INFO MEMOIRE LES MUSULMANS ET LA FRANCE

INFO MEMOIRE LES MUSULMANS ET LA FRANCE

1914  1918 Ces soldats musulmans morts pour la France      « puissance musulmane » 

 Beaucoup de nos concitoyens, particulièrement les nouvelles générations, semblent ignorer le rôle et l’immense sacrifice des soldats africains toutes origines confondues, lors de la première guerre mondiale.

Ces soldats en très grande majorité musulmans constituaient la presque totalité de ’l’Armée d’Afrique.

Ces oubliés de l’Histoire ont contribué à marquer le cours des événements mondiaux de l’époque. Des hommes auxquels la France et avec elles l’Occident doivent beaucoup.

Les soldats musulmans sont engagés à partir du Second Empire dans de nombreux conflits : Campagne de Crimée1854-1856, Campagne d’Italie 1859, Guerre Franco-Prussienne 1870-1871. Ils participeront de façon massive aux deux guerres mondiales 1914-1918 et 1939-1945 et serviront en Indochine et en Algérie.

L’ensemble de ces guerres a coûté un million de vies humaines à l’Armée d’Afrique.

Pourtant aujourd’hui encore, tout écolier français qui feuillette des manuels scolaires d’histoire n’en trouvera guère qui mentionnent leurs noms.

Il ne s’agit pas ici de refaire l’histoire de ces régiments d’Afrique mais de rappeler sommairement leur participation à la “drôle de guerre “.

Durant la guerre 14-18 les soldats musulmans de l’Armée d’Afrique sont engagés dès le départ en Août 1914. Pas moins de 32 bataillons sur 40 existants en Afrique du Nord avaient été envoyés en France.

La France, « première puissance musulmane »

1re guerre mondiale1914 1918 soldats musulmans priant avant la bataille de la somme

En ce temps-là, la France se vantait d’être « la première puissance musulmane » en enrôlant massivement dans ses colonies :
on compte 180 000 Algériens, 60 000 Tunisiens, 37 000 Marocains, 134 000 Noirs Africains, 430 00 Indochinois, 34000 Malgaches. En Algérie par exemple, c’est par tirage au sort que l’on devenait conscrits.

Et, sur le front, l’État français fait tout pour améliorer le moral des troupes : des mosquées en kit pour célébrer les prières mortuaires ou la prière, livraison de moutons pour l’Aïd el-Kébir. Mais, paradoxalement, pas de permissions comme celles des Français. Celles-ci ont lieu dans des camps contrôlées par l’armée.

Leur discipline, leur bravoure, leur sacrifice contraignent l’ennemie d e l’époque l’allemand à faire demi-tour et abandonner la prise de Paris alors qu’elle ne se trouvait plus qu’à 40km de la capitale.’

Après la Marne et l’Yser les régiments d’Afrique sont de toutes les offensives : Artois mai et juin1915, Champagne 25septembre1915, La Somme 1916, Verdun 24octobre et 15 décembre1916, et 20 août1917, La Malmaison octobre1917, puis en 1918 de toutes les batailles de la campagne de France.
Sur le Chemin des Dames, et à Verdun, les actions de l’Armée d’Afrique furent glorieuses.
Le Fort de Douaumont est repris par le Régiment d’Infanterie Colonial du Maroc, le 4ième Régiment de Zouaves, le 4ième Régiment Mixtes de Zouaves Tirailleurs et le 8 ème Régiment de Tirailleurs Algériens. Sur les 475000 hommes de l’Armée d’Afrique près de 200000 étaient des musulmans d’Algérie, 50000 tunisiens, 35000 marocains, 130000 sénégalais, 30000 malgaches, 40000 indochinois et 3000 somalis.

Pour les pertes algériennes on parle de 56000 morts, 80000 blessés, 9000 mutilés.

La commune de Gouraya en Algérie revendique le douloureux honneur d’être la commune de France à l’époque ayant perdu proportionnellement le plus grand nombre de ses enfants.

Il se peut même que le soldat inconnu reposant sous l’Arc de Triomphe soit l’un d’eux.

La commémoration des soldats de l’Armée d’Afrique doit s’inscrire dans les traditions de la République car elle rappellera à la Nation que la présence et l’origine des Français Musulmans en France est fort ancienne et qu’ils ont rempli à son égard les obligations les plus terribles, mais aussi les plus nobles, celles des sacrifices et du sang versé pour sa liberté.

Devant le racisme et les exclusions de toutes sortes qui envahissent notre société et qui touchent de plus en plus la Communauté Musulmane de France, et devant les troubles internationaux. Il est crucial de faire appel à la mémoire et au souvenir de l’Histoire de France.

  Sur le site SGA mémoires des hommes, en tapant votre patronyme, vous pouvez rechercher si vous avez un ancêtre qui est mort pour la France, sachant que tous les hommes n’ont pas toujours été recensés.

http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/fr/article.php?larub=24&titre=morts-pour-la-france-de-la-premiere-guerre-mondiale

06 JUIN 1944 JOURS DU DÉBARQUEMENT
RAPPEL SOURCE AFP
Le Point.fr - Publié le 18/02/2014 à 06:58
Le président François Hollande a rendu hommage mardi aux soldats musulmans morts pour la France lors des deux guerres mondiales et, s'adressant directement à leurs descendants, a souligné que la France avait "une dette à leur égard". "La France n'oubliera jamais le prix du sang versé", a déclaré le chef de l'État, venu inaugurer un monument en mémoire des soldats musulmans dans l'enceinte de la Grande Mosquée de Paris.

Cet hommage "s'adresse à leurs descendants pour qu'ils soient fiers de leurs parents et conscients que la République a une dette à leur égard", a-t-il ajouté. "À celles et ceux qui s'interrogent sur leur destin, leur place et même parfois sur leur identité, aux descendants de ces soldats, je dis ma gratitude." Le chef de l'État s'est également adressé à "toute la communauté nationale", soulignant que l'islam de France "qui porte un message d'ouverture" est "parfaitement compatible avec les valeurs de la République".
"Appel au respect" des morts comme "des vivants"

"Cet hommage est un appel au respect" des morts, mais aussi "des vivants", a-t-il dit. Il nous appelle à "lutter farouchement contre les discriminations, les inégalités et le racisme, et à être intraitables à l'égard des paroles et des actes antimusulmans." "Jamais personne ne doit être menacé ou agressé pour ses croyances", a-t-il encore martelé, à l'occasion de sa première visite dans une moquée en France depuis son élection.

Il a dévoilé deux plaques recensant les unités musulmanes engagées dans les deux conflits mondiaux, aux côtés desquelles sera prochainement placée une borne interactive avec le nom des soldats musulmans tombés sur le champ de bataille. Quelque 600 000 soldats des troupes coloniales participèrent à la Grande guerre, de 1914 à 1918 et environ 70 000 musulmans y ont perdu la vie, selon une estimation du ministère de la Défense en 2010. La Grande Mosquée avait d'ailleurs été construite entre 1922 et 1926 pour leur rendre hommage.

De 1940 à 1945, plus de 16 600 soldats musulmans d'Afrique du Nord furent tués ou portés disparus, ainsi que des milliers de combattants d'Afrique subsaharienne, comme les tirailleurs sénégalais. Le précédent gouvernement avait déjà inauguré des plaques en leur mémoire dans l'enceinte de la Grande Mosquée. Désormais, "l'afficheur électronique permettra aux familles de retrouver leurs défunts", s'est félicité son recteur, Dalil Boubakeur, redevenu au printemps président du Conseil français du culte musulman (CFCM).

اللهُـمِّ اغْفِـرْ لَهُ وَارْحَمْـه ، وَعافِهِ وَاعْفُ عَنْـه ، وَأَكْـرِمْ نُزُلَـه ، وَوَسِّـعْ مُدْخَـلَه ، وَاغْسِلْـهُ بِالْمـاءِ وَالثَّـلْجِ وَالْبَـرَدْ ، وَنَقِّـهِ مِنَ الْخطـايا كَما نَـقّيْتَ الـثَّوْبُ الأَبْيَـضُ مِنَ الدَّنَـسْ ، وَأَبْـدِلْهُ داراً خَـيْراً مِنْ دارِه ، وَأَهْلاً خَـيْراً مِنْ أَهْلِـه ، وَزَوْجَـاً خَـيْراً مِنْ زَوْجِه ، وَأَدْخِـلْهُ الْجَـنَّة ، وَأَعِـذْهُ مِنْ عَذابِ القَـبْر وَعَذابِ النّـار

"Ô Seigneur ! Pardonne-lui et accorde-lui Ta miséricorde. Accorde-lui le salut et le pardon. Assure-lui une noble demeure. Elargis-lui sa tombe et lave-le avec l’eau, la neige et la grêle. Nettoie-le de ses péchés comme on nettoie le vêtement blanc de la saleté. Donne-lui en échange une demeure meilleure que la sienne et une épouse meilleure que la sienne. Fais-le entrer au Paradis et préserve-le du châtiment de la tombe et du châtiment de l’Enfer."

Allâhumma ghfir lahu wa rhamhu wa hâfihi, wa hfu hanhu, wa akrim nuzulahu, wa wassih mudkhalahu, wa ghsilhu bi-l-mâ'i wa th-thalji wa-l-baradi. Wa naqqihi mina-l-khatâya kamâ naqqayta th-thawba-l-abyada mina d-danasi. Wa abdilhu dâran khayran min dârihi, wa ahlan khayran min ahlihi, wa zawjan khayran min zawjihi. Wa adkhilhu-l-jannata wa ahidh-hu min hadhâbi-l-qaqbr wa hadhâbi n-nâr.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.