidjisme ou kharijisme est une branche de l'Islam apparue après la mort du Prophète   lors de l'arbitrage entre Abū al-H̩asan ʿAlī ibn Abī T̩ālib  أبو الحسن علي بن أبي طالب, et ʾAbū ʿAbd Ar-Raḥmān Muʿāwiya ibn ʾAbī Sufyān أبو عبد الرحمن معاوية بن أبي سفيان 602 - 680 fils d'Abu Sufyan, membre de la famille de ‘Uthman. عثمان A l'issue de la bataille de Siffin وقعة صفين «, waqaeat safin » qui les avaient opposés en 657. C'est donc la troisième branche, à côté du sunnisme, majoritaire, et du chiisme. Ses adeptes sont les khāridjites (khawāridj, خوارج, sortants, dissidents)1.

Selon Abû al-Fath Muhammad b. `Abd al-Karîm al-Shahrastânî (1086-1153)  auteur du Livre des religions et des sectes (Kitab al–Milal wa al-Nihal كتاب الملل والنحل ), un khariji est toute personne qui se révolte contre le dirigeant autour duquel sont réunis les musulmans. Les khawarij sont ainsi considérés comme des dissidents. Le kharijisme est l'une des toutes premières factions apparues en Islam.

Les kharijites se divisèrent, par la suite, en une multitude de groupes (près d'une vingtaine). Voici le principal recenssement : les mouhakkimites محكمية mahakamia, les azraqites الأزارقة, al-azāriqa, les najadites النجدات al najadat, les thaalabites الثعالبة althaealiba, les ajradites العجاردة aleijarida, les ibadites  الاباضية  al-ibaḍīya, les sufrites الصفرية al sufria, les nekarites النكاري al nikariu, les al-Harouriyya الحروريةal hururiat et les al mouhamounittes الميمونية almaymunia.

 

Tous partagent des fondements communs comme l'excommunication تكفير, takfīr «  le fait de reconnaître la déchéance du statut de musulman, celui-ci devenant كافر,  kafir, c'est-à-dire « mécréant » (même racine arabe : kāfir, كافر, « incroyant »). des musulmans commettant des grands péchés, l'obligation de se révolter contre le dirigeant injuste ou débauché, ou encore l'excommunication de certains compagnons de Muhammad محمد 2.

Les Kharidjites furent ainsi nommés par Ali عليpour désigner tout mouvement musulman contestataire, qu'importent leurs revendications et leurs méthodes, pourtant radicalement opposées.

Les ibadites, pacifistes, firent sécession durant son règne en lui reprochant son comportement belliqueux, refusèrent de partir en guerre et restèrent à Bassora. Ils ne cautionnèrent donc pas l'escalade de violence faisant suite à leur départ.

La branche kharidjite prit de l'ampleur du fait du refus de l'arbitrage entre Aliعلي et Mu`âwîya معاوية   à l'issue de la bataille de Siffin وقعة صفين « waqaeat safin » qui les avait opposés en 657. Cette bataille entre musulmans avait été meurtrière  70.000 morts et Ali عليaccepta l'idée d'un arbitrage pour arrêter le bain de sang. En principe partisans d'Ali, les kharidjites se sont retirés et ont condamné les deux camps. Ils ont reproché à Aliعلي de s'être soumis à un arbitrage car « L'arbitrage n'appartient qu'à Dieu ». Cette formule vaut un autre nom au kharidjisme celui de la  muhakkima, محكّمة ce qui désigne la communauté de ceux qui prononcent la formule « L'arbitrage n'appartient qu'à Dieu ». Selon eux, une fois choisi et admis par la communauté des croyants, le calife avait pour devoir de contenir les séditions, dans le but de préserver une cohérence au sein du groupe qu'il régit.

Ils se fondent sur ce verset du Saint Coran :

 sourate 49 الحجرات al hujurat  « Les Appartements »,  verset 9

وَإِن طَائِفَتَانِ مِنَ الْمُؤْمِنِينَ اقْتَتَلُوا فَأَصْلِحُوا بَيْنَهُمَا فَإِن بَغَتْ إِحْدَاهُمَا عَلَى الْأُخْرَى فَقَاتِلُوا الَّتِي تَبْغِي حَتَّى تَفِيءَ إِلَى أَمْرِ اللَّهِ فَإِن فَاءتْ فَأَصْلِحُوا بَيْنَهُمَا بِالْعَدْلِ وَأَقْسِطُوا إِنَّ اللَّهَ يُحِبُّ الْمُقْسِطِينَ

 Si deux groupes de croyants en viennent aux mains, réconciliez-les ! Mais si l'un d'eux se montre intransigeant, combattez alors l'agresseur jusqu'à ce qu'il s'incline devant l'ordre de Dieu. S'il s'y conforme, réconciliez-les avec justice et impartialité, car Dieu aime les gens équitables.

Wa-in ta-ifatani mina al mouminina iqtatalou faaslihou baynahouma fa-in baghat ihdahouma Aala al-oukhra faqatilou allatee tabghi hatta tafi-a ila amri Allahi fa-in faat faaslihou baynahouma bialAadli wa aqsitou inna Allaha youhibbou al muqsitina

 

Le clan rebelle était, du point de vue kharidjite, celui de Mu`âwîya qui aurait dû s'incliner devant Ali.

Alors que son intention était de se diriger vers la Syrie pour combattre de nouveau Mu`âwîya معاوية, Aliعلي avec les Rashiduns الرَّاشدون « les biens guidés) dut combattre les kharidjites à la bataille de Nahrawân معركة النهروان maerakat alnahrawan près de la ville de Bagdad actuelle en 38 de hégire soit 659. Les kharidjites furent mis en déroute et beaucoup furent tués, mais après cette victoire son armée refusa de repartir au combat contre Mu`âwîyaمعاوية. Aliعلي retourna à Koufa الكوفة "al-kūfa" en 'Irak,

La dizaine de Kharijites qui ont échappé au massacre de la bataille de Nahrawân (659) se sont regroupés. Décidés à venger leurs morts ils reprennent leur activité de propagande. Le  

النجدات

مكة, makka

ﷺ.

سِجِلْماسَة

 

Abû al-Fath Muhammad b. `Abd al-Karîm al-Shahrastânî Kitab al-fasl fi al-milal wa-al-ahwa' wa-al-nihal le Livre des religions et des sectes

version arabe

https://archive.org/details/kitabalfaslfialm03ibnhuoft

version française

https://books.google.fr/books?id=U20wAAAAYAAJ&q=le+Livre+des+religions+et+des+sectes&dq=le+Livre+des+religions+et+des+sectes&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwjtv4uomM7YAhWEVhQKHafnAIQQ6AEIKDAA

CARTES

Repartition des ecoles juridiques dans l islam contemporain

 

Islam ecoles et obediences

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire