Éducation scolaire religion musulmane laïcité France

Éducation scolaire religion musulmane laïcité France

 

salam السلام paix

Éducation scolaire religion  musulmane  laïcité France

 

La laïcité, c'est la neutralité de l'Etat, pas la neutralité des citoyens. On peut vivre et exprimer sa religion dans l'espace public 

la mixité dans l’enseignement français était un principe intangible et non négociable.

Louange à Dieu, Seigneur des Mondes ; et que la paix et le salut soient sur  Muhammad  ainsi que sur sa sainte famille.

Dieu le Très-Haut dit

sourate 96 العلق al-ʿAlaq Le caillot de sang, L’accrochement versets 3 à 5

 première Sourate période Mecquoise dans l'ordre chronologique ,révélée, treize ans avant l'Hégire. (l'exil)

: « Lis ! Ton Seigneur est le très Noble, qui a enseigné par la plume, a enseigné à l’homme ce qu’il ne savait pas. » 

 

 

اقْرَأْ وَرَبُّكَ الْأَكْرَمُ

3. Lis, car la bonté de ton Seigneur est infinie !

. Iqra/ warabbuka al-akramu

الَّذِي عَلَّمَ بِالْقَلَمِ

4. C'est Lui qui a fait de la plume un moyen du savoir

Allathee Ɛallama bialqalami

عَلَّمَ الْإِنسَانَ مَا لَمْ يَعْلَمْ

.5. et qui a enseigné à l'homme ce qu'il ignorait.

Ɛallama al-insana ma lam yaƐAlam

ٱقْرَأْ:aqra' : Lis & Instruis-toi ! : Réciter, transmettre (oralement), dire, lire, citer, étudier, énoncer, rassembler les diverses parties en un tout, faire la synthèse, réunir, être pleine (femelle et son fétus) et mettre bas, avoir ses règles finies, souffler régulièrement (vent)

verbe.
قَرَأَ : bouquiner, lire / réciter / étudier quelque chose en même temps qu'un autre
أَقْرَأَ : enseigner quelqu'un à lire
تَقَرَّأَ : se consacrer à la lecture des livres saints / se vouer aux oeuvres de dévotion

nom.
قَرَّاء : liseur( personne qui aime la lecture) / bon lecteur du Coran
قِرَاءَة : lecture / récitation
قُرْء : règles, menstruation, menstrues
مُقْرِئ : lecteur / récitateur du Coran
قُرْآن / قُرْءَانْ : Coran, livre sacré des musulmans, Testament final de Dieu

adectifj. / adverbe.
قُرْآنِيّ : coranique
 

عَلَّمَ : Ɛalama : il inculqua à: savoir, enseigner, apprendre, marquer, repérer, civiliser, éduquer, enseigner, initier, instruire, former, apprendre, professer, marquer, distinguer par une marque, surpasser en connaissances, connaître,savoir avec certitude, connaître, connaître parfaitement, savoir pertinemment

verbe.
عَلَّمَ : marquer, repérer / civiliser, éduquer, enseigner, initier, instruire, former, apprendre, professer
عَلِمَ : connaître, savoir / savoir avec certitude, connaître / connaître parfaitement / avoir la lèvre supérieure fendue
عَلَمَ : marquer, distinguer par une marque / fendre la lèvre / surpasser en connaissances
عَلْمَنَ : laïciser, séculariser

nom.
عِلْم : instruction, acquis, cognition, connaissance, érudition, savoir, science
عَلَم : symbole, devise, insigne, symptôme / maître, chef / jalon, balise, repère / pavillon, bannière, drapeau, étendard / personnage distinguée, connue
عَلْم : univers, ensemble des choses crées
عُلَمَاء : savants, doctes
علْمانِيَّة : laïcisation, laïcisme, laïcité
عَلْمَنَة : laïcisation, laïcisme, laïcité
عِلْمِيَّة : scientisme
عَليم : érudit
عَليم : attribut de Dieu, Le Très Savant, l’Omniscient, aucune chose, créature ou pensée n'échappe à Sa connaissance
عَلاَّم : érudit, savant
عُلاَم : grand épervier / faucon
عَلاَمَة : indice, repère, signal, signe, symbole, témoignage, insigne, symptôme, témoin, trait, icône, attribut / marque / symptômes
عَلاَّمَة : grand savant, érudit, docteur docte personne
مَعْلُومَات : donnée, hypothèse, mention / renseignements, informations, nouvelles
مَعْلُومَاتية : informatique
مَعْلُومَة : renseignement, information
مَعْلَم : jalon, balise, repère, mont joie, amer
مُعْلِم : indicateur, informateur, messager, annonciateur
مُعَلِّم : enseignant, initiateur, instituteur, instructeur, pédagogue, prof
مَعْلَمَة : informatisation

adjectif. / adverbe.
عَلْمَانِيّ : séculier, profane, laïque
عِلْمِيّ : scientifique
أَعْلَم : plus savant, plus instruit
عُلاَمِيّ : doué d'un esprit vif, de sagacité
مَعْلُوم : fixé
مَعْلُومَة : connu
مُعَلَّم : enseigné / coté

expression.
عَلَى عِلْمٍ بـِ : être au courant de
عَلَى مَا أَعْلَم : que je sache

 

L’Imam Ali ibn Abî Tâlib rapporte du Prophète (saw) : « Le cœur du jeune enfant est semblable à une terre vierge, tout ce qu’on y dépose y pénètre facilement. »

Définition de l’éducation 
 Importance de l’éducation en Islam dans la foi musulmane
Une formation équilibrée
 L’enfant et son environnement La volonté
L’environnement
L’environnement naturel
L’environnement social
La famille
L’Ecole
L’enseignant
Les méthodes d’enseignement
1) L’aspect éducatif
2) L’aspect scientifique et culturel
3) Développement des dispositions naturelles dans les domaines littéraires, artistiques, physiques et intellectuels
Les élèves
La vie sociale scolaire
L’éducation morale et psychologique
 L’éducation spirituelle et religieuse
 L’éducation coranique
Les étapes de l’enseignement du Coran
 L’éducation scientifique et intellectuelle
Principe de formation du raisonnement chez l’enfant musulman
 L’éducation physique
L’éducation et les interdits corporels
 L’éducation sociale
 L’éducation économique
 L’éducation artistique et esthétique
 Les principes généraux de l’éducation féminine
L’éducation musulmane des filles
Les lignes générales de l’éducation des filles
 L’enfant et l’éducation visant à faire de lui un individu capable de diriger et de guider autrui
: Les rapports de l’éducation avec l’Etat et les lois
L’éducation et l’Histoire
Pourquoi étudier l’Histoire ?
L’éducation et les mass-média

 

Le lycée Averroès est-il territoire musulman sous contrat avec l'Etat ?

Un « lycée musulman modèle », ça ressemble à quoi ?

 

 

EXTRAITS :Les rayons du CDI de cet établissement, il n’y avait ni livres d’Averroès le philosophe andalou, ni livres sur lui

En 2013, le meilleur lycée de France serait un lycée... musulman, de la banlieue populaire de Lille. C’est en tout cas le résultat du palmarès 2013 du Parisien, qui place le lycée Averroès, seul établissement secondaire privé musulman sous contrat avec l’Etat depuis 2008, en tête du classement hexagonal.

Passons sur la pertinence toute relative de ce genre de classements. Ce qui nous intéresse est ailleurs : depuis une semaine, une pluie d’éloges s’abat donc sur ce lycée, que l’on présente plus que jamais comme un modèle de réussite scolaire.

L’UOIF, Union des organisations islamiques de France, à l’origine du projet, a bien pris soin de placer son lycée modèle en tête de gondole de son dernier rassemblement au Bourget, le week-end dernier.

Il organise des rencontres intercommunautaires, invite des rabbins, envoie ses élèves aux marches Charlie et observe la minute de silence.

L’affaire du voile, le déclencheur

Drôle de paradoxe, à l’heure où les débats sur le foulard reprennent de plus belle sur d’autres fronts. Car c’est précisément l’exclusion d’une vingtaine de lycéennes voilées de lycées publics lillois au milieu des années 1990 qui a servi de déclencheur à la création du lycée Averroès, en 2003.

Niché au sein-même des locaux de la mosquée de Lille Sud, le micro-établissement accueillait alors une dizaine de lycéens, dont certaines jeunes filles voilées exclues du public, que l’imam des lieux, Amar Lasfar, membre de l’UOIF, avait pris en charge dès les années 1990.

Soupçons de fondamentalisme, peur d’une école ghetto née paradoxalement de l’exclusion de filles voilées au nom de la laïcité ; parmi les Lillois, y compris musulmans, le projet était loin de faire l’unanimité.

50% de boursiers, 100% de réussite au bac

Dix ans plus tard, changement de décor. Finie l’époque des salles de classes coincées à l’ombre de la mosquée. Le lycée a déménagé dans des locaux flambant neufs, 5 000 m² d’un ancien centre de formation dans le quartier de Lille Sud, et affiche des chiffres de réussite à faire pâlir plusieurs lycées cathos de la région  :

100% de réussite au bac, dont 70% avec mention ;

Des frais d’inscription de 800 euros par an et par élève, avec une moitié de boursiers ;

Au total, ce sont 290 lycéens (filières L, S, ES et STMG) qui sont scolarisés à Averroès.

L’établissement, qui mise sur l’encadrement et le goût de l’effort, a d’ailleurs ouvert une cinquantaine de places en collège à la dernière rentrée, et le succès est tel que l’équipe enseignante n’aura que l’embarras du choix parmi les 300 à 400 dossiers de demande d’inscription attendus pour la rentrée prochaine.

Entre-soi communautaire

Dans la cour de l’école, en fin d’après-midi, les gamins sont boutonneux comme ailleurs, un garçon et une fille un peu gauches se taquinent, les deux tiers des lycéennes sont voilées, certaines bien plus couvertes que d’autres, quand le reste des élèves portent la tête nue.

Samia (les prénoms des élèves ont été modifiés) est en 1ère. Comme beaucoup de ses camarades, elle vient d’une école catho.

«  Mes parents trouvent que dans le privé, t’es plus encadré, t’as plus de chances de réussir. Mais dans le catho, même si j’avais des copines, je ne me sentais pas toujours dans le même délire que les autres. Cette année, au lycée Averroès, je me sens vraiment bien. Ici, on est comme dans une petite famille, on a les mêmes valeurs. On sait qu’à la sortie personne ne va fumer, on mange halal, ceux qui le souhaitent peuvent aller prier dans la salle de prière... »

Sa copine Nadia vient quant à elle surtout pour pouvoir porter son foulard... et pour le niveau :

« Moi je suis ici car je peux laisser le voile, c’est important pour moi. Mais ce n’est vraiment pas le cas de tout le monde. D’ailleurs, de moins en moins de filles le portent et franchement, la religion, c’est pas notre sujet de conversation favori. Mes parents voulaient aussi que je vienne à Averroès pour sa réputation. Ici, tous les professeurs nous connaissent, on sent qu’ils sont derrière nous, qu’ils nous motivent. »

Entre-soi communautaire et intégration

Ici, les garçons et les filles mangent dans des réfectoires distincts, et les cours de sport ne sont pas mixtes. Les lycéennes racontent :

« On a aussi un prof qui refuse que les filles s’asseyent à côté des garçons. Mais bon, on le laisse dire et l’heure d’après, on change de place. »

Mais le lycée ne vit pas non plus renfermé sur lui-même, les sorties culturelles proposées aux élèves sont nombreuses, de la visite de musées majeurs à la signature d’un contrat avec la Rose des Vents, principal théâtre de la métropole, permettant aux élèves d’assister aux spectacles et de rencontrer les artistes.

Ecole d’excellence, cadre musulman, ambiance d’entre-soi communautaire doublée d’une volonté d’intégration : c’est ce mélange particulier qui fait le succès du lycée aujourd’hui.

Génération réislamisée

En 2010, un rapport de l’EHESS (Ecole des hautes études en sciences sociales) et de l’IISMM (Institut d’études de l’islam et des sociétés du monde musulman) dressait un tableau des écoles privées musulmanes de France (il en existe plus d’une vingtaine aujourd’hui, mais pas sous contrat avec l’Etat).

Il pointait globalement trois facteurs de développement de ce type de structures, qui collent parfaitement à la situation du lycée Averroès  :

L’offre idéologique  : l’action des Frères musulmans

Les Frères musulmans en Europe, représentés par l’UOIF, sont à l’origine d’au moins la moitié des projets d’établissements dans l’Hexagone, mus par une volonté de préserver l’identité musulmane des communautés immigrées et de « réislamiser  » les jeunes générations, pour créer une «  citoyenneté musulmane  », à la fois intégrée dans la société et gardant sa spécificité religieuse.

Leur action militante s’est traduite d’abord par la construction de mosquées et l’organisation de séminaires religieux. La construction d’écoles est vue comme une étape supplémentaire dans cette dynamique de réislamisation.

La crise de l’école publique  : produit d’appel

Pour les auteurs du rapport :

« La progression de l’enseignement privé musulman dans le paysage scolaire français paraît inéluctable au regard de l’accroissement de la part de la population qui s’identifie comme musulmane. De plus, cette demande est clairement activée par la “ crise ” de l’enseignement public, qui touche particulièrement les banlieues où résident majoritairement les publics potentiels de ces établissements, au point que cette crise fournit un fort produit d’appel pour ces derniers. »

Dans ce contexte, les écoles privées s’affichent comme des lieux d’excellence, même si, au fil du temps, « le dilemme extension versus élitisme » se pose.

Le voile : le déclencheur

Dans beaucoup de cas de création d’écoles privées, la loi sur le voile, en 2004, a servi de déclencheur ou de catalyseur à cette réflexion. Mais le problème généralement observé dans ces structures, c’est le manque de moyens et souvent aussi le manque d’ouverture.

Et c’est ce qui distingue aujourd’hui le lycée Averroès d’autres établissements musulmans : en développant de bonnes relations avec les politiques et pouvoirs publics locaux, en prônant l’ouverture à tous dès sa création, le lycée a pu signer un contrat d’association avec l’Etat, ce qui a fait passer son budget de 120 000 à 400 000 euros.

Et le directeur de l’établissement, El Hassan Oufker, tient à garantir cette ouverture :

«  Dès l’origine, notre philosophie a été l’ouverture à tous. Même si l’affaire du foulard a déclenché la réflexion, nous ne voulions pas en rester à cet aspect des choses. Si au départ, les parents mettaient leurs enfants ici pour des raisons d’encadrement musulman, le public s’est progressivement diversifié, grâce aux bons résultats du lycée et à la signature du contrat avec l’Etat.  »

« Ce n’est pas la lecture du Coran qui va nourrir votre famille »

L’équipe enseignante accueille d’ailleurs quelques profs non musulmans. C’est le cas de Mme Houdinet, prof d’anglais, arrivée en septembre dernier.

«  Auparavant, j’enseignais en Angleterre dans des établissements multiculturels. En revenant dans le Nord, j’ai vu que ce lycée existait. Je voulais découvrir la communauté musulmane de l’intérieur, alors j’ai envoyé ma candidature spontanée. Je me souviens que lorsque j’ai rencontré le directeur, je lui disais “ mais vous savez, je ne suis pas musulmane ”. Lui ne voyait vraiment pas le problème. Franchement, si j’avais eu l’impression d’arriver dans une communauté de barbus intégristes, je serais partie !  »

En ce qui concerne les cours d’éthique musulmane – 1 à 2 heures par semaine, optionnelles, mais suivies par 85% des étudiants –, Hassan Oufker insiste sur le fait qu’il ne s’agit pas de traiter de religion pure, et de ne pas imposer telle ou telle position aux élèves :

«  Pour la religion, il y a la mosquée  ! Nous, nous sommes une école, notre mission c’est la formation des élèves. D’ailleurs, la sécularisation est une très bonne chose pour l’islam. On sait bien que chez les musulmans, la religion prend une très grande place. Mettre du religieux partout est source de distance entre les gens.  Nous invitons plutôt les jeunes à lever le pied. Ce que je leur dis, c’est qu’à 35 ans, ce n’est pas la lecture du Coran qui va nourrir leur famille !  »

Faire oublier les dérapages

Soucieux de conserver son image d’ouverture, le lycée Averroès tente aussi de faire oublier un coup de canif dans son histoire modèle. En 2004, Hassan Iquioussen, prédicateur de la mosquée d’Escaudain, dans le Nord, et aussi professeur d’éthique musulmane à Averroès, avait enregistré une conférence sur la Palestine, dans laquelle il traitait les juifs «  d’avares  » et «  ingrats  », et les voyaient comme des comploteurs contre l’islam.

Depuis, le prédicateur s’est excusé, et la direction de l’établissement estime le sujet clos. Hassan Iquioussen accompagnait encore les élèves en voyage de classe en Turquie en mars 2012, et des élèves de Terminale suivaient une de ses conférences en décembre 2011. Mais « il n’intervient plus désormais à Averroès », selon Hassan Oufker. Motif invoqué : « Il s’agit de raisons d’emploi du temps  ».

Et dans la cour de récré, rien qu’à regarder la longueur des différents foulards, on perçoit en filigrane qu’un autre défi de l’équipe d’Averroès aujourd’hui est de faire cohabiter un public varié dans ses attentes religieuses, tout en poursuivant son ouverture aux non musulmans, qui boudent encore ce lycée.

Mardi 10 Février 2015  Propos sur le fonctionnement  d’Averroes  qu’il ne soit pas au CDI m'avait fait tiquer, quand tous les Tarek Ramadan y figuraient).
Et pour marquer le summum de son étonnement et le comble pour un prof de philo, il brandit deux devoirs d'élèves corrigés en rouge par ce prof. L'un était annoté : " Vous doutez de l'existence de Dieu, Ayoub ?"L'autre citait à titre de correction un verset du Coran. Du coup, je suis toute perturbée

Exemple de tarif :

Groupe Scolaire Al Kindi  17 Rue Sully 69150 Décines

http://www.al-kindi.fr/wp-content/uploads/2014/06/TARIFS-PRIMAIRE-COLLEGE-LYCEE-2020-2021.pdf

Pourquoi j'ai démissionné du lycée Averroès

Soufiane Zitouni , (Ancien professeur de philosophie au lycée Averroès à Lille) — 5 février 2015

Depuis la rentrée 2014, Soufiane Zitouni enseigne au lycée Averroès, établissement privé musulman, sous contrat avec l’Etat, situé à Lille. Le 15 janvier, il publiait dans Libération une tribune intitulée «Le Prophète est aussi Charlie» dans laquelle il concluait «le prophète de l’islam, Mohamed, pleure avec nous toutes les victimes innocentes de la barbarie et de l’ignorance, et demande à Allah le pardon pour les nombreuses brebis égarées se réclamant de sa religion alors qu’elles n’ont toujours pas compris l’essentiel de son message.»

Il raconte ici ses difficultés suite à la publication de ce texte, ainsi que son quotidien durant les cinq mois passés au sein de ce lycée. Depuis deux semaines, démissionnaire de son poste, Soufiane Zitouni est en arrêt maladie. D’origine algérienne, il se réclame du soufisme, un courant ésotérique de l’islam moins attaché au caractère prescriptif de la religion, privilégiant une voie intérieure. Pendant une vingtaine d’années, il a enseigné dans des établissements catholiques et souhaite favoriser le dialogue interreligieux, tout en prônant un Islam plus ouvert et fraternel.

Depuis la publication de mon texte intitulé «Aujourd’hui, le Prophète est aussi Charlie» dans Libération le 15 janvier, il y a eu quelques «rebonds» dans ma vie, et certains d’entre eux, très négatifs, m’ont mené à démissionner du lycée musulman Averroès de Lille, lycée sous contrat avec l’Etat où j’ai tenté d’exercer durant cinq mois éprouvants mon métier de professeur de philosophie.

J’ai reçu de nombreux soutiens et remerciements après la publication de ce texte, certains m’ont même parlé de «courage». Mais pour moi, prendre la plume pour faire entendre ma voix en tant que citoyen français de culture islamique après les horribles attentats contre Charlie Hebdo et l’Hyper Cacher était surtout de l’ordre du devoir. Or, le jour même de la publication de ce texte, un proche de la direction de mon lycée vint m’interrompre en plein cours pour me dire en catimini dans le couloir attenant à ma classe : «Il est très bien ton texte, je suis d’accord avec toi sur le problème des musulmans qui manquent d’humour et de recul par rapport à leur religion, mais tu dois savoir que tu vas te faire beaucoup d’ennemis ici, et je te conseille de regarder derrière toi quand tu marcheras dans la rue…».

Par la suite, un enseignant décida d’afficher une photocopie de mon texte en salle des professeurs. Bien mal lui en prit ! Ma pauvre tribune libre sera retirée plusieurs fois du tableau d’affichage «Vie de l’établissement» par des collègues musulmans furieux qui crieront au sacrilège ! Puis le 20 janvier, un professeur du lycée, proche des frères Tariq et Hani Ramadan, publia une sorte de «réplique» sur le site «L’Obs Le plus». Dans cette tribune, il incrimina mon manque de raison, et tira à boulets rouges sur Charlie Hebdo en affirmant que ce journal «cultive l’abject» et qu’il «concourt, chaque jour, à la banalisation des actes racistes» (sic). Voilà donc ce que pensait un «représentant» du lycée Averroès d’un journal qui venait d’être attaqué tragiquement par des terroristes au nom d’Al Qaeda ! Pas étonnant alors que certains de mes élèves m’aient affirmé en cours que les caricaturistes de Charlie Hebdo assassinés l’avaient bien cherché, voire mérité… Et évidemment, nombre d’élèves me tiendront exactement le même discours que mon «contradicteur» : «vous n’auriez jamais dû écrire dans la presse que le Prophète est aussi Charlie !», «c’est un blasphème !», «vous léchez les pieds des ennemis de l’islam !», etc. Ce texte sera ensuite affiché à côté du mien en salle des professeurs, par souci du «débat démocratique», a-t-on essayé de me faire croire…

J’ai commencé à enseigner la philosophie au lycée Averroès en septembre 2014. Bien qu’on m’ait prévenu que cet établissement était lié à l’Union des Organisations Islamiques de France (UOIF), réputée proche de l’idéologie de Frères Musulmans, j’ai tout de même voulu tenter cette expérience en espérant pouvoir travailler dans l’esprit du grand philosophe Averroès, et donc contribuer, à ma mesure, au développement sur notre territoire national d’un islam éclairé par la raison, comme le philosophe andalou du 12è siècle a tenté de le faire lui-même de son vivant. Mais en cinq mois de travail dans ce lycée, mon inquiétude et ma perplexité n’ont fait que s’accroître jusqu’à l’épilogue que fut cette réaction incroyable à un texte dont le tort principal aux yeux de mes détracteurs était sans doute d’être intitulé : «Aujourd’hui, le Prophète est aussi Charlie»…

Pour vous donner une première idée de l’illusion qui fait office d’image positive dans la vitrine publique de ce lycée, je vais vous relater ma première mauvaise surprise : la direction m’a confié des élèves de seconde pour deux heures hebdomadaires d’enseignement d’exploration en «Littérature et Société», alors en tant que professeur de philosophie, j’ai décidé de travailler avec eux sur un projet que j’ai nommé «L’esprit d’Averroès» afin de leur faire découvrir celui qui a donné son nom à leur lycée. Mais quelle n’a pas été ma surprise de constater que sur les rayons du CDI de cet établissement, il n’y avait ni livres du philosophe andalou, ni livres sur lui ! En revanche, j’y ai trouvé des ouvrages des frères Ramadan, très prisés dans ce lycée… J’ai dû alors me rabattre sur des bibliothèques municipales de Lille pour pouvoir commencer mon travail.

Pendant mes cours de philosophie avec mes quatre classes de terminale, les désillusions ont continué. Tout d’abord, le thème récurrent et obsessionnel des Juifs… En plus de vingt années de carrière en milieu scolaire, je n’ai jamais entendu autant de propos antisémites de la bouche d’élèves dans un lycée ! Une élève de terminale Lettres osa me soutenir un jour que «la race juive est une race maudite par Allah ! Beaucoup de savants de l’islam le disent !» Après un moment de totale sidération face à tant de bêtise, j’ai rétorqué à l’adresse de cette élève et de toute sa classe que le Prophète de l’islam lui-même n’était ni raciste, ni antisémite, et que de nombreux textes de la tradition islamique le prouvaient clairement. Dans une classe de terminale ES, un élève au profil de leader, m’a soutenu un jour en arborant un large sourire de connivence avec un certain nombre de ses camarades, que les Juifs dominent tous les médias français et que la cabale contre l’islam en France est orchestrée par ce lobby juif très puissant. Et j’ai eu beau essayer de démonter rationnellement cette théorie du complot sulfureuse, rien n’y a fait, c’était entendu : les Juifs sont les ennemis des musulmans, un point c’est tout ! Cet antisémitisme quasi «culturel» de nombre d’élèves du lycée Averroès s’est même manifesté un jour que je commençais un cours sur le philosophe Spinoza : l’un d’entre eux m’a carrément demandé pourquoi j’avais précisé dans mon introduction que ce philosophe était juif ! En sous-entendant, vous l’aurez compris, que le signifiant «juif» lui-même lui posait problème !

Autre cause de grosses tensions avec mes élèves : ma prétendue non-orthodoxie islamique ! Car évidemment, en tant que professeur de philosophie de culture islamique travaillant dans un lycée musulman, il m’arrivait régulièrement d’établir des passerelles entre mon cours et certains passages du Coran ou de la Sunna (un ensemble d’histoires relatant des propos et des actes du Prophète). Mais j’ai été agressé verbalement par des élèves qui considéraient que je n’avais aucune légitimité pour leur parler de la religion islamique, et de surcroît dans un cours de philosophie ! J’avais beau leur dire que c’était précisément la grande idée du philosophe Averroès que de considérer qu’il ne pouvait y avoir de contradiction entre la vérité philosophique et la vérité coranique, rien n’y faisait.

Et puis il y avait les thèmes et les mots tabous… La théorie darwinienne de l’évolution ? Le Coran ne dit pas cela, donc cette théorie est fausse ! J’avais beau me référer au livre de l’astrophysicien Nidhal Guessoum, Réconcilier l’islam et la science moderne dont le sous-titre est justement l’Esprit d’Averroès ! [Aux Presses de la Renaissance, ndlr], qui affirme avec de très solides arguments scientifiques et théologiques que la théorie de l’évolution est non seulement compatible avec le Coran, mais que plusieurs versets coraniques vont dans son sens, rien n’y faisait non plus.

Le mot «sexe» lui-même pouvait être tabou. Un jour, une élève (voilée) qui s’était proposée pour lire un texte de Freud, refusa de prononcer le mot «sexe» à chacune de ses occurrences dans l’extrait concerné, et c’est la même élève qui refusa lors d’un autre cours de s’asseoir à côté d’un garçon alors qu’il n’y avait pas d’autre place possible pour elle dans la salle où nous nous trouvions ! J’ai dû alors lui rappeler fermement que la mixité dans l’enseignement français était un principe intangible et non négociable. Enfin, combien d’élèves du lycée n’ai-je pas entendu encenser, défendre, soutenir Dieudonné ! Avec toujours cette même rengaine, comme répétée par des perroquets bien dressés : pourquoi permet-on à Charlie Hebdo d’insulter notre Prophète alors qu’on interdit à Dieudonné de faire de l’humour sur les Juifs ?

Je peux vous parler aussi de la salle des professeurs du lycée Averroès, où des collègues musulmans pratiquants font leurs ablutions dans les toilettes communes, donc en lavant leurs pieds dans les lavabos communs, et où la prière peut être pratiquée à côté de la machine à café… Quid des collègues non musulmans (il y en a quelques-uns) qui aimeraient peut-être disposer d’un espace neutre, d’un espace non religieux, le temps de leur pause ?

En réalité, le lycée Averroès est un territoire «musulman» sous contrat avec L’Etat… D’ailleurs, certains collègues musulmans masculins se sont permis de faire des remarques sur des tenues vestimentaires de collègues féminines non musulmanes, sous prétexte qu’elles n’étaient pas conformes à l’éthique du lycée ! Et l’une de ces collègues féminines non musulmane m’a dit un jour également qu’elle ne se sentait pas «légitime» (sic) dans le regard de ses élèves, parce qu’elle n’était pas musulmane précisément…

Je ne pouvais donc plus cautionner ce qui se passe réellement dans les murs de ce lycée, hors caméras des médias et derrière la vitrine officielle, même si je sais pertinemment que les adultes y travaillant et les élèves ne sont pas tous antisémites et sectaires. Mais, j’ai fini par comprendre au bout de cinq mois éprouvants dans cet établissement musulman sous contrat avec l’Etat français (mon véritable employeur en tant que professeur certifié), que les responsables de ce lycée jouent un double jeu avec notre République laïque : d’un côté montrer patte blanche dans les médias pour bénéficier d’une bonne image dans l’opinion publique et ainsi continuer à profiter des gros avantages de son contrat avec l’Etat, et d’un autre côté, diffuser de manière sournoise et pernicieuse une conception de l’islam qui n’est autre que l’islamisme, c’est-à-dire, un mélange malsain et dangereux de religion et de politique.

Enfin et surtout / last but not least, il y a ce propos entendu de la bouche même d’un responsable du lycée, lors d’un discours prononcé à l’occasion d’une remise des diplômes à l’américaine aux bacheliers du lycée de la session 2014, en présence de deux «mécènes» du Qatar : «Un jour, il y aura aussi des filles voilées dans les écoles publiques françaises !» Un programme politique ?

66 écoles, collèges et lycées musulmans en France

Depuis quelques années, les musulmans de France s’emploient à ouvrir leurs propres établissements scolaires. On compte aujourd’hui 31 établissements privés musulmans, 282 juifs, 8 485 catholiques.

L’émergence de l’enseignement musulman

Collèges, lycées, écoles primaires et maternelles, voire crèches, à chaque rentrée scolaire un nouvel établissement voit le jour. En juin 2010, nous publiions une liste d’établissements scolaires privés musulmans en France. Depuis, de nombreux projets ont vu le jour avec une particularité intéressante : la quasi-totalité de ces établissements scolaires sont indépendants et ont été portés localement par des femmes et des hommes qui ont compris que de tels projets doivent venir de la communauté elle-même et non d’une quelconque instance.

La nécessité d’un modèle économique viable

Ces écoles, collèges, lycées sont aujourd’hui portés à bout de bras par des équipes pleinement investies. Leur lourd financement repose d’une part sur les frais de scolarité, d’autre part sur la générosité des particuliers. De rares établissements sont sous contrat avec l’Etat et bénéficient de subventions, comme tout autre établissement privé.

Nous pensons que comme pour toute initiative privée ce n’est pas à l’Etat de financer ces écoles, mais aux équipes responsables de trouver les modèles économiques qui permettront d’assurer la pérennité des établissements. Des synergies sont à cet égard à chercher du côté des entreprises tenues par des musulmans, de même qu’une mutualisation des frais entre établissements, quand cela est possible, peut être intéressante. Un travail de réflexion de fond est à mener en ce sens.

66 établissements et projets d’écoles recensés

La liste d’établissements scolaires musulmans que nous vous proposons n’est pas exhaustive. N’hésitez pas à nous indiquer le nom, la ville et le site Internet d’un établissement musulman ou d’un projet en cours que nous n’aurions pas cité. Nous avons à ce jour recensé 66 établissements (ou projets d’établissement)

Ecole privé Philippe-Grenier – Villeneuve-la-Garenne

http://ecolephilippegrenier.fr/

Ecole privée musulmane du centre Salam, Montmagny (95)

http://centre-salam.com/

 

Ecole primaire musulmane L’Olivier des enfants, Champigny-sur-Marne (94)

http://centredesfeuillesvives.fr/

Lycée privé musulman Yusuf-Emre, Strasbourg (67)

http://www.ditibstrasbourg.fr/

Ecole primaire L’Empreinte de demain – Dammartin-sur-Tigeaux (77)

https://www.facebook.com/lempreintededemain

Ecole primaire privée musulmane – Vénissieux (69)

http://www.lamaisondarqam.fr/

Ecole privée musulmane Philippe Grenier – Reims (51)

https://www.facebook.com/pages/Premi%C3%A8re-%C3%A9cole-priv%C3%A9e-musulmane-%C3%A0-Reims/437756169696150?fref=nf

Ecole privée musulmane Little School – Florange (57)

https://www.facebook.com/pages/Ecole-Priv%C3%A9e-Musulmane-Little-School/1467635723497038

Groupe scolaire musulman Loqman, collectif Ideal – Nanterre (92)

http://www.collectif-ideal.org/

Ecole privée musulmane La Victoire – Amiens (80)

https://www.facebook.com/asso.lavictoire/posts/386149921572047

Académie Fihri, groupe scolaire privé musulmane – Sarcelles (95)

http://academiefihri.com/

Ecole primaire musulmane privée Philippe-Grenier – Avignon (84)

http://www.ecolephilippegrenier.fr/

Ecole APCS El Dirrayah, maternelle et primaire musulmane trilingue – Sevran (93)

http://www.ecoleapcs.com/#!projet/ccjp

Remarque d’une personne le 22 décembre 2014 Je déconseille les ateliers sunna, locaux non sécurisés et enseignement non trilingue comme mentionne. Impossible d’échanger avec la responsable

 

Institut Ibn Badis – Nanterre (92)

http://www.institutibnbadis.com/#!welcome/mainPage

Ecole privée musulmane Al-Fitra – Halluin (59)

http://www.ecole-alfitra.fr/

Collège privé musulman Eyyub Sultan – Strasbourg (67)

https://www.facebook.com/photo.php?fbid=10152740879784558&set=a.10150263264074558.338398.608794557&type=1&theater

Ecole Al-Imtiaze – Nîmes (30)

https://alimtiaze.wordpress.com/

Ecole élémentaire La Source – Gennevilliers (92)

http://www.projetlasource.org/

La Plume de l’éducation – Bondy (93)

http://www.laplumedeleducation.fr/

Renaissance – Annemasse (74)

http://www.association-renaissance.org/projet-ecole.html

Le groupe scolaire La Plume – Saint-Priest (69)

http://groupe-scolaire-laplume.fr/

L’école Amana – Sevran (93)

http://associationamana.wix.com/associationamana

L’école du savoir – Blois (41)

http://www.ecoledusavoir.fr/

Ecole primaire privée musulmane Les ateliers Montessori – Orléans (45)

http://www.lesateliersmontessori.com/

Ecole privée Le Jardin du savoir – Melun (77)

http://www.jardindusavoir/

Sème ta graine, projet de création d’une école maternelle et primaire – 84 Carpentras

http://www.semetagraine.fr/

Ecole privée musulmane Iqra – Valence (26)


http://www.ecoleiqra.com/

Ecole Amana, groupe scolaire privé musulman – Montpellier 34

http://www.ecole-amana.fr/

La Plume verte, institut privé musulman – Paray Vieille Poste (91)

http://laplumeverte91.wix.com/

Ecole Muhammad Hamidulullah, maternelle et primaire – Groupe scolaire privé Bellevue (93)

https://www.facebook.com/pages/Groupe-Scolaire-Priv%C3%A9-Bellevue/139955209535614

Institut privé d’enseignement – la Réunion (974)

http://ipe.re/accueil.html

Ecole ACES, école maternelle et primaire privée musulmane – Villepinte (93)

http://ecoleaces.com/

Groupe scolaire privé musulman Al Badr – Toulouse (31)

http://www.albadr.fr/#!

Ecole Grandir simplement – Roubaix (59)

http://www.grandir-simplement.fr/

Ecole privée Transmettre – Toulouse (31)

http://www.ecoletransmettre.fr/

Ecole privée musulmane Tariq ibn Ziyad – Les Mureaux (78)

http://ecoletariqibnziyad.fr/

Ecole maternelle et primaire musulmane Tremblay-en-France (93)

http://ecoleaces.com/

Ateliers Sunnah – Saint-Denis (93)

http://ateliers-sunnah.wix.com/structure-enfants

Ecole musulmane La Pomme du savoir – Sarcelle (95)

http://www.lapommedusavoir.fr/

(L’association La Pomme du savoir n’est plus à sarcelles. l’apcs suite aux démissions de toutes les moualimas de l’apcs, ils ont trouvé que cette solution pour y remédier. On devrait appeler l’école apcs, la pomme du savoir en faites.)

Ecole musulmane Rhazès, Vigneux-sur-Seine – (91)

http://ecolerhazes.fr/

Ecole musulmane bilingue Eva de Vitray – Mantes-la-Jolie (78)

http://ecoleevadevitray.fr/

Lycée Averroès – Lille (59)

http://www.lycee-averroes.com/

Groupe scolaire La Réussite – Aubervilliers (93)

http://www.lareussite.net/

Groupe scolaire Al-Kindi – Décines (69)

http://www.al-kindi.com/

Groupe scolaire Alif, Toulouse (31)

http://www.groupe-alif.fr/

Collège Education et savoir – Vitry-sur-Seine (94)

http://www.education-savoir.fr/

Collège musulman de l’Institut de Formation de Saint Quentin – Montigny-le-Bretonneux (78)

http://www.ifsqy.org/

Collège Ibn Khaldoun – Marseille (13)

http://www.college-ibnkhaldoun.com/

École primaire Éducation plus – Vandoeuvre-lès-Nancy (54)

http://www.educationplus.fr/index.html

École primaire privée musulmane Éducation et Réussite – Orléans (45)

http://www.educationetreussite.fr/

Ecole maternelle et primaire le siècle des Lumières – Dreux (28)

http://lesiecledeslumieres.fr/ecole/?page_id=2

Groupe scolaire musulman Institut Excellence – Corbeille-Essonnes (91)

http://www.institut-excellence.fr/

Ecole franco-arabe APMA (Agir pour un meilleur avenir) – Corbeil-Essonnes (91)

http://www.apma91.com/

Ecole musulmane Hanned – Argenteuil (95)

http://www.ecole-hanned.com/

Ecole primaire Al-Razi – Pierrefitte (93)

http://www.al-razi.com/accueil

Ecole primaire le Jardin des Lumières – Mulhouse (68)

http://www.jardin-des-lumieres.org/

Groupe scolaire musulman association IDEAL – Marseille (13)

http://ideal-asso.org/

Ecole privée musulmane Al-Ghazali – Creil (60)

http://www.alghazali-ecole.com/

Ecole privée musulmane Philippe Grenier – Aulnay-sous-Bois (93)

https://www.facebook.com/events/193372094007245/

Groupe scolaire musulman, association Aboubaker Essadik – Chelles (77)

http://ecole-musulmane-de-chelles77.over-blog.com/

Ecole privée musulmane Al Farabi – Villeurbanne (69)

https://www.facebook.com/EcoleFarabi

Ecole privée musulmane La Plume, Grenoble (38)

http://ecolelaplume.com/

Ecole primaire musulmane Nouvel Horizon – Caluire (69)

http://www.nouvelhorizon.net/

Ecole maternelle et primaire trilingue Iqra – Aubervilliers (93)

http://atelier.iqra.over-blog.com/

Collège musulman Iqra – Strasbourg (67)

http://college-iqra.com/premier-etablissement-prive-musulman.html

l’Ecole Eva de vitray à Mantes la jolie (78)

http://www.ecole-evadevitray.fr

le Centre Culturel Ben Badis a Nanterre (92)  créé par l association Irchad,

https://www.institutibnbadis.com

Il y a également un dépliant qui circule sur le projet d’ouverture d’un Collège privé musulman à Metz (57) pour la rentrée septembre 2015 inchaAllah. le site qui est indiqué est http://www.alifmetz.fr l’adresse mail est contact@alifmetz.fr mais leur site ne fonctionne pas?

La Pomme du Savoir à Stains  (93) pour les enfants
http://lapommedusavoir.fr

et L’institut Sounnah également pour enfants et plus grand!
https://www.institutsounnah.com

FAIT DIVERS

Toulouse : le directeur de l'ex-école musulmane Al Badr placé sous contrôle judiciaire à l'issue d'une garde à vue
La justice lui reproche de ne pas avoir respecté son interdiction de diriger un établissement scolaire, prononcée en 2016
La justice reproche à Abdelfattah Rahhaoui de ne pas avoir respecté sa condamnation en 2016 à une interdiction de diriger un établissement scolaire. En décembre 2012, la justice avait ordonné la fermeture de l'école Al Badr et condamné Abdelfattah Rahhaoui à 6 ans de prison et à une interdiction de diriger un établissement scolaire. 

Le directeur avait fait appel de cette décision et avait déposé une Question Prioritaire de Constitutionnalité (QPC) transmise au Conseil constitutionnel : en juin dernier, les sages avaient confirmé la décision de fermeture de l'école. Le procès en appel est prévu en fin d'année 2018.

Mais l'école n'a jamais vraiment fermée : une nouvelle association a été créée, dont Abdelfattah Rahhaoui est membre. La justice lui reproche d'être le directeur de fait de cette nouvelle structure. Lui affirme n'être que bénévole et se défend de diriger cette nouvelle structure.
le ministre de l'Éducation a annoncé que cet établissement marseillais était relié à l'islamisme fondamentaliste, "en l'occurrence salafiste".
Un établissement scolaire clandestin musulman est en cours de fermeture, a confirmé Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Éducation sur BFMTV ce mardi. Il s'agit d'une école dans le 14ème arrondissement de Marseille, reliée à l'islamisme fondamentaliste, "en l'occurrence salafiste" a déclaré le ministre.

"Comme souvent les écoles clandestines c'est un petit nombre" a continué Jean-Michel Blanquer, qui déclare qu'il y avait une "vingtaine d'élèves" dans cet établissement. Selon les informations de BFMTV, ils avaient entre 3 et 9 ans et les petites filles étaient voilées.

"Ils étaient déclarés comme faisant l'objet d'une instruction à domicile, donc il y a eu un mensonge", a expliqué le ministre, qui a aussitôt annoncé que "ces enfants seront rescolarisés".

Les règles d'hygiène et de sécurité non respectées

 

N’hésitez pas à nous indiquer d’autres projets d’école en cours. Nous les ajouterons à cette liste. Pensez par ailleurs à soutenir financièrement 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire