partie 3 Chronologie et Histoire dans le Coran

partie 3 Chronologie et Histoire dans le Coran

Site en construction excusez moi, si il manque encore des textes et des images

excusez moi si sur votre  pc , tablette , téléponne , le navigateur, moteur de recherche,  les polices de caractère en hébreu ou autre langues   ne passent passent correctement

Chronologie coran partie 3

Quand il est question du Nom de Dieu l’Unique الله Allah il est conseillé et bon de dire Qu'il soit loué et exalté سُبْحَانَهُ وَ تَعَالَى Soubḥāna wa ta'alā.

Quand il est question du Prophète Muhammad il est de dire : que le salut et prière de Dieu soit sur lui symbolisé par    ou. صلى الله عليه و سلم  Sallâ Allahou 'alayhi wa salam

Quand il est mention d’une personne proche (épouse- compagnon) du  vivant du Prophète  Que Dieu « l’Unique » soit satisfait de lui  رضي الله عنه radi Allah anah

Par compréhension je mets les lettres ou  son ou et pas la lettre u son ou en phonétique pour en arabe

Liste des lettres séparées dans le Saint Coran

Colonne « n° » : il s’agit du numéro de classement des sourates dans le Muṣḥaf مصحف « collection de pages » le livre autant qu’objet.

Volontairement je ne commence pas par al-fātiḥa الفاتحة  traduction rapprochée « l'entrée », « le prologue », « la liminaire » ou encore « l'ouverture ». Muhammad sur lui le salut et la paix la nomme « la mère du Coran » أم الكتب Oumm-ul-Kitab  -Umm al-Qur'ân ام القرآن.

Elle fut révélée à la Mecque ou à Médine. Selon Abd Allâh ibn Abbas عبد الله ابن عباس, 619 - 688, et d'autres savants, la Fatiha est une sourate mecquoise, mais selon d'autres, c'est une sourate médinoise. D'autres encore, comme Mudschāhid ibn Dschabr Abū l Haddschādsch  مجاهد بن جبر أبو الحجاج, 641 722 sont d'avis que la première partie de la sourate est apparue à la Mecque et la seconde à Médine. La première hypothèse est largement admise, bien que certains croyants pensent qu'elle a été révélée pour partie à la Mecque et pour partie à Médine. L'exégèse coranique confirme la grande importance de cette courte sourate :

le commentateur du Coran andalou Al Imâm Abû 'Abdi Llâh Muhammad Ibn Ahmad Ibn Abî Bakr Al-Ansârî Al-Qurtubî ابو عبد الله محمد ابن احمد ابن ابي بكر الانصاري القرطبي 611-671 Hégire soit 1214 - 1273 célèbre savant sunnite, un théologien Ash'arite et un juriste Malikite lui consacre 67 pages dans son exégèse.

Périodes M = Mecquoise Y = Yatrib (Médinoise)

Sourate

Lettres séparées

Transcription

Prononciation

2 Y

La Vache البقرة al-baqara

الم

ʾA.L.M

ʾAlif Lām Mīm

3 Y

La Famille d ʿImran آل عمران āli ʿimrān

الم

ʾA.L.M

ʾAlif Lām Mīm

7 M

Les limbes الأعراف Al ʿAraf

المص

ʾA.L.M.Ṣ

ʾAlif Lām Mīm Ṣād

10 M

Jonas يونس Yūnous

الر

ʾA.L.R

ʾAlif Lām Rāʾ

11 M

Houd هود Hūd

الر

ʾA.L.R

ʾAlif Lām Rāʾ

12 M

Joseph  يوسف  Yūsuf

الر

ʾA.L.R

ʾAlif Lām Rāʾ

13 M

Le Tonnerre الرعد ar-raʿad

المر

ʾA.L.M.R

ʾAlif Lām Mīm Rāʾ

14 M

Abraham إبراهيم  Ibrāhīm

الر

ʾA.L.R

ʾAlif Lām Rāʾ

15 M

 La vallée des pierres  الحجر Al Hijr

الر

ʾA.L.R

ʾAlif Lām Rāʾ

19 M

Marie مريم  Maryam

كهيعص

K.H.Y.ʿ.Ṣ

Kāf Ha Ya ʿayn Ṣād

20 M

Ta. Ha. طه  ṭa ha

طه

T.H

Ta Ha

26 M

Les Poètes الأنبياء anbiyāʾ

طسم

T.S.M

Ta Sīn Mīm

27 M/Y

Les Fourmis النمل an-naml

طس

T.S

Ta Sīn

28 M

Le Récit القصص al-qaṣaṣ

طسم

T.S.M

Ta Sīn Mīm

29 M

L'Araignée العنكبوت al-ʿankabūt

الم

ʾA.L.M

ʾAlif Lām Mīm

30 M

Les Romains الروم al-rūm

الم

ʾA.L.M

ʾAlif Lām Mīm

31 M

Luqman لقمان  luqmān

الم

ʾA.L.M

ʾAlif Lām Mīm

32 M/Y

La Prosternation السجدة as-sajda

الم

ʾA.L.M

ʾAlif Lām Mīm

36 M

Ya. Sin. يس  yā sīn

يس

Y.S

Yā Sīn

38 M

Ṣād  ص ṣād

ص

Ṣād

40 M

Celui qui pardonne غافر  ġāfir

حم

Ḥ.M

Ḥā Mīm

41 M

Les Versets clairement exposés فصّلت fuṣṣilat 

حم

Ḥ.M

Ḥā Mīm

42 M

La Délibération الشورى  aš-šūrā

حم عسق

Ḥ.M.ʿ.S.Q

Ḥā Mīm ʾayn Sīn Qāf

43 M/Y

L'Ornement الزخرف az-zuḫruf

حم

Ḥ.M

Ḥā Mīm

44 M

La Fumée الدخان ad-duḫān

حم

Ḥ.M

Ḥā Mīm

45 M

Celle qui est agenouillée  الجاثية al-jāṯiya

حم

Ḥ.M

Ḥā Mīm

46 M

Al ʾAhqaf  الأحقاف al-aḥqāf

حم

Ḥ.M

Ḥā Mīm

50 M

Qaf ق qāf

ق

Q

Qāf

68 M

  La Plume   القلم  Le Calame

ن

N

Noun

 

Une lettre  

              Q ق Qāf Sourate 50 ق qāf verset.1

              N ن Noun  Sourate 68  القلم al-qalam la Plume  verset.1

              Ṣ ص  Ṣād  Sourate 38 ص ṣād verset.1

Deux lettres :  

       T.H طه Ta - Ha.  Sourate 20 طه ṭa ha verset.1,*

        Y.S يس Yā Sīn  Sourate 36  يس Yā Sīn  -verset.1, *

        Ḥ.M حم Ḥā Mīm

Sourate 40 غافر ġāfir Le pardonneur verset 1    cette sourate est parfois nommé 'al-Mu'minun سورة المؤمن, "Le croyant" mais non privilégié car se confondant avec le nom de la sourate 23 : al-Mu'minun المؤمنون les croyants.

Sourate 41 فصّلت fuṣṣilat Les Versets détaillés verset 1  

Sourate 43 الزخرف az-zuḫruf Les Ornements d’Or verset 1  

Sourate 44  الدخان  ad-duḫān  le fuméeverset 1 

Sourate 45  الجاثية  al-jāṯiya  L’Agenouillée  verset 1

Sourate 46  الأحقاف al-aḥqāf Les Dunes verset 1

Sourate 42 الشورى ash-shūrā  La Consultation verset 1 حم - verset 2 عسق qui comporte  deux mots une en deux lettres et un autre en trois lettres  Hâ - Mîm. ح م . et Ayn - Sîn - Qâf  ع س ق

Il a été rapporté d'Abou Hourayra que le Messager d'Allah (bénédiction et salut soient sur lui) a dit:
(Dieu Tout-Puissant qu’Il soit bénit «lire» a communiqué « Taha » et « Yassin » mille ans avant la création des cieux et de la terre, Lorsque les anges ont entendu le Coran, ils ont dit: Heureux la nation «communauté» qui recevra cela, et « béni » Heureux sont les cœurs qui retiendront cela. Heureuses sont les langues qui répèteront cela.
Rapporté par al-Darimi (2/547) L'interrogateur a dit: Son isnad est très faible Umar ibn Hafs ibn Zaqawan a dit: Nous avons quitté son discours et l'avons brûlé. Dans le "Lexique du Milieu" (5/133), Ibn Hibban a dit dans Al-Majrouhin (1/208): Ceci est un tableau sujet. Ibn al-Jawzi a dit dans al-Mousawah (1/110) Ibn Katheer a dit dans l'interprétation du grand Qur'an (5/271): Il y a un nikara dedans. Al-Albani a dit dans Al-Silsilah al-Da'eefah (1248): C'est mounkar. Voir "le plein" (1/216), et "la langue de la balance" (1/114

عن أبي هريرة قال قال رسول الله صلى الله عليه وسلم :
 إن الله تبارك وتعالى قرأ " طه " و " يس " قبل أن يخلق السماوات والأرض بألف عام ، فلما سمعت الملائكة القرآن قالت : طوبى لأمة ينزل هذا عليها ، وطوبى لأجواف تحمل هذا ، وطوبى لألسنة تتكلم بهذا 
رواه الدارمي (2/547) وقال المحقق : إسناده ضعيف جدا ، عمر بن حفص بن ذكوان قال أحمد : تركنا حديثه وحرقناه . وفي "المعجم الأوسط" (5/133) ، وقال ابن حبان في "المجروحين" (1/208) : هذا متن موضوع . وكذا قال ابن الجوزي في "الموضوعات" (1/110) ، وقال ابن كثير في "تفسير القرآن العظيم" (5/271) : فيه نكارة . وقال الألباني في "السلسلة الضعيفة" (1248) : منكر . وانظر "الكامل" ((1/216) ، و "لسان الميزان" (1/114

an 'abi Hourayra qal qal Rasoul Allah sala allah alayh wa salam :

'ina allah tabarak wa taalaa qara " th " w " ys " qabl 'an yakhlouq al samawat wa l'ard bi'alf am, falama samiiat al malayikat al Qu’ran qalat : toubana li'oumat younazil hdha alayha, wa touba li'ajwaf tahmil hdha , wa toubana li'al sinat tatakalam bhdha

rawah al Darimi (2/547) wa qal al Muhaqiq : 'iisnaduh daeif jiddaan, Oumar bin Hafs bin dhikwan qal 'Ahmad : tarakna hadithih wa haraqnah . wafi "al maejam al'awsat" (5/133) , wa qal ibn Hibban fi "al majrouhin" (1/208) : hdha matn mawdoui . wa kadha qal abn al jouziou fi "al mawdoueat" (1/110) , wa qal abn kthyr fi "tfsir al Qur’an alizym" (5/271) : fih nakaratan . wa qal al'Albaniu fi "al soulslat al deyf" (1248) : mounkar. wa anzour "a lkaml" (1/216) , wa "lousaan al mizan" (1/114)

Trois lettres : 

          ʾA.L.M  الم Alif Lám Mím.

 Sourate 2 البقرة al Baqara la Vache verset.1-

Sourate 3  آل عمران  āli ʿimrān  la Famille d’Imran verset.1-

Sourate 29 العنكبوت al-ʿankabūt l’Araignée verset.1-

Sourate 30 الروم  al-rūm  les Gréco-Romains verset.1-

Sourate 31 لقمان luqmān Loqman verset.1 –

Sourate 32 السجدة  as-sajda la Prosternation verset.1 

           ʾALR الر  ʾAlif Lām Rāʾ

Sourate 10 يونس  Yūnus Jonas verset1 –

Sourate 11 هود Hūd Houd verset.1

Sourate  12 يوسف Yūsuf Joseph verset.1

Sourate 14  إبراهيم  Ibrāhīm Abraham verset.1

Sourate 15 الحجر al-ḥijr La vallée des pierres verset.1

            T.S.M  طسم Ta Sīn Mīm

Sourate 26  الشعراء  ash-shuʿarāʾ  les Poètesverset.1

Sourate 28 القصص al-qaṣaṣ Les histoires verset.1

Quatre lettres :

           ʾA.L.M.R المر  ʾAlif Lām Mīm Rāʾ

Sourate 13 الرعد  ar-raʿad  le Tonnerre verset.1

Cinq lettres :

           K.H.Y.ʿ.Ṣ كهيعص  Kāf Ha Ya ʿayn Ṣād

Sourate 19  مريم  Maryam  Maris verset.1, etc.

Six lettres : Wa al asri وَالْعَصْرِ  Par le temps 

Sourate 103 العصر  al-ʿAṣr Par le temps  verset .1, etc.

Sept lettres : Al qariAatu الْقَارِعَةُ Le fracas-le coup

Sourate 101 القارعة  al-qāriʿa  Le Fracas verset.1, etc.

Huit lettres : Wa layalin ashrin  وَلَيَالٍ عَشْرٍ  par dix nuits 

Sourate 89 الفجر  al-fajr  L’Aube verset.2, etc.

Neuf lettres : Mudhammatani مُدْهَامَّتَانِ Deux Jardins bien ombragés - assombris de verdure

 Sourate 55 الرحمن  ar-raḥmān  le Tout Miséricordieux verset.64 etc.

Si le critère retenu est le nombre de mots, on obtient alors le classement suivant (les « lettres séparées » n’ont pas été prises en compte car elles ne forment pas des mots intelligibles) :

Un mot : Mudhammatani مُدْهَامَّتَانِ Sourate.55 الرحمن  ar-raḥmān  le Tout Miséricordieux verset.64, - Al haqqatou .الْحَاقَّةُ L’inéluctable Sourate.69 الحاقـّة al-ḥāqqa L'inévitable verset.1- Al qariAatu الْقَارِعَةُ  Le fracase  Sourate.101 القارعة  al-qāriʿa  Le Fracas verset.1, etc.

Deux mots : Wa al fajri  وَالْفَجْرِ Par l’aube Sourate.89 الفجر  al-fajr  l’Aube verset 1, Wa al douha وَالضُّحَى Par l’éclat du jour » Sourate.93 الضحى aḍ-ḍuḥā Le Jour qui monte verset.1, Wa al asri وَالْعَصْرِ  Par le temps Sourate.103 العصر  al-ʿaṣr  Le Temps verset.1, etc.

Bien évidemment, le comptage des lettres et des mots mentionné ci-dessus est relatif à la langue d’origine du  Saint Coran : l’arabe. Par ailleurs, on notera que les versets les plus courts se trouvent très souvent au tout début des sourates.

Le Verset le plus court est Y.S يس Yā Sīn  Sourate.36-verset.1, ainsi, on dit aussi Dans de nombreux ouvrages de référence, notamment les exégèses du Coran, c’est dans  la sourate n° 55 le verset n° 64 moudhāmmatāni, مُدْهَامَّتَانِ Deux Jardins bien ombragés - assombris de verdure  مدهامتان, un seul mot de neuf lettres qui est présenté comme le plus court.

 

Le verset 282 est le plus long الرحمان  le Tout Miséricordieux dans sourate 2 al Baqaraالبقرة  la vache  


5 Sourates qui commencent par الْحَمْدُ للّهِ
Sourate1 al-Fātiḥa الفاتحة  l'ouverture.

Sourate 6 al-Anʿām  الأنعام les Bestiaux.

Sourate 18 al-Kahf الكهف la Caverne.

Sourate 34 Saba سبأ  Saba'.

Sourate 35 Fāṭir فاطر  le Créateur - les Anges.

7 Sourates qui  commencent par la formule du Tassbih  تسبيح  invocation qui glorifie Dieu l’Unique

Subhana سُبْحَانَ  Gloire
Sourate 17 al-Isrāʾ الإسراء  le Voyage Nocturne.

Sourate.87 al-aʿlā الأعلى  le Très Haut.

Yusabbihu يُسَبِّحُ célèbre la Gloire

Sourate 64 al-Taġābun التغابن  la Duperie mutuelle.

Sourate 62 al-jumuʾat الجمعة

Sabbaha  سَبَّحَ célèbre la Gloire

le vendredi. Sourate61 aṣ-ṣaff الصف  le Rang.

Sourate 59 al- ašr الحشر  le Rassemblement.

Sourate 57 al-adīd الحديد  le Fer.

3 Sourates qui commencent par  Ya ayouha al Nabiyou يَا أَيُّهَا النَّبِيُّ  Ô Prophète !
 Sourate 33 al-Aḥzāb الأحزاب  les coalisés.

Sourate 65 aṭ-Talāq الطلاق  le Divorce

Sourate 66 at-Taḥrīm التحريم l’Interdiction

3 Sourates commencent par Ya ayouha allathina amanou يَا أَيُّهَا الَّذِينَ آمَنُواْ  Ô croyants ! O vous qui croyez!
Sourate 5 al-Māʾida المائدة  la table servie.

Sourate 49 al- ujurāt الحجرات  les appartements.

Sourate 60 al-Mumtaḥana الممتحنة  l'examinante.

15 Sourates qui contiennent une sajdah سجدة  prosternation  Soujoud image

Note : La sourate 53 an-Najm النجم  l'étoile verset 62 est la première de sourates à être révélée qui  contient l’ordre  à se prosterner.
4 prosternations sont obligatoires, dans les sourates :

Sourate 41 Fuṣṣilat فصلت  les versets detaillés verset 37 et verset 38.

Sourate 32 as-Sajda السجدة  la prosternation verset 15.

Sourate 53 an-Najm النجم  l'étoile verset 62.

Période Mecquoise, qui  occupe la 23è place dans l'ordre chronologique.

فَاسْجُدُوا لِلَّهِ وَاعْبُدُوا

Prosternez-vous plutôt devant Dieu et adorez-Le !

Faousjoudou lillahi wa ouAboudou

Autrement dit : Soumettez-vous sincèrement et exclusivement à Lui.l’Unique à être adorer

Al Boukhari rapporte ce récit d’Ibn ‘Abbas : Le Prophète (sur lui le salut et la paix) se prosterna au cours de lé récitation de la sourate l’Etoile, suivi en cela par les musulmans المسلم al muslim et les polythéistes, المشركينassociateurs* les djinns- « génie » جِنّ ǧinn et les hommes النَّاسِ al nas .  voir ( Fat’uh al Bàri فتح الباري la Victoire du Créateur   8/480). Mouslim ne rapporte pas ce hadith.

* https://islamqa.info/fr/67626 

texteen français et arabe

Par ailleurs, l’imam Ahmad rapporte ce récit d’Al-Mouttalib ibn Abi Wadâ’a المطلّب بن أبي وداعة : « Le Messager de Dieu (sur lui le salut et la paix) récita, alors qu’il se trouvait à la Mecque, la sourate l’Etoile, puis se prosterna, suivi par les gens qui se trouvaient auprès de lui. Refusant de me prosterner, je relevai  la tête ». En effet, à cette époque, Al–Mouttalib المطلّب n’avait pas enc ore embrassé la foi musulmane. Mais, après cela (étant devenu musulman), il n’entendait personne réciter cette sourate sans se prosterner avec lui (Ahmad 6/399)

An-Nasài النسائي  215-303 hégire soit829-915 rapporte également ce récit dans le chapitre consacré à la prière صلاة as salât) de son recueil de hadith 2/160

Sourate 96 al-ʿAlaq العلق  l'adhérence Verset 19

Il y a en note à ce sujet, des symboles de prosternations

                         Symbole prosternation coran

 11 prosternations est conseillées, dans les sourates :

S.7 al-aʿrāf  الأعراف  Le purgatoire. Le purgatoire verset 206

S.16 an-naḥl النحل les abeilles versets 49 et 50

S.19 Maryam مريم Marie verset 58.

S.22 al-ḥajj الحج  le Pèlerinage verset 18 et Verset 77.

S.27 an-naml النمل  les fourmis Versets 25 et 26.

S.84 al-anšiqāq الإنشقاق  la déchirure verset 21

S.13 ar-raʿad الرعد  le tonnerre verset 15

S.17 al-isrāʾ الإسراء  le voyage nocturne verset 109.

S.25 al-furqān الفرقان  le discernement verset 60.

S.38 ṣād ص  Sad verset 24.

L'imam Boukhari a rapporté qu’Ibn Abbas a dit : « Sâd ne fait pas partie des prosternations vivement recommandées, malgré que j’ai vu le Prophète, Salla Allahou Alaihi wa Sallam, صلى الله عليه و سلم s’y prosterner ».

sajdah سجدة  prosternation dans la lecture du Saint Coran

Elles sont donc concernées par la globalité des textes religieux qui évoquent les prosternations, leurs caractéristiques et les invocations qui s'y rapportent.

Ceci (prononcer les invocations lors des prosternations de la prière) lui est recommandé, à l'exception de la récitation du Qu'r'an lors du rokôu3  الرُكُوع  (Inclinaison) et du soudjôud والسجود (Prosternation.) qui est interdite conformément à la parole du Prophète, Salla Allahou Alaihi wa Sallam, صلى الله عليه و سلم

أَلاَ وَ إِنِّي نُهِيتُ أَنْ أَقْرَأَ القُرْآنَ رَاكِعًا أَوْ سَاجِدًا فَأَمَّا الرُّكُوعُ فَعَظِّمُوا فِيهِ الرَّبَّ عَزَّ وَجَلَّ وَأَمَّا السُّجُودُ فَاجْتَهِدُوا فِي الدُّعَاءِ فَقَمِنٌ أَنْ يُسْتَجَابَ لَكُمْ

'ala w 'iiniy nouhit 'an 'aqra al Qu'ran rakieana 'aw sajidana fa'amaa al roukoue faiazoumou fih alraba iaza wa jala wa'amaa al soujoud fajtahiduu fi aldouea' faqamin 'an youstajab lakoum

"On m'a interdit de réciter le Qur'ân durant l'inclinaison et la prosternation. Durant l'inclinaison glorifiez votre Seigneur Le Tout-Puissant et durant la prosternation appliquez-vous à invoquer car vous êtes à même d'obtenir l'exaucement."

Rapporté par l'Imâm Mouslim.

Sourate2 البقرة al-Baqara  la Vache verset152

فَاذْكُرُونِي أَذْكُرْكُمْ وَاشْكُرُواْ لِي وَلاَ تَكْفُرُونِ

Souvenez-vous de Moi, Je me souviendrai de vous ! Soyez reconnaissants envers Moi ! Ne soyez pas ingrats !

Faouthkourouni athkourkoum wa oushkourou lii wa la takfourouni

 

Les catégories de la sunnah سنة  tradition - cheminement – loi immuable  de Dieu sous l’expression sunna Allah .سُنَّةَ اللَّهِ « règles de Dieu ».*

 La sunnah verbale est la catégorie la plus abondante . La sunnah approbative correspond aux choses que le Messager  paix et bénédictions sur lui  approuva parmi les actes et les paroles des Compagnons.

*Sourate 48الفتح al-Fatḥ la Victoire verset 23

Période médinoise, qui occupe la 111e place dans l'ordre chronologique.

 

سُنَّةَ اللَّهِ الَّتِي قَدْ خَلَتْ مِن قَبْلُ وَلَن تَجِدَ لِسُنَّةِ اللَّهِ تَبْدِيلاً

Telle est la Loi de Dieu, qui a de tout temps été appliquée et qui demeurera à jamais immuable.

Sounnata Allahi allati qad khalat min qablou walan tajida lisounnati Allahi tabdilan

 

Le Saint Coran القرآن الكريم  al Qur’an al Karim par ordre chronologique ne change pas Sa Valeur Divine, puisque c’est le sens de la Révélation qui prédomine.

87 Sourates sont (مكية ) Mecquoises , 27 sont Medinoises ( مدنية ).Les Sourates Mecquoises sont celles révélées avant l'Hejire(الهجرة), les medinoises ( مدنية ) celles révélées apres l'Hejire.

Pour les musulmans sans exception sans distinction, le Saint Coranالقرآن  al-Qurʾān, est le Texte de référence Sacré – Saint مقدس muqadas, la Source et l’Essence du Message Divin que le Créateur a fait parvenir aux hommes, Sa Révélation Céleste et Divine pour l’humanité sans exception est certaine الوحي الإلهية والسماوية a wahiu al'iilhiat wa al samawia dans un langage arabe littéraire du 7e siècle soit au 1er siècle de l’Hégire هِجْرَة hiǧraʰ et d’une richesse sémantique et linguistique sans équivalent. Sa lecture est fortement conseillée مستحب مؤکد moustahiboun moukad. voir complément en fin de page  

Il est la Dernière occurrence Divine d’une multitude de Révélations adressées aux êtres humains à travers l’Histoire. Après plus rien ne sera divulgué par le Créateur.

Il l’a fait descendre sublime, un sage rappel, un lien étendu, une promesse garantie, un ombrage et un droit chemin, Il contient des miracles éblouissants, des preuves apparentes des arguments véridiques et des signes explicites.

Bien avant l’arrivé du Prophète Muhammad, Dieu l’Unique A adressé Sa Parole à d’autres personnages hors du commun. Pour nous ils sont des Musulmans, car soumis  et obéissant à Dieu l’Unique Nous pouvons dire que la Révélation de l’Islam existe avant Muhammad et qu’elle  s’achève avec lui.

Le peuple d’Israïl  : בני ישראל, Benei Israël بَنِي إِسْرَائِيلَ à eut le plus grand nombre de Prophètes et de Messagers

Sourate 19 verset 58

أُوْلَئِكَ الَّذِينَ أَنْعَمَ اللَّهُ عَلَيْهِم مِّنَ النَّبِيِّينَ مِن ذُرِّيَّةِ آدَمَ وَمِمَّنْ حَمَلْنَا مَعَ نُوحٍ وَمِن ذُرِّيَّةِ إِبْرَاهِيمَ وَإِسْرَائِيلَ وَمِمَّنْ هَدَيْنَا وَاجْتَبَيْنَا إِذَا تُتْلَى عَلَيْهِمْ آيَاتُ الرَّحْمَن خَرُّوا سُجَّداً وَبُكِيّاً

Tels sont ceux que Dieu a gratifiés de Ses bienfaits parmi les prophètes qui descendent directement d'Adam, ou qui sont issus des rescapés de l'arche de Noé, ou de la postérité d'Abraham et d'Israël, ou de ceux que Nous avons mis sur la bonne voie et que Nous avons élus. Lorsque les enseignements du Miséricordieux étaient récités à ces hommes, ils se prosternaient face au sol en pleurant.

Ola-ika allatheena anAAama Allahu AAalayhim mina alnnabiyyeena min thurriyyati adama wamimman hamalna maAAa noohin wamin thurriyyati ibraheema wa-isra-eela wamimman hadayna waijtabayna itha tutla AAalayhim ayatu alrrahmani kharroo sujjadan wabukiyyan

Sourate 17 الإسراء al-Isrāʾ le Voyage Nocturne verset 104

période Mecquoise, qui occupe  la  50è place dans l'ordre chronologique.

وَقُلْنَا مِن بَعْدِهِ لِبَنِي إِسْرَائِيلَ اسْكُنُواْ الأَرْضَ فَإِذَا جَاء وَعْدُ الآخِرَةِ جِئْنَا بِكُمْ لَفِيفاً

Et après lui, Nous dîmes aux fils d'Israël : «Habitez la terre (Sainte de Jérusalem), et lorsque s'accomplira la promesse de la vie future, Nous vous ferons revenir en foule.»

Wa qualna min baAdihi libani israïl ouskounou al-ard fa-itha jaa waAdou al-akhirati ji’nâ bikoum lafifan

Sourate 5 المائدة al-Māʾida  La Table servie versets 20- 21.

Période Médinoise  qui occupe  la  112è place dans l'ordre chronologique.

وَإِذْ قَالَ مُوسَى لِقَوْمِهِ يَا قَوْمِ اذْكُرُواْ نِعْمَةَ اللّهِ عَلَيْكُمْ إِذْ جَعَلَ فِيكُمْ أَنبِيَاء وَجَعَلَكُم مُّلُوكاً وَآتَاكُم مَّا لَمْ يُؤْتِ أَحَداً مِّن الْعَالَمِينَ

20. Souvenez-vous quand Moïse dit à son peuple : «Ô mon peuple ! Soyez reconnaissants des bienfaits de Dieu à votre égard, lorsqu'Il a choisi parmi vous des Prophètes, a fait de vous des rois, et vous a accordé ce qu'Il n'a accordé à nul autre.

Wa-ith qala Moussa liqawmihi ya qawmi outhkourou niAmata Allahi Aalaykoum ith jaAala fikoum Anbiya wa jaAalakoum mouloukan wa atakoum ma lam you/ti ahadan mina al alamin’

يَا قَوْمِ ادْخُلُوا الأَرْضَ المُقَدَّسَةَ الَّتِي كَتَبَ اللّهُ لَكُمْ وَلاَ تَرْتَدُّوا عَلَى أَدْبَارِكُمْ فَتَنقَلِبُوا خَاسِرِينَ

21. Ô mon peuple* ! Entrez dans la Terre sainte que Dieu vous assigne. Évitez surtout de retourner sur vos pas, car vous seriez les grands perdants !»

Ya qawmi oudkhoulou al-arda al mouqaddasata allati kataba Allahou lakoum wa la tartaddou Aala adbarikoum fatanqalibou khasirin'

*Moïse qui parle

Voir note Tafsir Ibn Kathir Volume 3 pages 148-149   édition Darsoussalam 2012

 Enfants d’Israël » : בני ישראל, Benei Israël بَنِي إِسْرَائِيلَ est l’une des appellations les plus fréquemment employées dans la Torah , « instruction » ; en grec ancien Νόμος – Nomos –, « Loi » توراة‎ Tawrat pour désigner les Israélites, c'est-à-dire ceux qui descendent du patriarche Jacob, יעקב, Ya`aqov, « il talonnera » ; يعقوب, Ya`qūb ou Ya`qob,* « Dieu a soutenu » ou « protégé » renommé  إسرائيل Israël « Dieu a combattu** à ses côtés »). On les appelle aussi Hébreux.**

* son père Isaac יצחק Yiṣḥāq إسحاق  IsHāq et de Rébecca רבקה Rivqah  رفقة  Rafaqa et son grand-père Abraham, אַבְרָהָם avra'ham, en  guèze : አብርሃም abra'hamإبراهيم  Ibra'him.Considéré comme le père du peuple juif,

** Jacob a eut  12 fils qui sont à l'origine des douze tribus d'Israël שבטי ישראל‎, les enfants hébreux d'Israël: בני ישראל, Bnei Israel; بني اسرائيل, Bani Isra'il. et une fille Dinah דינה, دينا ..

nom, mais bien Israël; car tu as jouté ( כִּי־שָׂרִיתכִּי־שָׂרִיתָ en rappot avec passage du Hebok ( le gué de יבוק Yabboq) Nahr ez-Zarqa نهر الزرقاء  « rivière bleue »; renvoie à une rivière à l'est du fleuve Jourdain, dans l'actuelle Jordanie.

Bible - תנך    Torah - תורה    Genèse - בראשית    La lutte avec Dieu. - Chapitre.  32  Verset.  29 

וַיֹּאמֶר לֹא יַעֲקֹב יֵאָמֵר עוֹד שִׁמְךָ כִּי אִם־יִשְׂרָאֵל כִּי־שָׂרִיתָ עִם־אֱלֹהִים וְעִם־אֲנָשִׁים וַתּוּכָל

Il lui dit : tu ne seras plus nommé Iiâcov, (Jacob) mais Israël, car tu as combattu, pour la supériorité, avec les êtres divins et avec les hommes, et l’avantage t’est resté.

vayyomèr lo ya'aqov yéamér 'od shimekha kiy im-yiseraél kiy-sariytha 'im-élohiym ve'im-anashiym vatthoukhal

Le Saint Coran Parole de Dieu l’Unique parle du peuple d’Israël, par Béni israïl  بَنِي إِسْرَائِيلَ  enfants d’Israël.

Ô Enfants d’Israël,

Exemple :

Sourate 26 verset 59

كَذَلِكَ وَأَوْرَثْنَاهَا بَنِي إِسْرَائِيلَ

Ainsi en fut-il. Et Nous donnâmes tout cela en héritage aux fils d'Israël.

Kathalika wa awrathnaha Bani Israïl

 

Sourate 40 verset  53

وَلَقَدْ آتَيْنَا مُوسَى الْهُدَى وَأَوْرَثْنَا بَنِي إِسْرَائِيلَ الْكِتَابَ

Nous avons indiqué à Moïse la voie à suivre, et légué en héritage le Livre aux enfants d'Israël,

Wa laqad atayna Mousa al houda wa awrathna bani Israil al Kitaba

Sourate 45 verset 16

وَلَقَدْ آتَيْنَا بَنِي إِسْرَائِيلَ الْكِتَابَ وَالْحُكْمَ وَالنُّبُوَّةَ وَرَزَقْنَاهُم مِّنَ الطَّيِّبَاتِ وَفَضَّلْنَاهُمْ عَلَى الْعَالَمِينَ

Nous avons donné aux fils d'Israël l'Écriture, la sagesse et la prophétie. Nous les avons pourvus d'une nourriture agréable et Nous en avons fait un peuple élu entre tous.

Wa laqad atayna Bani Israïl al Kitaba wa alhoukma wa al noubouwata wa razaqnahoum mina al tayyibati wa faddalnahoum Aala al alamin’

Sourate 3 آل عمران  āli ʿImrān la famille de Imran  67

Proclamée pendant la période Médinoise, qui occupe la 89è place dans l'ordre chronologique.

 

مَا كَانَ إِبْرَاهِيمُ يَهُودِيّاً وَلاَ نَصْرَانِيّاً وَلَكِن كَانَ حَنِيفاً مُّسْلِماً وَمَا كَانَ مِنَ الْمُشْرِكِينَ

Abraham n'était ni juif ni chrétien, mais il était un monothéiste convaincu et entièrement soumis à Dieu. Il n'a donc jamais appartenu au clan des païens.

Ma kana Ibrahimu yahoudiyan wa la nasraniyan wa lakin kana hanifan mousliman wa ma kana mina al moushrikin’

2:40 - 2:47 - 2:83 - 2:122 - 2:211 - 2:246 - 3:49 - 3:93 - 3:93 - 5:12 - 5:32 - 5:70 - 5:72 - 5:78 - 5:110 - 7:105 - 7:134 - 7:137 - 7:138 - 10:90 - 10:90 - 10:93 - 17:2 - 17:4 - 17:101 - 17:104 - 19:58 - 20:47 - 20:80 - 20:94 - 26:17 - 26:22 - 26:59 - 26:197 - 27:76 - 32:23 - 40:53 - 43:59 - 44:30 - 45:16 - 46:10 - 61:6 - 61:14 -

Ainsi que : al yahoudou الْيَهُودُ  « les israélites- les Juifs   » yahoud يَهُود  la société juive / juifs, israélites, yahoudia  يَهُودِيَّة : juive, israélite, adj. / adv. يَهُودِيّ : israélite, hébraïque, juif, judaïque, hadou هَادُ être juif.

Exemple 8 fois sous la forme ٱلْيَهُودُ

Il est bien claire que Ibrahim إبراهيم Abraham n’était pas juif mais sa descendance,  et encore moin chrétiens, ce qui est conforme à la Révélation Divine la le Saint Qur’an  القرآن الكريم   al Quran al Karim, voir ci-dessus qui prône le Culte du Monothéisme Pur التوحيد العبادة  Tawhid al 'Ibadah, Unification de Dieu par le culte توحيد الله بالعبادة  Tawhid Allah bi al ‘Ibadah.

Sourate 3 آل عمران  āli ʿImrān la famille de Imran  verset 65

Proclamée pendant la Période Médinoise, qui occupe la 89è place dans l'ordre chronologique.

يَا أَهْلَ الْكِتَابِ لِمَ تُحَآجُّونَ فِي إِبْرَاهِيمَ وَمَا أُنزِلَتِ التَّورَاةُ وَالإنجِيلُ إِلاَّ مِن بَعْدِهِ أَفَلاَ تَعْقِلُونَ

Ô gens des Écritures ! Pourquoi discutez-vous au sujet d'Abraham, alors que la Thora et l'Évangile n'ont été révélés qu'après lui? Êtes-vous donc déraisonnables à ce point?

Ya ahla al kitabi lima touhajjouna fi Ibrahim wa ma ounzilati al Tawratu wa al-injilu illa min baAdihi afala taAqiloun

 

Il est demandé aux croyants du Monothéisme Pur de respecter la Parole Divine comme telle dans son Originalité Céleste,  non de la transformer humainement.

Sourate 3 آل عمران  āli ʿImrān la famille de Imran  verset 3

Proclamée pendant la Période Médinoise, qui occupe la 89è place dans l'ordre chronologique.

نَزَّلَ عَلَيْكَ الْكِتَابَ بِالْحَقِّ مُصَدِّقاً لِّمَا بَيْنَ يَدَيْهِ وَأَنزَلَ التَّوْرَاةَ وَالإِنجِيلَ

Il t'a révélé graduellement le Livre en tant que Message de vérité, confirmant ce qui l'avait précédé, comme Il avait révélé la Thora et l'Évangile

Nazzala Aalayka al Kitab bi al haqqi musaddiqan lima bayna yadayhi wa anzala al Tawrat wa al-Injil

 

Sourate 5 المائدة al-Māʾida  La table est servie verset 43 et 46

Proclamée pendant la période Médinoise, qui occupe la 112e place dans l'ordre chronologique

وَكَيْفَ يُحَكِّمُونَكَ وَعِندَهُمُ التَّوْرَاةُ فِيهَا حُكْمُ اللّهِ ثُمَّ يَتَوَلَّوْنَ مِن بَعْدِ ذَلِكَ وَمَا أُوْلَـئِكَ بِالْمُؤْمِنِينَ

43-D'ailleurs, pourquoi te soumettraient-ils leurs différends alors qu'ils détiennent la Thora où sont réunies les sentences du Seigneur, si ce n'est pour récuser ensuite tout jugement quand il leur est défavorable? Ces gens-là n'ont rien de commun avec les croyants.

Wa kayfa youhakkimounak wa Aindahoumou at Tawratu fiha houkmou Allahi thoumma yatawalawna min baAdi thalika wa ma oulaika bi-al-mouminina

وَقَفَّيْنَا عَلَى آثَارِهِم بِعَيسَى ابْنِ مَرْيَمَ مُصَدِّقاً لِّمَا بَيْنَ يَدَيْهِ مِنَ التَّوْرَاةِ وَآتَيْنَاهُ الإِنجِيلَ فِيهِ هُدًى وَنُورٌ وَمُصَدِّقاً لِّمَا بَيْنَ يَدَيْهِ مِنَ التَّوْرَاةِ وَهُدًى وَمَوْعِظَةً لِّلْمُتَّقِينَ

46. Nous envoyâmes, à leur suite, Jésus, fils de Marie, qui vint confirmer le contenu de la Thora précédemment révélée. Nous le dotâmes de l'Évangile qui est à la fois un guide et une lumière corroborant la Thora et servant en même temps de direction et d'exhortation pour ceux qui craignent le Seigneur.

Wa qaffayna Aala atharihim bi Aisa ibni Maryam mousaddiqan lima bayna yadayhi mina al Tawrati wa ataynahou al-Injil fihi houdan wa nourun wa mousaddiqan lima bayna yadayhi mina al Tawrati wa houdan wa mawAithatan lilmouttaqin’

Comprendre le sens des mots et des noms .Yahweh, aussi écrit dans les publications Yahvé, Iahvé, Jéhovah, YHWH ou JHVH  יהוה  yhwh, vénérée dans les royaumes d'Israël מַמְלֶכֶת יִשְׂרָאֵל (مملكة إسرائيل Mameleket Yisera'el) et de Juda מַמְלֶכֶת יְהוּדָה ( مملكة يهوذا. Mamlakat Yahudha) Yahweh (YHWH) est présenté comme le dieu national des Enfants d'Israël בני ישראל, Benei Israël.

*YHWH composé des lettres yōḏ י, ה, wāw ו, ה, il est substitué dans les prières ou la lecture de la Torah par Adonaï אדני  « mon Seigneur » et par HaShem השם  « le Nom ») dans un contexte profane. Dans la Bible hébraïque** où il figure plus de 7 000 fois. Aussi appelé le Tétragramme «  Τετραγράμματον, Tetragrammaton, « mot composé de quatre lettres » 

**Tanakh תנ״ך, acronyme  T ת, N נ, K ך de l’hébreu «   תּוֹרָה - נביאים - כתובים »,: « Torah תּוֹרָה  (la Loi ou Pentateuque) ;- Nevi'im les Nevi'im נביאים  (les Prophètes) - Ketouvimכתובים  (les Autres Écrits ou Hagiographes)

Ce que dit la La Torah توراة‎ Tawrat

Le sens de père 'Ab אבא awb Dieu père de son peuple

 Bible - תנך ▼   Prophètes - נביאים ▼   Malachie - מלאכי ▼   Ch.  2 ▼   V.  10 ▼

הֲלוֹא אָב אֶחָד לְכֻלָּנוּ הֲלוֹא אֵל אֶחָד בְּרָאָנוּ מַדּוּעַ נִבְגַּד אִישׁ בְּאָחִיו לְחַלֵּל בְּרִית אֲבֹתֵינוּ׃

halo av èh'ad lekhoullanou halo él èh'ad beraanou maddou'a niveggad iysh beah'iyv leh'allél beriyth avothéynou

N'avons-nous pas tous un seul père ? N'est-ce pas un seul Dieu qui nous a créés ? Pourquoi serions-nous perfides l'un envers l'autre en profanant l'alliance de nos pères ?

Le terme soumis dans la Torah les sens de ce mot  dans ces chapitres

 

יַעַבְדוּךָ =    =serviteurs  (serviront) *1

וְעֶבֶד = serviteurs*2

עָבְדוּ אֶת = = avoir travaillé*3

עֲלֵיכֶם suivez-vous*4

־יָבוֹא עֲלֵיכֶם = je vais te suivre*5

עַמִּים וְיִשְׁתַּחֲוֻ= וְיִשְׁתַּחֲוֻ peuple soyez humble*6

עָבְדוּ  אֶת־ = avoir travaillé*7

מֵאֲחֵיכֶם = captifs*8

וְנִכְבְּשָׁה = il est occupé- assujettit*9

וַנִכְבְּשָׁה = conquis *10

יֹאבֵדוּ = perdus asservis *11

וַיַּעַבְדוּם = esclave *12

 

Lettres de l'Hébreu

א Aleph son Α, α

ב Beth son /b/ ou /v/)

ג Gimel ג, son /g/ ou /ɣ/

ד Dalet son /d/ ou /ð/ (/dh/)

ה He son /hey

ו Vav son /v

ז Zayinson /z

ח Het son /χ

ט Tet son /t

י Yod son /j

כ Kaf son χ, voire k

ל Lamed son /l

מ Mem son /m

נ Nun son /n

ס Samech son /s

ע Ayin son /ʕ

פ Pe son /p/ ou /f

צ Tsadi son ʦ

ק Qof son ʦ

ר Resh son /r

ש Shin /ʃ/ (/sh/) ou /s

ת Tav son /t/ ou /θ

Quelques exemples de traductions
Jakin dont la valeur numérique est 90 s’écrit avec les lettres Jod – Caph – Jod – Nun : יכינ
Boaz dont la valeur numérique est 79 s’écrit avec les lettres Béith – Aïn – Zaïn : בעז

 Bible - תנך ▼   Torah - תורה ▼ 

שְׁתֵּים עֶשְׂרֵה שָׁנָה עָבְדוּ אֶת־כְּדָרְלָעֹמֶר וּשְׁלֹשׁ־עֶשְׂרֵה שָׁנָה מָרָדוּ 

*3*6

shetthéym 'èseréh shanah 'avedou èth-kedarela'omèr oushelosh-'èseréh shanah maradou

Genèse, 14, 4 - Pendant douze ans, ils avaient été soumis à Kedorlaomer; et la treizième année, ils s'étaient révoltés.

יַעַבְדוּךָ עַמִּים וְיִשְׁתַּחֲוֻ לְךָ לְאֻמִּים הֱוֵה גְבִיר לְאַחֶיךָ וְיִשְׁתַּחֲוּוּ לְךָ בְּנֵי אִמֶּךָ אֹרְרֶיךָ אָרוּר וּמְבָרֲכֶיךָ    

*1*6

ya'avedoukha 'ammiym veyishetthah'avou lekha leoummiym hévéh geviyr leah'èykha veyishetthah'aouou lekha benéy immèkha orerèykha

Genèse, 27, 29 - Que des peuples Te (DIEU) soient soumis, Et que des nations se prosternent devant toi! Sois le maître de tes frères, Et que les fils de ta mère se prosternent devant toi! Maudit soit quiconque te maudira, Et béni soit quiconque te bénira.

יַעַבְדוּךָ עַמִּים וְיִשְׁתַּחֲוֻ לְךָ לְאֻמִּים הֱוֵה גְבִיר לְאַחֶיךָ וְיִשְׁתַּחֲוּוּ לְךָ בְּנֵי אִמֶּךָ אֹרְרֶיךָ אָרוּר וּמְבָרֲכֶיךָ בָּרוּךְ׃

*1

vanikhebeshah haarèts liphenéy yahvah vaah'ar tthashouvou viheyiythèm naqiyyiym méyahvah oumiyyiseraél vahayathah haarèts hazzoth lakhèm laah'ouzzah liphenéy yahvah

 Nombres, 32, 22 - et si vous revenez seulement après que le pays aura été soumis devant l'Eternel, vous serez alors sans reproche vis-à-vis de l'Eternel et vis-à-vis d'Israël, et cette contrée-ci sera votre propriété devant l'Eternel.

וַיֹּאמֶר מֹשֶׁה אֲלֵהֶם אִם־יַעַבְרוּ בְנֵי־גָד וּבְנֵי־רַאוּבֵן אִתְּכֶם אֶת־הַיַּרַדֵּן כָּל־חָלוּץ לַמִּלְחָמָה לִפְנֵי יַהוָה וַנִכְבְּשָׁה הָאָרֶץ לִפְנֵיכֶם וּנַתַתֶּם לָהֶם אֶת־אֶרֶץ הַגִּלְעָד לַאֲחֻזָּה

*10

vayyomèr moshèh aléhèm im-ya'averou venéy-gad ouvenéy-raouvén itthekhèm èth-hayyaraddén kol-h'alouts lammileh'amah liphenéy yahvah vanikhebeshah haarèts liphenéykhèm ounathatthèm lahèm èth-èrèts haggile'ad laah'ouzzah

Nombres, 32, 29 - Il leur dit: Si les fils de Gad et les fils de Ruben passent avec vous le Jourdain, tous armés pour combattre devant l'Eternel, et que le pays soit soumis devant vous, vous leur donnerez en propriété la contrée de Galaad.

רְאוּ כָל־הַמְּלָכִים עַבְדֵי הֲדַדְעֶזֶר כִּי נִגְּפוּ לִפְנֵי יִשְׂרָאֵל וַיַּשְׁלִמוּ אֶת־יִשְׂרָאֵל וַיַּעַבְדוּם וַיִּרְאוּ אֲרָם לְהוֹשִׁיעַ עוֹד אֶת־בְּנֵי עַמּוֹן

-12

vayyireou khal-hammelakhiym 'avedéy hadade'èzèr kiy niggephou liphenéy yiseraél vayyashelimou èth-yiseraél vayya'avedoum vayyireou aram lehoshiy'a 'od èth-benéy 'ammon

Samuel 2, 10, 19 - Tous les rois soumis à Hadarézer, se voyant battus par Israël, firent la paix avec Israël et lui furent assujettis. Et les Syriens n'osèrent plus secourir les fils d'Ammon.

קָטֹן וְגָדוֹל שָׁם הוּא וְעֶבֶד חָפְשִׁי מֵאֲדֹנָיו

*2

qaton vegadol sham hou ve'èvèd h'apheshiy méadonayv

 Job, 3, 19 - Le petit et le grand sont là, Et l'esclave n'est plus soumis à son maître.

וַיִּקָּהֲלוּ כָּל־עֲדַת בְּנֵי־יִשְׂרָאֵל שִׁלֹה וַיַּשְׁכִּינוּ שָׁם אֶת־אֹהֶל מוֹעֵד וְהָאָרֶץ נִכְבְּשָׁה לִפְנֵיהֶם

*9

vayyiqqahalou kol-'adath benéy-yiseraél shiloh vayyashekiynou sham èth-ohèl mo'éd vehaarèts nikhebeshah liphenéyhèm 

Josué, 18, 1 - Toute l'assemblée des enfants d'Israël se réunit à Silo, et ils y placèrent la tente d'assignation. Le pays était soumis devant eux.

וְכָל־רִיב אֲשֶׁר־יָבוֹא עֲלֵיכֶם מֵאֲחֵיכֶם הַיֹּשְׁבִים בְּעָרֵיהֶם בֵּין־דָּם לְדָם בֵּין־תּוֹרָה לְמִצְוָה לְחֻקִּים וּלְמִשְׁפָּטִים וְהִזְהַרְתֶּם אֹתָם וְלֹא יֶאְשְׁמוּ לַיהוָה וְהָיָה־קֶצֶף עֲלֵיכֶם וְעַל־אֲחֵיכֶם כֹּה תַעֲשׂוּן וְלֹא תֶאְשָׁמוּ

*4*5*8

vekhal-riyv ashèr-yavo 'aléykhèm méah'éykhèm hayyosheviym be'aréyhèm béyn-ddam ledam béyn-tthorah lemitsevah leh'ouqqiym oulemishepatiym vehizeharetthèm otham velo yèeshemou lhashem vehayah-qètsèph 'aléykhèm ve'al-ah'éykhèm koh tha'asoun velo thèeshamou

Chroniques 2, 19, 10 - Dans toute contestation qui vous sera soumise par vos frères, établis dans leurs villes, relativement à un meurtre, à une loi, à un commandement, à des préceptes et à des ordonnances, vous les éclairerez, afin qu'ils ne se rendent pas coupables envers l'Eternel, et que sa colère n'éclate pas sur vous et sur vos frères. C'est ainsi que vous agirez, et vous ne serez point coupables.

הֲלֹא יְהוָה אֱלֹהֵיכֶם עִמָּכֶם וְהֵנִיחַ לָכֶם מִסָּבִיב כִּי נָתַן בְּיָדִי אֵת יֹשְׁבֵי הָאָרֶץ וְנִכְבְּשָׁה הָאָרֶץ לִפְנֵי יְהוָה וְלִפְנֵי עַמּוֹ

*9

halo hashem élohéykhèm 'immakhèm vehéniyah' lakhèm missssaviyv kiy nathan beyadiy éth yoshevéy haarèts venikhebeshah haarèts liphenéy hashem veliphenéy 'ammo

Chronique 1-22-18 L'Eternel, votre Dieu, n'est-il pas avec vous, et ne vous a-t-il pas donné du repos de tous côtés? Car il a livré entre mes mains les habitants du pays, et le pays est assujetti devant l'Eternel et devant son peuple.

כִּי־הַגּוֹי וְהַמַּמְלָכָה אֲשֶׁר לֹא־יַעַבְדוּךְ יֹאבֵדוּ וְהַגּוֹיִם חָרֹב יֶחֱרָבוּ

*11

iy-haggoy vehammamelakhah ashèr lo-ya'avedoukhe yovédou vehaggoyim h'arov yèh'éravou

Isaïe 60-12 Car la nation et le royaume qui ne te serviront pas périront, Ces nations-là seront exterminées.

וְעַתָּה שְׁמָעוּנִי וְהָשִׁיבוּ הַשִּׁבְיָה אֲשֶׁר שְׁבִיתֶם מֵאֲחֵיכֶם כִּי חֲרוֹן אַף־יְהוָה עֲלֵיכֶם

*8

ve'atthah shema'ouniy vehashiyvou hashiveyah ashèr sheviythèm méah'éykhèm kiy h'aron aph-hashem 'aléykhèm

Chroniques 2-28  Ecoutez-moi donc, et renvoyez ces captifs que vous avez faits parmi vos frères; car la colère ardente de l'Eternel est sur vous.

Jésus-Christ, يسوع المسيح Yasoui al Masih dans son enseignement à travers les évangiles, définit la paternité de Dieu comme l'élément essentiel de Dieu avec l'Amour*. Cette paternité de Dieu est particulière pour Jésus qui a une filiation particulière avec lui, mais il montre aussi que les chrétiens sont appelés à une paternité adoptive par lui. Les enseignements de Jésus sur la paternité de Dieu montrent que cette paternité est ouverte à tous les hommes, bons comme méchants.

* L'amour de Dieu est le point de départ et le cœur du message des Prophètes Missionnés par Dieu; ce à quoi il a appelé les hommes:

Sourate 3 آل عمران āli ʿImrān, la famille d’Imran, verset 31

Proclamée pendant la période Médinoise, qui occupe la 89è place dans l'ordre chronologique.

قُلْ إِن كُنتُمْ تُحِبُّونَ اللّهَ فَاتَّبِعُونِي يُحْبِبْكُمُ اللّهُ وَيَغْفِرْ لَكُمْ ذُنُوبَكُمْ وَاللّهُ غَفُورٌ رَّحِيمٌ

Dis-leur : «Si vous aimez Dieu réellement, suivez-moi et Dieu vous aimera et vous pardonnera vos péchés. Dieu est Indulgent et Miséricordieux.»

Qoul in kountoum touhibbouna Allah faittabiAouni youhbibkoumou Allahou wa yaghfir lakoum thounoubakoum wa Allahou ghafourun rahimoun

sourate  45الجاثية  al-Jāṯiya, L’Agenouillée  verset 20.

Proclamée pendant la période Mecquoise, qui occupe la 65è place dans l’ordre chronologique.

هَذَا بَصَائِرُ لِلنَّاسِ وَهُدًى وَرَحْمَةٌ لِّقَوْمِ يُوقِنُونَ

Ceci  « le Coran » est une source de lumière pour les hommes, un guide et une Miséricorde  « de Dieu » pour les gens qui croient avec certitude « qui ont la foi ».

Hatha basairou lilnasi wa houdan wa Rahmatoun liqawmin youqinoun

sourate 19 مريم Maryam Marie, verset 96

Proclamée pendant la période Mecquoise, qui occupe la 44è place dans l'ordre chronologique.

إِنَّ الَّذِينَ آمَنُوا وَعَمِلُوا الصَّالِحَاتِ سَيَجْعَلُ لَهُمُ الرَّحْمَنُ وُدّاً

Ceux qui auront cru et accompli de bonnes œuvres, le Miséricordieux sera pour eux Plein de sollicitude.

Inna allathin’ amanou wa Aamilou al salihati sayajAalou lahoumou al Rahmanou wouddan

Les mystiques musulmans, appelés soufis, صوفية (cheminement vers la connaissance de Dieu تصوف, tassawuf) accordent beaucoup d'importance à célébrer l'Amour de Dieu. 

Rappel

Le Coran raconte, en plusieurs passages, le prodige de la naissance virginale.  de Jésus, créé par l’impératif divin : « Sois ! كُنْ  kouna «كُنْ فَيَكُونُ Soit et c’est ! », et conçu par le souffle de Dieu  رُوحٌ Roûh'

sourate 36 يس  Yā Sīn verset 82

Proclamée pendant la période Mecquoise, qui occupe la 41è place dans l'ordre chronologique.

إِنَّمَا أَمْرُهُ إِذَا أَرَادَ شَيْئاً أَنْ يَقُولَ لَهُ كُنْ فَيَكُونُ

Quand Il veut une chose, il n'est pour Lui que de dire : “Sois! et la chose est.»

 Innama amrouhou itha arada shay-an an yaqoula lahou koun fayakounou

* (selon laquelle Marie مريم Maryam a conçu le Christ tout en restant vierge « état d'une personne n'ayant jamais eu de relations sexuelles »

Sourate 3 آل عمران āli ʿImrān, la famille d’Imran, versets 37 et 42 « soit كُنْ  kouna »

Proclamée pendant la période Médinoise, qui occupe la 89è place dans l'ordre chronologique.

فَتَقَبَّلَهَا رَبُّهَا بِقَبُولٍ حَسَنٍ وَأَنبَتَهَا نَبَاتاً حَسَناً وَكَفَّلَهَا زَكَرِيَّا كُلَّمَا دَخَلَ عَلَيْهَا زَكَرِيَّا الْمِحْرَابَ وَجَدَ عِندَهَا رِزْقاً قَالَ يَا مَرْيَمُ أَنَّى لَكِ هَـذَا قَالَتْ هُوَ مِنْ عِندِ اللّهِ إنَّ اللّهَ يَرْزُقُ مَن يَشَاءُ بِغَيْرِ حِسَابٍ

37. Dieu reçut la petite fille en Sa grâce, lui assura une croissance heureuse et en confia la garde à Zacharie. Or, chaque fois que Zacharie allait la voir au temple, il trouvait auprès d'elle de la nourriture, et il lui demandait : «Ô Marie ! D'où cela te vient-il?» Et elle lui répondait : «Cela vient de Dieu, car Dieu donne Ses biens à qui Il veut sans compter.»

Fataqabbalaha Rabbouha biqaboulin hasanin wa anbataha nabatan hasanan wa kaffalaha Zakariyya koullama dakhala Aalayha Zakariyya al mihraba wa jada Aindaha rizqan qala Ya Maryamou anna laki hatha qalat houwa min Aindi Allahi inna Allaha yarzouqou man yashaou bighayri hisabin.

وَإِذْ قَالَتِ الْمَلاَئِكَةُ يَا مَرْيَمُ إِنَّ اللّهَ اصْطَفَاكِ وَطَهَّرَكِ وَاصْطَفَاكِ عَلَى نِسَاء الْعَالَمِينَ

42. Et les anges de dire : «Ô Marie ! Dieu, en vérité, t'a choisie, t'a purifiée et t'a préférée à toutes les femmes de l'Univers.

Wa-ith qalati al malaikatuu Ya Maryamou inna Allah istafaki wa tahharaki wa istafaki Aala nisa-i a alamin’

 

Sourate 19 مريم Maryam Marie, verset 20

Proclamée pendant la période Mecquoise, qui occupet la 44è place dans l'ordre chronologique.

قَالَتْ أَنَّى يَكُونُ لِي غُلَامٌ وَلَمْ يَمْسَسْنِي بَشَرٌ وَلَمْ أَكُ بَغِيّاً

20. – «Comment, s'étonna-t-elle, pourrais-je avoir un enfant alors qu'aucun être humain ne m'a jamais touchée et que je n'ai jamais été une femme de mœurs légères?»

Qalat anna yakounou li ghulamoun wa lam yamsasni basharoun wa lam akou baghiyyan

sourate 21 الأنبياء Anbiyāʾ Les prophètes,  verset 91 

Proclamée pendant la période Mecquoise qui occupe la 73è place dans l'ordre chronologique.

وَالَّتِي أَحْصَنَتْ فَرْجَهَا فَنَفَخْنَا فِيهَا مِن رُّوحِنَا وَجَعَلْنَاهَا وَابْنَهَا آيَةً لِّلْعَالَمِينَ

Rappelle-toi enfin celle qui avait préservé sa chasteté, et en qui Nous avons soufflé de Notre esprit, faisant d'elle ainsi que de son fils un miracle pour l'Univers.

Wa allati ahsanat farjaha fanafakhna fiha min rouhina wa jaAalnaha wa ibnaha ayatan lilAalamin’

sourate 66 التحريم at-taḥrīm, l’Interdiction au verset 12

Proclamée pendant la période Médinoise, qui occupe la 107è place dans l'ordre chronologique.

وَمَرْيَمَ ابْنَتَ عِمْرَانَ الَّتِي أَحْصَنَتْ فَرْجَهَا فَنَفَخْنَا فِيهِ مِن رُّوحِنَا وَصَدَّقَتْ بِكَلِمَاتِ رَبِّهَا وَكُتُبِهِ وَكَانَتْ مِنَ الْقَانِتِينَ

Et Il leur propose aussi l'exemple de Marie, fille d'Imrân, qui sut préserver sa chasteté et en qui Nous avons insufflé une parcelle de Notre Esprit. Elle avait cru aux paroles de son Seigneur et à Ses Écritures. Elle fut du nombre des vertueuses.

Wa Maryama ibnata Imrana allati ahsanat farjaha fanafakhna fihi min Rouhina wa saddaqat bikalimati Rabbiha wa Koutoubihi wa kanat mina al qanitina

Dans le Coran, « Le Messie المسيح  al Masih Jésus, fils de Marie, عيسى بن مريم Isaa Ibn Maryam n'est qu'un Messager de Dieu l’Unique, Sa parole qu'Il envoya à Marie مريم Maryam, et un souffle venant de lui »

 Sourate 4, verset171

يَا أَهْلَ الْكِتَابِ لاَ تَغْلُواْ فِي دِينِكُمْ وَلاَ تَقُولُواْ عَلَى اللّهِ إِلاَّ الْحَقِّ إِنَّمَا الْمَسِيحُ عِيسَى ابْنُ مَرْيَمَ رَسُولُ اللّهِ وَكَلِمَتُهُ أَلْقَاهَا إِلَى مَرْيَمَ وَرُوحٌ مِّنْهُ فَآمِنُواْ بِاللّهِ وَرُسُلِهِ وَلاَ تَقُولُواْ ثَلاَثَةٌ انتَهُواْ خَيْراً لَّكُمْ إِنَّمَا اللّهُ إِلَـهٌ وَاحِدٌ سُبْحَانَهُ أَن يَكُونَ لَهُ وَلَدٌ لَّهُ مَا فِي السَّمَاوَات وَمَا فِي الأَرْضِ وَكَفَى بِاللّهِ وَكِيلاً

Ô gens des Écritures ! Ne soyez pas excessifs dans votre religion ! Dites uniquement la vérité sur Dieu ! Le Messie Jésus, fils de Marie, est seulement l'envoyé de Dieu, Son Verbe déposé dans le sein de Marie, un Esprit émanant du Seigneur ! Croyez en Dieu et en Ses prophètes, mais ne parlez pas de Trinité ! Cessez d'en parler dans votre propre intérêt ! Il n'y a qu'un seul Dieu ! Et Il est trop Glorieux pour avoir un fils ! N'est-Il pas le Maître des Cieux et de la Terre? N'est-Il pas suffisant comme Protecteur?

Ya ahla al Kitabi la taghlou fi dinikoum wala taqoulou Aala Allahi illa al haqqa innama al Masihou Aisa ibnou Maryam Rasoulou Allahi wa kalimatouhou al qaha ila Maryam wa Rouhoun minhou faaminou biAllahi wa rousulihi wa la taqoulou thalathatoun intahou khayran lakoum innama Allahou ilahoun wa hidoun soubhanahou an yakouna lahou wa ladoun lahou ma fi al samawati wa ma fi al-ardi wa kafa biAllahi wa kilan.

Jésus Le Messie hébreu מָשִׁיחַ  Mashia', araméen  משיחא Meshi'ha, arabe المسيح  Masih en latin Messias

Évangiles الإِنجِيلَ al-Injil  Jésus parle de  Dieu.

Jean chapitre 17 versets 3 et 4

3-En Grec :Αὕτη δέ ἐστιν ἡ αἰώνιος ζωή, ἵνα γινώσκωσίν σε τὸν μόνον ἀληθινὸν θεόν, καὶ ὃν ἀπέστειλας Ἰησοῦν χριστόν.

3-Haec est autem vita aeterna, ut cognoscant te solum verum Deum et, quem misisti, Iesum Christum

3-Or c'est ici la vie éternelle, qu'ils te connaissent, toi, le seul vrai Dieu, et celui que tu as envoyé, Jésus-Christ.

4- En Grec : γώ σε ἐδόξασα ἐπὶ τῆς γῆς: τὸ ἔργον ἐτελείωσα  ὃ δέδωκάς μοι ἵνα ποιήσω.

Ego te clarificavi super terram; opus consummavi, quod dedisti mihi ut faciam;

4- Je t'ai glorifié sur la terre ; j'ai achevé l'œuvre que tu m'as donnée à faire 

Mathieu chapitre 19 verset 17

En Grec :Ὁ δὲ εἶπεν αὐτῷ, Τί με λέγεις ἀγαθόν; Οὐδεὶς  ἀγαθός, εἰ μὴ εἷς, ὁ θεός. Εἰ δὲ θέλεις εἰσελθεῖν εἰς τὴν ζωήν, τήρησον τὰς ἐντολάς.

En Latin : "Quid me interrogas de bono? Unus est bonus. Si autem vis ad vitam ingredi, serva mandata".

Mais il lui dit : Pourquoi m'interroges-tu sur ce qui est bon ? Un seul est le bon.* Mais si tu veux entrer dans la vie, garde les commandements.

*Οὐδεὶς  ἀγαθός, εἰ μὴ εἷς, ὁ θεός (theós). = O Dieu, ô Dieu, tu veux, le dieu.

Marc chapitre12 verset 32

Καὶ εἶπεν αὐτῷ ὁ γραμματεύς, Καλῶς, διδάσκαλε, ἐπ’ ἀληθείας εἶπας ὅτι εἷς ἐστιν, καὶ οὐκ ἔστιν ἄλλος πλὴν αὐτοῦ:Et ait illi scriba: "Bene, magister, in veritate dixisti quia unus est et non est alius praeter eum,

Et le scribe lui dit : Bien, Maître, tu as dit selon la vérité, qu'il est l'Unique, et qu'il n'y en a point d'autre que lui 

 

L’Envoyé de Dieu رَسُوﻞ الله  Raçūl Allah

Envoyé, apôtre, émissaire.

Traditionnellement, quatre Prophètes ont  reçu des livres Saints:

Envoyé pour guider les enfants d'Israël بني إسرائيل Bani Isra'il qui ont reçu en premier la Révélation Divine, et dont ils s’en sont à divers époques éloignés et égarés les peuples.

1-La Torah توراة‎ Tawrat à Moïse, مُوسَى‎   Musa -Mûsâ ibn 'Imran  موسى بن عمران     Moïse fils d'Imran

Sourate 17 verset 2

وَآتَيْنَا مُوسَى الْكِتَابَ وَجَعَلْنَاهُ هُدًى لِّبَنِي إِسْرَائِيلَ أَلاَّ تَتَّخِذُواْ مِن دُونِي وَكِيلاً

Nous avions donné à Moïse l'Écriture dont Nous avions fait un guide pour les enfants d'Israël, en leur prescrivant : «Ne prenez pas de protecteur en dehors de Moi,

Wa atayna Mousa al kitaba wa jaalnahou houdan li-bani Israïla alla tattakhithou min douni wakilan

 2-Les Psaumes - Louanges زبور‎  le Zabur à David داؤد Dāwūd,

Sourate 2 verset 251

………..Et Dieu lui accorda la royauté et la sagesse, et lui enseigna ce qu’Il voulu………………………………..

……..……………………. وَآتَاهُ اللّهُ الْمُلْكَ وَالْحِكْمَةَ وَعَلَّمَهُ مِمَّا يَشَاءُ ……………………………

Wa atahou Allah al moulka wa al hikmata wa al lamahou mimma yashaou

Sourate 34 verset 10

وَلَقَدْ آتَيْنَا دَاوُودَ مِنَّا فَضْلاً يَا جِبَالُ أَوِّبِي مَعَهُ وَالطَّيْرَ وَأَلَنَّا لَهُ الْحَدِيدَ

David reçut une insigne grâce (une faveur) venant de Notre part : «Ô montagnes, faites résonnance à ses cantiques ainsi que vous les oiseaux!  reproduisez-en aussi les airs !» Et Nous avons rendu le fer malléable entre ses mains

Wa laqad atayna Dawoud minna fadlan ya jibalou awwibi maAahou wa al-tayra wa alanna lahou alhadida

3- Evangile إنجيل‎, l'Injil à Jésus fils de Marie عيسى بن مريمʿĪsā ibn Maryam le nommé aussi Jésus  le Messie عيسى المسيح ʿĪsā al-Masīḥ ʿĪsā est directement créé par la Parole de Dieu « kun كُن Sois » « impératif divin » manifesté par un Esprit  روح‎ Rûh’ de Dieu l’Unique  souffle Divin intemporel insufflé en Marie مريم Maryam

Sourate 3 verset 48

وَيُعَلِّمُهُ الْكِتَابَ وَالْحِكْمَةَ وَالتَّوْرَاةَ وَالإِنجِيلَ

Dieu lui accordera la science de l'Écriture, de la Sagesse, de  la Thora et de  l'Évangile.

Wa youallimouhou al kitaba wa al hikmata wa al Tawrat wa al-Injil.

Sourate 3 verset 59

.إِنَّ مَثَلَ عِيسَى عِندَ اللّهِ كَمَثَلِ آدَمَ خَلَقَهُ مِن تُرَابٍ ثِمَّ قَالَ لَهُ كُن فَيَكُونُ

Pour Dieu, l'origine de Jésus est similaire à celle d'Adam. Dieu l'a créé d'argile, puis lui a dit : «Sois!» et il fut.

Inna mathala AAeesa AAinda Allahi kamathali adama khalaqahu min turabin thumma qala lahu kun fa yakoun

 

Jésus fils de Marie fils de Marie عيسى بن مريم‎ est  envoyé comme ses Pieux Annonciateurs pour guider et rappeler à l’ordre les Enfants d'Israël بني إسرائيل banī isrā'īl.

4- le  Saint Coran القرآنal-Qurʾān à Muhammad مُـحَـمَّـد  le Digne de confiance الامين al-Amin

 Ces prophètes sont considérés comme des "Messagers" ou  Rasūl رسول, pluriel. رسل  rusul apportant La Révélation Majeure. On utilise souvent le terme pour parler des Prophètes ayant reçu la Révélation sous la forme d'une écriture. Les Rusul législateurs sont :

  • Adam آدم  Adam
  • Noé نوح  nûh 
  • Abraham إبراهيم Ibra'him
  • Moïse  موسى  Moussa
  • Jésus fils de Marie عيسى بن مريم ʿĪsā ou Issa ibn Mayriam
  • Mohammed  مُـحَـمَّـد Muhammad

Les Prophètes auxquels le Saint Coran attribue la dignité de Rasoūl sont au nombre de neuf :

  • Noé نوح    Nûh 
  • Loth لوط   Lūṭ
  • Ismaël إسماعيل  Ismāʿīl
  • Moïse  موسى  Moussa
  • Jethro يثرون  yatrūn  Le Saint Coran le nomme Shu`ayb  شعيب
  • Eber  عبر, Aber
  • Shélah صالح Salih
  • Jésus fils de Marie عيسى بن مريم ʿĪsā ou Issa ibn Mayriam
  • Mouhammed  مُـحَـمَّـد Muhammad  Le dernier des Prophètes, le Sceau des Prophètes خاتم النبيين‎, khātam an-nabīyīn; خاتم الأنبياء‎; or Khātim al-Anbiyā’

Le premier des apôtres qui transmettent un Message أولي العزم من الرسل Ule al A'zim men al Rusul

Nabiyy  نبي‎ pl. anbiyaa' أنبياء

Sourate 3 verset 14

وَمَا مُحَمَّدٌ إِلاَّ رَسُولٌ قَدْ خَلَتْ مِن قَبْلِهِ الرُّسُلُ أَفَإِن مَّاتَ أَوْ قُتِلَ انقَلَبْتُمْ عَلَى أَعْقَابِكُمْ وَمَن يَنقَلِبْ عَلَىَ عَقِبَيْهِ فَلَن يَضُرَّ اللّهَ شَيْئاً وَسَيَجْزِي اللّهُ الشَّاكِرِينَ

Muhammad n'est qu'un Prophète parmi tant d'autres qui sont passés avant lui. Seriez-vous hommes à abandonner le combat, s'il venait à mourir ou à être tué? Ceux qui abandonnent le combat ne nuisent en rien à Dieu. Mais Dieu saura récompenser ceux qui sont reconnaissants.

Wama Muhammadun illa Rasoulun qad khalat min qablihi al Rousoulou afa-in mata aw qoutila inqalabtoum Aala aAqabikoum wa man yanqalib Aala Aaqibayhi falan yadourra Allaha shay-an wa sayajzi Allahou al shakirina

Sourate 33 verset 40 according to Hafs 'an 'Asim is as follows:

مَّا كَانَ مُحَمَّدٌ أَبَا أَحَدٍ مِّن رِّجَالِكُمْ وَلَكِن رَّسُولَ اللَّهِ وَخَاتَمَ النَّبِيِّينَ وَكَانَ اللَّهُ بِكُلِّ شَيْءٍ عَلِيماً

Non, Muhammad n'est le père d'aucun homme d'entre vous, mais il est l'Envoyé de Dieu et le sceau des Prophètes. Dieu est au courant de tout.

Mā kāna muhammadun abā ahadin min rijālikoum wa lākin Rasoūla Allahi wa khātama al Nabīyīna wa kana Allāhou bikoulli shay-in ‘alīmā.

 

Certains estiment que le Coran a été révélé en sept variantes (en sept lettres) qui tiennent compte des différents dialectes arabes, afin de faciliter l'accès du Coran aux tribus qui ne parlaient pas le dialecte de Quraysh قريش, tribu de Muhammad.

Les différences de lecture font l’objet d’études attentives, origine qui remonte au prophète Muhammad  lui-même.

أن النبي صلى الله عليه وسلم كان عند أضاة  قال:أحرف سبعة

'ana alnabia sala Allah alayh wa salam kan eind 'adat qal: ahruf sba

Le Prophète (paix et bénédictions d'Allah soient sur lui) disait: "Les sept lettres"

قيل الأحرف السبعة هي سبع لغات متفرقة في القرآن كله وهى لغات قبائل من العرب على معنى أن بعض القرآن نزل بلغة قريش وبعضه بلغة كنانة وبعضه بلغة أسد وبعضه بلغة هذيل وبعضه بلغة تميم وبعضه بلغة قيس عيلان وبعضه بلغة أهل اليمن،

On dit que les sept lettres sont sept langues différentes dans le Coran, les langues des tribus des Arabes, la langue de Quraish et la langue de Kenana, la langue d'Assad, la langue de la Hail, la langue Tamim, la langue Qais Eilan et la langue du peuple du Yémen.

qil al ahruf al sabeat hi sba lighat moutafariqat fi alquran klh waha lghat qabayil min alearab ‘laa ma’naa 'ana bed al Qu’ran nazal biloughat Quraysh wa bedh biloughat Kinanat wa bedih biloughat 'Assad wa baedih biloughat Hail wa baedih biloughat Tamim wa baedih biloughat Qais Eilan wa bedih biloughat 'ahl al Yaman

قيل: الأحرف السبعة هي سبعة أوجه، هي الأمر والنهى والوعد والوعيد والجدل والقصص والأمثال، أو هي: الأمر والنهي والحلال والحرام والمحكم والمتشابه والأمثال

Il est dit: Les sept lettres sont sept aspects, à savoir le commandement, l'interdiction, la promesse, l'avertissement, le débat, les histoires et les dictons, ou le commandement, l'interdiction, le halal, le haram, l'arbitre, les similitudes et les proverbes.

qil: al'ahruf al sabeat hi sbet 'awjah, hi al'amr wa al nahaa wa al waed wa al wa aeid wa al jadl wa al qousas wa al'amthalu, 'aw hay: al'amr wa alnahiou wa alhilal wa al haram wa al mahkam wa al moutashabouh wa al'amthal.

La lecture orientale, plus répandue, est appelée "lecture de Koufa" قراءة الكوفـة, qara'at al Koufa, la lecture  occidentale est dite "lecture de Médine" قراءة المدينة  qara'at al Madina.

Omar ibn ul-Khattâb raconte ainsi :


"عن عمر بن الخطاب، قال: سمعت هشام بن حكيم بن حزام، يقرأ سورة الفرقان في حياة رسول الله صلى الله عليه وسلم، فاستمعت لقراءته، فإذا هو يقرأ على حروف كثيرة، لم يقرئنيها رسول الله صلى الله عليه وسلم، فكدت أساوره في الصلاة، فتصبرت حتى سلم، فلببته بردائه، فقلت: من أقرأك هذه السورة التي سمعتك تقرأ؟ قال: أقرأنيها رسول الله صلى الله عليه وسلم، فقلت: كذبت، فإن رسول الله صلى الله عليه وسلم قد أقرأنيها على غير ما قرأت، فانطلقت به أقوده إلى رسول الله صلى الله عليه وسلم، فقلت: إني سمعت هذا يقرأ بسورة الفرقان على حروف لم تقرئنيها، فقال رسول الله صلى الله عليه وسلم: "أرسله، اقرأ يا هشام." فقرأ عليه القراءة التي سمعته يقرأ، فقال رسول الله صلى الله عليه وسلم: "كذلك أنزلت!" ثم قال: "اقرأ يا عمر." فقرأت القراءة التي أقرأني، فقال رسول الله صلى الله عليه وسلم: "كذلك أنزلت! إن هذا القرآن أنزل على سبعة أحرف، فاقرءوا ما تيسر منه

"Un jour, lors du vivant du Prophète, j'entendis Hishâm ibn Hakîm réciter la sourate al-Furqân. Alors que j'écoutais attentivement sa récitation, je m'aperçus qu'il la faisait avec certaines lettres autres que celles que le Prophète m'avait enseignées. J'étais sur le point de l'interpeller pendant sa prière même, mais je me retins et attendis qu'il la termine. Je le pris alors par son vêtement et lui dis : "Qui donc t'a enseigné ainsi la sourate que je t'ai entendu réciter ? - C'est le Prophète, me répondit-il. - Tu mens, lui répliquai-je, car il me l'a enseignée avec des lettres différentes que certaines de celles dont que tu viens de réciter.

Je l'emmenai alors auprès du Prophète et exposai à celui-ci le problème : "J'ai entendu cet homme réciter la sourate al-Furqân et y réciter certaines lettres autres que celles que tu m'as enseignées.

- Lâche-le" me dit le Prophète. Puis, se tournant vers Hishâm, il lui dit : "Récite, Hishâm."

Hishâm récita alors la sourate de la même manière qu'il l'avait fait auparavant. Le Prophète dit alors : "Ainsi cette sourate est elle descendue !"

Puis il me dit : "Récite, toi, Umar." Je le fis alors selon la façon que lui-même m'avait enseignée. Il dit également : "Ainsi cette sourate est elle descendue !"

Puis il dit : "Ce Coran a été descendu avec sept haruf (sept caractères). Récitez donc celle qui est facile pour vous" (Rapporté par al-Bukhârî, n° 4706)

an eumr bin al khitabi, qalan: samiet Hisham bin Hakim bin hazaman, yaqra surat al Furqan fi hayat Rasul Allah sala Allah alayh wa salima, fastamiet liqara'atih, fa'iidha hu yaqra ala’ hourouf kathiratin, lm youqaraynayha Rasoul Allah sala Allah alayh wa saliman, fakadt 'asawirouh fi al salati, fatasabarat hataa soulman, falababath biradayihi, faqulata: min 'aqra'ak hadhih al souwrat alt y samietuk taqra'a? qala: 'aqraniha Rasoul Allah sala Allah alayh wa salima, faqoulata: kadhabtan, fa'iina Rasoul Allah sala allah alayh wa salam qad 'aqraniha ala’ ghyr ma qarata, fantaliqat bih 'ouqoudouh 'iilaa Rasoul Allah sala Allah alayh wa salima, faqoulata: 'iiniy samiet hdha yaqra bisourat al Fourqan ala’ hourouf lma taqrayniha, faqal Rasoul Allah sala Allah alayh wa salama: "arsoulaha, aqra ya houshama." faqara alayh al qira'at alty soum’atih yaqra'ou, faqal Rasoul Allah sala Allah alayh wa salama: "kdhoulik 'anzilta!" thouma qala: "aqara ya amra." faqara'at al qira'at alty 'aqarani, faqal Rasoul Allah sala Allah alayh wa salama: "kdhilik 'anzilata! 'iina hdha al Quran 'unzil ala’ sabat 'ahrafan, faqra'ou ma tayasar minh

Autre version :Malik Ibn Anas a rapporté que le deuxième calife Rashidun Umar Ibn al-Khattab a dit: "J'ai entendu Hisham Ibn Hakim Ibn Hizam lire Surat Al-Furqan d'une manière différente de celle que j'avais l'habitude de lire, et le Prophète lui-même avait lu En conséquence, dès que je l'ai entendu, j'ai voulu le saisir, mais je lui ai donné un répit jusqu'à ce qu'il ait fini la prière, puis j'ai saisi sa cape et je l'ai traîné vers le Prophète. à lui: "J'ai entendu cette personne [Hisham Ibn Hakim Ibn Hizam] lire la Sourate Al Furqan  « 25 الفرقان, "Le critère" » d'une manière différente de celle que vous m'aviez lue." Le Prophète a dit: "Laissez-le tranquille [O 'Umar]. "Alors il a dit à Hisham:" Lisez-le [.] "[Umar a dit:]" Il l'a lu de la même manière qu'il avait fait avant moi. "[A cela,] le Prophète a dit:" Il a été révélé ainsi "Alors le Prophète m'a demandé de le lire, alors je l'ai lu, [il a dit]:" Cela a été révélé ainsi: ce Coran a été révélé dans sept Ahruf. vous trouvez facile parmi eux. « traduction rapprochée »

Malik Ibn Anas, مالك بن أنس‎ Muwatta, الموطأ‎ vol. 1 (Egypt: Dar Ahya al-Turath, n.d.), 201, (no. 473).

عن عبد الله، أنه سمع رجلا يقرأ آية سمع النبي صلى الله عليه وسلم خلافها، فأخذت بيده، فانطلقت به إلى

النبي صلى الله عليه وسلم فقال: "كلاكما محسن فاقرآ"؛ أكبر علمي قال: "فإن من كان قبلكم اختلفوا فأهلكوا 

Abdullâh ibn Mas'ûd raconte avoir entendu quelqu'un réciter un verset d'une façon divergente de celle dont il avait entendu le Prophète (que Dieu le bénisse et le salue) le faire. "Je pris alors sa main et le conduisis auprès du Prophète. Celui-ci dit : "Chacun de vous deux récite bien. Continuez donc à réciter (ainsi). Ceux qui étaient avant vous se sont divisés et se sont alors perdus" (al-Bukhârî, 3289, 4775).

an abd Allah, 'anah sumie rajoulaan yaqra ayatan sumie al Nabi’ sala Allah alayh wa salam khilafaha, fa'akhadht biadaha, fantalaqat bih 'iila’

 

Al Nabi’ sala Allah alayh wa salam faqala: "klakouma mouhsin faqra"; 'akbar ‘ilmiin qalan: "fa'iin man kan qablikoum akhtalafou fa'ouhlikou

 

À part la révélation du Coran en sept lettres, les sources musulmanes parlent de différentes lectures du Coran. Ces lectures قراءات  qara'at seraient dues au fait que l'écriture initiale du Coran était difficile à déchiffrer sans l'aide de ceux qui ont mémorisé le Coran. On a admis ainsi quatorze lectures attribuées à des lecteurs au bénéfice d'une chaîne de garants remontant aux compagnons de Muhammad. L'édition de l'Azhar, la plus répandue de nos jours, a favorisé celle de "lecture de Hafs" قراءة حفص, qara'at Hafs, telle que transmise par ʿĀṣim ibn al-Kūfī  عاصم بن الکوفي  661-745.C'est cette lecture qui sert de base pour le texte du Coran que nous publions ici. L'édition tunisienne du Coran suit la lecture de Nafiʿ al-Madani نافع المدني, nāfiʿ al-madanī, 689 -785, telle que rapportée par Qalun, alors que l'édition marocaine du Coran suit la lecture de Nafi', telle que rapporté par la lecture de Warch" قراءة ورش qara'at Warsh. Ces variantes, selon la doctrine islamique unanime, appartiennent à la révélation. À part leur valeur religieuse, elles fournissent des informations importantes sur la manière de prononcer l'arabe par les différentes tribus, et constituent un moyen pour comprendre un texte coranique qui originairement était sans points et sans accents. Elles ont aussi des conséquences juridiques lorsqu'elles touchent des passages normatifs

La récitation du Coran peut être faite selon de légères variantes al-qirâ'ât القراءات  lectures ou al-ahruf الأحرف les caractères, liées à la lexicologie, à la morphologie, à la syntaxe, etc., qui n'influent en rien sur le sens global du texte.

La différence entre les lectures tient avant tout à la psalmodie ترتيل tartil, la manière de lire, de prononcer, comme par exemple la forme conjuguée "ils croient", qui peut aussi bien se prononcer, en arabe, youminoûn يؤمنون que yoûminoûn يومنون. (Ils croient – les croyants) C’est d’ailleurs pour cela que l’on parle de "lecture".

Sourate 87 versets 6 et 7

.سَنُقْرِؤُكَ فَلَا تَنسَى

6-Nous t'enseignerons le Coran (la Récitation) «  ô Muhammad » dont tu n'oublieras

Sanouqri-ouka fala tansa

إِلَّا مَا شَاء اللَّهُ إِنَّهُ يَعْلَمُ الْجَهْرَ وَمَا يَخْفَى

7-Sauf ce qu'il plaira à Dieu que tu oublies, car Il connaît ce qui est apparent et ce qui est caché.

Illa ma shaa Allahou innahou yaAlamou alj ahra wa ma yakhfa

 Sourate 75 versets16 à 19

لَا تُحَرِّكْ بِهِ لِسَانَكَ لِتَعْجَلَ بِهِ

16. N'essaie pas, Prophète, de répéter  (le Coran avec ta langue) sur-le-champ tout verset qui t'est révélé (pour hâter sa révélation) dans ton impatience de le retenir !

La touharrik bihi lisanaka litaAjala bihi

إِنَّ عَلَيْنَا جَمْعَهُ وَقُرْآنَهُ

17. C'est à Nous qu'il appartient de te l'apprendre et de t'en faciliter la lecture.

Inna Aalayna jamAahou wa Qu’ranahu

فَإِذَا قَرَأْنَاهُ فَاتَّبِعْ قُرْآنَهُ

18. Au fur et à mesure que Nous l'énoncerons, suis-en la récitation

Fa-itha qaranahou faittabiA Qu’ranahu

ثُمَّ إِنَّ عَلَيْنَا بَيَانَهُ

19. et ce sera à Nous, ensuite, de t'en éclairer le sens !

Thoumma inna Aalayna bayanahou

La récitation psalmodiée du  Saint Coran selon Warch 'an Naafi' ورش عن نافع diffère de celle de Hafs 'an Asim  حفص عن عاصم sur le plan orthographique. La majorité des différences n'affectent pas la signification. Pourtant, dans certains cas, les différences changent les implications du verset. Dans le verset 2:184 Hafs  حفص récite le verset comme étant "... une rançon [en tant que substitut] pour nourrir une personne pauvre...". Tandis que la lecture selon Warsh ورش est "... une rançon [en tant que substitut] de nourrir les gens pauvres..." Les autres variantes orthographiques :

 

رواية ورش عن نافع Warch

رواية حفص عن عاصم

Hafs

Ḥafs حفص

Warch ورش

Sourate et verset

يَعْمَلُونَ

ya'malouna

تَعْمَلُونَ

ta'maluna

tu fais

vous faites

2-Al-Baqara البقرة

La Vache v:85

وًأَوْصّى

wa'awssaa

وَوَصَّى

wawassaa)

enjoint

recommandé

2-Al-Baqara البقرة

 La Vache v:132

سَارِعُوا

saari'ou

وَسَارِعُوا

Wa saari'ou

Et concourez

Concourez

3-Ali 'imran آل عمران

La famille d'Imran

 v:133

مَا تَنَزَّلُ

ma tanazzalou

مَا نُنَزِّلُ

ma nounazzilou

nous ne faisons descendre...

ils ne descendent pas...

15-Al-Ḥijr الحجر

La vallée des pierres v:8

قُل

qoul

قَالَ

qal

il dit

dit!

21-Al-Anbiyā' الأنبياء

Les Prophètes v:4

كَثِيرًا

kathiran

كَبِيرًا

kabiran

grands

beaucoup

33-Al-Aḥzāb الأحزاب

Les coalisés v:68

بِمَا

bima

فَبِمَا

fabima

Alors du fait de

en ce

42-Al-Shura الشورى

La consultation v:30

نُدْخِلْهُ

noudķilhou

يُدْخِلْهُ

youdķilhou

il le fera entrer

nous le faisons entrer

48-Al-Fatḥ الفتح

La victoire éclatante v:17

Une autre différence majeure entre la récitation de Hafs حفص et de Warh ورش du Coran est la prononciation des mots. Les Corans modernes ont des signes diacritiques (du grec διακριτικός / diakritikós, « qui distingue » «le mot») connus sous le nom de Tashkil تَشْكِيل et, dans certains cas, prononcer le mot différemment pourrait impliquer une signification différente. Voici quelques exemples:

رواية ورش عن نافع (Warch)

رواية حفص عن عاصم (Hafs)

Ḥafs

Warch

Sourate et verset

مَلِكِ

malik

مَالِكِ

malek

Propriétaire

Roi

1-Al-Fatihah الفاتحة L'ouverture v:4 (selon Hafs v:3 selon Warsh

يٌكَذّبُونَ

yukadhdhibououna

يَكْذِبُونَ

 yakdhibououna

ils mentent

Ils ont été mentir à (ou) ils nient

2-Al-Baqara البقرة

La Vachev:10 selon Hafs:v9selon Warsh

قُتِلَ

qoutil

قَاتَلَ

qatal

Et beaucoup de prophètes se sont battus

Et plus d'un prophète a été tué

3-Ali 'imran آل عمران

La famille d'Imran v:146

سَاحِرَانِ

sahiran

سِحْرَانِ

sihran

Deux œuvres de magie

deux magiciens

28-Al-Qasas القصص

Le Récit v:48

 

 

 

Les lectures du Coran, ou Qirâ'ât قراءات القرآن qara'at al Qu’ran, sont les méthodes de récitation du Coran. Traditionnellement, il existe 10 écoles de lecture du Coran, chacune portant le nom de son  fondateur.

Les sept Lecteurs قارئ Qari

1-Nafiʿ ibn Abdurrahman ibn abi Nuʿaym Al-Laithi Al-Kinânî نافع بن عبد الرحمن بن أبي نُعيم الليثي الكناني,

 Connu par Nafiʿ al-Madani نافع المدني, 70/689 169/785

2-Ibn Kathir al-Makki  إبن كثير المكي 45/665-120/738

3-Abu Amr Ibn al-Alâ' أبو عمرو بن العلاء 68/689 -154/ 770

4-‘Abdullah Ibn ‘Amir Ibn Yazid Ibn Tamim Ibn Rabi‘ah al-Yahsibi   عبدالله بن عامر بن يزيد بن تميم بن ربيعة اليحصبي Connu par Ibn Amir ad-Dimashqi ابن عامر الشامي 21 -118/736

5-ʿĀṣim b. Bahdala Abi l-Najūd al-Asadī al-Kūfī عاصم بن بهدلة أبي النَّجُود الأسدي الکوفي;

661 -. 127/744 ou 128/745

6-Abu 'Ammar Hamzah bin Habib bin 'Imarah bin Isma'il al-Kufi أبو عمار حمزة بن حبيب بن عمارة بن إسماعيل الكوفي

80-156/772

7-Abu al-Hasan, ‘Ali Ibn Hamzah al-Asadi أبو الحسن علي بن حمزة الكسائي  connu par Al-Kisa'i الكسائي

119 / 737 - 189 /805

Les emprunts lexicaux dans le Coran

L’ouvrage d’Arthur Jeffery, The Foreign Vocabulary of the Qur’ān, Baroda,* (1938) est le dernier à traiter exhaustivement des emprunts lexicaux coraniques. Ce lexique des 275 mots étrangers du Coran, en dehors des noms propres, reprend des travaux datant d’une époque où les emprunts lexicaux étaient au cœur des préoccupations des orientalistes dans leurs quêtes des origines de l’islam.

https://archive.org/details/foreignvocabular030753mbp

 

Les origines de la science linguistique: le Coran

L’emprunt « (les) mots étrangers  » la grammaire de la langue réceptrice ; les « calques  », les « mots culturels » ont transmis par traduction du terme d’une langue source dans la langue cible ; les «  ré-emprunts  » : un mot peut être ré-emprunté par une même langue source. 3- Selon leur appartenance ou non au groupe sémitique : les «  emprunts externes  » au sémitique ; les «  emprunts internes  ». , est un processus qui consiste à prendre un mot ou une unité linguistique dans une langue source pour l’utiliser dans une langue cible. L’emprunt est dit «  lexical  » quand il se limite à un mot. Un emprunt n’est jamais transféré sans subir quelques changements. Au niveau phonologique, il s’adapte à la langue d’accueil. Au niveau sémantique, il n’est pas rare que le signifié emprunté voit son champ d’application se limiter, car l’emprunteur lui-même peut ignorer certains usages du mot et ne retenir que ceux dont il a connaissance. L’emprunt est un phénomène à la fois linguistique et historique. Linguistique, car l’échange se fait au niveau du langage, et historique, car il est motivé par le contact entre deux communautés. Ce mécanisme procède souvent du bilinguisme, c’est-à-dire d’individus aptes à se servir de deux parlers différents. Mais, parler d’emprunt reste une contre vérité car lorsqu’une langue s’approprie un terme, elle n’a aucune intention de le restituer. Au contraire, elle le prend dans le but de l’imiter, de l’utiliser et de l’intégrer. Mais, malgré ce désir d’intégration, il reste toujours une part d’exotisme chez cet allochtone et c’est ce qui nous permettra de le reconnaître.


L'information dont nous disposons nous permet difficilement de définir avec précision les différents stades de développement des sciences grammaticales et philologiques avant la seconde moitié du second / dernier huitième siècle.
Ceux qui pourraient être considérés comme des précurseurs dans le domaine de la grammaire et de la philologie arabes devinrent célèbres à cause de l'intérêt qu'ils portaient au texte du Coran.
D'abord transmis oralement dans la vie du Prophète, le Qur'an fut ensuite écrit sous forme écrite à l'occasion de la recension effectuée vers le milieu du 7e siècle de notre ère sous le règne du troisième calife, 'Uthman b. Affan. Cependant, le script tel qu'il était alors utilisé n'indiquait que des consonnes, et même ne faisait même pas la distinction entre les lettres consonantiques de forme similaire.
On a donc rapidement ressenti le besoin d'améliorer ce script, notamment en notant les signes de voyelle et les points diacritiques.

Lexicographie arabe

La première apparition d'un intérêt pour le vocabulaire était étroitement liée à une préoccupation concernant le texte coranique.

Cette tâche a été accomplie par des personnalités qui nous ont également été décrites comme ayant été des grammairiens, des hommes comme:

Khalîl Ibn Ahmad Al Farâhîdî  الخليل بن أحمد الفراهيدي  718-791718-791 écrivain et philologue du sud de l'Arabie (actuel Oman)  dans son Kitab al 'Ayn كتاب العين Le livre source (source d'eau dans le désert)  premier dictionnaire jamais écrit pour la langue arabe qui  cherche à clarifier ces mots  à élucider l'origine des mots arabes à l’original sa source. « Les mots ne sont pas rangés par ordre alphabétique, mais selon la phonétique, par rapport à la localisation de la prononciation, du son le plus profond dans la gorge, ayn au plus labial, م mìm », ainsi q’Abū 'l-Aswad al-Du'alī أبو الأسود الدؤلي  16/603–69/689 était le compagnon poète et grammairien de 'Alī ibn Abī Ṭālib علي بن أبي طالب  gendre du Prophète. On lui  attribue l'invention d'un système consistant à placer de gros points colorés au-dessus de certaines lettres pour différencier les consonnes (parce que plusieurs groupes partagent la même forme) et à indiquer des voyelles courtes (parce que les sons ne sont pas indiqués La différenciation résolvant la confusion des lecteurs et expliquant clairement comment lire et écrire les mots arabes. La différenciation consonne est appelée I'jam إِعْجَام ou ou naqt نقت, pointage de consonne. L'indication de voyelle s'appelle tashkil تَشْكِيل diacritiques supplémentaires. Ainsi que Yahya ibn Ya'mur  يحيى بن يعمر  mort 129/746 disciple  d’al Duali, ainsi que Muhammad bin Ahmad Abou Mansour Azhari محمد بن احمد أبو منصور الازهري  (282-370 / 895-981)  qui vivait à l'époque abbasside comme il l'a dit dans al- Qaramatah  القرامطة.  Introduction à son livre    «Raffinement du Language »  تهذيب اللغة  tahdhib al lugha, et«mots étranges utilisés par les juristes»,  غريب الألفاظ التي استعملها الفقهاء  ghurayb al'al faz al ty astemlaha al fqaha'   «Interprétation du Coran»    تفسير القرآن  tafsir al Quran et «avantages transférés»   De l'interprétation de Mazzni » فوائد منقولة من تفسير للمزني  fawayid manqoulat min tafsir lilmizni et d'autres. Au siècle suivant, « La grande référence complète »  المحكم والمحيط الأعظم  al-Hukam wa'l muhitu'l adhim d'Ibn Sida ابن سيده 1007-1066  Aveugle de naissance grammairiens et lexicographe arabe de l'Espagne musulmane al-Muhkam المحكم, dictionnaire de 28 volumes. ses ouvrages ont servi de principales sources à Lisân al-'Arab لسان العرب, la Langue des Arabes, dictionnaire encyclopédique notamment pour les ajouts faits par Ibn Manzûr  ابن منظور  1233-1311 en 1290, et Dictionnaire océanique قاموس المحيط  Al-Qamus Al-Muhit de Fairuzabadi فیروزآبادی 1329–1414 lexicographe compilateur du dictionnaire arabe complet. Le dictionnaire, القاموس  al-Qamous,

Commentaire de Khâlid al-Azharî  خالد الازهري sur l'Adjorroûmîya. الاجرومية

Khalid ibn ʿAbdallah al-Azharī خالد بن عبد الله الأزهري  Zayn al-Dīn زين الدين‎, 1434-1499. Auteur du texte

Muhammad ibn Muḥammad ibn Dāʾūd al-Ṣinhāğī Ibn Ağarrūm. Auteur du texte

Date d'édition :  1723 Sujet :  Grammaire

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b110036040/f4.planchecontact

 

Commentaire de khalid al azhari sur l adjorroumiya

C'est Khalîl Ibn Ahmad Al Farâhîdî  أبو عبد الرحمن ، الخليل بن أحمد الفراهيدي  qui a imaginé le hamza sur les lettres arabes

li-l-H̱alīl ibn Aḥmad al-Farāhīdī ; taḥqīq Mahdī al-Maẖzūmi, Ibrāhīm al-Sāmarrāʾī

للخليل بن أحمد الفراهيدي ; تحقيق مهجي المخزومي - إبراهيم السامرّائي

Il publia le premier dictionnaire d'arabe, le Kitab al-Ayn  كتاب العين‎  « Le livre source »

Kitab al ayn le livre source

Fichier ZIP https://ia601703.us.archive.org/0/items/3in.booksjadid.blogspot.com/16.zip

Kitab al-Ayn  كتاب العين‎  « Le livre source » cherche à élucider l'origine des mots arabes. Les mots ne sont pas rangés par ordre alphabétique, mais selon la phonétique, par rapport à la localisation de la prononciation, du son le plus profond dans la gorge, ayn au plus labial, م mìm.

il rendit explicite, et contribua à généraliser, l'emploi des points diacritiques qui existaient déjà du temps du Prophète,. Voir notamment le papyrus dénommé PERF No. 558 - One of the earliest bilingual Papyrus From 22 Hégire soit 643 .

Papyrus arabe1

Exemple explication d’un mot du Coran

Sourate18 الكهف  ahl Kahf   la Grotte (Caverne)  versets 18 et 22 et du chien (protecteur)

Proclamée pendant la période Mecquoise, qui  occupe la 69è place dans l'ordre chronologique.

Ahl al Kahf l'ange et le chien - أهل الكهف الملاك والكلب 'ahl al kahf al malak wa al kalab

وَتَحْسَبُهُمْ أَيْقَاظاً وَهُمْ رُقُودٌ وَنُقَلِّبُهُمْ ذَاتَ الْيَمِينِ وَذَاتَ الشِّمَالِ وَكَلْبُهُم بَاسِطٌ ذِرَاعَيْهِ بِالْوَصِيدِ لَوِ اطَّلَعْتَ عَلَيْهِمْ لَوَلَّيْتَ مِنْهُمْ فِرَاراً وَلَمُلِئْتَ مِنْهُمْ رُعْباً

18-Et à les voir, tu aurais cru qu'ils étaient éveillés alors qu'en réalité ils dormaient. Nous les retournions tantôt à droite, tantôt à gauche, pendant que leur chien était couché à l'entrée, les pattes allongées. Si tu les avais vus dans cet état, tu aurais certainement pris la fuite, le cœur rempli de crainte.

Wa tahsabouhoum ayqathan wa houm rouqoudoun wa nouqallibouhoum thata al-yamini wa hata al shimali wa kalbouhoum basitoun thiraAayhi bi-al-wasidi lawi ittalaAta Aalayhim lawallayta minhoum firaran wa lamouli/ta minhoum rouAban

 

سَيَقُولُونَ ثَلَاثَةٌ رَّابِعُهُمْ كَلْبُهُمْ وَيَقُولُونَ خَمْسَةٌ سَادِسُهُمْ كَلْبُهُمْ رَجْماً بِالْغَيْبِ وَيَقُولُونَ سَبْعَةٌ وَثَامِنُهُمْ كَلْبُهُمْ قُل رَّبِّي أَعْلَمُ بِعِدَّتِهِم مَّا يَعْلَمُهُمْ إِلَّا قَلِيلٌ فَلَا تُمَارِ فِيهِمْ إِلَّا مِرَاء ظَاهِراً وَلَا تَسْتَفْتِ فِيهِم مِّنْهُمْ أَحَداً

22-On disputera aussi sur leur nombre. «Ils étaient trois, leur chien* étant le quatrième», diront les uns. «Ils étaient cinq, et leur chien le sixième», diront d'autres en conjecturant sur leur mystère. «Ils étaient sept, et leur chien le huitième», affirmeront d'autres encore. Dis-leur : «Mon Seigneur est le mieux Informé de leur nombre, mais il n'en est que peu qui le savent.» Ne pousse pas trop loin la discussion à leur sujet et ne prends l'avis de personne à cet égard.

Sayaqoulouna thalathatoun RabiAouhoum kalbouhoum wa yaqouloun’ khamsatoun sadisouhoum kalbouhoum rajman bi alghaybi wa yaqouloun’ sabAatoun wa thaminouhoum kalbouhoum qoul rabbi aAlamou biAiddatihim ma yaAlamouhoum illa qaliloun fala toumari fihim illa miraan thahiran wa la tastafti fihim minhoum ahadan

*Chien  « protecteur ou gardien »

 

Ce sont les raisons des révélations qui ont poussé pour cette lecture officielle avec le chien

Les « raisons des révélations » ont été écrites avant les signes diacritiques التنقيط  al tanqit et le pointillage التشكيل

 Dans les anciens manuscrits nous savons qu’il n’y avait pas de  ponctuation (pointillage) ni de hamza ئ caractère spécial mis sur certaines lettres de l’alphabet arabe.

L'alphabet arabe écrit la hamza de diverses manières. Sa notation est relativement complexe. La hamza (écrite seule sous la forme "ئ") peut se présenter sans ou avec support, c'est-à-dire : se comporter comme une lettre ou un diacritique. Les règles d'écritures dépendent de la nature de la hamza, de sa place dans le mot, du vocalisme et de la syllabation.

Il existe deux types de hamza : la hamza stable, qui se prononce toujours  et la hamza instable, que l'on ne trouve qu'en début de mot, et qui ne se réalise comme un coup de glotte que si le mot en question est en début de phrase ou se trouve après une pause. Ailleurs dans l'énoncé, la hamza et sa voyelle ne se prononcent pas.

Voir sujet : https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89criture_de_la_hamza

 

Sur le manuscrit de Samarcande  nous voyons le mot kalbouhoum sans pointillage

Manuscrit de samarcande s la caverne kalbouhoum chien protecteur

 

Ce mot peut avoir différentes lectures qira’at. La lecture qui semble la plus proche au texte original est celle d'Abu Omar Zahid, on peut la trouver dans le lexique des lectures (Coraniques) d’Al Khatib

Ce serait plutôt ka' liouhoum car le caractère àlif n’existait pas encore à cette époque  et Zahid à vu le mot ka’liouhoum qui veut signifie protecteur.

l’origine du mot est kalyouhoum : en arabe il y a le mot "kilaa"  الكلي (reins )  une "kilya (rein) protège le sang)

sourate 21 الأنبياء Anbiyāʾ  les Prophètes verset 42

Proclamée pendant la période Mecquoise, qui occupe la 73 è place dans l'ordre chronologique.

قُلْ مَن يَكْلَؤُكُم بِاللَّيْلِ وَالنَّهَارِ مِنَ الرَّحْمَنِ بَلْ هُمْ عَن ذِكْرِ رَبِّهِم مُّعْرِضُونَ

21.42. Dis-leur : «Qui peut vous protéger, de nuit et de jour, des rigueurs du Miséricordieux?» Mais rien n'y fait ! Ils demeurent insensibles au rappel de leur Seigneur.

Qoul man yaklaou koum bi allayli wa al nahari mina al Rahmani bal houm Aan thikri Rabbihim mouAridoun’

Kalyouhoum signifie bien protecteur ou gardien

La racine كلأ apparait 1 fois dans le Coran :

يَكْلَؤُكُم yakla'oukoum كلأ   protéger

Radical : Verbe / Temps : Inaccompli 3ème personne du masculin singulier / + Suffixe : Pronom 2ème personne du masculin pluriel /
Décomposition :     [ يَكْلَؤُ ] + [ كُم
Prononciation :   yakla'oukoum
Racine :كلأ
Lemme (unité autonome constituante du lexique d'une langue)  :يَكْلَؤُ

Principe actif / Sens verbal de la racine :
Définitions :
v.
كَلَءَ، كَلاءَ : diriger ses regards sur une chose à plusieurs reprises, les préserver du mal, protéger, être attentif, veiller sur quelqu'un, toucher à sa fin , arriver à son terme, être différé, remettre à plus tard, donner un coup de fouet à quelqu'un/ abonder en fourrage

Sourate 6 الأنعام al-Anʿām  les Troupeaux verset 93

Proclamée pendant la période Mecquoise, qui occupe la 55e place dans l'ordre chronologique bien que différents versets soit de l'époque médinoise.

وَمَنْ أَظْلَمُ مِمَّنِ افْتَرَى عَلَى اللّهِ كَذِباً أَوْ قَالَ أُوْحِيَ إِلَيَّ وَلَمْ يُوحَ إِلَيْهِ شَيْءٌ وَمَن قَالَ سَأُنزِلُ مِثْلَ مَا أَنَزلَ اللّهُ وَلَوْ تَرَى إِذِ الظَّالِمُونَ فِي غَمَرَاتِ الْمَوْتِ وَالْمَلآئِكَةُ بَاسِطُواْ أَيْدِيهِمْ أَخْرِجُواْ أَنفُسَكُمُ الْيَوْمَ تُجْزَوْنَ عَذَابَ الْهُونِ بِمَا كُنتُمْ تَقُولُونَ عَلَى اللّهِ غَيْرَ الْحَقِّ وَكُنتُمْ عَنْ آيَاتِهِ تَسْتَكْبِرُونَ

Qui est plus injuste que celui qui attribue à Dieu des mensonges, ou qui dit : «Telle chose m'a été révélée», alors que rien ne lui a été révélé, ou qui affirme : «Je suis capable de faire des révélations semblables à celles que Dieu a envoyées»? Ah ! Si tu voyais ces imposteurs dans les affres de la mort, au moment où les anges, les mains tendues vers eux, les presseront de rendre l'âme, en leur disant : «Aujourd'hui, vous allez subir un supplice humiliant pour n'avoir pas dit la vérité sur Dieu et pour avoir traité Ses versets avec hauteur !»

Waman athlamou mimmani iftara Aala Allahi kathiban aw qala ouhiya ilayya wa lam youha ilayhi shay-on wa man qala saonzilou mithla ma anzala Allahou wa law tara ithi al thalimoun’ fee ghamarati al mawti wa al-mala-ikatou basitou aydihim akhrijou anfousakoumou al yawma toujzawna Aathaba al houni bima kountoum taqouloun’ Aala Allahi ghayra al haqqi wa kountoum Aan ayatihi tastakbiroun’

Lexique des lectures coraniques d al khatib

Sources : https://www.youtube.com/watch?v=KBOhLib1hZE

 

Le caractère encyclopédique de ces dictionnaires en a fait de véritables compilations de tout l'héritage légué par des générations successives de lexico-graphistes


Ce dernier est d'ailleurs considéré comme ayant été considéré comme une autorité dans la science des «lectures», c'est-à-dire dans l'activité consistant à transmettre des variantes dans la récitation du Qur'an, à partir d'une chaîne d'informateurs fiables retourner aux Compagnons du Prophète.
Quoi qu'il en soit, le texte du Coran peut être considéré, dans la seconde moitié de la septième et la première moitié du 8è siècle après J.-C., comme le point de départ de nombreuses activités portant à la fois sur l'établissement d'un texte définitif et sur sa récitation correcte avec une justification appropriée pour ce que «lecture» exactement a été adopté. Sans aucun doute, ce sont ces activités qui ont poussé ceux qui s'intéressaient à ces questions à poursuivre l'étude du texte coranique pour faire des observations sur le fonctionnement de la langue arabe elle-même

Un examen Des emprunts lexicaux coraniques dans une perspective linguistique et historique est utile. Quels sont-ils ? D’où viennent-ils ?

Les premières mentions des Arabes datent du 9è siècle avant notre ère, dans des tablettes assyriennes. Traversée par la route de l’encens, l’Arabie est au coeur du commerce international. Le sud de la péninsule possède des richesses, que convoitent d’abord les Égyptiens, grands consommateurs d’encens, et les cités-États du Levant. Les premiers emprunts datent de cette période.


Les grammairiens  entre les grammairiens de Bassora et ceux de Kufa  se sont concentrés comment le langage fonctionnait, Les adeptes des deux «écoles» se sont affrontés à Bagdad.
Ce qui séparait ces savants provenait à peine d'un désaccord fondamental dans leurs approches du langage.
Les différences qui existaient dans leurs méthodes résidaient principalement dans leurs attitudes respectives à l'égard de concepts tels que l'usage et l'analogie.
Les grammairiens de Bassorah accordaient la priorité à l'analogie et regardaient plutôt les inquiétudes concernant les formes d'usage rares.
Ceux de Kufa, cependant, sans rejeter la validité du principe de l'analogie, tendaient plutôt à s'attarder sur des questions d'usage rare.
Loin de considérer les anomalies linguistiques comme des pierres d'achoppement, les érudits du Kufan ​​les ont recherchés et exploités
en tant que points d'argumentation, afin d'élargir et de rendre plus flexible la codification même de l'usage.
Les controverses qui ont surgi à la suite ont permis l'élaboration de données sous une forme qui a été connue comme «les bases de la grammaire».
Comme dans le cas de jqb (jurisprudence), la grammaire était également dotée de règles de méthodologie.
Ces règles se rapportaient principalement à la transmission de ces données linguistiques que les grammairiens et les philologues tenaient à leur compte.
D'autres règles fixaient les conditions dans lesquelles on pouvait avoir recours au principe d'analogie, ou quels étaient les différents arguments permettant la déclaration et la classification de faits différents, avec leur justification pertinente.
Ces règles étaient déduites, pour ainsi dire, du fait (linguistique) et visaient à délimiter les limites que les grammairiens étaient censés observer, à la fois dans leur appréciation des données transmises et dans leur réponse aux controverses auxquelles ces données transmises donnaient augmenter

Principales notions de grammaire arabe
Les œuvres postérieures, reflétant leurs modèles plus anciens, présentaient généralement la grammaire arabe selon la morphologie et la syntaxe.
Le but de la morphologie (tayii était défini comme «la connaissance des mots considérés sous leur aspect fixe», tandis que la syntaxe (nabw) concernait «la connaissance des modahties mobiles d'un mot».
Il serait difficile, dans l'espace limité dont nous disposons ici, d'exposer en détail ce que ces deux branches des sciences grammaticales impliquaient, de sorte que nous ne tenterons ici que le schéma le plus large.

Les données relatives à la phonétique étaient presque toujours présentées dans le cadre de la morphologie, afin d'expliquer les aspects des terminaisons de mots.
Mais même à cet égard, la masse de l'information offerte cependant limitée les moyens d'étude à la disposition de ces grammairiens ont montré un sens aigu de l'observation et un sens perspicace de l'analyse. Les consonnes ont été identifiées avec précision en fonction de leurs points d'articulation: leur ordre énuméré nous donne pour ainsi dire l'ombre de l'image mentale que ces grammairiens tenaient des organes vocaux.
Les consonnes ont donc été classées selon ce qui était désigné sous le nom de «caractéristiques» (&&).
La classification initiale les distinguait entre le majhtlra (clairement proclamé) et le mabmia (chuchoté), que nous pourrions traduire simplement par «exprimé» et «non prononcé». Une deuxième classification les divise entre dad& (dur) et rikbwa (mou), termes qui pourraient être définis comme correspondant à des consonnes «plosives» et «fricatives».
Des notions exactes sont également trouvées concernant la longueur de la voyelle ou les changements de hauteur vocalique.
Toutes ces données ont été utilisées pour expliquer diverses occurrences se rapportant à la phonétique de la combinaison, notamment celles traitant de l'assimilation partielle ou totale, ou, au contraire, de la dissimilation

Les emprunts lexicaux se classent en deux catégories : les emprunts antérieurs à l’islam et les emprunts liés à la Révélation. Les premiers viennent de l’akkadien, l’araméen, le perse, le grec, le latin. Ils montrent les contacts linguistiques et culturels des populations arabes avec leurs voisins. Il s’agit de vocabulaire courant pour la plupart.

Les derniers semblent avoir été influencés par les contacts avec les autres religions. Il s’agit du vocabulaire technique religieux de l’islam qui viendrait de l’hébreu, du judéo-araméen, du syriaque ou directement de la langue des Juifs du Hijaz(Littéralement « barrière », correspond à la région ouest de la péninsule arabique, qui comprend les villes de Médine et de la Mekke) L’étude étymologique de ces termes, et la mise en parallèle avec les inscriptions et des sources archéologiques révèlent qu’une grande partie de ce vocabulaire était déjà connu avant l’islam.

Dans la tradition islamique, les premiers exégètes ont relevé sans difficulté la présence de mots étrangers. Ils les voyaient comme un témoignage des contacts du Ḥiğaz avec son environnement culturel. Il en est de même pour les premiers grammairiens, qui en ont parlé sans mal parce qu’ils reconnaissaient leur existence bien avant l’islam. Mais quand les différentes écoles religieuses furent établies ces considérations furent contestées. Abū ʿAbdullāh Muhammad ibn Idrīs al-Shāfiʿī  أبـو عـبـد الله مـحـمـد ابـن إدريـس الـشـافـعيّ‎ 767-820, le représentant de ce courant, affirmait que le Coran était arabe, écrit en langue arabe claire « Idéologie et langue ou l’emprunt linguistique d’après les exégètes du Coran et les théologiens : interprétation socio-linguistique » , comme le stipule le Coran lui-même.

Chaque lettre du Saint Coran vient de Dieu l’Unique, et non du Prophète lui-même qui ne savait ni lire ni écrire.

 Sourate 7 الأعراف al-aʿrāf  Le Purgatoire verset 157

proclamée pendant la période Mecquoise, qui  occupe la 92è place dans l'ordre chronologique

 

الَّذِينَ يَتَّبِعُونَ الرَّسُولَ النَّبِيَّ الأُمِّيَّ الَّذِي يَجِدُونَهُ مَكْتُوباً عِندَهُمْ فِي التَّوْرَاةِ وَالإِنْجِيلِ يَأْمُرُهُم بِالْمَعْرُوفِ وَيَنْهَاهُمْ عَنِ الْمُنكَرِ وَيُحِلُّ لَهُمُ الطَّيِّبَاتِ وَيُحَرِّمُ عَلَيْهِمُ الْخَبَآئِثَ وَيَضَعُ عَنْهُمْ إِصْرَهُمْ وَالأَغْلاَلَ الَّتِي كَانَتْ عَلَيْهِمْ فَالَّذِينَ آمَنُواْ بِهِ وَعَزَّرُوهُ وَنَصَرُوهُ وَاتَّبَعُواْ النُّورَ الَّذِيَ أُنزِلَ مَعَهُ أُوْلَـئِكَ هُمُ الْمُفْلِحُونَ

à ceux qui suivront l'Envoyé, qui est le Prophète illettré qu'ils trouvent mentionné chez eux dans le Pentateuque et l'Évangile, et qui leur recommande le Bien et leur interdit le Mal, qui déclare licite pour eux ce qui est bon et illicite ce qui est impur, qui les soulage de leur fardeau et les délivre de leurs chaînes. Ceux qui auront cru en lui, qui l'auront secouru et soutenu, qui auront pris pour guide la lumière descendue avec lui, ceux-là connaîtront le vrai bonheur.»

Allathina yattabiAoona al Rasoula al nabiyya al-oummiyya allathi yajidounahou maktouban Aindahoum fi al tawrati wa al-Injil ya/mourouhoum bi al maAroufi wa yanhahoum Aani al mounkari wa youhillou lahoumou al ttayyibati wa youharrimou Aalayhimu al khaba-itha wa yadaAou Aanhoum israhoum wa al-aghlala allati kanat Aalayhim faallathin’ amanou bihi wa Aazzarouhou wa nasarouhou wa ittabaAou al noura allathi onzila maAahu ola-ika houmou al muflihoun’

 La Révélation : « (en) langue arabe»  لِّسَاناً عَرَبِيّاً lisānan ˁarabiyyan « en langue arabe claire» لِسَانٌ عَرَبِيٌّ مُّبِينٌ  bi-lisānan ˁarabiyyan moubīn  

Sourate12 يوسف  Yūsuf Joseph verset 2

Proclamée pendant la période Mecquoise, qui occupe la 53e place dans l'ordre chronologique.

إِنَّا أَنزَلْنَاهُ قُرْآناً عَرَبِيّاً لَّعَلَّكُمْ تَعْقِلُونَ

Nous l'avons révélé en langue arabe, afin que vous puissiez le comprendre.

Inna anzalnahou Qur-anan Aarabiyyan laallakoum taAqiloun

Sourate 20 طه    Ta ha verset 113

Proclamée pendant la période Mecquoise, qui occupe la 45è place dans l'ordre chronologique.

وَكَذَلِكَ أَنزَلْنَاهُ قُرْآناً عَرَبِيّاً وَصَرَّفْنَا فِيهِ مِنَ الْوَعِيدِ لَعَلَّهُمْ يَتَّقُونَ أَوْ يُحْدِثُ لَهُمْ ذِكْراً

C'est ainsi que Nous avons révélé ce Coran en langue arabe, en y multipliant les menaces, afin de susciter chez les hommes la crainte de Dieu ou de les pousser à en méditer le sens.

Wa kathalika anzalnahou Qur-anan Aarabiyyan wa sarrafna fihi mina al wa Aidi laAallahoum yattaqouna aw oyuhdithou lahoum thikran

Sourate 39    الزمر az-Zumar  les Groupes verset 28

Proclamée pendant la période Mecquoise, qui occupe la 59è place dans l'ordre chronologique.

قُرآناً عَرَبِيّاً غَيْرَ ذِي عِوَجٍ لَّعَلَّهُمْ يَتَّقُونَ

Révélé en langue arabe, ce Coran ne contient aucune équivoque. Peut-être seront-ils amenés à craindre le Seigneur.

Qur-anan Aarabiyyan ghayra thi Aiwajin laAallahoum yattaqoun’

Sourate 41 فصّلت Fuṣṣilat Les Versets détaillés verset 3

Proclamée pendant la période Mecquoise, qui occupe la 61e place dans l'ordre chronologique.

كِتَابٌ فُصِّلَتْ آيَاتُهُ قُرْآناً عَرَبِيّاً لِّقَوْمٍ يَعْلَمُونَ

un Livre aux versets détaillés, un Coran en langue arabe pour des êtres doués d'entendement,

Kitabun fussilat ayatouhou Qur-anan Aarabiyyan liqawmin yaAlamoun’

Sourate 42 الشورى  ash-Shoūrā  La Consultation verset 7

Proclamée pendant la période Mecquoise, qui occupe la 62è place dans l'ordre chronologique.

وَكَذَلِكَ أَوْحَيْنَا إِلَيْكَ قُرْآناً عَرَبِيّاً لِّتُنذِرَ أُمَّ الْقُرَى وَمَنْ حَوْلَهَا وَتُنذِرَ يَوْمَ الْجَمْعِ لَا رَيْبَ فِيهِ فَرِيقٌ فِي الْجَنَّةِ وَفَرِيقٌ فِي السَّعِيرِ

Ainsi, Nous te révélons un Coran en langue arabe, afin que tu avertisses la ville métropole et les alentours, et que tu les préviennes du Jour inéluctable du Jugement dernier, où une partie des hommes ira au Paradis et une autre ira en Enfer.

Wa kathalika awhayna ilayka Qur-anan Aarabiyyan litounthira oumma al qura wa man hawlaha wa tounthira Yawma al jamAi la rayba fihi fariqoun fi al jannati wa fariqoun fi al saAiri

  Sourate 43 الزخرف az-Zuḫruf   Les Ornements d’Or verset 3

Proclamée pendant la période Mecquoise, qui occupe la 63e place dans l'ordre chronologique.

إِنَّا جَعَلْنَاهُ قُرْآناً عَرَبِيّاً لَّعَلَّكُمْ تَعْقِلُونَ

Nous en avons fait un Coran en langue arabe, afin que vous en saisissiez le sens.

Inna jaAalnahu Qur-anan Aarabiyyan laAallakoum taAqilouna

 Sourate 46 الأحقاف al-Aḥqāf  Les Dunes verset 12

Proclamée pendant la période Mecquoise, qui occupe la 66e place dans l'ordre chronologique.

وَمِن قَبْلِهِ كِتَابُ مُوسَى إِمَاماً وَرَحْمَةً وَهَذَا كِتَابٌ مُّصَدِّقٌ لِّسَاناً عَرَبِيّاً لِّيُنذِرَ الَّذِينَ ظَلَمُوا وَبُشْرَى لِلْمُحْسِنِينَ

Avant ce Coran, il y a eu l'Écriture de Moïse qui fut tout à la fois un guide et une bénédiction. Et ce Coran confirme en langue arabe les Écritures anciennes et constitue un avertissement pour ceux qui font preuve d'injustice et une bonne nouvelle pour les bienfaisants.

Wa min qablihi kitabou Mousa imaman wa rahmatan wa hatha kitaboun mousaddiqoun lisanan Aarabiyyan liyounthira allathina thalamou wa boushra lilmouhsinin’

Sourate 16 النحل an-Naḥl les Abeilles verset 103.

Proclamée pendant la période Mecquoise, qui occupe la 70e place dans l'ordre chronologique.

وَلَقَدْ نَعْلَمُ أَنَّهُمْ يَقُولُونَ إِنَّمَا يُعَلِّمُهُ بَشَرٌ لِّسَانُ الَّذِي يُلْحِدُونَ إِلَيْهِ أَعْجَمِيٌّ وَهَـذَا لِسَانٌ عَرَبِيٌّ مُّبِينٌ

Nous savons bien que les négateurs disent : «C'est un simple mortel qui l'instruit !» Mais celui qu'ils visent parle une langue étrangère, alors que ce Coran est en langue arabe bien claire.

Walaqad naAAlamu annahum yaqooloona innama yuAAallimuhu basharun lisanu allathee yulhidoona ilayhi aAAjamiyyun wahatha lisanun AAarabiyyun mubeenun

Sourate 26 الشعراء ash-Shouʿarāʾ  verset 195

Proclamée pendant la période Mecquoise, qui occupe la 47è place dans l'ordre chronologique.

بِلِسَانٍ عَرَبِيٍّ مُّبِينٍ

C'est une révélation en langue arabe claire,

Bilisanin AAarabiyyin mubeenin

Comme vous le constatez ces Révélations Divines sont toutes de la période Mecquoise.

Un débat s’est installé autour de la langue du Coran, en plaçant les emprunts au cœur des discussions. Al-Suyūṭī nom complet , جلال الدين عبد الرحمن بن أبي بكر بن محمد الخضيري السيوطي‎;Abū l-Fadl ‘Abd al-Raḥmān ibn Abī Bakr ibn Muḥammad Jalāl al-Dīn al-Khudayrī al-Suyūtī 1445-1505 a adopté une position qui concilie les deux parties. Selon lui, les philologues ont raison de souligner la présence de mots étrangers dans le Coran, en ce qui concerne la racine, et ces mots sont perses, syriens, abyssins, hébreux, etc. Quant aux théologiens, ils auraient également raison car si ces mots ont été intégrés à la langue arabe, c’est qu’ils sont arabes. Son traité "la confiance (de Dieu" المتوكّلي   al-Mutawakkilī (un Traité qui est exclusivement consacré aux «  mots étrangers  » du Coran. Il tient son nom du Calife égyptien Muḥammad al-Mutawakkil `alā Allah  محمد المتوكل على الله « qui fait confiance à Dieu » 3è du nom (m. 1536), commanditaire de cet ouvrage.), le plus complet, prouve qu’il s’est entièrement affranchi de ces querelles, puisqu’il est le premier à adopter une classification des emprunts par langues d’origines.

 

L'étude de la structure des phrases a été dotée d'une forme remarquable, car elle a été analysée selon quatre groupes de fonctions.
C'étaient le noyau de base عمد ‘umda, composé du sujet et du prédicat; un groupe de compléments فَضْلا fadlâ; un groupe d'annexion إضاف idàfa et un groupe de déterminants تابِ tàbi’.
Une telle analyse a l'avantage de présenter un modèle d'organisation globale.


Ici aussi, il s'agissait d'expliquer certains usages rares ou de justifier comment ils pourraient se conformer à des normes idéales en exploitant les informations fournies par les Compagnons du Prophète.
 Les critères de ces normes idéales dérivées après le fait (linguistique) ont été tirés non seulement de l'usage coranique, mais aussi de la langue des vieilles tribus arabes, considérées comme linguistiquement absolument non contaminées.
Avec cet objectif à l'esprit, des exemples d'utilisation ont commencé à être recueillis mais sans ordre précis.
Puis le matériel ainsi récolté est vite apparu dans des monographies virtuelles, combinant des usages coraniques considérés comme rares avec des éléments de vocabulaire appartenant au même champ lexical.
Les premiers philologues composaient des livres entiers réunissant tous les termes et toutes les expressions qui concernaient, par exemple, le chameau ou le cheval, ou les abeilles, ou les reptiles, ou le palmier dattier, ou les montagnes, etc.
Malgré les inconvénients, cette manière de collectionner et de présenter le vocabulaire a été adoptée pour de nombreuses œuvres lexico-graphiques ultérieures.
Le plus grand d'entre eux, compilé par l'Ibn Sida ابن سيده voir plus haut (398/1007- 458/1066), était une somme de toutes les monographies précédentes sur le sujet

275 mots étrangers du Coran, en dehors des noms propres,Thèse de Catherine Pennacchio Docteur en linguistique arabe et hébraïque. Spécialiste des emprunts à l'hébreu et des prophètes

 

l’emprunt comme veut le sous entendre certains , ne signifie pas une copie d’un texte mais en fait il considéré comme la confirmation de la Parole  déjà révélé à d’autres prophètes ce qui est confirmer par le verset suivant

Les Prophètes sont choisis par Dieu l’Unique pour transmettre aux hommes un Message Divin. Ces Communications  et Avertissements varient dans leur forme comme dans leur contenu.

Cette mission de transmission Divine adressée au  prophète  du moment n'est pas de tout repos ! La Parole de Dieu n'est pas à sa mesure, il est fait pour la recevoir et la transmettre et non pour la refaire à sa guise. Même si le message ne lui paraît pas adapté aux circonstances.

 

Bible - תנך ▼   Prophètes - נביאים ▼   Jérémie - ירמיהו ▼   Ch.  26 ▼   V.  2 ▼

Tu leur diras toutes les paroles que je t'ai ordonnées de leur dire ; ne retranche pas un mot

כֹּה אָמַר יְהוָה עֲמֹד בַּחֲצַר בֵּית־יְהוָה וְדִבַּרְתָּ עַל־כָּל־עָרֵי יְהוּדָה הַבָּאִים לְהִשְׁתַּחֲוֹת בֵּית־יְהוָה אֵת כָּל־הַדְּבָרִים אֲשֶׁר צִוִּיתִיךָ לְדַבֵּר אֲלֵיהֶם אַל־תִּגְרַע דָּבָר

"Ainsi dit Adonaï « l'Eternel » : Tiens-toi dans la cour de la maison de Adonaï « l'Eternel », et dis à ceux qui de toutes les villes de Iehouda  « Juda »viennent s’incliner dans la maison de Adonaï, » l'Eternel » toutes les paroles que je t’ai ordonné de leur dire ; n’en retranche pas une."

koh amar hashem 'amod bah'atsar béyth-hashem vedibarettha 'al-kol-'aréy yehoudah habaiym lehishetthah'aoth béyth-hashem éth kol-haddevariym ashèr tsiouiythiykha ledabér aléyhèm al-tthigera' ddavar

Ainsi parle l'Eternel: Tiens-toi dans le parvis de la maison de l'Eternel, et dis à ceux qui de toutes les villes de Juda viennent se prosterner dans la maison de l'Eternel toutes les paroles que je t'ordonne de leur dire; n'en retranche pas un mot.

sourate 3  آل عمران  āli ʿimrān  La famille d'Imran verset 144.

Proclamée pendant la période Médinoise, qui occupe la 89e place dans l'ordre chronologique.

وَمَا مُحَمَّدٌ إِلاَّ رَسُولٌ قَدْ خَلَتْ مِن قَبْلِهِ الرُّسُلُ أَفَإِن مَّاتَ أَوْ قُتِلَ انقَلَبْتُمْ عَلَى أَعْقَابِكُمْ وَمَن يَنقَلِبْ عَلَىَ عَقِبَيْهِ فَلَن يَضُرَّ اللّهَ شَيْئاً وَسَيَجْزِي اللّهُ الشَّاكِرِينَ

Muhammad n'est qu'un Prophète parmi tant d'autres qui sont passés avant lui. Seriez-vous hommes à abandonner le combat, s'il venait à mourir ou à être tué? Ceux qui abandonnent le combat ne nuisent en rien à Dieu. Mais Dieu saura récompenser ceux qui sont reconnaissants.

Wa ma Muhammadoun illa Rasouloun qad khalat min qablihi al Rousoulou afa-in mata aw qutila inqalabtum AAala aAqabikoum wa man yanqalib Aala Aaqibayhi falan yadourra Allaha shay-an wa sayajzi Allahu al shakirin’

sourate 21 الأنبياء anbiyāʾ les Prophètes verset 107

Proclamée pendant la période Mecquoise, qui  occupe la 73e place dans l'ordre chronologique.

وَمَا أَرْسَلْنَاكَ إِلَّا رَحْمَةً لِّلْعَالَمِينَ

Ô Muhammad ! Nous ne t'avons envoyé que comme Miséricorde pour l'Univers.

Wa ma arsalnaka illa Mahmatan lilAalamin

D’après Abou Hourayra أبي هريرة que Dieu soit satifafait de lui رضي الله عنه radi Allah anah, l’Envoyé d’Allah sur lui le salut et la paix  صلى الله عليه و سلم salaa Allah alayh wa salam a dit :

 « Chaque Prophète a une invocation qui sera exaucée أشافا الكوبرا     Ashafa’a al koubra. Je tiens à garder la mienne pour m’en servir à intercéder en faveur de ma Communauté le Jour de la Résurrection ».

L’ouvrage d’Arthur Jeffery, The Foreign Vocabulary of the Qur’ān*, Baroda, (1938)  qui fait figure de référence unique sur la question. S’il reste le point de départ incontournable est le dernier à traiter exhaustivement des emprunts lexicaux coraniques. Ce lexique des 275 mots étrangers du Coran, en dehors des noms propres, reprend des travaux datant d’une époque où les emprunts lexicaux étaient au cœur des préoccupations des orientalistes dans leurs quêtes des origines de l’islam.

https://archive.org/details/foreignvocabular030753mbp

Michael Carter, dresse un inventaire de l’ensemble de ces additions, en citant les emprunts concernés classés chronologiquement par langues d’origine. Il en est de même pour Martin R. Zammit, qui consacre lui aussi un chapitre aux mots étrangers du Coran, et tout particulièrement à la présentation de l’ouvrage d’Arthur Jeffery (date) qui rapporte  en se référent   à analyse du au volume fournit du célèbre texte grammatical arabe médiéval,  العجرومية al Ājurrūmiya (vers 1300), commenté par al-Khaṭīb ash-Shirbīniy الخطيب الشربيني, (décédé en 1570) que les emprunts coraniques sont de trois types :  des mots entièrement étrangers, par exemple : ğibt, istabraq (« brocart, vêtement de soie », serait un emprunt au persan.),  des mots d’origine sémitique dont les racines peuvent exister en arabe, qui dans le Coran ont un sens pris à une autre langue, par exemple : darasa, bāraka (Le sens primitif de la racine BRK, baraka en arabe, bāraḵ en hébreu, est «  s’agenouiller, s’accroupir » pour le chameau. Il est commun à toute la famille sémitique. Dans le Coran, cette racine n’a que le sens de « bénir ». Pour A. Jeffery p. 75, c’est dans le nord-sémitique que cette racine a développé le sens de «  bénir  » et c’est de là qu’il serait passé au sud-sémitique, en sudarabique épigraphique brk « bénir ». Toutefois, le fait qu’on le trouve en oug. brk «  bénir, s’agenouiller  » (A Dictionary of the Ugaritic Language, 2002, vol. 1, p. 237), laisse supposer que le sens de «  bénir  » est ancien dans le monde sémitique),  Le sens primitif de la racine BRK, baraka en arabe بارك,  l'« abondance de Dieu » , bāraḵ וַיְבָרֶךְ en hébreu, Et il a béni , est Bénir, s'agenouiller être béni, être adoré, Faire s'agenouiller , s’accroupir » pour le chameau. Il est commun à toute la famille sémitique. Dans le Coran, cette racine n’a que le sens de « bénir », des mots purement arabes, qui sont utilisés dans le Coran avec une influence étrangère, par exemple, nūr   نُورَ« lumière » qui a le sens de « religion».

Sourate 9  التوبة at-Tawba   le Repentir verset 32

Proclamée pendant la période Médinoise, qui occupe la 113è place dans l'ordre chronologique.

يُرِيدُونَ أَن يُطْفِؤُواْ نُورَ اللّهِ بِأَفْوَاهِهِمْ وَيَأْبَى اللّهُ إِلاَّ أَن يُتِمَّ نُورَهُ وَلَوْ كَرِهَ الْكَافِرُونَ

Ils veulent par leurs mensonges éteindre la Lumière de Dieu, mais Dieu tient à parachever Sa Lumière, n'en déplaise aux négateurs !

Yuridouna an youtfi-ou noura Allahi bi-afwahihim waya/ba Allahou illa an youtimma nourahou wa law kariha a lkafiroun’

 

 Il cite même trois néologismes, des créations lexicales entièrement nouvelles. Il rapporte, que selon T. Nöldeke, le Prophète avait un penchant pour les mots « étranges et mystérieux  » et semblait aimer intriguer ses auditeurs avec des mots nouveaux.

Il aurait inventé d'après lui Alors qu’il n’en est rien parce que chaque lettre du Saint Coran vient de Dieu l’Unique les termes : ġasīq غَاسِقٍ « obscurité »

Sourate 113  الفلق al-Falaq  L’Aube naissante verset 3

Proclamée pendant la période Mecquoise, qui occupe la 20è place dans l'ordre chronologique

وَمِن شَرِّ غَاسِقٍ إِذَا وَقَبَ

contre les périls des ténèbres obscurs quand elles ont tout envahi,

Wa min sharri ghasiqin itha wa qab’

tasnīm تَسْنِيمٍ « Tasnîm » le nom d’une fontaine du Paradis

Sourate 83 المطففين al-muṭaffifīn les Fraudeurs verset 27

Période Mecquoise, qui occupe la 86e place dans l'ordre chronologique

وَمِزَاجُهُ مِن تَسْنِيمٍ

Et cette boisson sera coupée à l'eau de Tasnîm,

Wa mizajouhou min Tasnimin

salsabīl «سَلْسَبِيلاً Salsabîl » le nom d’une source

sourate 76 الإنسان al-insān l’Humain verset 18

Proclamée pendant la période Médinoise, qui occupe la 98e place dans l'ordre chronologique

عَيْناً فِيهَا تُسَمَّى سَلْسَبِيلاً

puisée à une source, nommée là-bas Salsabîl.

Aaynan fiha tousamma salsabilan

 

Tout porte à croire qu’il a effectué un tri, car des emprunts déjà connus n’y figurent pas (par exemple : ummiyy أُمِّيٌ « Gentil », ḥağğ حَجّ « pèlerinage », sabˁ صَبّاً « abondance », miḥrāb مِحْراب « sanctuaire »). Il ne fait qu’une exception, pour la liste d’al-Suyūṭī. Il explique en détail pourquoi certains mots ont été rejetés

 Certains sont rares en arabe, et c’est pour cette raison qu’ils ont été perçus comme étrangers (par exemple : taḥt « المهذب  al-Muhaḏḏab, nabatéen «  ventre, intérieur  », araméen «  intérieur  » p. 111 ; al-Itqân, p. 110. », hayta laka « viens !المتوكّلي  al-Mutawakkilī, syriaque «  viens !  » p. 54, araméen «  viens !  » p. 61 ; المهذّب al-Muhaḏḏab, copte  «  viens ! 24 », en syriaque «  c’est ton devoir  25 », sayyid سـيّد « mari »),

En syriaque venir et devoir

en syriaque

 

en syriaque

 

Tandis que d’autres sont définitivement arabes (par exemple : sakar  سَكَر « vin -  la boisson enivrante »en syriaque voir image ci-dessous  ܚܡܪܐ en araméen

 al-Mutawakkilī, éthiopien ፈረንሳዊ Amharique  «  vinaigre ኮምጣጤ  komït'at'e » en syriaque Halo’p. 40 ; al-Muhaḏḏab,المهذب p. 112 ; al-Itqân الإتـقـان, p. 113,

En syriaque vin vinaigreen syriaque

travail à faire chercher les mots en syriaque araméen hébreux arabe, excuser moi pour ce retard

 ḥaram  حَرَام « consacrer, dédier à Dieu », alīm  العليم « douloureux »)

C’est notamment le cas des travaux d’al-Suyūṭī, qui cumule un total de 138 emprunts, avec ses trois recueils Risāla muhaḏḏab fī al-ᵓalfāẓ al-muˁarrab, رسائل المهذب في الحافظ المعرب (litt. Traité pur des mots arabisés), al-Itqān fī ˁulūm al-qurᵓān الإتقان في علوم (Précis des sciences du Coran), et المتوكّلي al-Mutawakkilī. Des mots tels que : al-ᵓāḫira « (vie) dernière » et fūm « blé, ail » mériteraient d’être révisés. Le premier parce qu’il contient le sens de « fin des temps »  p. 31, אֲחַרִית  aḥarīt n.f. « après, fin », « fin des temps » comme dans le judaïsme, quant au second, parce que son sens est ambiguë fūm pose un problème sémantique puisqu’on ne sait pas si c’est de «  l’ail  » ou du «  blé  ». Il est traduit par « ail » car le verset du Coran où il est employé dans  S2-v61…….

wa foumiha  وَفُومِهَا et son ail

Décomposition grammaticale du mot :
Préfixe : lettre "Waw" de conjonction de coordination (et) + Radical : Nom, / Genre : Masculin / Génitif (complément du nom) / + Suffixe : Pronom 3ème personne du féminin singulier /
Décomposition :     [ وَ ] + [ فُومِ ] + [ هَا
Prononciation :   wafoumiha
Racine : فوم
Lemme : فُوم
Signification générale / traduction :   et son ail

Principe actif / Sens verbal de la racine :
Grains, graines, de faire du pain

Définitions :
nom. : فَومٌ : Froment, ail, pois, grains pour faire le pain
Sourate 2 البقرة al Baqara la Vache verset 61

Période Médinoise, qui  la 87è place dans l'ordre chronologique.

وَإِذْ قُلْتُمْ يَا مُوسَى لَن نَّصْبِرَ عَلَىَ طَعَامٍ وَاحِدٍ فَادْعُ لَنَا رَبَّكَ يُخْرِجْ لَنَا مِمَّا تُنبِتُ الأَرْضُ مِن بَقْلِهَا وَقِثَّآئِهَا وَفُومِهَا وَعَدَسِهَا وَبَصَلِهَا قَالَ أَتَسْتَبْدِلُونَ الَّذِي هُوَ أَدْنَى بِالَّذِي هُوَ خَيْرٌ اهْبِطُواْ مِصْراً فَإِنَّ لَكُم مَّا سَأَلْتُمْ وَضُرِبَتْ عَلَيْهِمُ الذِّلَّةُ وَالْمَسْكَنَةُ وَبَآؤُوْاْ بِغَضَبٍ مِّنَ اللَّهِ ذَلِكَ بِأَنَّهُمْ كَانُواْ يَكْفُرُونَ بِآيَاتِ اللَّهِ وَيَقْتُلُونَ النَّبِيِّينَ بِغَيْرِ الْحَقِّ ذَلِكَ بِمَا عَصَواْ وَّكَانُواْ يَعْتَدُونَ

Or, vous n'avez pas tardé à dire : «Ô Moïse ! Nous ne pouvons plus supporter toujours la même nourriture. (Alors) Invoque ton Seigneur en notre faveur pour qu'Il fasse pousser pour nous, (pour faire sortir ce que la terre fait croitre) entre autres produits de la terre, des (plantes) légumes, des concombres, (froment)  de l'ail, des lentilles et des oignons.» – «Vous voulez donc échanger, leur répondit Moïse, ce qui est bon contre ce qui l'est moins?(Demandez-vous a échanger le meilleur contre le pire ?) Eh bien, descendez à n'importe quelle ville (en Egypte)*! Vous y trouverez sûrement ce que vous demandez.» Là, ils furent frappés d'humiliation et d'indigence, et la colère de Dieu s'abattit sur eux pour n'avoir pas voulu croire à Ses signes et pour avoir tué injustement (a l’encontre de la vérité) Ses Prophètes. Telles furent les suites de leur transgression et de leur désobéissance.

*Le mot misr مِصْر comportant ces deux significations.

 

Wa-ith qoultoum ya Mousa lan nasbira Aala taAAamin wa hidin faoudAou lana Rabbaka youkhrij lana mimma tounbitou al-ardu min baqliha wa qiththa-iha wa foumiha wa Aadasiha wa basaliha qala atastabdiloun’ allathi houwa adna biallathi houwa khayroun ihbitou misran fa-inna lakoum ma saaltoum wa douribat Aalayhimou al thillatou wa al maskanatou wa baou bighadabin mina Allahi thalika bi-annahoum kanou yakfuroun’ bi-ayati Allahi wa yaqtoulouna al Nabiyyina bighayri al haqqi thalika bima Aasaw wa kanou yaAtadoun’

 

 …trouverait sa source dans le texte biblique Nombres chapitre 11verset 5,

 Bible  תנך ▼  Torah  תורה  ▼  Nombres  במדבר  ▼  Qibrot Ha Taava. Plaintes ▼ du Peuple Chapitre11 verset  5

זָכַרַנוּ אֶת־הַדָּגָה אֲשֶׁר־נֹאכַל בְּמִצְרַיִם חִנָּם אֵת הַקִּשֻּׁאִים וַאֵת הָאֲבַטִּחִים וַאֶת־הֶחָצִיר וַאֶת־הַבְּצָלִים וַאֶת־הַשּׁוּמִים

Nous nous rappelons (souvenons)  de poisson que nous mangions en Egypte (et qui ne nous coûtaient) pour rien, les (des) concombres, les (des)  melons, les (des) poireaux, les  (des) oignons et les  (des) aulx (Pluriel de ail. שום) .

zakharanou èth-haddagah ashèr-nokhal bemitserayim h'innam éth haqqishouiym vaéth haavattih'iym vaèth-hèh'atsiyr vaèth-habetsaliym vaèth-hashoumiym

Alors que pour al-Suyūṭī لسيوطي  fūm فم  signifie  blé  الحنطه al-ḥinṭa.* Il est rattaché à la racine FWM ف ؤ م  fa wa ma   « faire du pain ». Pour ce dernier, il s’agirait d’un mot hébreu, עֱשֶׂה לֶחֶם  'osèh leshem صنع الخبز sune al khubz mais, nous n’en trouvons aucune trace dans les dictionnaires, ni même en araméen.

 

Le froment القمح al-qamḥ a une complexion chaude et humide, équilibrée comme celle de l'homme et, de ce fait, c'est parmi toutes les céréales celle qui convient le mieux à son alimentation.

Cette céréale est difficile à identifier exactement. Ibn al-Bayṭār  عبد الله بن أحمد المالقي ابن البيطر ʿAbd Allâh ibn Aḥmad al-Mālaqī Ibn al-Bayṭār 1197-1248 Botaniste - pharmacologue -médecin arabo-andalou: terme du langage andalou ou ‘ağamiyya  الأعغمية appelée aujourd'hui correguela -la renouée. Dans certains terrains, le blé  قمح  qamḥ  ou حنطه  ḥinṭa) se transforme en ‘alas (III, p. 131). Cela laisse supposer qu'il s'agit d'une sorte de blé dur à paille courte, appelé épeautre*, qui pousse dans les régions montagneuses ou les terrains pauvres. Ce pourrait être aussi du seigle. D'après Galien, il est intermédiaire entre le blé et l'orge.

Voir aussi, sur les céréales archaïques, Lucie Bolens, Agronomes andalous, p. 268.

https://www.cjoint.com/doc/18_07/HGzrif687Mt_Kit%C4%81b-al-A%C4%A1%E1%B8%8Fiya-%D9%83%D8%AA%D8%A7%D8%A8-%D8%A7%D9%84%D8%A3%D8%BA%D8%B0%D9%8A%D8%A9-Le-livre-des-aliments.doc

*‘alas  الاس  L'épeautre page 327   et note 21-15

Les appelations des céréales an Afrique

https://www.cjoint.com/doc/18_07/HGzrsSSPdst_les-appelations-des-c%C3%A9r%C3%A9ales-en-Afrique.pdf

Voir aussi

*sanabil سَنَابِلَ épis

Racine : سنبل
Lemme : سُنبُلَة 

Définitions :
verbe. سَنْبَلَ : retirer les épis / arracher des épis
nom. سُنْبُل : épis   سَنْبَلَة : épiage, épiaison
adjectif. / adverbe . سُنْبُلِيّ : relatif aux épis
 

 Dès 1939, David Samuel Margoliouth (17 octobre 1858, -  22 mars 1940,) orientaliste et islamologue britannique, publiait Some Additions to Professor Jeffery’s Foreign Vocabulary of the Qur’ân, où il ajoute huit emprunts supplémentaires

Nous allons voir en étudiant de près ces mots, ce qu’il en est.

minsāᵓa « sceptre » sourate 34 verset 13

viendrait de l’hébreu משענת mišˁeneth ; yatasanna « changer » (2-261) de l’hébreu šānā « changer » ;

viendrait de l’hébreu משענת mišˁeneth 

Sourate 34 سبإ Sabaʾ  Sabah  verset 14

Période Mecquoise, qui  occupe le 58è place dans l'ordre chronologique.

 

فَلَمَّا قَضَيْنَا عَلَيْهِ الْمَوْتَ مَا دَلَّهُمْ عَلَى مَوْتِهِ إِلَّا دَابَّةُ الْأَرْضِ تَأْكُلُ مِنسَأَتَهُ فَلَمَّا خَرَّ تَبَيَّنَتِ الْجِنُّ أَن لَّوْ كَانُوا يَعْلَمُونَ الْغَيْبَ مَا لَبِثُوا فِي الْعَذَابِ الْمُهِينِ

34.14. Et lorsque (Quand) Nous eûmes décidé  (décrétâmes) sa mort, (sa fin) les djinns ne s'en rendirent compte (pour les avertir de celle-ci) que grâce aux termites à la termite)  (il n’y eut que le bête de la terre*) qui avaient rongé la canne (bâton)** (qui rongea son sceptre) qui lui servait d'appui.***  Et quand il s'écroula, (Quand alors il s’effrondra) les djinns convinrent ( eurent le preuve) que s'ils connaissaient (avaient connu) le mystère, ils n'auraient pas continué à exercer  (subi) aussi longtemps une tâche si avilissante (cette correction humiliante).

Falamma qadayna Aalayhi al mawta ma dallahoum Aala mawtihi illa dabbatu al-ardi takoulou minsaatahou falamma kharra tabayyanati al jinnou an law kanou yaAlamoun’ al ghayba ma labithou fi al ‘adhâb al mouhîn

*La bête de la terre selon la tradition est le termite1 qui s’attaque au bois et le rend poudreux

** Il est rapporté que le roi Salomon  שְׁלֹמֹה  shĕlōmōh était assis sur son trône,2   כִּסֵּא  (siège) ( مِحْراب miḥrāb, sanctuaire) appuyé sur son bâton2 quand sa mort le surprit.(Quand Dieu l’Unique Allah eut ordonné à l’ange de la mort3  d‘ôter son âme) Il resta dans cette attitude. Puis Dieu l’Unique Allah fit qu’un termite  rongeât son sceptre jusqu’à ce qu’il se brise. C’est seulement quand il s’effondra que l’on s’aperçut de sa mort. Mais, entre temps, les Génies djinns qu’il avait sous ses ordres continuèrent à faire pour lui toutes sortes de corvées humiliantes, d’autant plus humiliantes que les Génies se croyaient supérieurs à la race humaine. Une preuve que ceux-ci ne savent rien de l’invisible.

1 Le mot est masculin, mais on le rencontre souvent au féminin.

2  exemple Bible  תנך ▼  Prophètes נביאים ▼   Rois 1 מלכים א ▼  Chapitre.  1 ▼ Verset  46 

                             וְגַם יָשַׁב שְׁלֹמֹה עַל כִּסֵּא הַמְּלוּכָה   

Salomon s'est même assis sur le trône royal

vegam yashav shelomoh 'al kissssé hammeloukhah

Le nom de Salomon signifierait « Sa Paix », référence au Dieu de  שָׁלוֹם Shalom, ou « complétude », état qui n'est atteint que dans la paix. Est dérivés de la même racine le mot سلام salaam 

3Houlette, en forme de crosse  au bout duquel est une plaque de fer ou autre métal. משענת mišˁeneth **** Selon Ibn ‘Abbâs, Moujâhid, al Hasan, Qatâda et bien d’autres. Voir Chronique de Tabari  20/370 « Récit de la mort de Salomon » page 215… Histoire des Prophètes et des rois  édition la Ruche 2012.Voir Chronique de Tabari « Récit de la mort de Salomon » page 215… Histoire des Prophètes et des rois  édition la Ruche 2012.

nom.
مِنْسَأَةٌ munasa'atan : sceptre, bâton, canne, houlette, verge qui sert à orienter le troupeau ou à s'appuyer.

*** Une longue période : environ un an.

4  Le Coran se réfère à un Malak Al-Mawt  ملك الموت Ange de la mort, إِسْـرَافِـيْـل‎, Israfil qui correspond au terme hébreu Malach ha-Mawet dans la littérature rabbinique. Archange  Azraël  עזראל‎‎  Raphaël se traduit par "Ange de Dieu", "Aide de Dieu", ou "Celui que Dieu aide" Il est également appelé Abu Yaria أبو جارية par certains musulmans et Mordad مورداد D'autres noms qui lui sont attribués sont Azrail, Ashriel, Azaril, Azriel, Baltazar et Ozryel.

Le Prophète Muhammad  sur lui le salut et la paix a dit que cet archange est entouré de plusieurs anges qui l'aident à extraire les âmes (des humains ou même les âmes des anges eux-mêmes et des démons). Il y a  un grand arbre dont les feuilles comportent les noms de tous les humains ; lorsque la date de la mort de quelqu'un approche sa feuille devient jaune et tombe, l'Ange de la Mort comprend alors que c'est un homme qui va mourir.

**** משענת mišˁeneth bâton  מקל Crosse תחת Sceptre   שַׁרבִּיט

Terminologie du mot baton sceptre crosse en hebreux

yatasanna « changer » S.2 v.259 de l’hébreu שִׁנָּא shinna  šānā soné  séno «haineux- haine- changer’» leshannoth לְשַׁנּוֹת  à changer- en changeant- pour changer

 sourate 2 la vache البقرة al-Baqara verset 259

Période Médinoise, qui  occupe la 87è place dans l'ordre chronologique.

أَوْ كَٱلَّذِى مَرَّ عَلَىٰ قَرْيَةٍ وَهِىَ خَاوِيَةٌ عَلَىٰ عُرُوشِهَا قَالَ أَنَّىٰ يُحْىِۦ هَٰذِهِ ٱللَّهُ بَعْدَ مَوْتِهَا فَأَمَاتَهُ ٱللَّهُ مِا۟ئَةَ عَامٍ ثُمَّ بَعَثَهُۥ قَالَ كَمْ لَبِثْتَ قَالَ لَبِثْتُ يَوْمًا أَوْ بَعْضَ يَوْمٍ قَالَ بَل لَّبِثْتَ مِا۟ئَةَ عَامٍ فَٱنظُرْ إِلَىٰ طَعَامِكَ وَشَرَابِكَ لَمْ يَتَسَنَّهْ وَٱنظُرْ إِلَىٰ حِمَارِكَ وَلِنَجْعَلَكَ ءَايَةً لِّلنَّاسِ وَٱنظُرْ إِلَى ٱلْعِظَامِ كَيْفَ نُنشِزُهَا ثُمَّ نَكْسُوهَا لَحْمًا فَلَمَّا تَبَيَّنَ لَهُۥ قَالَ أَعْلَمُ أَنَّ ٱللَّهَ عَلَىٰ كُلِّ شَىْءٍ قَدِيرٌ

(Réfléchis au sujet de) Ou comme celui qui passait dans par un village désert et dévasté (une bourgade - d’une ville fantôme): "Comment Dieu va-t-Il redonner la vie à celui-ci après sa mort?" dit-il. Dieu donc le fit mourir et le garda ainsi pendant cent ans. Puis Il le ressuscita en disant: "Combien de temps as-tu demeuré ainsi?" « Combien de temps es-tu resté ici ? »  "Je suis resté un jour, dit l'autre, ou une partie de la journée." "Non! dit Dieu, tu es resté cent ans (une centaine d'années solaires). Regarde donc ta nourriture et ta boisson: rien ne s'est gâté; mais regarde ton âne... Et pour faire de toi un signe pour les gens, et regarde ces ossements, comment Nous les assemblons et les revêtons de chair". Et devant l'évidence, il dit: "Je sais que Dieu est Omnipotent".

Mot : يَتَسَنَّهْ  Racine : سنه Traduction du mot : elles se sont gâtées avec le temps,

Prononciation : yataçanah

Décomposition grammaticale du mot :
Radical : Verbe  Temps : Inaccompli Forme 5,  3ème personne du masculin singulier Mode injonctif
Décomposition :    يَتَسَنَّهْ  yataçanah Racine :سنه  Lemme : يَتَسَنَّهْ
Principe actif  Sens verbal de la racine :
changer avec le temps, vieillir, être âgé, se gâter, se décomposer, pourrir, moisir

Définitions :
Petite précision pour cette racine :
Les 3 racines "سنن", "سنو" et "سنه" sont confondues même par les grammairiens de la langue arabe. C'est attésté par le Lisan al-3arab لسان العرب, dictionnaire encyclopédique de la langue arabe*, ainsi que sa version anglaise le "Lane Lexicon". C'est pourquoi nous trouvons des divergences d'attribution de racine pour les mots issus de ces racines. En fait elles ont une même origine commune qui semble être "سنن", puis s'en est suivi des déclinaisons sous les formes "سنو" et "سنه".
* Ce lexique existe depuis le 9è siècle et sa rédaction semble avoir été achevée par Abul-Fadl Jamal ad-Din Muhammad Ibn Manzur  أبو الفضل جمال الدين بن أحمد بن منظور (1233-1311) en 1290.

https://archive.org/stream/lisanalarab07ibnmuoft#page/848

Dictionnaire encyckopedique langue arabe lisan al earab abul fadl jamal ad din muhammad ibn manzur

Pour la petite histoire, il semblerait que l'origine "سنن" de manière plus générale transcrive une relation "temporelle" : la durée dans le temps (ou tradition), le vieillissement, et le fait de compter les dents pour détérminer l'âge d'une bête.
"عدد السنين" signifierait à la base "compter les dents pour détérminer l'âge (mois et/ou années), puis par extension serait devenu "compter les années" avec la différenciation plus tard de "dents" par le pluriel "أسنان" lors de l'évolution du dialecte.
Ce qui aurait donné lieu à une simplification lors de la disparition de la chadda, à une unité de temps appellée "سنة" dont certains diront qu'il s'agit d'années, d'autres (plus rares) diront qu'il s'agit de mois.
Quant à l'attribution de "سنة" à la racine "سنه", elle résulte probablement d'une confusion ancienne liée au fait que dans les dialectes pré-islamiques l'écriture se passait des signes diactritiques et la lettre "ه" pouvait aisément être confondue avec la lettre "ة" lors de la lecture (cf. les codex ancien du Coran).
Cette confusion est réelle dans les dictionnaires arabes anciens, aussi bien que modernes parfois. Nous prenons sur ce site le parti de favoriser la racine "سنن" qui semble être l'origine commune, voir l'étymon de base. Même si nous savons que cette option sera probablement controversée.

verbe . سَنَهَ : vieillir, être âgé / se gâter, se décomposer, pourrir, moisir

nom.
سِنّ : bord, bordure, pointe  âge  indentation  dent
سَنَة : an, année
سِّنينَ : pluriel  ans, années  temps

adjectif. adverbe. سَنِه : âgé, vieux de la veille  سَنَهِيّ : annuel

Cette racine comptabilise 21 apparition(s) dans le  Saint Coran sous diverses formes. Ci dessous la liste des versets où cette racine apparait.Cliquez sur le verset pour y accéder)

2:96 2:259 5:26 7:130 10:5 12:42 12:47 17:12 18:11 18:25 20:40 22:47 23:112 24:43 26:18 26:205 29:14 30:4 32:5 46:15 70:4

Formats d'apparition dans le Coran :
سنة يتسنه بالسنين السنين سنين سنا

La racine سنه apparait 14 fois dans le Coran :

- 9 fois sous la forme    سنين  sinin année
- 2 fois sous la forme  السنين  al sinin années temps
- 1 fois sous la forme    يتسنه  yatasanah c’est possible
- 1 fois sous la forme  بالسنين  bialsinin  en années
- 1 fois sous la forme       سنا  sana dent bec pointe

 Bible  תנך ▼   Torah  תורה ▼   Genèse  בראשית ▼   Joseph et ses frères. ▼  Chapitre.  37 ▼  Verset  5 

וַיַּחֲלֹם יוֹסֵף חֲלוֹם וַיַּגֵּד לְאֶחָיו וַיּוֹסִפוּ עוֹד שְׂנֹא אֹתוֹ

Iioseph (Joseph) eut un songe qu’il raconta à ses frères, qui en conçurent encore plus de haine contre lui.

vayyah'alom yosséph h'alom vayyaggéd leèh'ayv vayyossiphou 'od seno otho

 Bible  תנך ▼   Prophètes  נביאים ▼   Jérémie  ירמיהו ▼  Chapitre  2 ▼ Verset  36  לְשַׁנּוֹת

מַה־תֵּזְלִי מְאֹד לְשַׁנּוֹת אֶת־דַּרְכֵּךְ גַּם מִמִּצְרַיִם תֵּבוֹשִׁי כַּאֲשֶׁר־בֹּשְׁתְּ מֵאַשּׁוּר

Pourquoi tant d'empressement (donnes-tu tant de mouvement)  à changer ton chemin? (Combien tu te rends méprisable en changeant de conduite) C'est de l'Egypte que viendra ta honte, Comme elle est venue de l'Assyrie (comme tu as eu honte d’Aschour)

mah-tthézeliy meod leshannoth èth-ddarekékhe ggam mimmitserayim tthévoshiy kaashèr-boshetthe méashour

 nataqanā  نَتَقْنَا  «Nous avons élevé-  projeter au-dessus » S.7 v.171 de l’hébreu נתק nitthaq ;

Sourate 7 الأعراف  al-Aʿrāf  les Crètes – le Purgatoire verset 171

Période Mecquoise, qui  occupe la 92è place dans l'ordre chronologique.

وَإِذ نَتَقْنَا الْجَبَلَ فَوْقَهُمْ كَأَنَّهُ ظُلَّةٌ وَظَنُّواْ أَنَّهُ وَاقِعٌ بِهِمْ خُذُواْ مَا آتَيْنَاكُم بِقُوَّةٍ وَاذْكُرُواْ مَا فِيهِ لَعَلَّكُمْ تَتَّقُونَ

Souvenez-vous lorsque Nous élevâmes (secouâmes) la montagne (le Mont) comme une ombrelle (un ombrage) au-dessus de leurs têtes, au point qu'ils crurent (eurent la conviction) qu'elle allait s'écrouler (chuter) sur eux. «Recevez (Prenez) avec résolution (force) ces enseignements que Nous vous donnons, leur dîmes-Nous. Méditez-en le contenu. Peut-être deviendrez-vous ainsi des gens pieux ! (Puissiez-vous prendre garde!) »

Wa-ith nataqna al jabala fawqahoum kaannahou thoullatoun wa thannou annahou wa qiAAun bihim khouthou ma ataynakoum biqouwwatin wa outhkourou ma fihi laAallakoum tattaqoun.

nataqanā  نَتَقْنَا  Principe actif / Sens verbal de la racine :
verbe. nataqa  نَتَقَ : secouer, agiter, tirer, retirer, soulever, ôter la peau, répandre, disperser, avoir beaucoup d'enfants.

La racine نتق apparait 1 fois dans le Coran :

- 1 fois sous la forme  نتقنا nataqanā

Bible  תנך ▼   Prophètes  נביאים ▼   Isaïe  ישעיהו ▼ Chapitre  5 ▼  Verset  27

אֵין־עָיֵף וְאֵין־כּוֹשֵׁל בּוֹ לֹא יָנוּם וְלֹא יִישָׁן וְלֹא נִפְתַּח אֵזוֹר חֲלָצָיו וְלֹא נִתַּק שְׂרוֹךְ נְעָלָיו

Nul n'est fatigué (las), nul ne chancelle (trébuche)  (bronche) de lassitude, Personne ne sommeille, ni ne dort; Aucun (nul) n'a la ceinture de ses reins détachée, (déliée)  Ni la courroie de ses souliers (chaussure) rompue (arrachée) (ne se déchirent pas).

éyn-'ayéph veéyn-koshél bo lo yanoum velo yiyshan velo niphetthah' ézor h'alatsayv velo nitthaq serokhe ne'alayv

Bible  תנך ▼Torah  תורה ▼ Lévitique  ויקרא ▼ La lèpre humaine : Tumeur, dartre et tache.▼chapitre13 ▼  Verset  30 

וְרָאָה הַכֹּהֵן אֶת־הַנֶּגַע וְהִנֵּה מַרְאֵהוּ עָמֹק מִן־הָעוֹר וּבוֹ שֵׂעָר צָהֹב דָּק וְטִמֵּא אֹתוֹ הַכֹּהֵן נֶתֶק הוּא צָרַעַת הָרֹאשׁ אוֹ הַזָּקָן הוּא

Le sacrificateur (Le cohen)  (le desservant)  son apparence  (examinera)  la plaie. Si elle paraît plus profonde (plus enfoncée) que la peau, et qu'il y ait du poil jaunâtre et mince, le sacrificateur(Le cohen)  (le desservant)   déclarera cet homme impur (contaminé) : c'est la teigne, c'est la lèpre (la gale) de la tête ou de la barbe

veraah hakohén èth-hannèga' vehinnéh mareéhou 'amoq min-ha'or ouvo sé'ar tsahov ddaq vetimmé otho hakohén nèthèq hou tsara'ath harosh o hazzaqan hou

ḥusbān  حُسْبَان « machine ? »S.18 v.40 de l’hébreu חשבון h'èshebon  ou de l’araméen ……....

Bible תנך ▼ Torah  תורה ▼ Nombres  במדבר ▼ Conquête de la Transjordanie ▼Chapitre 21 ▼Verset 26 

כִּי חֶשְׁבּוֹן עִיר סִיחֹן מֶלֶךְ הָאַמֹרִי הִוא וַהוּא נִלְחַם בְּמֶלֶךְ מוֹאָב הָרִאשׁוֹן וַיִּקַּח אֶת־כָּל־אַרַצוֹ מִיָּדוֹ עַד־אַרַנֹ

Oui,(car) Hèshbôn  (Hesbon) est(était)  la ville de Sihôn, (Si’hon’) roi des Emori,( Amoréens)  lui qui a (fait la guerre ) guerroyé contre le premier (au précédent ) roi de Moab: (et avait ) il a pris(fait) de sa main toute sa terre, (tout son pays ) jusqu'à l'Arnôn.

kiy h'èshebon 'iyr ssiyh'on mèlèkhe haamoriy hiv vahou nileh'am bemèlèkhe moav harishon vayyiqqah' èth-kol-aratso miyyado 'ad-aranon

Sourate 18 الكهف al-Kahf la Caverne verset 40

Période Mecquoise, qui occupe la 69è  place dans l'ordre chronologique.

فَعَسَى رَبِّي أَن يُؤْتِيَنِ خَيْراً مِّن جَنَّتِكَ وَيُرْسِلَ عَلَيْهَا حُسْبَاناً مِّنَ السَّمَاءِ فَتُصْبِحَ صَعِيداً زَلَقاً

il se peut que mon Seigneur (bientôt)me donne (m’accorde) quelque chose de meilleur que ton jardin et qu'Il envoie sur ce dernier (quelques coup bien calculé) une calamité (fléau déterminé) du ciel, qui le réduise en terrain (sol-une rocaille- arène) (pousière) stérile (nu)« devienne » (glissant accidenté),

FaAasa Rabbi an youtiyani khayran min jannatika wa yoursila Aalayha housbanan mina al sama-i fatousbiha saAidan zalaqan

Divers sens de ce mot dans sa racine.

 Comme outil de mesure évaluer, estimer – Compter, calculer, évaluer, considérer, estimer, se figurer, suffire, être suffisant, croire, penser, imaginer, prendre pour.

Définitions :
verbe.
حَسَبَ hasaba: opérer, compter, calculer, chiffrer, compter, dénombrer, énumérer, supputer  calculer, considérer, compter
حَسِبَ hasiba: calculer, considérer, compter, penser, présumer, supposer, trouver, croire, juger
حَسَّبَ hasaaba : se vanter de son origine, de ses talents
حَسُبَ hasùba: être noble, s'élever en dignité  être généreux, bienfaisant

nom.
حَسْب hasb: dénombrement  suffisance  supposition / quantité
حَسَب hasab : origine noble  noble  quantité
حُسْبانhùsban : calcul, compte, dénombrement, énumération, numération, supputation, opération  présomption  complot, conspiration  considération, estime, égard
حِسْبَة hisba : calcul, compte  récompense  comptable
حِسَاب hisab : calcul, compte, dénombrement, énumération, numération, comptage, opération  égard  comptabilité

adjectif.
حِسَابيّ hisabi : comptable, mathématique, arithmétique
حِسَابِيًّا hisabian : arithmétiquement

Cette racine comptabilise 108 apparition(s) dans le Saint Coran sous diverses formes
2:202 2:206 2:212 2:214 2:273 2:284 3:19 3:27 3:37 3:78 3:142 3:169 3:173 3:178 3:180 3:188 3:188 3:199 4:6 4:86 5:4 5:71 5:104 6:52 6:52 6:62 6:69 6:96 7:30 8:59 8:62 8:64 9:16 9:59 9:68 10:5 13:18 13:21 13:40 13:41 14:41 14:42 14:47 14:51 17:12 17:14 18:9 18:18 18:40 18:102 18:104 21:1 21:47 23:55 23:115 23:117 24:11 24:15 24:38 24:39 24:39 24:39 24:57 25:44 26:113 27:44 27:88 29:2 29:4 33:20 33:39 38:16 38:26 38:39 38:53 39:10 39:38 39:47 40:17 40:27 40:40 43:37 43:80 45:21 47:29 55:5 58:8 58:18 59:2 59:14 63:4 65:3 65:3 65:8 65:8 69:20 69:26 75:3 75:36 76:19 78:27 78:36 84:8 84:8 88:26 90:5 90:7 104:3

La racine حسب apparait 108 fois dans le Coran :

16 fois sous la forme الحساب  al hisab additionner-calculer            
- 7 fois sous la forme  حساب  hisab  à compter
- 5 fois sous la forme   حسابهم  hisabahoum leur compte
- 5 fois sous la forme   تحسبن   tahsaban penser
- 4 fois sous la forme  أيحسب   'ayahsab je pense
- 4 fois sous la forme    حسابا  hisabanan compte
- 4 fois sous la forme    حسيبا  hasibanaan calculé
- 4 fois sous la forme يحسبون   yahsaboun  ils comptent
- 3 fois sous la forme    حسبتم  hasibtum vous avez calculé
- 3 fois sous la forme     حسبنا  hasbuna nous avons calculé
- 3 fois sous la forme     حسب  hisb selon
- 3 fois sous la forme    يحسبن  yahsaban ils pensent
- 3 fois sous la forme  ويحسبون  wa yahsabun et ils pensent
- 2 fois sous la forme   والحساب  wa al hisab et compte
- 2 fois sous la forme     حسبك  hasbouk je pensais
- 2 fois sous la forme      حسابه  hisabah son compte
- 2 fois sous la forme      حسبانا  husbanana nous pensions
- 2 fois sous la forme     حسابيه  hisabiah calculs
- 2 fois sous la forme     حسبهم hasbouhoum selon eux
- 1 fois sous la forme   أفحسبتم  'afahasibtoum Tu ne penses pas ?
- 1 fois sous la forme     تحسب  tuhsab pensé -immaginé
- 1 fois sous la forme   يحاسبكم  yuhasibkum vous en tient
- 1 fois sous la forme     حسبى  husbaa il a calculé-me suffit
- 1 fois sous la forme   تحسبنهم  tahsabanahum ne pense point
- 1 fois sous la forme    يحتسب  yahtasib il ne s'attendait

- 1 fois sous la forme   الحسبين  al hisabayn  le plus précis

- 1 fois sous la forme    حسبين  hasabin les plus efficaces.
- 1 fois sous la forme   وتحسبونه  wa tahsabunah vous pensiez
- 1 fois sous la forme   أحسب  'ahasib estiment-ils

- 1 fois sous la forme   يحتسبوا  yahtasibouou ne s’attendaient
- 1 fois sous la forme    يحسب  yahsab il estime
- 1 fois sous la forme    أفحسب  'afahasib pensent estiment-ils
- 1 fois sous la forme    فحسبه  fahasbuh  sa seule
- 1 fois sous la forme    حسبته  hasibath  elle pensa - estima
- 1 fois sous la forme   لتحسبوه  litahsabouh que vous penser
- 1 fois sous la forme  يحتسبون  yahtasiboun  pris en compte
- 1 fois sous la forme    حسبه  hasbouh Il lui suffit
- 1 fois sous la forme   حسبتهم hasibtahum il prenda
- 1 fois sous la forme    حسبت  hasibt pensez-vous ?
- 1 fois sous la forme   أيحسبون  'ayahsaboun estiment-ils ?
- 1 fois sous la forme    يحسبه  yahsabouh  pensent -croient
- 1 fois sous la forme    يحسبهم yahsabouhoum pensent qu’ils..
- 1 fois sous la forme    تحسبهم  tahsabouhoum tu les comptes
- 1 fois sous la forme    حسابك  hisabik tu les crois -comptes
- 1 fois sous la forme    تحسبوه  tahsabouh n’estimez pas ?
- 1 fois sous la forme   تحسبها  tahsabouha tu penses
- 1 fois sous la forme بحسبان  bihousban  parfaitement calculés
- 1 fois sous la forme  وحسبوا  wa hasibouou  ils pensèrent
- 1 fois sous la forme فحاسبنها  fahasabnha  reddition de compte
- 1 fois sous la forme  يحاسب  youhasab  de comptes
- 1 fois sous la forme وتحسبهم wa tahsabouhoum vous auriez pensé

 

Les mots suivants apparaîtraient probablement de ces mots l’éthiopien écriture amharique 

āsababe አሳባበ réduire : asbâb أَسْبَابَ « corps de garde » S.40 v.37

Clavier amharique éthiopien appelé gəʿəz (geez ou guèze)  https://www.lexilogos.com/clavier/geez.htm

https://gate2home.com/Clavier-%C3%89thiopien

Sourate 40 غافر  ġāfir  Le Pardonneur verset 37

Cette sourate est parfois nommé 'al-Mu'minun  المؤمن, "Le croyant" mais non privilégié car se confondant avec le nom de la sourate 23 : al-Mu'minun المؤمنون  les Croyants.

Période Mecquoise, qui occupe  la 60è place dans l'ordre chronologique.

أَسْبَابَ السَّمَاوَاتِ فَأَطَّلِعَ إِلَى إِلَهِ مُوسَى وَإِنِّي لَأَظُنُّهُ كَاذِباً وَكَذَلِكَ زُيِّنَ لِفِرْعَوْنَ سُوءُ عَمَلِهِ وَصُدَّ عَنِ السَّبِيلِ وَمَا كَيْدُ فِرْعَوْنَ إِلَّا فِي تَبَابٍ

(les moyens d’ascension) des sphères célestes (vers les cieux) de façon à voir (que je m’élève jusqu’au) le Dieu de Moïse, adore car je soupçonne (suis convaincu) celui-ci d'être un menteur !» C'est ainsi que le mauvais comportement de  Pharaon, s'illusionnant sur la justesse de ses décisions, fut détourné (empêché d’accéder) du droit chemin et ses manœuvres (Or l’artifice de Pharaoon)  furent vouées à l'échec. (été que perditon).

Asbaba al samawati faattaliAa ila ilahi Mousa wa-inni laathounnouhou kathiban wa kathalika zouyyina lifirAawna sou-ou Aamalihi wa sudda Aani al sabili wa ma kaydou firAawna illa fi tababin

Rawune ራዉነ crue    , rahwun رَهْواً  rahan « s’ouvrir (pour la mer des Joncs) » S.44 v.24

sourate 44 الدخان ad-Duḫān la Fumée verset 24

Période Mecquoise, qui occupe le 64è  place dans l'ordre chronologique.

وَاتْرُكْ الْبَحْرَ رَهْواً إِنَّهُمْ جُندٌ مُّغْرَقُونَ

(Et) Laisse la mer béante telle que tu l'auras franchie. (Vraiment c’est une armée) Tes poursuivants y seront (qui vas être) engloutis.»

Wa outrouki al bahra rahwan innahoum joundoun moughraqoun.

Racine :  رهو rahou
Lemme : رَهْو rahoua-  rahwa
Signification générale - traduction :   

Principe actif. Sens verbal de la racine :
Stabilité, calme, douceur - marcher en écartant les jambes, marcher à son aise, être calme, agir avec douceur, déployer ses ailes

Définitions :
verbe.
رَهَا raha : se clamer, s'apaiser / il marcha à son aise / marcher doucement, écarter ses jambes / déployer ses ailes
nom.
رَهْو rahou : balade / grue
adjectif. / adv.
رَهْوَة  rahoua-  rahwa: endroit élevé - endroit encaissé - foule, multitude de gens
رَهَاء raha' : lieu spacieux - cendre, poudre, poussière

viendraient de :  ta‘alawu ታዐላዖ tout résistant . taˁālaw تَعْلُوا « se révolter » S.44 v.19

sourate 44 الدخان ad-Duḫān la Fumée verset 19

Période Mecquoise, qui occupe le 64è  place dans l'ordre chronologique

وَأَنْ لَّا تَعْلُوا عَلَى اللَّهِ إِنِّي آتِيكُم بِسُلْطَانٍ مُّبِينٍ

Ne vous montrez pas hautains envers (vis-à-vis de) Dieu ! Je viens vers vous muni d'une (autorité explicite) preuve évidente.

Wa an la taƐlou Aala Allahi inni atikoum bisoultanin moubinin

Racine : علو oulou
Lemme : تَعَالَىا  taalaaa

Principe actif / Sens verbal de la racine :
être exalté, être élevé, venir, maîtriser, s'élever, se hisser, être haut, monter, escalader, soulever, surélever, ascensionner, couvrir , monter sur une monture, vaincre, prendre le dessus, triompher de l'adversaire, frapper du sabre, pouvoir, être à même de faire, s'enorgueillir, être fier,être hautain, être arrogant

Définitions :
verbe.
عَلَّى  ala: monter, élever, hausser, hisser, lever, rehausser, soulever, surélever, exhausser, monter,
عَلِيَ aliya : monter / monter, escalader, ascensionner
أَعْلَى  taealla : monter, élever, hausser, hisser, se lever
تَعَلَّى taealaa : monter, surélever
تَعَالَى taalaa : monter, surélever - s'enorgueillir - se manifester-
اِسْتَعْلَى  istalaa: monter, surélever – décoller- escalader, s'élever صَعِدَ  saida  il est monté

nom.
عُلُوّ oulou : grandeur, haut, altitude, hauteur, prééminence, sublime, supériorité, transcendance / grandeur, éminence, noblesse / orgueil, hauteur, morgue
عُلْو  oulou: le haut, le dessus de quelque chose
عُلًى  oulaa: honneur, noblesse
عَلِيّ aliy: Attribut de Dieu : Le Sublime, l’Élevé, qui n'a rien de commun avec Ses créatures
عِلْي  ali: les grands, l'élite
 عَلْي  aali : endroit élevé
عَلْياء  aalya': ciel, firmament - lieu élevée - montée, haut
عِلِّيَّة : causalité, causalisme
عُلِّيَّة aalia : chambre haute - le grand monde,- l'élite des gens- au dessus
أَعْلَى  'aelaa: ci-dessus
أَعْلَى  'aelaa: Attribut de Dieu : Le Plus Haut, Le Plus Élevé, bien au dessus de Ses créatures
عِلِّيِّين ailiyiyn -  عِلِّيُّون iliyouwn : lieu élevé au Paradis / montagnards
   عِلِّيُّون ayliyiuwn : عِلِّيِّين 'Yliyin, dans le Coran, sourate 83,verset 18 Yliyin  « élevé-sublime » est décrit comme étant "kitaboun marqoum" كتاب المرقوم "un livre gradué" ou "un registre divisé en degrés, numéroté" ou simplment "Un livre numériquement structuré" ou encore "Un enregistrement numériquement structuré"

adjectif. / adverbe.
 عَلِيّ ali : noble, éminent, haut, prééminent, supérieur / haut, élevé / fort, robuste
عِلِّيّ  alaiy: causal, causatif / vocalique
عُلْيَا eulya : plus élevée, plus haute
أَعْلَى  'aelaa: souverain, supérieur
مُتَعَالٍ mutaalin: hautain / haut

expression.
اللهُ تَعَالَى allah taalaa: Dieu béni et exalté
تَعَالَى عَنْ  taalaa aîn: dédaigner, mépriser

 

Salaqa    ሳላቀ salaqa  سَلَقَ « maltraiter » S.33 v. 19

sourate 33 verset 19

أَشِحَّةً عَلَيْكُمْ فَإِذَا جَاء الْخَوْفُ رَأَيْتَهُمْ يَنظُرُونَ إِلَيْكَ تَدُورُ أَعْيُنُهُمْ كَالَّذِي يُغْشَى عَلَيْهِ مِنَ الْمَوْتِ فَإِذَا ذَهَبَ الْخَوْفُ سَلَقُوكُم بِأَلْسِنَةٍ حِدَادٍ أَشِحَّةً عَلَى الْخَيْرِ أُوْلَئِكَ لَمْ يُؤْمِنُوا فَأَحْبَطَ اللَّهُ أَعْمَالَهُمْ وَكَانَ ذَلِكَ عَلَى اللَّهِ يَسِيراً

par avarice à votre égard. Mais quand ils se sentent eux-mêmes en danger, tu les vois porter sur toi des regards angoissés, comme s'ils étaient à l'article de la mort. Et dès que le danger est passé, ils s'acharnent sur vous (vous blessent- fouettent) de leurs langues acérées (fourchues), par cupidité pour le butin (avare du bien) . Ces gens-là n'ont rien des vrais croyants. Aussi Dieu réduira-t-Il leurs œuvres à néant,(a rendu vaines leurs actions) et cela est (se révèle)si facile pour Lui.

Ashihhatan Aalaykoum fa-itha jaa al khawfou raaytahoum yanthouroun’ ilayka tadourou aAyounouhoum kaallathi youghsha Aalayhi mina al mawti fa-itha thahaba al khawfou çalaqoukoum bi-al sinatin hidadin ashihhatan Aala al khayri oulaika lam youminou faahbata Allahou aAmalahoum wa kana thalika Aala Allahi yasiran

Racine : سلق   salaq
Lemme : سَلَقُ salaqou

frapper, pocher, échauder, bouillir,

Définitions :
verbe.
سَلَقَ salqsalaqa: pocher, échauder, bouillir
سَلْق salq : faire bouillir des légumes
سَلْقَى salqaa: renverser quelqu'un sur le dos - porter à quelqu'un un coup de lance

nom.
سِلْقَة silqa: femme criarde et dévergondée -sauterelle qui a déjà pondu ses oeufs / louve

adjectif. adverbe
سَلاَّق salaq: orateur éloquent

 

De plus, de nouveaux emprunts restent à découvrir. C’est le cas du mot ğalāᵓ الْجَلَاء « exil-évacuation- l'expatriation » hapax dans le Coran.  (mot qui n'a qu'une seule occurrence)  

Sourate 59 الحشر  al-ḥašr  L’Exode sourate3

Période Médinoise, qui occupe la 101è  place dans l'ordre chronologique.

وَلَوْلَا أَن كَتَبَ اللَّهُ عَلَيْهِمُ الْجَلَاء لَعَذَّبَهُمْ فِي الدُّنْيَا وَلَهُمْ فِي الْآخِرَةِ عَذَابُ النَّارِ

Si Dieu n'avait pas décrété leur exil, (à leur encontre) Il les aurait déjà châtiés (corrigés) en ce monde (dans l’ici-bas) Néanmoins, le châtiment du Feu leur sera infligé dans la vie future (l’Ultimité ils auront la correction du Feu),

Wa lawla an kataba Allahou Aalayhimou al jalaa laAaththabahoum fi al dounya wa lahoum fi al-akhirati Aathabou al nar

 

Décomposition :      ٱلْ  +  jلَآءَ
Prononciation :   al jala'a
Racine : جلو jlu  
Lemme : جَلَآء  jala'

Principe actif / Sens verbal de la racine :
révéler, mettre en évidence, cirer, fourbir, polir, récurer, ragréer, illustrer, élucider, expliciter, expliquer, manifester, montrer, paraphraser, stipuler, traduire, débrouiller, démêler, déployer, clarifier, décanter, montrer, arborer, éclore, jaillir, apparaître, apparoir, paraître, surgir

Définitions :
verbe.
جَلَى jala : cirer, fourbir, polir, ragréer
جَلَّى jalaa : éclaircir, élucider, expliciter, expliquer, manifester, montrer, paraphraser, stipuler, traduire, débrouiller, démêler, déployer, clarifier, décanter, montrer, arborer / expulser, exiler
جَلِيَ jalya: avoir le devant de la tête dégarni de cheveux
جَلاَ jalla : cirer, fourbir, polir, récurer, ragréer / illustrer, élucider, expliciter, expliquer, manifester, montrer, paraphraser, stipuler, traduire, débrouiller, démêler, déployer, clarifier, décanter, montrer, arborer / éclore, jaillir, apparaître, apparoir, paraître, surgir
أَجْلَى 'ajlaa: sortir, partir / expulser, écarter, éliminer, éloigner, évacuer
تَجَلَّى tajalaa: éclore, apparaître, apparoir, naître, déployer, surgir

nom.
جَلْو jalou : lustrage, polissage
جَلْوَاء jalwa': front haut et large / ciel serein
جِلْوَة jiloua : cadeau du mari à son épouse
جَلْي jalii : brunissage, lustrage, polissage, récurage, fourbissage
جَلِيَّة jaliya : vérité
جَلاَء jala': brunissage, lustrage, polissage, fourbissage / évidence, clarté / évacuation, dégagement
إِجْلاَء 'iijala' : dissipation / évacuation, éloignement
تَجْلِيَة  tajlia: décantage, éclaircissement, manifestation, révélation, extériorisation

adjectif. / adverbe.
جَلِيّ jalii: visible, frappant, apparent, catégorique, distinct, évident, flagrant, insigne, lucide, manifeste, ostensible, patent, tranché, transparent, clair, net, exprès / évidemment, clairement, visiblement

 La racine جلو apparait 5 fois dans le Coran :

- 2 fois sous la forme : tajlaa  تجلى  Manifeste s7 v.43  - s92.v2
- 1 fois sous la forme : jalaaha جلىها  Et ainsi de suite s 91.3
- 1 fois sous la forme : yujaliyha  يجليها  Ils sont roulés  s.7 v 187
- 1 fois sous la forme ;  aljala'  الجلاء  Évacuation s.59 v. 3

qui semble être un emprunt à l’hébreu gōlā, גּוֹלָה  gālūt, haggolah הַגּוֹלָה hègelah הֶגְלָה  ggalethah גָּלְתָה concept propre au judaïsme, employé dans le Coran dans un contexte juif, à propos de l’exode de la tribu juive des Banu Nadir بنو النضير, 'une des trois principales tribus juives auxquelles Muhammad eut affaire quand elle fut chassée par le Prophète de ses forteresses situées près de Médine المدينة Al-Madīna (la ville)  nommée avant Yathrib يثرب .

 Bible תנך ▼   Hagiographes כתובים ▼   Ezra  עזרא ▼  Chapitre.  2 ▼   Verset  1 ▼ 

וְאֵלֶּה בְּנֵי הַמְּדִינָה הָעֹלִים מִשְּׁבִי הַגּוֹלָה אֲשֶׁר הֶגְלָה נְבוּכַדְנֶצּוֹר מֶלֶךְ־בָּבֶל לְבָבֶל וַיָּשׁוּבוּ לִירוּשָׁלַםִ וִיהוּדָה אִישׁ לְעִירוֹ

Voici ceux de la province qui revinrent de l'exil, ceux que Nebucadnetsar, roi de Babylone, avait emmenés captifs à Babylone, et qui retournèrent à Jérusalem et en Juda, chacun dans sa ville

veéllèh benéy hammediynah ha'oliym misheviy haggolah ashèr hègelah nevoukhadenètstsor mèlèkhe-bavèl levavèl vayyashouvou liyroushalami viyhoudah iysh le'iyro

info : Pour Reinhart Dozy 1820-1883, les juifs arrivèrent  en Arabie pendant la période de l’Exil Babylonien et apportèrent avec eux des pratiquent religieuses qui furent instaurées à la Mecques et dans les environs.David Samuel  Margoliouth, pour sa part, soutient que les Hébreux et les Arabes sont tous originaires d’Arabie, terre ancestrale des Sémites ayant donné naissance au mythe de l’Eden. Histoire des relations entre juifs et musulmans des origines à nos jours  édition Albin Michel 2013 pages 41 -50

 Exil - Exode dictionnaire encyclopédique de la Bible  édition Brépols 1987 pages 453-460

Retour dans l’histoire des israélistes

Vers Tel Abib תל-אביב , Tel-Aviv  تل أبيب ; de l'Akkadien Tel Abûbi , "Le Tel du déluge", où le printemps  Aviv ביב (étape de la croissance du grain) est la saison de l'année sur le canal Kebar , près de Nippur نفر  Nefer était parmi les plus anciennes des villes sumériennes dans l'actuel Iraq. Tel Abib est mentionné dans :

Bible  תנך ▼   Prophètes נביאים ▼   Ezéchiel  יחזקאל ▼   Chapitre.  3 ▼   Verset  15 

וָאָבוֹא אֶל־הַגּוֹלָה תֵּל אָבִיב הַיֹּשְׁבִים אֶל־נְהַר־כְּבָר וָאֲשֶׁר הֵמָּה יוֹשְׁבִים שָׁם וָאֵשֵׁב שָׁם שִׁבְעַת יָמִים מַשְׁמִים בְּתוֹכָם

"Je vins vers les exilés, à Tel Abib, qui demeuraient près du fleuve Kebar, et où ils demeuraient ; je restai là sept jours, stupéfait, au milieu d’eux."

vaavo èl-haggolah tthél aviyv hayyosheviym èl-nehar-kevar vaashèr hémmah yosheviym sham vaéshév sham shive'ath yamiym mashemiym bethokham

Vers Tel Harsha תל חרשא probablement Calneh (nord d’Alep syrie) village babylonien d'où les Juifs qui ne pouvaient pas montrer leur lignée sont revenus avec Zerubbabel. Le site est inconnu.  Mentionné deux fois Hagiographes :, Ezra  עזרא 2-59 ; Nehemie 7-61 ) Dans  Edrass  עזרא«Ezra»  5-36, il est appelé "Thelersas".

Esdras prêtre et scribe juif a mené environ 5000 exilés Judéens de Babylone à Jérusalem en 459 av. J.-C.

Vers kerūb « Chroub »  כרוב-   vers Addon אַדּוֹן vers et d'Immer וְאִמֵּר

Hègelah  הֶגְלָה ; ğalāᵓ :  « exile » ğ-l-w/y « se manifester, apparaître, émigrer, s’exiler »

Par ailleurs, ğalwa ne semble pas avoir été répertorié, ni par Lane, ni par Dozy, qui mentionne ğāliya : al-ğāliya bi-bābil « la captivité de Babylone *» de Sacy, Chrest. I, 9, 10, également dans un contexte juif.  ni par Kazimirski, qui  mentionne ğalwa, ğilwa, ğulwa , mais pas dans le sens d’« exil ».

* nom qu'on donne généralement au réaménagement à Babylone des Juifs de Jérusalem et du royaume de Juda sous Nabuchodonosor II, Nabû-kudurri-uṣur araméen : ܢ ܵܒܘ ܟܘ ܕܘ ܼܪܝ ܼܘܨܘ ܪ ; hébreu : נבכדנאצר Nəvūkádne’ṣar; grec ancien : Ναβουχοδονόσωρ Naboukhodonósôr ; arabe : نبوخذنصر nibūḫaḏniṣṣar) roi de l'Empire néo-babylonien entre 605 et 562 av. J.-C. qui fait suite au siège de Jérusalem de 586 avant Jésus fils de Marie.

Nabuchodonosor ii Gravure avec une inscription royale de Nabuchodonosor II

L'Exil dans la Bible תנך

Les livres suivants parlent de l'exil : 2 Rois chapitre 25 versets 27 à 30 et 2 Chronique  chapitre 33 verset 11 s chapitre 36 verset 20 qui se terminent par l'Exil, Esdras qui commence par lui et raconte la suite, avec Néhémie, et les prophètes Jérémie et Ezéchiel qui le vivent l'un à Jérusalem l'autre à Babylone, et les Lamentations  chapitre 3 versets 43-47  chapitre 4 versets 11-15  chapitre 5 verset 12-15bqui témoignent de la catastrophe sur place, tandis qu'Aggée חגיי Haggaï »   et Zacharie  וּזְכַרְיָה Zechariah  vivent le retour ; dans les suscriptions des Psaumes  y font explicitement référence 111« des hommes droits et dans l'assemblée. » -112 « la race des hommes droits sera bénie ». L'exil a donc une grande importance dans la Bible. Haggaï fut le premier Prophète après l’Exil ; Zekaria se joignit à lui quelque deux mois plus tard.

Histoire,  époque du Prophète Muhammad sur lui le salut et la paix

Concernant le sens de : Sourate 59 الحشر  al-ḥašr  L’Exode verset 3

Il s’agit de la tribu juivedes Banu Nadir بنو النضير hostille à la nouvelle religion qui fut chassée de Médine vers Khaybar, après sa rédition entre l'an 3 et 4 de l’Hégire soit vers 625. Elle avait trahit le Prophète qui leur pardonna. Ce premier rassemblement sempble viser cette tribu qui fut forcée de quitter son territoire pour aller vers Khaybar, soit en Syrie.

Ibn Ishaq ابن إسحاق   vers 85 -151 de l’Hégire soit vers 703-768 dans « La déportation de Banû al-Nadîr», rappelle l'existence d'un pacte et d'une alliance (pas d'une disposition générale comparable à ce que serait une "Constitution") :

Sira  سيرة, « biographie »de Ibn Ishaq transmise par Ibn Hicham, Édition française Ibn Ishaq, Muhammad, traduction française par Abdurrahmân Badawî, : عبد الرحمن بدوي (1917-2002 éditions Al Bouraq (28 septembre 2001) : tome 1, 654 pages) ; tome 2, 608 pages, voir FR t.2, p. 147-159

Extrait :

« Ibn Ishaq dit : L'Envoyé d'Allah alla au Banû al-Nadîr pour les aider à payer le prix du sang [...] Il y avait entre Banû al-Nadîr et Banû 'Âmîr un pacte et une alliance. »

Ibn Ishaq raconte la traîtrise des Banu Nadir qui tentent, selon le récit, de tuer Muhammad en lui lançant un rocher. Selon le récit, « Les juifs se retranchaient dans leurs fortins ; Alors l'Envoyé d'Allâh ordonna de couper leurs palmiers et de les mettre en feu. » Finalement, les Banu Nadir demandent à Muhammad qu'ils puissent se rendre et partir groupés pour Khaybar:

L'oasis de Khaybar خَـيـبـر, * à 150 km au nord de Médine, était selon Abdurrahmân Badawî, peuplée de tribus juives et d'Arabes hébraïsés

* cet oasis fut le siège de la bataille de Khaybar غزوة خيبر ghazwat khaybar qui opposa en mai- juin 628 soit an 7 de l’Hégire  Muhammad et ses fidèles environ 1.400 hommes à des Juifs 14.000 hommes. L'attaque de Khaybar serait la réponse de Muhammad au siège de Médine par les armées coalisées des juifs de Banu Qurayza et des Quraïchites lors de la Bataille du fossé غَزوة الخَندَق  ġazwa al-ḫandaq. Mar-avril 627 perte durant cette bataille du côté musulmans 16 hommes du côté juifs 93 hommes.

« L'Envoyé d'Allâh accéda à leur demande. Alors ils emportèrent de leurs biens ce que les chameaux pouvaient porter. On voyait alors quelques-uns parmi eux démolir les lintaux des portes et les mettre sur le dos de leurs chameaux et partir. Ils allèrent à Khaybar. »

« Des Banû al-Nadîr deux seulement ont embrassé l'Islam [...] Ils ont embrassé l'Islam afin de conserver leurs propriétés. »

Dans « Expédition contre les Banu Nadir », Tabarî écrit : « Les Benî-Nadhîr étaient des juifs qui avaient une grande forteresse aux portes de Médine, à un parasange de la ville, et séparée de celle-ci par des plantations de dattiers; Ils avaient conclu un traité avec le Prophète, de même que les juifs de la tribu de Banu Qurayza بنو قريظة ** et des Banu Fadak بنو  فدك ***, et tous les autres juifs qui demeuraient aux environs de Médine. » Les juifs de Médine ont tous, selon ce texte, conclu un traité avec Muhammad, il ne s'agit aucunement de "Constitution" ni de quoi que ce soit d'approchant. À la suite du meurtre de deux Arabes, il est demandé le prix du sang prévu dans le traité : « Le Prophète répondit : C'est bien, vous avez raison ; vous êtes en droit de réclamer pour eux le prix du sang, vu l'engagement que j'avais pris envers eux et le sauf-conduit que je leur avais accordé. [...] Je payerai le prix du sang pour les deux Arabes [...] Ensuite il ordonna de réunir cette somme, en la répartissant sur la ville de Médine, et d'y faire contribuer également les juifs, tels que les Banî-Nadhir, les Qurayza et ceux de Fadak, qui y étaient obligés par le traité. » Au lieu de payer, d'après le récit, les Banu Nadir complotent contre la vie de Muhammad en tentant de jeter sur lui une énorme pierre. Muhammad, les accusant d'avoir rompu le traité, leur demande de partir. Abd-Allah ibn Ubayy عبد الله بن أبي بن سلول****, leur fait dire : « Je suis prêt à vous soutenir avec deux mille hommes ».

**Ils furent massacrés par les premiers musulmans après cette bataille, dans le Dhul Qa‘dah l’année 5  de l’Hégire soit   en février et mars 627 Le butin fut abondant en esclaves, terres, bêtes et meubles, et leur acquisition fut approuvée par le Coran

Sourate 33 الأحزاب al-Aḥzāb Les Coalisés verset 26

Période Médinoise, qui occupe la 90è place dans l'ordre chronologique.

وَأَنزَلَ الَّذِينَ ظَاهَرُوهُم مِّنْ أَهْلِ الْكِتَابِ مِن صَيَاصِيهِمْ وَقَذَفَ فِي قُلُوبِهِمُ الرُّعْبَ فَرِيقاً تَقْتُلُونَ وَتَأْسِرُونَ فَرِيقاً

Et Il a fait descendre de leurs forteresses ceux des gens de l'Écriture qui avaient prêté assistance aux coalisés, et a jeté l'effroi dans leurs cœurs. Vous en avez tué une partie et vous en avez capturé une autre.

Wa anzala allathina thaharouhoum min ahli al kitabi min sayasohim wa qathafa fi qouloubihimou al ruAba fariqan taqtoulouna wa tasiroun fariqan

Selon Tabari révèle un de chiffre que 600-900 furent tués décapités et enterrés dans une fosse commune. Mais selon Ibn Kathir بن كثير ils furent entre 400 et 700 tués. Le Sunni hadith ne précise pas le nombre de tués, mais révèle que tous les mâles furent tués et une femme (la seule femme est mentionnée par Sunan d'Abu Da'ud سنن أبو داود. Les autres femmes et enfants furent vendus en échange d’armes et de chevaux, selon des sources islamiques. Ils furent en majorité vendus aux Juifs de Banu Nadir à Khaïbar

Selon le récit d'Ibn Ishaq, l'"ange Gabriel", l'assurant de son appui actif dans la bataille, aurait donné l'ordre à Muhammd de marcher contre les Banu Qurayza.

« Il dit à l'Envoyé de Dieu : « As-tu déposé les armes? » L'Envoyé de Dieu lui répondit « Oui » Gabriel dit : « Mais les anges n'ont pas encore déposé les armes. Je reviens maintenant après avoir poursuivi ces gens (Quraysh et Ghatafân). Dieu — Très haut —, t'ordonne, Ô Muhammad, de marcher contre Banû Qurayzah. Moi, je me dirige vers eux et je secouerai leurs fortins. »

*** La conquête de Fadak  (ou Fidk), se déroula en mai 628, soit le 2e mois de l’an 7 Hégire

L'oasis était divisée en trois régions: al-Natat, al-Shiqq الشق et al-Katiba الكتيبة, probablement séparées par des dérivations naturelles, telles que le désert, les galeries de lave et les marécages. Les habitants  vivaient en cultivant des palmiers dattiers.

Il n'y eut aucun combat. Les habitants de Fadak se rendirent, demandèrent l'instauration d'un traité de paix et cédèrent en contrepartie leurs terres et une partie de leurs richesses à Muhammad

Fadak devint ainsi la propriété privée et exclusive de Muhammad (un Fai فاي), puisqu’il n'était accompagné d'aucun sahaba صحابة compagnons lors de cette conquête. Muhammad distribua les richesses aux orphelins et en utilisa pour financer le mariage de jeunes indigents

Après la mort du Prophète Muhammad,,sa fille préférée Fatima Zahra فاطمة الزهراء demanda au premier calife Abû Bakr As Siddîq أبو بكر الصديق de lui donner Fadak en héritage. Abu Bakr n'accepta pas sa requête. Et pour justifier sa décision, il cita les paroles prophétiques suivantes : « Nous [Prophètes] n'héritons pas, pas plus que nous ne laissons d'héritage. Ce que nous laissons est aumône». »

Sahih Bukhari, صحيح البخاري  English Version, Vol. 5, Book 59, Al Maghaazi, Hadith 546, narré par 'Aïcha.

« Certes les savants sont les héritiers des prophètes. Les prophètes n'ont laissé comme héritage ni dinar ni dirham. Leur héritage est le savoir. Celui qui le prend aura pris un bien abondant. »

Ce hadith est rapporté par les imams Abou Dawoud, At-Tirmidhi, Ibn Maja et le cheikh Muhammed Al-Albani le juge authentique صحيح Sahih dans sa correction de Sounan Abou Daoud

**** appelé aussi ibn Salûl en référence à sa mère, était un des principaux chefs de la tribu des Banu Khazraj بنو الخزرج de Yathrib, la future Médine

Selon le récit, les Banu Nadir se rendent après onze jours de siège, sans combat. « Quelques-uns de leurs chefs » se rendent à Khaybar خَـيـبـر, les autres vont en Syrie

al-Balâdhurî  البلاذري  vers 287-279 Hégire soit  800 - 892  Ansab al-Ashraf أنساب الأشرافLivre de la généalogie des nobles pages 98 -99

extrait –  Quand le Prophète se fut établi à Médine il offrit la cohabitation pacifique avec les juifs, à conditon qu’ils s’abtinssent de tute action inamicale et hostiles envers lui et encers les musulmans, de ne point s’allier à ses ennemis……..

https://www.isesco.org.ma/fr/wp-content/uploads/sites/2/2015/05/Biographie-proph%C3%A8te.pdf

Ansab al ashraf livre de la genealogie des nobles

Ansab al-Ashraf أنساب الأشرافLivre de la généalogie des nobles

Voir EL Hadj Sliman ben Ibrahim et Dinet  édition artles jeures claires  la Vie de Muhammad page 203-204 expédition contre les juifs bni Nadhir

Chronique de Muhammad Ibn Jarīr Tabari  محمد بن جریر طبری Histoires des Prophètes et des rois éditon la Ruche 2012 pages 527- 529

La vie du Prophète Lumière de la Certitude نور اليقين في سيرة سيد المرسلين Nuru-l-Yaqin fi sirati sayyidi-l-mursalin   al khuldary  édition  Iqra  2009 pages  149 – 159.

 

 La sourate 59 fut révélée à cette occasion. Dans la littérature tardive, on note la double orthographe de ğalāᵓ avec un wa : ğalwa du même sens « exil », qui est une marque d’emprunt *orthographique à l’araméen, typique dans le Coran, déjà constatée, Blachère Régis, Grammaire de l’arabe classique, p. 27 : « Dans le Coran, un petit nombre de substantifs empruntés à l’araméen ont une orthographe singulière. […] Il s’agit ici d’une tentative pour transcrire la prononciation ḥayôt ܚܝܐ, ṣalôt ܨܠܘܬܐ, zakôt ואܟ.

* l’emprunt lexical est un type d’emprunt consistant, pour une langue, à adopter dans son lexique un terme d’une autre langue. L’emprunt peut être direct (une langue emprunte directement à une autre langue) ou indirect (une langue emprunte à une autre langue via une ou plusieurs langues vecteurs). L’emprunt fait partie des moyens dont disposent les locuteurs pour accroître leur lexique, au même titre que le néologisme, (nom commun, adjectif, expression) nouveau ou apparu récemment dans une langue) la catachrèse (consiste à détourner un mot ou une expression de son sens propre en étendant sa signification) ou la dérivation Par métonymie, (figure de style qui, dans la langue ou son usage, utilise un mot pour signifier une idée distincte mais qui lui est associée) on parle également d’emprunt pour désigner les mots empruntés eux-mêmes, dans la langue d’arrivée. la classe de l’emprunt ne correspond pas nécessairement à celle du mot d’origine, et il arrive qu’une langue emprunte un mot appartenant, dans la langue d’origine, à une classe fermée pour en faire un mot d’une classe ouverte

Le lexique, la grammaire de l'hébreu, l'arabe et l'araméen comparée de ces trois langues sémitiques apparentés dans un même alphabet  pratiquées par l'écrit et l'oral, n’a rien de surprenant.

Pour de nombreux auteurs, après Sa'adiah ben Yosef Gaon سعيد بن يوسف الفيومي   Sa'īd bin Yūsuf al-Fayyūmi סעיד בן יוסף אלפיומי  882/892 - 942 personnage rabbinique important à écrire en arabe , il est considéré comme l’un des précurseurs de la littérature judéo-arabe il est ‘auteur du Kutub al-Lughah également connu sous le nom de Kitāb faṣīḥ lughat al-'ibrāniyyīn , "Le livre du langage éloquent des Hébreux" , c'est  Yehouda ibn Quraysh יהודה אבן קריש‎,: يهوذا بن قريش (début du 10è siècle) qui fait figure de fondateur : [Juda Ibn Quraysh], celui qu'on appelle non sans raison le fondateur de la grammaire comparée des trois langues sémitiques. Son œuvre principale, rédigée en arabe, est l’introduction de la «Lettre - épître », مقدمة رسالة  Muqadimat Risala, adressé à la communauté juive de Fès dans le second quart du10è siècle entièrement consacré aux comparaisons entre les trois langues.

Voir article par Sophie Kessler-Mesguich.2001

https://www.persee.fr/docAsPDF/hel_0750-8069_2001_num_23_2_2831.pdf

 Pour :

zakawt – zakāt الزَّكَاةَ  «aumône légale  - la charité régulière »

purifier, assainir, raffiner, payer son dû à , payer en argent comptant, pistonner, motiver, développer, prospérer, croître, grossir, fleurir, être aisé, être vertueux

verbe.
زَكَّى  zaka: assainir, raffiner / pistonner / motiver / développer
زَكَا zaka: prospérer, croître, grossir, fleurir / être aisé, vertueux
أَزْكَى  'azaka: croître / développer, accroître
تَزَكَّى tazakka: donner l'aumône légale / croître, fleurir / se purifier

nom.
كْوَة kawa: pureté, limpidité, sincérité, loyauté
كِيَّة kia: terre fertile
زَكَا zaka : paire, réunion de deux choses
زَكَاء zaka' : pureté
زَكَاة zaka : aumône, impôt de charité
تَزْكِيَة tazakia: recommandation, piston / purification / recommandation / appui, soutien

adjectif. -adverbe.
زَكِيّ  zaki : honnête, intègre, loyal, vertueux, sage, chaste / odorant, odoriférant

Cette racine comptabilise 59 apparitions dans le Coran sous diverses formes. Ci dessous la liste des versets où cette racine apparait (cliquez sur le verset pour y accéder).

2:43 2:83 2:110 2:129 2:151 2:174 2:177 2:232 2:277 3:77 3:164 4:49 4:49 4:77 4:162 5:12 5:55 7:156 9:5 9:11 9:18 9:71 9:103 18:19 18:74 18:81 19:13 19:19 19:31 19:55 20:76 21:73 22:41 22:78 23:4 24:21 24:21 24:28 24:30 24:37 24:56 27:3 30:39 31:4 33:33 35:18 35:18 41:7 53:32 58:13 62:2 73:20 79:18 80:3 80:7 87:14 91:9 92:18 98:5

 ṣalaw ٱلصَّلَوٰةَ  ṣalāt صَلاَة « prière »;

prier, brancher, connecter, raccorder, relier, contacter

verbe.
صَلاَ sala: Toucher, atteindre - être en contact
صَلَى  salaa: avoir une partie du dos abaissé - Prier Dieu, faire la prière - Bénir quelqu'un et lui souhaiter du bien - Courir après, suivre
تَصَلَّى : redonner de la chaleur ou de l'énergie à son corps

nom.
صَلاَة  salaw    صَلَوة salàt : appel, invocation, exhortation - oraison, prière - prière, acte de dévotion - bénédiction que Dieu accorde au croyant - synagogue temple des Juifs
صَلَوَاتْ  salawat: (pluriel) prières
مُصَلٍّ  musal : suppliant, celui qui prie
مُصَلًّى musala’ : oratoire
مُصَلَّى  musala : oratoire, chapelle, lieu réservé à la prière / Place en plein air réservée aux prières

Cette racine comptabilise 99 apparitions dans le Coran sous diverses formes. Ci dessous la liste des versets où cette racine apparait (cliquez sur le verset pour y accéder).

2:3 2:43 2:45 2:83 2:110 2:125 2:153 2:157 2:177 2:238 2:238 2:277 3:39 4:43 4:77 4:101 4:102 4:102 4:102 4:103 4:103 4:103 4:142 4:162 5:6 5:12 5:55 5:58 5:91 5:106 6:72 6:92 6:162 7:170 8:3 8:35 9:5 9:11 9:18 9:54 9:71 9:84 9:99 9:103 10:87 11:70 11:81 11:87 11:114 13:22 14:31 14:37 14:40 17:78 17:110 19:31 19:55 19:59 20:14 20:132 21:73 22:35 22:40 22:41 22:78 23:2 23:9 24:37 24:41 24:56 24:58 24:58 27:3 29:45 29:45 30:31 31:4 31:17 33:33 33:43 33:56 35:18 35:29 42:38 58:13 62:9 62:10 70:22 70:23 70:34 73:20 74:43 75:31 87:15 96:10 98:5 107:4 107:5 108:2

 ḥayawt حيوة - ḥayāt  حَيَاة

Décomposition :      بِ  +  ٱلْ  +  حَيَوٰةِ 
Prononciation :   bialĥayati
Racine :  حيي hiiy
Lemme :  حَيَواة hayawa
Signification générale - traduction :   de la vie

Principe actif - Sens verbal de la racine :
Vivre, rougir, avoir honte

verbe.
حَيَّ hayi: exister, vivre
حَيَّا haya: saluer / faire vivre quelqu'un longtemps / souhaiter une longue vie à quelqu'un
اِسْتَحَى  aistaha: avoir honte
أَحْيَا 'ahya: animer, vivifier / renouveler, moderniser, régénérer, mouvementer, rénover
حَيْوَنَ haiouana : animaliser

nom.
حَيّ hayi: quartier / langue vivante
حَيًا haya: pluie / fertilité, abondance / plantes, végétations / repentir, remords, contrition / politesse, décence, bienséance, pudeur / résurrection
حَيَاء hia': honte, pudeur, timidité
حَيَاة , hayoua   حيوة hayua: existence, vie / mode de vie
اِسْتِحْيَاء astihya': honte, pudeur, timidité
أَحْياء 'ahya': biologie
إِحْيَاء 'iihya': animation, régénération, relance, vivification, revivification / restauration, innovation, novation, régénération
تَحِيَّة tahia: salut, salutation / compliments
حَيَوَان hayawan: animal, bête / vie / zoologie
حَيَوِيَّة hayawia : vitalité, tonus / exubérance
مُحْي mouhy: animateur, (le) vivifiant, celui qui anime, qui donne vie
مَحْيَا mahaya: existence, vie
مُحَيَّا mouahaya: physionomie, visage, faciès, air

adjectif.
حَيّ hayi : animé, vif / vivant
حَيَاتِيّ hayati: existentiel
حَيَوَانِيّ haiawani: bestialement / animalier, animal, bestial, zoologique
حَيَوِيّ hayawiun: constitutif, essentiel, fondamental, intrinsèque, vital, radical, crucial, primordial, substantiel
حَيَوِيّ hayawiun: biotique / énergique, dynamique, actif

expression.
أَحْيَا ذِكْرَى  'ahya dhikra : commémorer le souvenir de ...

 « vie ». Même si ğalwa est attesté chez des auteurs postérieurs au Coran.

C'est également un nom répandu chez les juifs tunisiens

L’analyse  consolide des indices de simimitudes entre les langues diverses étudiées et les languages utilisés,  ce qui ne contredit en rien la valeur des événéments.  Le Saint Coran le confirme comme les autres Saintes Ecritures, qui en attestent l’Authenticité Divine.

Malheureusement ils veulent rester sourds à l’Appel de la Vérité.

Ils connaisaient, grâce à leurs Livres, Muhammad comme ils connaissaient leurs propres enfants. Pourtant ils dissimulent cette connaissance, falsifient et altèrent les textes se rapportant à lui. Et, bien que les preuves de sa véracité keur aieint été présentés, ils ne croient pas en lui, Aussi Dieu l’Unique اللَّهِ Allah  nous dit 

Sourate 10 يونس Yūnus Jonas versets 94-95-96-97

Période Mecquoise, qui  occupe la 51è place dans l'ordre chronologique. Cependant, les savants musulmans  n'ont pas de certitude concernant la période des versets 40, 94, 95 et 96 dont il semblerait qu'ils soient issus de la période Médinoise.

 

فَإِن كُنتَ فِي شَكٍّ مِّمَّا أَنزَلْنَا إِلَيْكَ فَاسْأَلِ الَّذِينَ يَقْرَؤُونَ الْكِتَابَ مِن قَبْلِكَ لَقَدْ جَاءكَ الْحَقُّ مِن رَّبِّكَ فَلاَ تَكُونَنَّ مِنَ الْمُمْتَرِينَ

94-Et (Alors) si tu as (avais) quelque (un) doute au sujet de ce que Nous t'avons révélé, (descendre jusqu’à toi) interroge ceux qui, avant toi, lisaient (récitent) l'Écriture. C'est la Vérité qui te parvient, émanant de ton Seigneur (t’est certes parvenue). (Alors) Ne sois donc point du nombre des sceptiques !

Fa-in kounta fi shakkin mimma anzalnna ilayka fais-ali allathin’ yaqraoun’ al kitaba min qablika laqad jaaka al haq min Rabbika fala takounanna mina al moumtarin’

وَلاَ تَكُونَنَّ مِنَ الَّذِينَ كَذَّبُواْ بِآيَاتِ اللّهِ فَتَكُونَ مِنَ الْخَاسِرِينَ

95-Et ne sois pas non plus de ceux qui traitent de mensonges les signes de Dieu, sinon tu serais du nombre des perdants !

Wa la takounanna mina allathin’ kaththabou bi-ayati Allahi fatakoun mina al khasirin’

إِنَّ الَّذِينَ حَقَّتْ عَلَيْهِمْ كَلِمَتُ رَبِّكَ لاَ يُؤْمِنُونَ

96-Certes, ceux contre lesquels la sentence de ton Seigneur a été prononcée ne croiront pas,

Inna allathin’ haqqat Aalayhim kalimatou Rabbika la youminoun

وَلَوْ جَاءتْهُمْ كُلُّ آيَةٍ حَتَّى يَرَوُاْ الْعَذَابَ الأَلِيمَ

97- même si tous les signes leur étaient offerts, tant qu'ils ne seront pas mis en face du châtiment douloureux.

Wa law jaat-houm koullou ayatin hatta yarawou al Aathaba al-alim

 

Autrement dit : leur foi ne leur sera d’aucune utilité. Ils n,e croiront qu’au moment où leur foi ne leur servira à rien.

 

Versets 99- et 100 de la même sourate

 وَلَوْ شَاء رَبُّكَ لآمَنَ مَن فِي الأَرْضِ كُلُّهُمْ جَمِيعاً أَفَأَنتَ تُكْرِهُ النَّاسَ حَتَّى يَكُونُواْ مُؤْمِنِينَ

99- Et si ton Seigneur l'avait voulu, tous les hommes peuplant la Terre (tous sur terre sans exception) auraient, (mis en œuvre  le Dépôt confié) sans exception, embrassé Sa foi !  (Alors) Est-ce à toi de contraindre (qui forcera) les êtres humains à devenir croyants ?, ( à mettre en œuvre le Dépôt confié) ?

Wal aw shaa Rabbouka la-mana man fi al-ardi koullouhoum jamiAan afaanta toukrihu al nasa hatta yakounou mouminin’

وَمَا كَانَ لِنَفْسٍ أَن تُؤْمِنَ إِلاَّ بِإِذْنِ اللّهِ وَيَجْعَلُ الرِّجْسَ عَلَى الَّذِينَ لاَ يَعْقِلُونَ

100- alors qu'il n'appartient à nulle âme d'acquérir la foi (le Dépôt confié) sans (qu’avec) la permission du Seigneur, qui couvrira d'opprobre (Et Il bouleverse) ceux qui ne veulent pas comprendre? (qui ne font pas le lien)

Wa ma kana linafsin an toumina illa bi-ithni Allahi wa yajAalou al rijsa Aala allathin’ la yaAqiloun

 

Sourate 2 البقرة  al-Baqara la Vache verset 272

Période Médinoise qui occupe la 87è place dans l'ordre chronologique.

……………………. لَّيْسَ عَلَيْكَ هُدَاهُمْ وَلَـكِنَّ اللّهَ يَهْدِي مَن يَشَاءُ

Il (leur guidance)  ne t'incombe pas, ô Prophète, de guider les hommes vers le droit chemin. C'est à Dieu seul qu'il appartient de diriger qui Il veut dans Sa Voie (qui guide qui Il veut) …………………..

Laysa Aalayka houdahoum wa lakinna Allaha yahdi man yasha………………….

 

Sourate 13 الرعد ar-Raʿad  le Tonnerre verset 40

Période Mecquoise qui occupe la 96è place dans l'ordre chronologique.

فَإِنَّمَا عَلَيْكَ الْبَلاَغُ وَعَلَيْنَا الْحِسَابُ…………………………………………..

 

………………… ton seul devoir est de communiquer le Message (alors seule la transmission te revient). Et c'est à Nous ensuite de leur demander des comptes (et à Nous d’évaluer le compte)

…………………….. fa-innama  Aalayka al balaghou wa Aalayna al hisabou

Sourate 3 آل عمران  āli ʿimrān La famille d'Imran verset 3

Période Médinoise qui occupe la 89è place dans l'ordre chronologique.

نَزَّلَ عَلَيْكَ الْكِتَابَ بِالْحَقِّ مُصَدِّقاً لِّمَا بَيْنَ يَدَيْهِ وَأَنزَلَ التَّوْرَاةَ وَالإِنجِيلَ

Il t'a révélé (fait descendre sur toi) graduellement le Livre en tant que Message de vérité (l’Ecriture par la Vérité), confirmant (authentifiant) ce qui l'avait précédé, (ce qui en est toujours actuel) comme Il avait révélé  (descendre) la Thora et l'Évangile  

Nazzala Aalayka alkitaba bialhaqqi musaddiqan lima bayna yadayhi waanzala alttawrata waal-injeela

Chaque Messager avait pour devoir d'avertir leur peuple à leur époque respective et que le Message du Dernier des Prophètes Muhammad  sur lui le salut et la paix celui qu'il a reçu est à destination de l'Humanité et qu'il est (le Coran) protégé de toute falsification alors que leurs textes ont été modifiés a tarvers leurs temps avec les nombreuses incohérences que l'on peut y trouver.

sourate 22 الحجّ al-Hajj Le Pèlerinage verset 52

Période Médinoise qui occupe la 103è place dans l'ordre chronologique.

وَمَا أَرْسَلْنَا مِن قَبْلِكَ مِن رَّسُولٍ وَلَا نَبِيٍّ إِلَّا إِذَا تَمَنَّى أَلْقَى الشَّيْطَانُ فِي أُمْنِيَّتِهِ فَيَنسَخُ اللَّهُ مَا يُلْقِي الشَّيْطَانُ ثُمَّ يُحْكِمُ اللَّهُ آيَاتِهِ وَاللَّهُ عَلِيمٌ حَكِيمٌ

Nous n'avons envoyé avant toi aucun Messager ni Prophète sans que le Diable (Satan) ait tenté d'altérer (souhaitait se projeter) le sens des versets qui leur étaient révélés. Mais (Aussi) Dieu a toujours aboli  (fait disparaître) les suggestions du Diable  (ce que projette Satan) et rétabli le sens véritable de Ses versets. Dieu est Omniscient (Savant) et Sage.

 

Wa ma arsalna min qablika min rasoulin wa la Nabiyyin illa itha tamanna alqa al shaytanu fi oumniyyatihi fayansakhou Allahou ma youlqi al shaytanou thoumma youhkimu Allahou ayatihi wa Allahou Aalimoun hakomoun

 

 Bible - תנך ▼   Hagiographes - כתובים ▼   Chroniques 2 - דברי הימים ב ▼  Chapitre  6 ▼ Verset  32 

וְגַם אֶל־הַנָּכְרִי אֲשֶׁר לֹא מֵעַמְּךָ יִשְׂרָאֵל הוּא וּבָא מֵאֶרֶץ רְחוֹקָה לְמַעַן שִׁמְךָ הַגָּדוֹל וְיָדְךָ הַחֲזָקָה וּזְרוֹעֲךָ הַנְּטוּיָה וּבָאוּ וְהִתְפַּלְלוּ אֶל־הַבַּיִת הַזֶּה

Quand l'étranger, qui n'est pas de ton peuple d'Israël, viendra d'un pays lointain, à cause de ton grand nom, de ta main forte et de ton bras étendu, quand il viendra prier [en se tournant] dans (vers) cette maison,

vegam èl-hannakheriy ashèr lo mé'ammekha yiseraél hou ouva méèrèts reh'oqah lema'an shimekha haggadol veyadekha hah'azaqah ouzero'akha hannetouyah ouvaou vehithepalelou èl-habayith hazzèh

וְאַתָּה תִּשְׁמַע מִן־הַשָּׁמַיִם מִמְּכוֹן שִׁבְתֶּךָ וְעָשִׂיתָ כְּכֹל אֲשֶׁר־יִקְרָא אֵלֶיךָ הַנָּכְרִי לְמַעַן יֵדְעוּ כָל־עַמֵּי הָאָרֶץ אֶת־שְׁמֶךָ וּלְיִרְאָה אֹתְךָ כְּעַמְּךָ יִשְׂרָאֵל וְלָדַעַת כִּי־שִׁמְךָ נִקְרָא עַל־הַבַּיִת הַזֶּה אֲשֶׁר בָּנִיתִי

(alors, toi,) exauce-le des cieux, du lieu de ta demeure, et accorde à cet étranger tout ce qu'il te demandera,  (l'étranger réclamera de toi) afin que tous les peuples de la terre connaissent ton nom pour te craindre, comme ton peuple d'Israël, et sachent que ton nom est invoqué sur cette maison que j'ai bâtie!

veatthah tthishema' min-hashamayim mimmekhon shivetthèkha ve'asiytha kekhol ashèr-yiqera élèykha hannakheriy lema'an yéde'ou khal-'amméy haarèts èth-shemèkha ouleyireah othekha ke'ammekha yiseraél velada'ath kiy-shimekha niqera 'al-habayith hazzèh ashèr baniythiy

Cet étranger ne serai-ce pas le Prophète Muhammad qui est c’est installé à Médine المدينة Al-Madīna  ancienne Yatrib يثرب alors peuplée de tribue Juive, qui serait partis lors de l'isrâ' إسراء « voyage nocturne» et Miraj معراج, « échelle, ascension » parti de La Mecque مكة, Makka premier lieu du Culte monothéiste  à Jérusalem יְרוּשָׁלַיִם Yerushaláyim اورشليم Ûrshalîm,  القدس  al Quds au  Noble Sanctuaire الحرم الشريف  al-Ḥaram aš-Šarīf où est située la mosquée al-Aqsa المسجد الاقصى al-masjid al-Aqsa « la plus lointaine, aussi appelée Mont du Temple הַר הַבַּיִת‎, Har HaBáyit,  car c'était le site du Temple de Jérusalem.

9 aout 2018

Au problème de l’identification des emprunts, s’ajoute la question des arguments. Relever un emprunt est une chose, encore faut-il le démontrer. Autrefois, une citation ou un sens biblique suffisait à justifier un emprunt. Ainsi, pour A. Jeffery, la 5è forme arabe tağallā تَجَلَّى  qu’il traduit « apparaître dans la gloire » serait un emprunt sémantique au syriaque ᵓtğlᵓ ܬܪܠ « se révéler (Dieu)

Se revele en syriaque

تَجْلِيَة  tajlia : décantage, éclaircissement, manifestation, révélation, extériorisation

جَلْو      jalu : lustrage, polissage

تَجَلَّى   tajala :éclore, apparaître, apparoir, naître, déployer, surgir

 

Citée deux fois dans le Coran « se manifester- se manifesta»

Sourate 7  الأعراف al-Aʿrāf  Le purgatoire verset 143

Période Mecquoise, qui occupe la 92è place dans l'ordre chronologique.

وَلَمَّا جَاء مُوسَى لِمِيقَاتِنَا وَكَلَّمَهُ رَبُّهُ قَالَ رَبِّ أَرِنِي أَنظُرْ إِلَيْكَ قَالَ لَن تَرَانِي وَلَـكِنِ انظُرْ إِلَى الْجَبَلِ فَإِنِ اسْتَقَرَّ مَكَانَهُ فَسَوْفَ تَرَانِي فَلَمَّا تَجَلَّى رَبُّهُ لِلْجَبَلِ جَعَلَهُ دَكّاً وَخَرَّ موسَى صَعِقاً فَلَمَّا أَفَاقَ قَالَ سُبْحَانَكَ تُبْتُ إِلَيْكَ وَأَنَاْ أَوَّلُ الْمُؤْمِنِينَ

Lorsque Moïse vint à Notre rencontre (rendez-vous) et que son Seigneur lui eut adressé la parole, il dit : «Seigneur, montre (Fais)-Toi (voir) à moi pour que je Te voie (Te regarde) !» –  Il (Allah) dit  «Non, tu ne Me verras pas, répliqua le Seigneur. Mais regarde plutôt la Montagne. Si elle reste immobile (stable) à sa place, (alors) tu pourras alors Me voir.» Et lorsque son Seigneur se manifesta (pleinement) à la Montagne, Il la réduisit (pulverisa) en poussière, et Moïse tomba (s’effondra) foudroyé. Revenu à lui, (Alors quand il eut repris connaissance) il s'écria : «Gloire à Toi ! Je reviens à Toi, plein de repentir, et je suis le premier des croyants ». (le premier de ceux qui mettent le Dépôt confié !)

Wa lamma jaa Mousa li mîqati Nâ wa kallamahou Rabbouhou qala Rabbi arini anthour ilayka qala lan tarani wa lakini ounthour ila al jabali fa-ini istaqarra makanahou fasawfa tarani falamma tajalla Rabbouhou liljabali jaAalahou dakkan wakharra Mousa saAiqan falamma afaqa qala soubhanaka toubtou ilayka wa ana awwalou al mouminin’

 « briller par son illunination sa lumière» sourate 92 الليل al-Layl la Nuit  verset 2

Période Mecquoise, qui  occupe la 9è place dans l'ordre chronologique.

وَالنَّهَارِ إِذَا تَجَلَّى

par le jour quand il répand sa clarté (il se manifeste)

Wa al nahari itha tajalla

Il se base uniquement sur A. Mingana. Tağallā dérive de la racine ĞLW/Y, courante en arabe et en hébreu biblique GLH signifiant au qal « découvrir, révéler », au piel « découvrir, révéler, mettre au jour », mais on trouve également dans :

Bible  תנך ▼ Torah  תורה ▼ Genèse  בראשית ▼ Vengeance traîtresse de Siméonet de Lévi. ▼  Chapitre 35 ▼ Verset  7 

וַיִּבֶן שָׁם מִזְבֵּחַ וַיִּקְרָא לַמָּקוֹם אֵל בֵּית־אֵל כִּי שָׁם נִגְלוּ אֵלָיו הָאֱלֹהִים בְּבָרְחוֹ מִפְּנֵי אָחִיו

Il bâtit là un autel, et il appela ce lieu El-Béthel; car c'est là que Dieu (Elohîm ) s'était révélé (lui avait apparu ) à lui lorsqu'il fuyait son frère

vayyivèn sham mizebéah' vayyiqera lammaqom él béyth-él kiy sham nigelou élayv haélohiym bevareh'o mipenéy ah'iyv

Legalloth לְגַלּוֹת découvrir    vegaléh וְגָלֵה  révélé  nigelou נִגְלוּ  Ont été révélés

le sens de « se révéler (pour Dieu) ».

Les variations de lettres à l’intérieur d’une même racine sont courantes en arabe.

La comparaison reposait davantage sur des ressemblances phonologiques plutôt que sur les règles du comparatisme. C’est le cas de dihāq cité dans un passage relatif aux délices du paradis « des coupes débordantes » kaᵓs  dihāq

sourate 78 verset 34.

وَكَأْساً دِهَاقاً

et des coupes débordantes. (bien pleines)- ( remplie) (De délicieuses boissons)

Wa kasan dihâqân

Définitions :
verbe.
دَهَقَ   dahaq  : couler, dégorger, déverser, épancher, verser - combler, emplir, truffer
أَدْهَقَ  'adhaq : emplir, remplir

nom.
دَهَق  dahaq : instrument de torture
دِهْقَان : homme puissant / marchand, négociant / maire / chef de file, personnalité au rôle important

adjectif. adverbe.
دِهَاق  dihaq: bondé, plein, comble

 S. Fraenkel le rapproche de l’hébreu daḥaqa ? « entasser, pousser, oppresser » et du judéo-araméen dḥq « presser, pousser, comprimer ». Selon ce savant, le passage du ḥ  ه au h viendrait de l’origine mésopotamienne du terme. kaᵓs dihāq كَأْساً دِهَاقاً  correspondrait à « une coupe (de jus) pressé » en faisant référence au vin pressé pour remplir la coupe. Cependant, l’akkadien n’est pas attesté par Heinrich. Zimmern 1862 -1931. Professeur d'assyriologie à l’université de Leipzig  et considéré comme le fondateur de la discipline de l'histoire des anciennes religions du Proche-Orient en Allemagne D. Cohen mentionne les deux racines : DHQ د  ه  ق en arabe dihāq ديهاق  « rempli à ras bord », qui semble repris directement du Coran, et DḤQ en hébreu dāḥaq לחץ  « presser, pousser » ?, en judéo-araméen palestinien et en syriaque dəḥaq, arabe daḥaqa « chasser, éloigner ». En fait, D. Cohen ne propose aucun lien entre ces deux racines DHQ et DḤQ دهق   د  ه  ق

En hébreu daḥaqa דַּחֲךָ  ou lah'ats לַחַץ  ?

Voyons cela de plus près.

דַּחֲךָ  Idahaka – dkhkh :dispersé -exilé - diluer

לַחַץ  lah'ats :pression  - stress -  contrainte -  Obliger – détresse – compulsion

Proto-sémitiques et leurs correspondances avec l'akkadien, l'arabe et l'hébreu tibérien:

דַּחֲךָ  dahaka  ou   לַחַץ  lah'ats correspondances avec l'akkadien, l'arabe et l'hébreu

Dahaka ou lah ats correspondances avec l akkadien l arabe et l hebreu

L'alphabet ougaritique est une forme d'alphabet attesté dans la ville d'Ougarit entre le 15è et le début du13è siècle av. Jésus fils de Marie.

Alors que la plupart des tablettes sont écrites en cunéiforme syllabique notant la langue akkadienne (langue sémitique) ou hittite (langue indo-européenne), quelques-unes le sont dans une nouvelle écriture cunéiforme, dite « alphabet ougaritique », servant à noter une langue sémitique cananéenne (ainsi que des textes hourrites).

Exemple

 Bible  תנך ▼   Prophètes  נביאים ▼   Rois 1מלכים א ▼  Chapitre.  22 ▼  Verset  27 ▼ 

וְאָמַרְתָּ כֹּה אָמַר הַמֶּלֶךְ שִׂימוּ אֶת־זֶה בֵּית הַכֶּלֶא וְהַאֲכִילֻהוּ לֶחֶם לַחַץ וּמַיִם לַחַץ עַד בֹּאִי בְשָׁלוֹם 

Et tu diras : Ainsi a dit le roi : Mettez celui-ci en prison, et faites-lui manger le(nourrissez-le du) pain du malheur (d'affliction ) et (boire) l'eau du malheur (d'affliction ) jusqu'à ce que je revienne en paix.

veamarettha koh amar hammèlèkhe siymou èth-zèh béyth hakèlè vehaakhiylouhou lèh'èm lah'ats oumayim lah'ats 'ad boiy veshalom

 Bible  תנך ▼ Torah  תורה ▼ Deutéronome  דברים ▼ Retour d'exil et conversion ▼ Chapitre 30▼Verset 4 ▼ 

אִם־יִהְיֶה נִדַּחֲךָ בִּקְצֵה הַשָּׁמָיִם מִשָּׁם יְקַבֶּצְךָ יְהוָה אֱלֹהֶיךָ וּמִשָּׁם יִקָּחֶךָ

Quand tes dispersés (tu serais exilé)  seraient au bout des cieux, l'Eternel, ton Dieu,( IHVH-Adonaï, ton Elohîms,) te rassemblera de là, et te prendra de là (c'est là qu'il t'ira chercher)

 im-yiheyèh niddah'akha biqetséh hashamayim misham yeqabètsekha hashem élohèykha oumisham yiqqah'èkha

Le mot sullam سلم  « échelle »

 Arthur Jeffery le traite en quelques lignes sans mentionner le lien biblique avec l’échelle de Jacob,  חלום יעקב  Halom Yaakov  سلم يعقوب  salam Yaqoub. L’évènement  aurait  eut lieu à Béthel בֵּית־אֵל (village arabe de Beitin) localité des hautes terres qui se trouverait à 10km au nord de Jérusalem יְרוּשָׁלַיִם, qui a vraisemblablement une source commune avec le verset coranique où figure ce mot. Il ne cite pas non plus la Muˁallaqa de Zuhayr, ni les sources akkadiennes. À aucun moment, il ne souligne les variations phonologiques des formes en hébreu sullām  חלום, sulam סלם .en arabe sullam , سُلَّم et en araméen swlmᵓ* d’une part et l’akkadien simmiltu correspondrait soit à un escalier, soit à une échelle d'assaut, le moyen le plus rapide et le plus facile pour conquérir une ville. Cette technique, utilisée par les Égyptiens et les Assyriens, est visible dans les reliefs, inscriptions et autres sources classiques. Cette méthode est mentionnée également :

*Araméen

Arameen sulman echelle

Sourate 52 الطور aṭ-ṭūr le Mont verset 38

Période Mecquoise, qui occupe la 76è place dans l'ordre chronologique.

Cette sourate rappelle que Le Coran ne s'oppose pas à la Torah תּוֹרָה, « instruction » Tawrat توراة  des Juifs ou à l'Evangile  ‫إنجيل  Injil des Chrétiens : il complète ses premiers ouvrages Divins qui ont été altérés par les hummains  comme le précise à diverses reprises le  Saint Coran.

أَمْ لَهُمْ سُلَّمٌ يَسْتَمِعُونَ فِيهِ فَلْيَأْتِ مُسْتَمِعُهُم بِسُلْطَانٍ مُّبِينٍ

Auraient-ils une échelle pour avoir accès aux secrets du Ciel (ou ils seraint à l’écoute) ? Que celui qui y a entendu quelque chose (serait à l’écoute) en apporte la preuve (vienne avec un  argument probant)!

Am lahoum soullamoun yastamiAouna fihi falyati moustamiAuhum bisoultanin moubinin’

Sens du verset.  Une échelle qui leur permet (de monter au ciel) et d’y écouter les paroles des anges rapprochés les dignitaires suprêmes  الملأ الأعلى  al mal’ al ‘alâ « Assemblée supérieure » et les secrets de l’inconnaissable qui ont été vrévélés aux anges ? S’ils prétendent cela, que celui d’entre eux qui reste à l’écoute des anges apporte une preuve évidente de la vérité de ce qu’ils disent et font.

سُلَّم soulam : échelle - hiérarchie administrative (Monter vers le Seigneur)
سُلَّم  soulam : échelle, escalier, escabeau

Racine :  سلم
Lemme :  سُلَّم
Signification générale / traduction :   Paisible

Le mot en hébreu pour échelle, sulam  סלם et le nom de la montagne où fut donnée la Torah, le Mont Sinaï  סיני  ont la même gematria (valeur numérique des lettres).

Bible תנך ▼  Torah  תורה ▼   Genèse  בראשית ▼   Le songe de Jacob. ▼  Chapitre 28 ▼ Verset  12 ▼

וַיַּחֲלֹם וְהִנֵּה סֻלָּם מֻצָּב אַרְצָה וְרֹאשׁוֹ מַגִּיעַ הַשָּׁמָיְמָה וְהִנֵּה מַלְאֲכֵי אֱלֹהִים עֹלִים וְיֹרְדִים בּוֹ

Il eut un songe. Et voici, une échelle (escalier) était appuyée sur la terre, et son sommet touchait au ciel. Et voici, les anges de Dieu montaient et descendaient par cette échelle

vayyah'alom vehinnéh ssoullam moutstsav aretsah verosho maggiy'a hashamayemah vehinnéh maleakhéy élohiym 'oliym veyorediym bo

Sens final de ce verset : Dieu se révèle à Jacob יעקב, Ya`aqov, « il talonnera » يعقوب, Ya`qūb et renouvelle l’alliance  בְּרִיתִי beriythiy (entre Dieu l’Unique et l'Humanité) contractée avec ses pères. À son réveil, Jacob complète l’alliance et consacre l'endroit, qui sera désormais nommé Béthel.  (voir ci dessus).

Il est pensé aussi  à l’ endroit où Jacob s'est arrêté pour la nuit qui serait  le Mont Moriah,* le futur emplacement du Temple de Jérusalem. L'échelle signifie le pont entre le Ciel et la terre, comme les prières et les sacrifices offerts dans le Saint Temple signifient l'alliance entre Dieu et le peuple juif.

* au mont Moriah מוריה, Mōriyyā = « ordonné-considéré par YHWH  יהוה Jéhova  היה  (HYH, « être ») est le nom donné à un massif montagneux dans le Livre de la Genèse, comme l'emplacement de la Ligature sacrifiçce   עֲקֵדַת  'aqedat ذبح  Dhabih sacrifice d’Abraham   . La tradition y voit l'actuel Rocher de la fondation situé sur le mont du Temple, qui se trouve actuellement sous le dôme du Rocher et qui, à l'époque du temple de Jérusalem aurait formé l'assise du Saint des saints.

 

 Bible - תנך    Prophètes - נביאים    Joël - יואל    Chapitre.  2    Verset.  7 

כְּגִבּוֹרִים יְרֻצוּן כְּאַנְשֵׁי מִלְחָמָה יַעֲלוּ חוֹמָה וְאִישׁ בִּדְרָכָיו יֵלֵכוּן וְלֹא יְעַבְּטוּן אֹרְחוֹתָם

" Ils s'élancent comme les forts (des guerriers), ils escaladent le mur comme les hommes de guerre ; ils marchent (chacun) son chemin, sans s'écarter de leur route."

kegiboriym yeroutsoun keaneshéy mileh'amah ya'alou h'omah veiysh biderakhayv yélékhoun velo ye'abetoun oreh'otham

Bible - תנך    Prophètes - נביאים    Samuel 2 - שמואל ב    Chapitre.  22    Verset.  30

כִּי בְכָה אָרוּץ גְּדוּד בֵּאלֹהַי אֲדַלֶּג־שׁוּר

Avec toi (car par toi) je me précipite (j’attaque) sur une troupe en armes, Avec (pour) mon Dieu je franchis une (la) muraille.

kiy vekhah arouts ggedoud bélohay adallèg-shour

 

 Qui selon IsraeI Eph’al se réfèrent clairement aux techniques d'assaut. Il rapproche également le mythe assyrien  23 siècle avant J.C, de Nergal* نيرغال  « Seigneur des Enfers » divinité liée au monde des Enfers, associé par ailleurs à la destruction, aux épidémies et autres maladies graves, à la guerre et en général à toute sorte de morts violentes, infligées au défunt. Nergal a souvent un aspect guerrier prononcé, marié à Ereshkigal « Dame de la Grande Terre » déesse du monde des morts, les Enfers mésopotamiens. de l'échelle de Jacob יעקב, Ya`aqov, يعقوب, Ya`qoub. Et en conclut que cet hapax biblique sullām est : soit une métathèse de simmiltude, soit l'échelle de Jacob** serait en fait un escalier dont on pouvait monter et descendre contrairement aux échelles des reliefs

* connu à Assur آشور  à Umma أوما (Gisha). et Emar ʾīmār, إيمار, ancienne cité du pays de Sumer de la Mésopotamie antique (actuel Irak).

** Voir Le songe de Jacob.  Chapitre 28  Verset  12, le texte plus haut

L'islam enseigne que Dieu a parlé à des hommes ceux dont  Il a choisis, les Prophètes. Par Sa Parole Dieu communique insuffle un message dans le cœur des Prophètes. Cette Parole a priorité sur les inspirations et les rêves  "La vision رؤية Rou'yya et le songe حلم Hilm: ceux-ci ne peuvent être pris en compte que dans le cadre offert par ce Message, c'est-à-dire qu'ils ne peuvent ni rendre permis ce que le Message du Prophète du moment

Dieu  qu’Il soit exalté, a ainsi parlé par le songe au Prophètes tels : à إِبْرَاهِيمَ  Abraham, à مُّوسَى Moïse à يَعْقُوبَ Jacob, à يُوسُفُYoussouf, (à فِرْعَوْنَ Pharaon), à لابان Laban (الآرامية  l’Araméen ), à عِيسَى Jésus, jusqu'au Prophète محمد Muhammad, « lors de son Ascension Nocturne».

Sourate 4 النساء an-Nisāʾ les Femmes verset 163

Proclamée pendant la période Médinoise, qui occupe la 92è place dans l’ordre chronologique

إِنَّا أَوْحَيْنَا إِلَيْكَ كَمَا أَوْحَيْنَا إِلَى نُوحٍ وَالنَّبِيِّينَ مِن بَعْدِهِ وَأَوْحَيْنَا إِلَى إِبْرَاهِيمَ وَإِسْمَاعِيلَ وَإِسْحَاقَ وَيَعْقُوبَ وَالأَسْبَاطِ وَعِيسَى وَأَيُّوبَ وَيُونُسَ وَهَارُونَ وَسُلَيْمَانَ وَآتَيْنَا دَاوُودَ زَبُوراً

Nous t'avons fait des révélations, comme Nous en avons fait à Noé et aux prophètes qui l'ont suivi, comme Nous en avons fait à Abraham, Ismaël, Isaac, Jacob, aux apôtres des douze Tribus , à Jésus, Job, Jonas, Aaron, Salomon, et à David auquel furent révélés les Psaumes.

Inna awhayna ilayka kama awhayna ila Nouhin wa al nabiyIna min baAdihi wa awhayna ila Ibrahim wa-Ismaïl wa-Ishaq wa Yaqoub wa al-asbati wa AÎsa wa Ayouba wa Younus wa Haroun wasulaymana wa atayna Dawoud Zabouran.

14 juillet 2018 en cours de construction

Jeffery propose une origine araméenne pour l’arabe ˁankabūt « araignée » à cause du /n/ et de la finale ūt. Concernant le /n/, il est difficilement concevable que l’arabe ait emprunté une forme assimilée en araméen ˁakkūḇītā, ˁakkāḇītā et forgé une forme avec /n/. Selon le SED, il ne s’agirait pas d’un aramaïsme puisqu’aucune forme de ce type n’est attestée dans une autre langue araméenne. Il y a tout lieu de croire que ˁankabūt représente la forme primitive comparativement à l’araméen qui a connu l’assimilation nk > kk. Concernant le ūt final, comme le suppose l’hébreu ˁakkāḇīš avec un /š/ final, on attendait un /ṯ/ en arabe selon les règles des correspondances régulières. Le /t/ de l’arabe semble donc venir de l’araméen. Mais d’après J. Blau73, les noms en -t final étaient courants, dont les noms en -uwt > ūt, en arabe ancien (d’avant l’islam). La finale ūt de ˁankabūt pourrait être un vestige de cette forme ancienne. A. Jeffery mentionne que ˁankabūt figure dans les inscriptions nordarabiques et il semble assez manifeste que l’araignée était déjà connue en Arabie. Al-Suyūṭī ne le mentionne pas, ni même S. Fraenkel. Il est donc pratiquement certain que ˁankabūt n’est pas un emprunt.

Il en est de même pour l’arabe ḫinzīr « porc ». Le /n/ apparaît en éthiopien et en sabéen ḫnzr, mais, selon A. Jeffery il semble plus probable que ḫinzīr dérive de l’araméen ḥazīraᵓ, et que la glide /n/ se soit développée ensuite. Il cite la forme ḫnzr des textes de Ras Shamra. Cette concordance montre qu’il ne s’agit vraisemblablement pas d’un emprunt à l’araméen comme l’avait supposé A. Jeffery. L’ougaritique ḫnzr pourrait représenter une forme archaïque que l’on retrouve en arabe. Cette hypothèse est soutenue par P. Mankowski : l’hébreu ḥazīr aurait été emprunté à l’akkadien ḫuzīru à travers l’araméen ḥzyrᵓ. Le passage de ḫnzr à ḫzr viendrait probablement d’une assimilation ancienne entre le /n/ et le /z/. Mais elle est contestée par le SED : l’ougaritique ḫnzr correspondrait plutôt à une profession ou à une fonction administrative. Toutefois, en hébreu biblique, tout comme en akkadien et en araméen, il n’y a pas de daguesh fort dans le /z/. On trouve néanmoins une forme judéo-araméenne78 dérivée de ḥazīraᵓ : ḥazzērāᵓ « troupeau de porcs » (swine-herd), avec un daguesh fort, qui pourrait prouver un passage ancien de ḫnzr à ḫzzr avec assimilation nz > zz. Moshe Bar-Asher atteste l’hébreu ḥazzīr avec un daguesh fort qui marque le redoublement du /z/ et laisse supposer la trace d’une assimilation nz > zz. Il est fort probable que ḫinzīr ne soit pas un emprunt, comme la plupart des noms d’animaux.

Jeffery. Il fait 77 références à l’épigraphie sudarabique, qui lui sert à attester de l’ancienneté des termes en Arabie, mais ses observations restent sommaires. Depuis peu, la recherche a mis en évidence des inscriptions monothéistes ou judaïsantes datant du Ve siècle de notre ère. Christian Robin  « À propos de la prière : emprunts lexicaux à l’hébreu et à l’araméen relevés  dans les inscriptions préislamiques de l’Arabie méridionale et dans le Coran  », dans Prières méditerranéennes hier et aujourd’hui, Études réunies par Gilles Dorival et Didier Pralon, Actes du colloque organisé par le Centre Paul-Albert Février (Université de Provence - CNRS) à Aix-en-Provence les 2 et 3 avril 1998 (Textes et documents de la Méditerranée antique et médiévale, n°1), Publications de l’Université de Provence, 2000, p. 45-69. 81 dresse un inventaire des termes communs entre le Coran et ces inscriptions, qui offrent une perspective nouvelle aux études coraniques. Ils prouvent que des mots d’origine hébraïque ou araméenne étaient déjà connus en Arabie du Sud, deux siècles avant l’islam et invitent à une révision complète des données répertoriées par A. Jeffery.

 

Le problème de l’origine des emprunts

L’origine des emprunts coraniques est vaste aussi bien chronologiquement que géographiquement, puisqu’elle démarre avec l’Empire assyrien et s’étend jusqu’à la période byzantine. Elle englobe toutes les langues des pays limitrophes de l’Arabie, celles qui appartiennent à la famille sémitique : l’akkadien, l’araméen, l’hébreu, le syriaque, l’éthiopien, le nabatéen, le sudarabique, et les langues non sémitiques des Empires grec, romain et perse. Nous aborderons ici le problème des emprunts à l’akkadien et à l’araméen, et des emprunts à l’hébreu et au syriaque.

Les emprunts à l’akkadien et à l’araméen

Les emprunts à l’akkadien et à l’araméen sont antérieurs à l’islam. Il s’agit surtout de noms qui semblent avoir été importés avec l’objet. Ils n’ont aucun lien avec le message de l’islam. Les emprunts de l’arabe à l’akkadien sont peu nombreux, mais envisageables puisque les sources prouvent que les premiers Arabes ont été contemporains de l’Empire assyrien. Si l’akkadien du IIe millénaire avant notre ère peut se rapprocher de l’arabe du Coran du 7e siècle, malgré l’immense décalage temporel entre les attestations respectives de ces deux langues, cela vient de la capacité de l’arabe à conserver les formes les plus archaïques. Les emprunts à l’akkadien ont souvent été vus comme transmis par l’intermédiaire de l’araméen. Mais, il semblerait que dans certains cas l’emprunt à l’akkadien ait été direct (par exemple : fah̬h̬ār « poterie », furāt « (eau) douce », sūq « rue », asāwir « bracelets »). A. Jeffery se repose essentiellement sur H. Zimmern. Il fait 84 fois référence à l’akkadien.

Comment identifier ces emprunts ? S’ils sont strictement identiques dans toute la famille, ils pourront rester invisibles à jamais, à moins qu’un élément extérieur à la linguistique ne vienne les dévoiler (par exemple, l’arabe ğalāᵓ « exil » de l’hébreu gōlā : c’est le contexte juif du verset où il est employé qui nous a permis de le découvrir). Si une variation phonétique se distingue dans une des langues de la famille sémitique, l’emprunt peut être mis au jour. C’est le cas par exemple de l’arabe kursiyy « trône » qui viendrait de l’araméen kwrsyᵓ, du fait de la consonne /r/, attestée en araméen biblique dans le livre de Daniel (5-9), (7-9), (7-9), en syriaque kwrsyᵓ, krsyᵓ, qui trouve son origine dans l’akkadien kussu (GU.ZA en sumérien), en ougaritique ksᵓ. Le redoublement du /s/ en akkadien kussū et en hébreu kissēᵓ laisse supposer qu’il y a eu une assimilation ancienne et que l’araméen kwrsyᵓ a pratiqué une dissimilation ss > rs.

Les emprunts à l’hébreu et au syriaque

Les emprunts à l’hébreu et au syriaque se rapportent essentiellement au vocabulaire technique religieux. A. Jeffery reste enfermé dans le débat des sources juives ou chrétiennes du Coran, puisqu’il cherche souvent à conclure sur l’une ou l’autre origine A Jeffery invoque le fait que le mot est plus fréquent en syriaque donc l’arabe vient du syriaque, par exemple, ağr « récompense, rétribution »

Ou bien, que l’arménien et l’éthiopien viennent du syriaque donc il y a beaucoup de chances pour que l’arabe vienne de la même source. Par exemple, sabīl « chemin, sentier »

Ou encore, le mot ṣadaqa « aumône ». Pour Hirschfeld, il viendrait de l’hébreu ṣədāqā « charité, aumône » (p. 194), un concept fort du judaïsme. Mais là encore, A. Jeffery cherche une source chrétienne même s’il va à l’encontre des règles de la phonétique : « The Syr. zdqᵓ [en syr.] with /z/ for /ṣ/ would seem fatal to a derivation from a Christian source, but in the Christian-Palestinian dialect we find ṣdqᵓ translating ελεημοσυνη in common use in several forms, which makes it at least possible that the source of the Arabic word is to be found there ». Même quand la source hébraïque semble pratiquement évidente, il a du mal à l’affirmer, et lui préfère encore une fois l’araméen, c’est le cas par exemple du mot sabt « shabbat  » (p. 161) : « There can be no doubt that the word came into Arabic from Aram. and probably from the Jewish שבתא rather than from the Syr. ». Sa référence au syriaque repose essentiellement sur Alphonse Mingana (1878-1937) Syriac Influence on the Style of the Kur’an (1927), cité 77 fois.

Il est vrai que le linguiste éprouve une difficulté réelle à déterminer l’origine du  vocabulaire technique religieux du Coran. Comment se reposer sur des textes qui sont tous des traductions ou commentaires de la Torah dans des langues si proches les unes des autres ? Comment se fier aux seuls concepts qui sont souvent communs au monothéisme et qui pour la plupart découlent du judaïsme, la religion mère ?

À la veille de l’islam, il n’y avait pas de traduction de la Bible en arabe. Les versions en  vigueur étaient la Torah, le Targum, la Peshitta et la Septante en grec. De plus, les rouleaux de la Torah n’avaient pas encore connu l’apport des Massorètes  בעלי המסורה ba'alei hamassora, « maîtres de la tradition » qui fixèrent la vocalisation, la ponctuation et l’accentuation. Ce qui complique un peu les rapprochements entre vocables arabes et hébraïques. La Peshitta viendrait directement du texte en hébreu, et du fait des éléments juifs qu’elle contient, il n’est pas certain qu’elle soit l’œuvre de Chrétiens et pourrait « trouver son origine dans une communauté juive en voie de christianisation ». Ce qui explique un peu plus la difficulté à démêler les mots juifs et chrétiens

À ce foisonnement de versions de la Torah et de ses commentaires, s’ajoute la question de la langue. Dans le Proche-Orient ancien, l’usage des langues tenait non seulement à des habitudes ethniques, mais aussi à des facteurs politiques, économiques, culturels ou religieux. L’araméen se décline en autant de dialectes que de groupes et de confessions. Le texte biblique en est une bonne illustration. Mis à part la Torah qui est en hébreu biblique et la Mishna en hébreu mishnique, les autres écrits juifs sont tous dans des variations diverses de l’araméen. Les Targums sont entièrement rédigés en araméen. Le Talmud de Jérusalem est en judéo-araméen palestinien et le Talmud de Babylone en judéo-araméen babylonien. Ces variations linguistiques s’expliquent d’une part, par le facteur temps : quinze siècles séparent les premiers écrits bibliques des premiers midrashim, et d’autre part, par la géographie : l’araméen de Palestine n’est pas le même que celui de Babylone. À cela s’ajoute la Peshitta en syriaque, qui est encore une autre variété d’araméen. Les variations linguistiques entre ces langues sont minimes, mais suffisantes pour qu’elles soient considérées comme des langues distinctes.

Maurice Gaudefroy-Demombynes : souligne « Les idées juives et les idées chrétiennes sont trop voisines, si on les considère du point de vue coranique, pour qu’il soit facile de les distinguer du premier coup d’oeil ou par des rapprochements partiels et imprécis. » Joseph Horovitz ajoute qu’en plus d’avoir les mêmes concepts, les mêmes mots sont utilisés

Quand la phonologie est incapable d’apporter des preuves, c’est dans la sémantique qu’il faudra chercher. Souvent, des nuances et des sens spécifiques apparaissent quand ils ont été adoptés par l’un ou l’autre des monothéismes. Par exemple, le verbe arabe tāba, de la racine TWB, qui a uniquement le sens de « revenir à Dieu, se repentir », viendrait du judéo-araméen תוב twb qui a à la fois le sens premier de « revenir » et celui de « revenir vers Dieu ». Certains sont communs au monothéisme : c’est le cas du mot « Messie » en arabe masīḥ, en hébreu māšīaḥ, en araméen et syriaque mšyḥ. Même si dans le Coran, il est employé à propos du fils de Marie, et suggère une source chrétienne, il n’est pas exclu qu’il n’était pas déjà connu à travers l’hébreu māšīaḥ.

Il ne s’agit pas seulement de placer l’origine  des mots dans l’une ou l’autre religion, car il s’avère que bien des termes étaient déjà connus avant la révélation. C’est le cas du nom h̬ātam « sceau » utilisé une seule fois dans le Coran, dans l’expression le «wa Khatam al Nabiiyn وَخَاتَمَ النَّبِيِّينَ sceau des Prophètes » (33-40).

مَّا كَانَ مُحَمَّدٌ أَبَا أَحَدٍ مِّن رِّجَالِكُمْ وَلَكِن رَّسُولَ اللَّهِ وَخَاتَمَ النَّبِيِّينَ وَكَانَ اللَّهُ بِكُلِّ شَيْءٍ عَلِيماً

Non, Muhammad n'est le père d'aucun homme d'entre vous, mais il est l'Envoyé de Dieu et le sceau des prophètes. Dieu est au courant de tout.

Ma kana Mouhammadoun aba ahadin min rijalikoum wa lakin Rasoula Allahi wa khatama al Nabiyina wa kana Allahou bikoulli shay-in Aaliman

 

 Le Prophète de l’islam est considéré comme le « sceau » des prophètes, c’est-à-dire le dernier des prophètes. Son livre est si clair qu’aucune incompréhension ne peut en résulter et donc aucun apôtre ne sera nécessaire après lui. Pour S. Fraenkel, la forme fāᵓal n’est pas régulière en arabe et le verbe khatama  ختما « sceller- sceau » est un dénominatif. Le nom ختم khātam aurait été emprunté à l’araméen. Pour H. Hirschfeld, il a vraisemblablement une origine juive, puisqu’on le trouve dans la Bible, dans un passage où un homme est comparé à un « sceau » חותם h'otham livre d'Aggée «  Haggaï » (2,23).

בַּיּוֹם הַהוּא נְאֻם־יְהוָה צְבָאוֹת אֶקָּחֲךָ זְרֻבָּבֶל בֶּן־שְׁאַלְתִּיאֵל עַבְדִּי נְאֻם־יְהוָה וְשַׂמְתִּיךָ כַּחוֹתָם כִּי־בְךָ בָחַרְתִּי נְאֻם יְהוָה צְבָאוֹת

 

En ce jour-là, dit l'Eternel des armées, Je te prendrai, Zorobabel, fils de Schealthiel, Mon serviteur, dit l'Eternel, Et je te garderai comme un sceau; Car je t'ai choisi, dit l'Eternel des armées.

 

bayyom hahou neoum-hashem tsevaoth èqqah'akha zeroubavèl bèn-shealetthiyél 'aveddiy neoum-hashem vesametthiykha kah'otham kiy-vekha vah'aretthiy neoum hashem tsevaoth

 

Le Coran rapporte  cette image biblique, néanmoins, non par  emprunt mais par confirmation, dans le sens général de « sceller », car il figure déjà dans les vers d’Imru al-Qays, امرؤ القيس mort vers 550 ainsi que dans une inscription sudarabique. Selon M. Ellenbogen, l’hébreu ḥōtām חותם serait un emprunt à l’égyptien ḫtm. Cette racine n’est attestée ni en akkadien, ni en ougaritique. Le /ḫ خ - / initial de l’arabe laisse présumer que l’arabe pourrait avoir la même source que l’hébreu. S’il avait emprunté à l’hébreu ou à l’araméen il aurait vraisemblablement commencé par un /ḥ /

Exemple d’étude

 

Voir en fin de page alphabet araméen

Le mot asbāṭ « tribus » au pluriel, sibṭ au sing, dont le caractère allogène est mis au jour par la sémantique. Il est employé dans le Coran uniquement dans des passages médinois et toujours en référence aux tribus d’Israël. D’après A. Jeffery, le mot arabe serait un emprunt, mais il lui est impossible de trancher entre une origine juive ou chrétienne. Pour A. Geiger, il s’agirait d’un emprunt direct à l’hébreu, d’un emprunt au syriaque. D’après le BDB, l’hébreu shévèt שֵׁבֶט aurait été emprunté à l’égyptien. Le sens de base serait bien le « bâton, sceptre », comme le montre l’akkadien šabaṭu « frapper, faire périr », šibṭu « baguette » (pour punir), « sceptre », en sabéen sbṭs « baguette, coup ». Il aurait ensuite pris le sens de « sceptre » comme marque du pouvoir, et aurait désigné un groupe sous l’autorité de celui qui tient le sceptre. D’où l’hébreu biblique shévèt שֵׁבֶט qui possède à la fois le sens de « sceptre » et de « tribu », tout comme le judéo-araméen. D’après les dictionnaires, le sibṭ  arabe  عصا  Aasa n’aurait jamais eu le sens de « sceptre, bâton ». Il ne posséderait que le sens particulier de « tribu  سْبَاطِ  sbat (chez les Israélites بَنِي إِسْرَائِيلَ bani Israila) ». Compte tenu de ces considérations sémantiques, et du fait que ce mot apparaît dans le Coran uniquement à propos des « tribus d’Israël »,  שבטי ישראל   il y a beaucoup de chances pour que l’arabe soit un emprunt direct à l’hébreu, si on n’en trouve aucune trace dans les inscriptions nordarabiques, sudarabiques et nabatéennes, ni dans la poésie. Selon al-Suyūṭī السيوطي‎‎, il s’agirait d’un emprunt à l’hébreu.

La symbolique du sceptre dans l’Egpypte des Pharaons

 

Il en est de même pour asfār أَسْفَاراً au pl., un mot qui n'a qu'une seule occurrence dans le Coran, sifr  سفر au sing., « livre » employé dans la sourate 62 al Jumaha الجمعة le vendredi verset-5 (sourate Médinoise qui occupe la 110è place dans l'ordre chronologique) à l’encontre de Ceux «juifs» qui ont été chargés de la Torah תּוֹרָה, « instruction ») décrit comme un âne pliant sous le poids de livres» (dont ils ignorent le contenu). كَمَثَلِ الْحِمَارِ يَحْمِلُ أَسْفَاراً  kamathali al himari yahmilou asfaran. Pour al-Suyūṭī, السيوطي‎‎,  il s’agirait d’un emprunt au syriaque ou au nabatéen. Pour A. Jeffery, asfār أَسْفَار aurait été utilisé chez les Arabes pour désigner les Écritures juives et chrétiennes. Il s’agirait d’un emprunt à l’araméen ou au syriaque sip̄̄rāᵓ  ܐܲܨܲܚܬܵܐ   « livre »  ܒܸܪ̈ܝܵܬܹܐ Bible: (livre de la) Genèse, comme tout ce qui concerne l’écrit en arabe. L’hébreu סֹּפֵר sēp̄̄er est courant dans le texte biblique signifiant « missive, document, écrit, rouleau ». ܬܗܳܪܰܬܗ  Thorath  ܛܳܪܰܗ  Torah ܒܺܒܠܶ  Bible ܠܺܪܶ  Livre  ܒܳܳܟ  book ܚܺܬܰܒ  Kitab

 Il aurait été emprunté à l’akkadien šipru « missive, message », en ougaritique. spr. La racine SFR serait donc une racine sémitique issue de l’akkadien et était sans nul doute connue des Arabes. Dans le Talmud, en judéo-araméen,  séphèr סֹּפֵר est le terme consacré pour désigner le livre de la loi, séphèr thorath  ספר תורה ce que confirme Jastrow « esp. a Biblical book ». L’expression סֹּפֵר sēp̄̄er tōrā, תּוֹרַת ou sēp̄̄er, est attestée pour désigner le « Pentateuque », les « rouleaux de la Torah » talmud torah תלמוד תורה. La question est de savoir pourquoi le Coran emploie la racine سفر SFR س ف ر  pour parler des livres juifs, plutôt que KTB, kitāb کتاب « livre » étant le terme habituel pour nommer les livres saints du judaïsme, du christianisme et de l’islam ?  أَسْفَار asfār, employé dans un contexte juif, semble donc avoir été choisi pour reproduire le sēp̄̄er juif. Il y a tout lieu de croire, qu’on a là un emprunt à l’hébreu mishnaïque ou mishnique  לשון חז״ל  lashon Hazal « langue de nos Sages » utilisé par les Tannaïm תנאים, singulier Tanna, « répétiteur » dans la rédaction de la Mishna משנה, « répétition » lié aux contacts directs du Prophète avec les Juifs. Il est fort probable que les Juifs de Médine désignaient leurs livres par le vocable « sēp̄̄er סֹּפֵר» au singulier, « sp̄̄ārīm הספרים » au pluriel. أَسْفَاراً asfār figure dans la sourate (62-5) qui appartient à la période de Médine.Certains mots ont été vus comme des  copies au syriaque, malgré leur empreinte juive. C’est le cas par exemple du mot « rabbin », en arabe رَبّانيّ rabbāniy, en hébreu רַב, Rav- rabbān, en grec ραββουνει (rabbounei), en araméen targumique rībbōn, en syriaque rbwny. Il serait courant dans les communautés chrétiennes comme titre de respect pour les prêtres et les moines. Là encore, il faut pousser les investigations dans la philologie syriaque pour résoudre l’énigme.

 

Lexique au Nouveau Testament syriaque

http://dukhrana.com/lexicon/Jennings/index.php

clavier syriaque

https://www.lexilogos.com/clavier/suryaya.htm

dictionnaire syriaque- arabe)

http://lishani.com/

 

  ܓܳܕ ݂ ܬܗܶ ܣܽܦܪܶܡܶ ܕܶܳܬܝ Dieu, la suprême divinité.

 

Repères historiques l'Islam مﻼﺳﻹا al islam

Selon la tradition musulmane, ﺔﻨﺳ La Sunnah, Muhammad   serait né vers l'an 570 à la Mecque, مكة Makka ville commerçante et cosmopolite de l'Arabie où cohabitaient différentes communautés religieuses, principalement des polythéistes, des juifs, des chrétiens. En l’an 610, vers l’âge de 40 ou 43 ans le Prophète Muhammad avait prit l’habitude de faire des retraites spirituelles solitaires, près de la Mecque, مكة, Makka situé à l’extrémité supérieure du Mont Hirâ  dans la grotte de غار حراء Hira ḡār ḥirāʾ, montagne appelée plus tard la Montagne de la Lumière جبل النور  Jabal an Nûr, culminant à 642 mètres. C’est en ce lieu désertique qu’il eut sa première Révélation*(1) par l'entremise de l'Ange*(2) Gabriel, جبريل Djbril probablement le 27è jour du mois lunaire de Ramadân. (Explication plus bas)

*1

 

1 Lis au nom de ton Seigneur qui a tout créé, اقْرَأْ بِاسْمِ رَبِّكَ الَّذِي خَلَقَ  Iqra  bi-ismi rabbika allathi khalaqa

2 qui a créé l'homme d'une adhérence ! خَلَقَ الْإِنسَانَ مِنْ عَلَقٍ Khalaqa al-insana min Aalaqin

3 Lis, car la bonté de ton Seigneur est infinie !  اقْرَأْ وَرَبُّكَ الْأَكْرَمُ Iqra  wa rabbouka al-akramou

4 C'est Lui qui a fait de la plume un moyen du savoir  الَّذِي عَلَّمَ بِالْقَلَمِ  Allathi Aallama bialqalami

5  et qui a enseigné à l'humain ce qu'il ignorait. عَلَّمَ الْإِنسَانَ مَا لَمْ يَعْلَمْ Aallama al-insana ma lam yaAlam

*2.  Malak ملاك au pluriel malāika ملائكة .Les anges occupent une place de choix dans la tradition coranique. Le Saint Coranالقرآن  al-Qurʾān parle très souvent des anges, et en donne une description dans :

Sourate 35 فاطر Fāṭir le Créateur verset 1

Période mecquoise, qui occupe la 43e place dans l'ordre chronologique

الْحَمْدُ لِلَّهِ فَاطِرِ السَّمَاوَاتِ وَالْأَرْضِ جَاعِلِ الْمَلَائِكَةِ رُسُلاً أُولِي أَجْنِحَةٍ مَّثْنَى وَثُلَاثَ وَرُبَاعَ يَزِيدُ فِي الْخَلْقِ مَا يَشَاءُ إِنَّ اللَّهَ عَلَى كُلِّ شَيْءٍ قَدِيرٌ

Louange à Dieu, Créateur intégral des Cieux et de la Terre, qui fait des anges Ses messagers, dotés de deux, trois ou quatre ailes, et qui ajoute à la Création ce qu'Il veut, car Sa puissance s'étend sur toute chose.

Al hamdou lillahi fatiri al samawati wa al-ardi jaAili al Mala-ikati Rousoulan oili ajnihatin mathna wa thoulatha wa rubaAa yazidou fi al khalqi ma yashaou inna Allaha Aala koulli shay-in qadiroun

Gabriel جبرائيل‎ Jibrīl est le plus important des anges. Il est souvent surnommé l'Esprit fidèle

Michel ou Michael ميخائيل‎ Mikaël est nommé dans le Coran. C'est un des anges du Jugement dernier chargé de la « pesée des actes ».

Raphaël إسرافيل‎ Isrāfīl n'est pas, lui non plus, nommé dans le Coran, mais il en est souvent question dans l'eschatologie populaire. Il serait l'ange chargé de souffler trois fois dans la trompette pour annoncer la Résurrection.

Azraël عزرائيل Izrāʾīl est cité dans le Saint Coran de manière anonyme. Il est l'Ange de la Mort ملك الموت. Malāk-Al-Mawt qui est chargé d'ôter l'âme des corps des défunts.

Redouane, Radwane, Ridohan, ضوان Riḍwān qui n'est pas nommé dans le Coran, mais est chargé de garder le Paradis. C'est le plus grand de ses serviteurs

Darda'il دردائيل . Les voyageurs de Dieu sont des anges qui voyagent dans la terre en quête d'assemblées où les gens se souviennent du nom de Dieu.

Raqib رَقِيبٌ  et Atid  عَتِيدٌ, appelés deux honorables scribes" كراما كاتبين les deux kiraman katibin, deux anges qui enregistrent les actions, les pensées et les sentiments d'une personne. S.50 versets-17-18.

Ceux qui se suivent معقبات al-mu'aqqibat, terme apparaissant dans le Saint Coran S.13 v 11 que les exégètes musulmans considèrent comme se référant à une classe de tuteur. Donc aussi ces anges sont aussi appelés les anges gardiens الحفظة.al hafathah Ils protègent les humains des méfaits des جِنّ djinns appelés aussi ʿifrīt عِفٰرِيتْ  au pluriel : ʿafārīt عَفَارِيت et des diables شيطان shayatin.

Munkar et Nakir منكر و نكير "Le Nié et le Denier" les anges exterminateurs, qui testent la foi des morts dans leurs tombes. Munkar et Nakir منكر و نكير demandent ainsi :

 qui est ton Dieu ?  qui est ton Prophète ? quelle est ta religion ?

D’après Abou Hourayra, le Messager d’Allâh (صلى الله عليه و سلم) a dit : "Quand le mort est enterré (ou il a dit :)  quand l’un d’entre vous est enterré, deux anges noirs-bleus se présentent à lui ; l’un est appelé Mounkar et l’autre Nakir...".

At-Tirmidhi n°1071

عن أبي هريرة رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : إذا قبر الميت أتاه ملكان أسودان أزرقان . يقال لأحدهما : المنكر والآخر النكير . فيقولان : ما كنت تقول في هذا الرجل ؟

an 'abiin Hourirat radia Allah anah qal Rasul Allah sala Allah alayhi wa salam : 'iidha qabr al mayit 'atah malakan 'asoudan 'azriqan . youqal li'ahadihima : al Munkar wa lakhar al Nakir . fayaqoulan : ma kpunt taqpul fi hadha al rajoul ?

D’après Abou Houreira (que Dieu « l’Unique » l’agrée), le Prophète (que la prière de Dieu l’Unique et son salut soient sur lui) a dit: « Lorsque le mort est enterré, deux anges noirs avec les yeux bleus viennent à lui. L’un d’eux est appelé Al Mounkar et l’autre Al Nakir. Ils disent: Que disais-tu sur cet homme ?

Hadith complet http://bibliotheque-islamique.fr/hadith/sahih-at-tirmidhi/tirmidhi-1071/

jugé "beau" dans Sahih al-Djami n°724.

Harut et Marut هاروت وماروت, les deux anges mentionnés dans le Saint Coran, qui étaient présents sous le règne de Salomon سليمان, Sulaymân et se trouvaient à Babylone بابل Bābil..s.2v102

Période mecquoise qui occupe la 87e place dans l'ordre chronologique.

 

    ….. السِّحْرَ وَمَا أُنزِلَ عَلَى الْمَلَكَيْنِ بِبَابِلَ هَارُوتَ وَمَارُوتَ وَمَا يُعَلِّمَانِ مِنْ أَحَدٍ حَتَّى يَقُولاَ إِنَّمَا نَحْنُ فِتْنَةٌ فَلاَ تَكْفُرْ فَيَتَعَلَّمُونَ مِنْهُمَا مَا يُفَرِّقُونَ …...

 

….et ce qui avait été inspiré aux deux anges de Babylone, Hârût et Mârût. Or, ces deux anges n'apprenaient rien à personne sans lui dire auparavant : «Nous ne sommes là que pour tenter les hommes !........

…………..Al sihra wama onzila Aala al malakayni bibabila Harout wa Marout wa ma yuAallimani min ahadin hatta yaqoula innama nahnu fitnatun fala takfur fayataAallamouna minhuma ma youfarriqouna………..

Selon certains récits, ces deux anges étaient à l'époque d'Idrîs إدريس. très sage , parlait peu, connu pour sa patience, né à l'époque d'Adam,

 

* Iblis إبليس est le nom du Diable شَيْطَان Shaitan qui à la même origine que l'hébreu שָׂטָן  Sātān. Il est le Djinn qui a refusé de se mettre à genoux devant Adam.

Dans le  Saint Coran, il est clairement indiqué  dans la sourate 18 الكهف al-kahf la Grotte la Caverne  verset 50

Période Mecquoise qui occupe la 69e place dans l'ordre chronologique que ce Diable شَيْطَان Satan n'est pas du nombre des anges.

وَإِذْ قُلْنَا لِلْمَلَائِكَةِ اسْجُدُوا لِآدَمَ فَسَجَدُوا إِلَّا إِبْلِيسَ كَانَ مِنَ الْجِنِّ فَفَسَقَ عَنْ أَمْرِ رَبِّهِ أَفَتَتَّخِذُونَهُ وَذُرِّيَّتَهُ أَوْلِيَاء مِن دُونِي وَهُمْ لَكُمْ عَدُوٌّ بِئْسَ لِلظَّالِمِينَ بَدَلاً

Rappelle-toi lorsque Nous avons dit aux anges : «Prosternez-vous devant Adam !» Ils se sont tous prosternés à l'exception de Satan, qui était du nombre des djinns et qui refusa d'obéir à l'ordre de son Seigneur. Allez-vous le prendre, ainsi que sa descendance, pour maître en dehors de Moi, alors qu'ils sont vos ennemis mortels? Quel détestable échange pour les pervers !

 

Wa-ith qoulna lilmala-ikati ousjudou li-adama fasajadou illa Iblisa kana mina al jinni fafasaqa Aan amri Rabbihi afatattakhithounahou wa thourriyyatahou awliyaa min douni wahoum lakoum Aadouwwoun bisa lilththalimina badalan

 

Sourate 51 لذاريات aḏ-zāriyāt Les Vents qui éparpillent-les dispersentes Verset 56.

Période mecquoise, qui occupe la 67e place dans l'ordre chronologique.

وَمَا خَلَقْتُ الْجِنَّ وَالْإِنسَ إِلَّا لِيَعْبُدُونِ

Et Je n'ai créé les djinns et les humains que pour M'adorer.

Wama khalaqtu aljinna waal-insa illa liyaAAbudooni

 

Selon un hadīth, Dieu l’Unique الله Allah  aurait créé l'ange à partir de la lumière, le djinn à partir du feu et l'homme à partir de terre.

D’après ‘Aicha -qu’Allâh l’agrée- a dit : « Le Messager de Dieu « l’Unique »  Que le salut et la paix de Dieu soit sur lui a dit:
« Les Anges ont été créés de lumière, les jinns ont été créés d’un feu sans fumée, et Âdam fut créé par ce qui vous a été dit (Dans le Coran c’est à dire l’argile). ».
(Rapporté Par Mouslim dans son Sahih n°2996)

عَنْ عَائِشَةَ، قَالَتْ قَالَ رَسُولُ اللَّهِ صلى الله عليه وسلم

 خُلِقَتِ الْمَلاَئِكَةُ مِنْ نُورٍ وَخُلِقَ الْجَانُّ مِنْ مَارِجٍ مِنْ نَارٍ وَخُلِقَ آدَمُ مِمَّا وُصِفَ لَكُمْ

رواه مسلم في صحيحه رقم ۲۹۹۶

an Aïsha, qalat qal Raçoul Alllah sala Allah alayh wa salam
khouliqat al malayikat min nour wa khouliq al jann min marij min nar wa khouliq Adam mimma wousif lakoum
rawah Mouslim fi sahihih raqam 2996

Sourate 15 لحجر al hijr La vallée des pierres verset 26 et 27.

Période Mecquoise, qui occupe la 54e place dans l'ordre chronologique.

وَلَقَدْ خَلَقْنَا الإِنسَانَ مِن صَلْصَالٍ مِّنْ حَمَإٍ مَّسْنُونٍ

26-Nous avons créé l'homme d'une argile extraite d'un limon fétide, (d'une boue malléable)

Wa laqad khalaqna al-insana min salsalin min hama-in masnounin

وَالْجَآنَّ خَلَقْنَاهُ مِن قَبْلُ مِن نَّارِ السَّمُومِ

27. alors que Nous avions, auparavant, formé les djinns d'un feu subtil, d'une chaleur ardente.

Wa a ljanna khalaqnahou min qablou min nari al samoumi

 

Sourate 55  الرحمن  Ar-Rahman  Le Tout Miséricordieux verset14.et 15.

Période médinoise, qui occupe la 97e place dans l'ordre chronologique.

خَلَقَ الْإِنسَانَ مِن صَلْصَالٍ كَالْفَخَّارِ

14- Il a créé l'humain d'une pure argile semblable à celle qui est utilisée en poterie (comme le vase en terre cuite)

Khalaqa al-insana min salsalin kaalfakhkhari

وَخَلَقَ الْجَانَّ مِن مَّارِجٍ مِّن نَّارٍ

15- et Il a créé les djinns d'un feu subtil sans fumée.

Wakhalaqa al janna min marijin min narin

 

Comme dans les autres traditions, سنة Sunnah- Tradition, les anges n'ont pas de sexe et ne se reproduisent pas, contrairement à l'être humain et aux djinns.

 

Le Prophète Muhammad relata, peu après qu’un Ange qui avait pris la forme humaine se présenta soudainement à lui et lui ordonna : Récite ! اقْرَ Iqra ! Et lui de répondre à l’Ange Gabriel جبريل Jibril qu’il n’était pas apte à réciter, Par deux fois l’Ange le serra et le relâcha, double symbole de résorption en Dieu et d’épanouissement dans les trois mondes, spirituel, psychique et grossier. C’est alors qu’il devin apte à recevoir la Parole de Dieu l’Unique dans sa plénitude et a prononcer à articuler, dans tout son être, dans une parfaire disponibilité, les premiers versets coraniques que lui communiquait l’Ange.

 

 

Le Prophète Muhammad devra attendre trois longues années avant que de nouveau la Révélation Divine le touche.

 

En 622, devant la persécution des siens et de ses concitoyens, il a quitté هجرة hiǧraʰ, « immigration »avec certains de ses compagnons la Mecque pour Yathrib, ville de sa mère, devenue depuis Médine. Cette année marque le début du calendrier musulman L'Hégire hijraʰ هجرة,  « immigration » qui commence le 16 juillet 622 (correspondant au 1er مرﺣﻣMuhammad    premier mois du calendrier musulman).En 630 Muhammad est revenu à la Mecque  مكة, Makka à la tête d'une armée et l'a conquise sans violence. Il est mort à Médine ﺔﻧﯾدﻣﻟا Al-Madīna le lundi 8 juin « mois de Rabi’a  premier » 632.*

* sahih al Bukhâri 2/640

D’une manière générale, la Tradition hésite entre le : lundi 8 (1) le mardi 9 juin (2) et le mercredi 10 juin comme date de l’enterrement (3). La  majorité semble pencher en faveur du mercredi, qui semble plutôt  faire l’unanimité comme l’affirme Ibn Kathîr (4) ; souvent c’est le  témoignage de ‘Aïsha qui est cité à l’appui : « On ne savait rien de  l’enterrement du Prophète, dit-elle, jusqu’à ce qu’on entende le  bruit des pioches au milieu de la nuit du mercredi (5)

 

1-Chronique de Tabari, histoire des Prophètes et des rois تاريخ الرسل والملوك  Tarikh al-Rusul wa al-Muluk (mort du Prophète page 602  paragraphe 5) « Le Prophète mourut le lundi; mais les uns disent que ce fut le dixième jour du mois de Rabi’a  premier, les autres  que ce fut le douzième jour de ce mois . Cette cette dernière date qui est la lus authentique »

Muhammad al Khudhary محمد الخضري 1872-1927   Lumière de la certitude نور اليقين في سيرة سيد المرسلين Nur al-Yaqin fi Sirat Sayyid al-Mursalin page 379 « La matinée de ce jour n’était pas achevée, que le Prophète quitta ce bas-monde et rejoignit son Seigneur. Cela se passait le lundi treizième rabīʿ al-ʾawwal, ربيع الأول, premier (mois) du printemps de l’année onze de l’Hégire, correspondant au 8 juin 633…..

 

2- ibn Sa'd al-Baghdadi بن سعد البغدادي 784-845 le Livre des Grandes personnalités كتاب الطبقات الكبير  Kitab Tabaqat al-Kubra 2/304-305. 

3- Ibn Mâjah بن ماجة 824-887  grands recueils de hadiths سُنن ابن ماجه Sunan ibn Mâjah ‎ 1/520.

4- Ibn Kathîr ابن كثير Sîra سيرة 4/539

5-Ibn Hishâm بن هشام mort en 834 ابن اسحاق - السيرة النبوية Al-Sîra al-Nabawiya d'Ibn Ishaq 2/663 ; Ahmad ibn Hanbal أحمد بن حنبل 780-855 Musnad مسند «fondé» 43/369 ; Tabaqât كتاب 2/305 ; Tabarî طبری Chronique de Tabari, histoire des prophètes et des rois تاريخ الرسل والملوك  Tarikh al-Rusul wa al-Muluk) 2/239 ; Bayhaqî بیهقی appelé parfois Ibn Funduq ابن فندق 1097-1169 Sunan سنن 3/574 ; Ibn Ibn Kathîr ابن كثير Sîra سيرة 4/538

 

Combien de temps a duré précisément la Révélation spontanée du saint Coran en bloc et la Révélation discontinue ?

La Révélation spontanée du saint Coran au Dernier des Messagers رسل  Rousul et Prophètes de Dieu s’est très certainement produite pendant la nuit du destin  لَيْلَةُ الْقَدْرِ Laylat al-Qadr la vingt troisième nuit du Mois Béni de Ramadan رمضان المبارك Ramadan al Moubarak dans laquelle le Prophète Muhammad a reçu l’intégralité du Saint Coran. Cet événement a eu lieu à peu près 56 jours après que le Messager ait eu l’ordre de sa mission prophétique. La révélation discontinue se et tourne autour de deux fondements essentiels :

1- La Révélation discontinue se situe presque avec le début de la mission Prophétique et Messianique de Muhammad jusqu’à la fin de sa vie. Selon l’avis le plus avancé, le Prophète débuta sa mission le 27 Rajab رجب, l’équivalent du 1er février 610 et quitta ce monde le 28 Safar صفر, 11 ans après l’Hégire.

2- Quoique quelques versets du Saint Coran aient été révélés dès le début de la mission du Prophète, la révélation intermittente de ce message en tant que livre céleste commença trois ans après le début de la mission prophétique et la la nuit du destin  لَيْلَةُ الْقَدْرِ Laylat al-Qadr puis dura jusqu’à la fin de la vie du messager de Dieu.

Sourate 44 الدخان ad-Duḫān  la Fumée verset 3

Période mecquoise, qui occupe la 64e place dans l'ordre chronologique

إِنَّا أَنزَلْنَاهُ فِي لَيْلَةٍ مُّبَارَكَةٍ إِنَّا كُنَّا مُنذِرِينَ

Nous l'avons, en vérité, révélé en une nuit bénie, car Nous n'avons pas cessé d'avertir les hommes !

Inna anzalnahou fi laylatin moubarakatin inna kounna mounthirina

Sourate 97 القدر al-qadr le Décret - la Détermination verset 1

إِنَّا أَنزَلْنَاهُ فِي لَيْلَةِ الْقَدْرِ

En vérité, Nous l’avons fait descendre dans l’instant  dans la nuit de la Destinée. (Détermination)

Inna anzalnahou fi laylati al qadri

 

Sourate 2 البقرة al Baqara  la Vache verset 185

Période médinoise, qui occupe la 87e place dans l'ordre chronologique

……………………………………… شَهْرُ رَمَضَانَ الَّذِيَ أُنزِلَ فِيهِ الْقُرْآنُ هُدًى لِّلنَّاسِ وَبَيِّنَاتٍ مِّنَ الْهُدَى وَالْفُرْقَانِ

Le mois de Ramadan est celui au cours duquel le Coran a été révélé pour guider les hommes dans la bonne direction et leur permettre de distinguer la Vérité de l'erreur………………………

Shahrou Ramadan allathi ounzila fihi al Qur’an houdan lil nassi wa bayyinatin mina al houda wa al fourqani…………………………………………………

Mais on ne sait précisément de quelle nuit des nuits du mois de Ramadan il s’agit. Les avis divergent ici.

Muhammad Ibn Jarīr Tabari  محمد بن جریر طبری ,839-923 soit 224-310 Hégire Histoire des Prophètes et des rois تاريخ الرسل والملوك, Tarikh al-Rusul wa al-Muluk vol 2, page 300,

Les commentaires du Qur ‘an جامع البيان عن تأويل آي القرآن Jami` al-bayan `an ta'wil 'ay al-Qur'an plus connu sous le nom de تفسير الطبري Tafsir At-Tabari vol 25, page 107, 108, Tafsir al Mizan,  تفسير الميزان vol 2, page 29.

abū muḥammad ʿabd al-mālik ben hišām, أبو محمد عبدالمالك بن هشام mort vers 833 soit 218 hégire Biographie due à Ibn Hichâm سيرة ابن هشام sīra ibn hišām, vol 1, page 236, 239 et 240,

ibn Wadih al Yakoubi بن واضح اليعقوبي, mort 897 soit 284 hégire Chronique d'Ibn Wadih تاريخ ابن واضح Ta'rikh ibn Wadih vol 2, page 17,

Sheikh Tousi, الشيخ الطوسي995-1067  Explication dans l'interprétation du Coran التبيان في تفسير القرآن Al-Tibtayn fi Tafsir Al-Qur’ran de vol 9, page 224 ;

De toutes les hypothèses celle de la nuit du 23 du Ramadan en tant nuit de Qadr est la plus forte, car plusieurs hadiths et des indices l’approuvent

Car le Coran est auprès de Dieu dans ce qu’on appelle «Mère du Livre  أُمِّ الْكِتَابِ Umul Kitâb »

Sourate 43 الزخرف  az-Zuḫruf  l’Ornement - la Parure verset 4

Période mecquoise qui occupe la 63e place dans l'ordre chronologique

وَإِنَّهُ فِي أُمِّ الْكِتَابِ لَدَيْنَا لَعَلِيٌّ حَكِيمٌ

Vraiment, lui sublime, sage, en Nous, dans Mère de l’Ecriture.

Wa-innahu fee ommi alkitabi ladayna laAAaliyyun hakeemun

La révélation spontanée du saint Coran s’est produite quand le messager atteint ce niveau de perfection.

Les divergences au sujet de la révélation discontinue du saint Coran qui avoisine la mission Prophétique parce que la date de cette dernière n’est pas précise.

Sourate 17 الإسراء al-Isrāʾ l’ascension - le Voyage Nocturne verset 106

Période Mecquoise occupe la 50e place dans l'ordre chronologique

وَقُرْآناً فَرَقْنَاهُ لِتَقْرَأَهُ عَلَى النَّاسِ عَلَى مُكْثٍ وَنَزَّلْنَاهُ تَنزِيلاً  

C'est un Coran que Nous avons révélé fragment par fragment, afin que tu le récites lentement aux gens. C'est pour cela que Nous l'avons fait descendre graduellement.

 

Wa Qur’ana faraqnahou litaqrahou Aala al nasi Aala moukthin wa nazzalnahou tanzilan

sourate 25 الفرقان al-Furqān  la Loi le Critère verset 32

Période Mecquoise qui occupe la 42e place dans l'ordre chronologique

وَقَالَ الَّذِينَ كَفَرُوا لَوْلَا نُزِّلَ عَلَيْهِ الْقُرْآنُ جُمْلَةً وَاحِدَةً كَذَلِكَ لِنُثَبِّتَ بِهِ فُؤَادَكَ وَرَتَّلْنَاهُ تَرْتِيلاً

Et les négateurs de dire encore : «Pourquoi le Coran n'a-t-il pas été révélé au Prophète d'une seule traite» Nous l'avons révélé ainsi pour raffermir ton cœur et afin qu'il soit soigneusement récité,

Waqala allathina kafarou lawla nouzzila Aalayhi al Qur’an joumlatan wa hidatan kathalika linouthabbita bihi fou-adaka wa rattalnahou tartilan

Commentaire d’al Mizan تفسير الميزان  Tafsir al Mizan, علامه سید محمد حسین طباطبائی Allamah Sayyid Muhammad Husayn Tabataba'i 1892-1981 vol2, page 14-23

Histoire de Yaquoubi تاريخ اليعقوبي Tarikh Ya’koubi, vol 2, page 17;

Husayn ibn Muhammad Diyarbakri, حسين بن محمد دياربكري 1469-1554 soit 874-962 hégire Histoire du sixième (jour du jeudi) dans les circonstances des âmes des âmes, تاريخ الخميس في أحوال أنفس نفيس vol2, page 280 et 281,

Certains pensent qu’il y a une distinction entre la Mission Prophétique et la Révélation discontinue du Saint Coran comme Livre Céleste الكتاب السماوي  al kitab al samawi. Selon eux, en dépit du fait que cinq versets de la sourate 96 العلق Alaq « le caillot de sang- l’adhérence » ont été révélés au Prophète Muhammad  dès le début de sa mission, il n’avait pas reçu l’ordre de procéder à l’appel public. C’est après trois ans d’appel discret qu’il est passé à la phase supérieure par l’appel public.

Sourate15الحجر al-Hijr La vallée des pierres verset 94

Période Mecquoise, qui occupe la 54e place dans l'ordre chronologique

فَاصْدَعْ بِمَا تُؤْمَرُ وَأَعْرِضْ عَنِ الْمُشْرِكِينَ

Proclame donc hautement (clairement) ce qu’on t’a ordonné et détourne-toi des idolâtres !

FaisdaA bima toumarou wa aArid Aani al moushrikina

Explication.

*Sourate 17 الإسراء Le Voyage Nocturne verset 106 période mecquoise qui occupe la 50e place dans l'ordre chronologique

وَقُرْآناً فَرَقْنَاهُ لِتَقْرَأَهُ عَلَى النَّاسِ عَلَى مُكْثٍ وَنَزَّلْنَاهُ تَنزِيلاً

 

C'est un Coran que Nous avons révélé fragment par fragment, afin que tu le récites lentement aux gens. C'est pour cela que Nous l'avons fait descendre graduellement.

Waqur-anan faraqnahu litaqraahu AAala alnnasi AAala mukthin wanazzalnahu tanzeelan

Selon le savant أبو بكر احمد بن محمد الأصفهاني Abou Bakr Mouhammad Ibn Muhammad al Asphani, a dit j’ai entendu dire, à propos du verset «susmentionné *» que dix huit ans étaient passés entre la première et la dernière révélation. Il a été révélé en la Mecque au cours de huit ans avant (le Prophète ) ait émigré et dix ans à la Médine.

Traduction :

 

أخبرنا الشيخ أبو بكر احمد بن محمد الأصفهاني خبرناالله بن محمد بن حَيَّان أخبرنا أبويحي الرَّازِي دثنايزيدزيح حدثنا أبورجاء قال: سمت الحسن يقول في قوله تعا لي

S17-106(وَقُرْآنًا فَرَقْنَاهُ لِتَقْرَأَهُ عَلَى النَّاسِ عَلَىٰ مُكْثٍ)

 

'akhbarana al shaykh 'abu Bakr 'Ahmad bin Muhamad al'Asfihani khabranua Allah bin Muhamad bin hayaan 'akhbarana 'abuyhi al razi dthnayzidzih hadathana 'abourja' qal: smat al hasan yaqoul fi qawlah taeaan li (wa Quranana faraqnah litaqra'ah alaa al nass alaa moukthin)

ذُكِر لنا أنه كان بين أوله و آخره ثمانيَ عشره‘ أنزل عليه بمكة ثماني سنين قبل أن يهاجر‘ وبالمدينة عشرَ سنين

 

dhukir lana 'anah kan bayn 'awalih wa akhirah thmany ashrh' (18) 'unzil alayh bi Makat thamani sinin(8) qabl 'an yhajr' wa bi al Madinat ashr sinin (10)

Mais Ahmad nous a cité qu’Ach-Cha’bi a dit ; Allah a fragmenté Sa inspiration, il y avait entre le début et la fin de la révélation vingt ans ou presque.

أخبرنا أحمد، أخبرنا عبدالله، أخبرنا أبو يحيي الرازِيّ، حدثنا سهل، حدثنا يحيي بن أني بُكَير، عن هُشَيم، عن داو، عن الشعبي قال: فرَّق الله تنزيله، فكان بين أوله وآ خره عشرون أو نحو من عشرين سنة

'akhbarana 'Ahmid, 'akhbarana abdalilih, 'akhbarana 'abou Yahyia al Razi, hadathana sahla, hadathana Yahya bin 'aniy Boukayr, ean Hishaym, ean daw, ean al Shaabi qal: farraq Allah tanzilouhou, fakan bayn 'awalih wa kharouh ashrawn (20) 'awa nahw min ashryn sanatan (+20)

Son début : selon Tabari طبری * ce fut un lundi dix huitième jour  du mois de Ramadan.

Selon d’autres traditions ce fut le lundi douzième jour du mois de premier (mois) du printemps , ربيع الأول rabīʿ al-ʾawwal, que Muhammad reçu sa Mission

*Chronique de Tabari Histoire des Prophètes et des Rois تاريخ الرسل والملوك, Tarikh al-Rusul wa al-Muluk « l’ère islamique mission de Muhammad » page 443 édition la Ruche

Sourate 96 العلق al-ʿalaq  la Cailliot de sang -l’Adhérence versets 1 à 5

Période mecquoise qui occupe la 1re place dans l'ordre chronologique

اقْرَأْ بِاسْمِ رَبِّكَ الَّذِي خَلَقَ

1. Lis au nom de ton Seigneur qui a tout créé,

Iqra bismi Rabbika allathi khalaqa

خَلَقَ الْإِنسَانَ مِنْ عَلَقٍ

2. qui a créé l'huhaim d'une adhérence !

Khalaqa al-insana min AAalaqin

اقْرَأْ وَرَبُّكَ الْأَكْرَمُ

3. Lis, car la bonté de ton Seigneur est infinie !

96.3. Lies! denn dein Herr ist der Allgütige,

Iqra/ warabbuka al-akramu

الَّذِي عَلَّمَ بِالْقَلَمِ

4. C'est Lui qui a fait de la Plume (Calame) un moyen du savoir

Allathi Aallama bi al qalam

عَلَّمَ الْإِنسَانَ مَا لَمْ يَعْلَمْ

5. et qui a enseigné à l'homme ce qu'il ignorait.

AAallama al-insana ma lam yaAAlam

 

voir Commentaire ésotérique du Coran : http://0380549479.free.fr/articles/ARTICLES/1-2/IQRA/IQRA.pdf

Les autres versets de cette sourate seront révélés plus tard.

 

Sourate 74 المدّثـّر, Al-Muddathir Celui qui est Revêtu du Manteau verset 1,

Période mecquoise qui occupe la 4e place dans l'ordre chronologique

يَا أَيُّهَا الْمُدَّثِّرُ

1. Ô toi qui te blottis sous un manteau !

Ya ayouha al mouddaththirou

قُمْ فَأَنذِرْ

2. Lève-toi pour commencer tes exhortations

Qoum fanthir

 

Sa fin de Révélation.

Sourate 5 المائدة  al-Māʾida la Table servie  verset 3

Période médinoise qui occupe la 112e place dans l'ordre chronologique.

Ce verset Révélée le 6 Mars 632 dans sa ville natale la Mecque مكة, Makka, le Prophète Muhammad y prononça son dernier discours, Le sermon d'adieu خطبة الوداع‎, Khuṭbatu l-Wadāʿ dans l’après midi du vendredi le neuvième jour de dhul hija de l’an 10 après la hijra dans la vallée de Uranah وادي عرنة wadi Waranah  près du mont Arafat جبل عرفات ; Jabal 'Arafât « du jour de Arafat »  le Grand jour du Hadj  du Pèlerinage ce fut après ce sermon que cette sourate fut révélée

Ce verset est considéré comme l’un des versets de clôture de tout le Coran.

……..     الْيَوْمَ أَكْمَلْتُ لَكُمْ دِينَكُمْ وَأَتْمَمْتُ عَلَيْكُمْ نِعْمَتِي وَرَضِيتُ لَكُمُ الْإِسْلَامَ دِينًا…………﴿

……Aujourd'hui, J'ai amené votre religion (culte dû) à son point de perfection, Je vous ai accordé Ma grâce tout entière (à votre égard) et J'ai agréé l'islam pour vous comme religion (comme culte dû)  !.....

…….Al yawma akmaltou lakum dinakoum wa atmamtou Aalaykoum niAmati waraditu lakoumou al-islama dinan…….

Trois mois (81jours) après le Prophète Muhammad devait s’éteindre, il rejoignit Son Seigneur et Maître.il reçu ce verset neuf nuits avant de mourir.

Sourate 2 البقرة al-Baqara la Vache verset281

Période médinoise qui occupe la 87e place dans l'ordre chronologique

وَاتَّقُواْ يَوْماً تُرْجَعُونَ فِيهِ إِلَى اللّهِ ثُمَّ تُوَفَّى كُلُّ نَفْسٍ مَّا كَسَبَتْ وَهُمْ لاَ يُظْلَمُونَ

2.281. Redoutez le Jour où vous serez tous amenés à comparaître devant Dieu, et où chacun sera largement rétribué selon ses œuvres, sans subir la moindre injustice.

Waittaqou yawman tuurjaAoona fihi ila Allahi thoumma touwaffa koullou nafsin ma kasabat wahoum la youthlamouna

 

L'historien abū ʿabd allāh muḥammad ben isḥāq ben yasār ben ḫyār, محمد بن اسحاق بن يسار بن خيار connu plus simplement par ibn ishâq بن اسحاق 704-767 connu pour avoir rédigé la Biographie de l'Envoyé de Dieu  سيرة رسول اللهSîrat Rasûl Allah, première biographie du Prophète Muhammad rédigée entre l'an 737 à 767 soit 120 à 150 de l'Hégire cite un poème d'un compagnon de celui-ci dans son livre "Muhammad" p.417 qui dit que le Prophète est resté un dizaine d'années (et non une douzaine) à prêcher à la Mecque, c'est à dire dés qu'il reçut la révélation Coranique et pendant 10 ans à la Mecque jusqu'en 622 date de l'Hégire.

Donc 622-10=612

 L'imam  Ahmad Ibn Hanbal  الإمام أحمد بن حنبل  780-865 soit 134-241 de l’Hégire rapporte (Biographie du Prophète السيرة النبوية Al-Sira Al-Nabawiyya d'Ibn Kathir بن كثير, 1301-1373  soit 701-774 de l’Hégire « surnommé, le chaféite  الشافعي aš-šāfiʿī »   p.245): "Le Prophète avait 40 ans lorsqu'il reçut la Révélation. Ce fut Israfil إسرافيل‎ (l'ange de la trompette) qui s'occupa de sa prophétie en lui enseignant le verbe et la chose. Durant cette période, le Coran ne descendait pas sur lui. Trois ans après, ce fut Gabriel جبريل (Jibril) qui s'occupa de sa prophétie, et le Coran fut révélé par sa bouche durant 20 ans, 10 à la Mecque et 10 à Médine. Il est mort à l'âge de 63 ans." Sachant que le Prophète est mort en 632, cela implique que le début de la révélation Coranique débuta en 612.


- L'imam Ahmed a dit en outre (p.245 encore): "... d'après Abd Allâh Ibn 'Abbas عبد الله ابن عباس qui a dit : "Le Prophète a reçu la révélation alors qu'il avait 43 ans. Il demeura à la Mecque, 10 ans et à Médine 10 ans…..

Voici la plus grande grâce que Dieu l’Unique الله Allah en faveur de la Nation musulmane ummat al-Islamiyah الأمة الإسلامية‎. Il a parachevé leur religion si bien qu’ils n’ont pas besoin d’une autre religion ou d’un Prophète autre que le leur. C’est pourquoi Il a fait de Muhammad le Sceau des Prophètes et l’a suscité à l’humanité entière et aux  جِنّ  djinns :1- les 'Efrits عِفَارِيت: djinns de feu, qui peuplent les terres.2- les Maritins مَاَرِدْ  djinns qui vivent près des cours d'eau. 3- les Sylphes سلف djinns munis d'ailes qui peuplent les cieux. Et, puisque que Dieu l’Unique الله Allah a parachevé Sa Religion, seul est licite*  permis حلال  ḥalāl], ce que Dieu l’Unique الله Allah a rendu licite, seul est illicite حَرَام illégal ; illicite ; interdit ; inviolable ; sacré ce qu’Il a établi illicite, et il n’est de religion valable que celle qu’Il a établi par Lui. Tout ce dont Dieu l’Unique الله Allah nous a informés est véridique et authentique. Ses Paroles sont dénouées de tout mensonge et Ses promesses toujours accomplies. Ainsi, le Très Haut dit par ailleurs

*Voir : la Morale du Coran اﻷﺧﻼﻕ القرآن  al akhlaq fy al Qur’an Muhammad-Abdallah. Draz Egypte édition 1951 réédité en  1983 Ministère des Habous Rabat Maroc page 237 à 242

Le licite et l'illicite en islam الحلال والحرام في الإسلام al-halal wa al-haram fil-islam, Youssef al-Qaradâwî يوسف القرضاوي né le 9 septembre 1926 écrit en 1960 diverses éditions.

Al Ghazali revitalisation-des-sciences-de-la-religion إحياء علوم الدين  Ihyâ' 'Ulûm al-Dîn « quatièrme livre »Le permis et le prohibé الحلال والحرام  al-halal wa al-haram pages 426 à 491 édition DKI.

Autrement dit : le Saint Coranالقرآن  al-Qurʾān est » Toute Vérité » dans ce dont il nous informe, et « toute justice » dans ses commandements et ses interdits. Et, en parachevant pour les musulmans leur religion, Dieu l’Unique الله Allah les a comblés de Ses grâces et de Ses bienfaits

Il est le Verbe كَلِمَتُهُ  kalimatuh de Dieu l’Unique الله Allah, par Ses Prophètes  dont le Divine Parole  كَلِمَتُهُ اللّهِ kalimatuh Allah de Dieu *3 l’Unique  الله Allah. Le Coran révèle, dévoile et oriente : il est une lumière النور an-Nûr*1 qui répond à la quête de sens inscrite dès l’origine الفطرة al-fitra dans l’intimité de chaque cœur. Le Coran est le  Rappel أده الذِّكْرِ adh-dhikr de tous les messages, ceux de Noé نوح nûh et d’Abraham : إبراهيم  Ibrahim, de Moïse موسى  Moussa et de Jésus  عيسى `Îsâ  « Jésus fils de Marie عيسى بن مريم Îsâ ibn Maryam »: comme eux, il rappelle et enseigne aux consciences que la Vie a un sens, que les faits sont des signes. Le Coran est une initiation au discernement الفرقان al-furqân.*2

*1 lumière النور an-Nûr Nom de la 24è sourate du Saint Coran période Médinoise qui occupe la 102e place dans l'ordre chronologique.

*2 discernement- la Loi -Le critère الفرقان al-Furqân. Nom de la 25è sourate du Saint Coran période Mecquoise qui occupe la 42è place  dans l’ordre chronologique,

*3 voir sourates :

2 البقرة  al Baqara  la Vache verset 91 période Médinoise occupe la 87e place dans l’ordre chronologique

………………………. وَإِذَا قِيلَ لَهُمْ آمِنُواْ بِمَا أَنزَلَ اللّهُ قَالُو

Et quand on leur dit de croire à ce que Dieu a révélé…………………………….

Wa-itha qila lahum aminou bima anzala Allahou qalou…………………………..

آل عمران  āli ʿImrān la famille d’Imran verset période Médinoise qui occupe la 89e place 7 dans l’ordre chronologique

……………………. هُوَ الَّذِيَ أَنزَلَ عَلَيْكَ الْكِتَابَ مِنْهُ آيَاتٌ مُّحْكَمَاتٌ هُنَّ أُمُّ الْكِتَابِ وَأُخَرُ مُتَشَابِهَاتٌ

C'est Lui qui t'a révélé le Livre contenant des versets à la fois clairs et précis…….

Huwa allathi anzala Aalayka al kitaba minhou ayatoun mouhkamatoun hounna oummu al kitabi wa oukharou moutashabihatoun…………………….

5 المائدة al-Māʾida la Table est servie verset 84 Période Médinoise qui occupe la 112e place dans l’ordre chronologique

…………………….. .وَمَا لَنَا لاَ نُؤْمِنُ بِاللّهِ وَمَا جَاءنَا مِنَ الْحَقِّ

 Pourquoi ne croirions-nous pas en Dieu et à la Vérité qu'Il nous a envoyée?.......

Wama lana la nouminou biAllahi wa ma jaana mina a haqqi………………………..

42  الشورى  aš-Sūrā  la Concertation verset 41 période Mecquoise qui occupe la 62e place dans l’ordre chronologique

وَمَا كَانَ لِبَشَرٍ أَن يُكَلِّمَهُ اللَّهُ إِلَّا وَحْياً أَوْ مِن وَرَاء حِجَابٍ أَوْ يُرْسِلَ رَسُولاً فَيُوحِيَ بِإِذْنِهِ مَا يَشَاءُ إِنَّهُ عَلِيٌّ حَكِيمٌ

 Il n'est pas donné à un homme que Dieu lui parle directement, si ce n'est par inspiration ou derrière un voile ou par l'envoi d'un messager qui lui révèle, par Sa permission, ce qu'Il veut. Dieu est Sublime et Sage.

Wama kana libasharin an youkallimahou Allahou illa wahyan aw min wara-i hijabin aw yoursila rasoulan fayouhiya bi-ithnihi ma yashaou innahou Aaliyyun hakimoun

Il est Le Livre الكتاب al-kitâb pour les musulmans du monde entier et aussi pour les gens du Livre اهل الكتاب  ahl al kitâb qu’il faut lire avec curiosité et compréhension quand on veut connaître la foi musulmane. Un combat spirituel et intellectuel à mener pour écarter les ténèbres de l'"ignorance" et faire triompher la vérité. Il est d’un abord tout à la fois extrêmement simple et profondément complexe et la nature des enseignements spirituels, humains, historiques et sociaux que l’on peut en extraire se conjugue à différents niveaux quant au rapport au Transcendant, à la relation aux humains, à l’éthique ou à l’action. Le Texte est Un mais ses lectures sont Plurielles et il est impératif de ne jamais les confondre.

Le Coran et le cœur : un dialogue

A la suite de l’évolution de la langue et de l’écrit, le terme la Récitation Coranالقرآن  al-Qurʾān finit par prendre le sens de lecture et par perdre celui de récitation. Dans les lexiques arabes-français actuels le verbe Q R’A est traduit par « lire » il comporte les acceptations suivantes : réciter, lire devant quelqu’un, proclamer transmettre, ramasser des parties éparses et les réunir. Le vocale Qur’an est un nom verbal qui signifie : l’acte de réciter de transmette par voir orale et de réunir de rassembler.

On entretient avec confusion que le Saint Coranالقرآن  al-Qurʾān, est fondamentalement un livre Muṣḥaf. مصحف «collection de pages» c'est-à-dire le livre qui fait référence non pas au texte coranique lui-même mais à son support matériel du texte coranique: le livre autant qu’objet.

alors que le Qur’an  القُرْآن est appelé à être récité rituellement soit par cœur, soit à l’aide du texte imprimé pour en actualiser le contenu, et réactualiser ainsi la Descente  dans l’instant ou il est récité à nouveau, car il est la Parole de Dieu l’Unique الله Allah qui unifie grâce à laisse en œuvre de sa récitation.

 

Le Qur’an caractéristique et vocabulaire fondamentaux

1 al kitâb الكتاب : l’Écriture  الكتابةal kitaba Ce terme, qui revient de nombreuses fois dans le Texte Sacré est un nom d’action qui signifie « l’acte d’écrire » Le traduire par l’Écrit, qui est un participe passif المكتوب al maktûb en arabe, ou par le Livre, qui constitue un ensemble écrit, en mutile le sens essentiellement actif et dynamique. Dans le contexte coranique, ce terme concerne l’Ecriture Divine qui provient de Dieu l’Unique الله Allah.

2 la racine  ن ز ل N Z L avec ses formes verbales :

  • nazala,  نَزَلَ descendre
  • nazzala,  نَز َّلَ faire descendre par étapes, par phases, par à-coups, par fragments, heberger, abaisser, donner l’hospitalité, insérer
  • anzala, أَنْزَلَ faire descendre dans l’instant, subitement, d’un coup, ramener à un niveau plus bas, déposer, abaisser, héberger,

Cette racine décrit l’Acte Divin qui fait parvenir, au Prophète Muhammad , les Paroles qui descendent  selon différentes modalités.

 Le Prophète Muhammad  reçoit initialement et systématiquement  la Parole de Dieu l’Unique الله Allah de chez Dieu l’Unique Allah même, instantanément : il s’agit alors de la forme, أَنْزَلَ anzala.

Par l’intermédiaire de l’Ange Gabriel جبريل Jibril , le Prophète Muhammad reçoit les Paroles Divines fragmentairement ou par à coups نَزَّلَ  nazzala selon les circonstances disposées d’une manière providentielle, L’expression retenue par les théologiens musulmans علماء الدين المسلمين  eulama' aldiyn almuslimin est  أسباب النزول asbâb an nuzul, Asbab أسباب est le pluriel du mot arabe سباب sabab , qui signifie «cause», «raison», ou encore «occasion», et نزول nuzul  est formé sur la racine « n z l », qui signifie littéralement descendre ou de faire descendre, et donc (métaphoriquement) « révéler », par référence aux révélations "descendues" sur les différents prophètes les causes ou circonstances de la descente ou, pour cerner cette expression d’une manière plus technique, les cordes de la descente, c’est-à-dire les liens subtils que ces circonstances gardent toujours avec leur principes d’origine qui est Dieu l’Unique Allah Lui- même.

Sourate 6 الأنعام al-Anʿām les Troupeaux, le Bétail verset 114.

Période mecquoise qui occupe la 55e place dans l'ordre chronologique bien que différents versets soit de l'époque médinoise

أَفَغَيْرَ اللّهِ أَبْتَغِي حَكَماً وَهُوَ الَّذِي أَنَزَلَ إِلَيْكُمُ الْكِتَابَ مُفَصَّلاً وَالَّذِينَ آتَيْنَاهُمُ الْكِتَابَ يَعْلَمُونَ أَنَّهُ مُنَزَّلٌ مِّن رَّبِّكَ بِالْحَقِّ فَلاَ تَكُونَنَّ مِنَ الْمُمْتَرِينَ

Chercherais-je (ardemment) un autre juge que Dieu, Lui qui vous a envoyé (a fait descendre par étapes) ce Coran d'une si belle ordonnance (l’Écriture détaillée) ? Ceux qui ont déjà reçu l'Écriture savent qu'il émane (l’a fait descendre) en toute vérité de ton Seigneur. Ne te laisse donc pas gagner (parmis ceux qui)  par le doute.

Afaghayra Allahi abtaghi hakaman wa houwa allathi anzala ilaykoumou alkitaba moufassalan wa allathina ataynahoumou al kitaba yaAlamouna annahou mounazzaloun min rabbika bialhaqqi fala takounanna mina al mumtarina

3- le terme furqân  فرقان ou al furqân الفرقان

A la différence du terme Qur’an قُرْآن , al-Qur’ân القُرْآن dérive de la racine qara'a قرا qui signifie rassembler, réunir, celui de furqân, trouvé 7 fois dans le Qur’an, exprime les sens suivants : discrimination, critère, discernement, le fait d’exposer distinctement, Nous l’avons rendu par « Critère »

1-Sourate 2 البقرة Al-Baqara la Vache verset 53 

Période médinoise, qui occupe la 87e place dans l'ordre chronologique

وَإِذْ آتَيْنَا مُوسَى الْكِتَابَ وَالْفُرْقَانَ لَعَلَّكُمْ تَهْتَدُونَ

Après quoi, Nous donnâmes à Moïse le Livre et le Critère du Bien et du Mal, Puissiez vous vous laisser guider

Wa-ith atayna Moussa al kitaba wa al fourqana laAallakoum tahtadouna

2- Sourate 2 البقرة Al-Baqara la Vache verset 185

…………………………………… شَهْرُ رَمَضَانَ الَّذِيَ أُنزِلَ فِيهِ الْقُرْآنُ هُدًى لِّلنَّاسِ وَبَيِّنَاتٍ مِّنَ الْهُدَى وَ الْفُرْقَانِ

Le mois de Ramadan est celui au cours duquel le Coran a été révélé pour guider les hommes dans la bonne direction et leur permettre de distinguer la Vérité de l'erreur………………………

Shahrou Ramadan allathi ounzila fIhi al Qur’an houdan lil nassi wa bayyinatin mina al houda wa al fourqani…………………………………………………

3-Sourate 3 آل عمران Al-i'Imran La famille de ʿImrân verset 4

Période médinoise, qui occupe la 89e place dans l'ordre chronologique

مِن قَبْلُ هُدًى لِّلنَّاسِ وَأَنزَلَ الْفُرْقَانَ إِنَّ الَّذِينَ كَفَرُواْ بِآيَاتِ اللّهِ لَهُمْ عَذَابٌ شَدِيدٌ وَاللّهُ عَزِيزٌ ذُو انتِقَامٍ

Auparavant, comme guidance pour les humains. Et Il a également fait descendre sur toi le Critère  du discernement (le Coran). À ceux qui renient les signes de Dieu auront une correction rigoureuse (terrible châtiment), car Dieu Inaccessible  Puissant et (Redoutable) Capable de représailles..

Min qablou houdan lilnnasi wa anzala al fourqana inna allathIna kafarou bi-ayati Allahi lahoum Aathaboun shadidoun wa Allahou Aazizoun thouintiqamin

4-Sourate 8 الأنفال Al-Anfal le Butin verset 29

Période médinoise, qui occupe la 88e place dans l'ordre chronologique se situant en mars 622 après le combat de Badr (Il est toutefois supposé que les versets 30 à 36 sont de la période mecquoise)

يِا أَيُّهَا الَّذِينَ آمَنُواْ إَن تَتَّقُواْ اللّهَ يَجْعَل لَّكُمْ فُرْقَاناً وَيُكَفِّرْ عَنكُمْ سَيِّئَاتِكُمْ وَيَغْفِرْ لَكُمْ وَاللّهُ ذُو الْفَضْلِ الْعَظِيمِ

Ô vous qui croyez (qui avez mis en œuvre le Dépôt confié)! Si vous craignez Dieu, Il vous accordera la faculté de discerner entre le Bien et le Mal, (un Discernement solide) absoudra vos péchés et vous recevra en Sa grâce, car Il est le Détenteur de la grâce infinie !

Ya ayyouha allathina amanou in tattaqou Allaha yajAal lakoum fourqanan wa youkaffir Aankum sayyi-atikoum wa yaghfir lakoum wa Allahou thou al fadli al Aathimi

 5-Sourate 8 الأنفال Al-Anfal le Butin verset 41

وَاعْلَمُواْ أَنَّمَا غَنِمْتُم مِّن شَيْءٍ فَأَنَّ لِلّهِ خُمُسَهُ وَلِلرَّسُولِ وَلِذِي الْقُرْبَى وَالْيَتَامَى وَالْمَسَاكِينِ وَابْنِ السَّبِيلِ إِن كُنتُمْ آمَنتُمْ بِاللّهِ وَمَا أَنزَلْنَا عَلَى عَبْدِنَا يَوْمَ الْفُرْقَانِ يَوْمَ الْتَقَى الْجَمْعَانِ وَاللّهُ عَلَى كُلِّ شَيْءٍ قَدِيرٌ

 

Sachez que, quel que soit le butin que vous ayez pris, le cinquième revient à Dieu, au Prophète, à ses proches, aux orphelins, aux pauvres démunis et aux voyageurs, pour peu que vous croyez en Dieu et à ce que Nous avons révélé (le Dépôt confié « al-furqân ») à Notre Serviteur, le jour où le vrai s'est distingué du faux le jour où les deux armées se sont rencontrées. La puissance de Dieu n'a point de limite (sur toute chose) !

WaiAlamou annama ghanimtoum min shay-in faanna lillahi khoumousahou wa lilRasouli walithi al qourba wa alyatama wa almasakini waibni al-sabili in kountoum amantoum biAllahi wa ma anzalna Aala Aabdina yawma al fourqani yawma iltaqa al jamAani wa Allahou Aala koulli shay-in qadiroun

6-Sourate 21الأنبياء Al-Anbiyaa les Prophètes verset 48 

Période mecquoise, qui occupe la 73e place dans l'ordre chronologique

وَلَقَدْ آتَيْنَا مُوسَى وَهَارُونَ الْفُرْقَانَ وَضِيَاء وَذِكْراً لِّلْمُتَّقِينَ

Nous avons déjà donné à Moïse et à Aaron le Livre du discernement (le Critère) qui est à la fois lumière (illumination) et guide (rappel) pour les gens pieux,

Wa laqad atayna Moussa wa Harouna al fourqana wa diyaan wa thikran lilmouttaqina

 

Une sourate porte ce nom

7-Sourate 25 الفرقان  al-Furqān  La loi, Le Critère, La Séparation verset 1.

Période mecquoise, qui occupe la 42e place dans l'ordre chronologique.

تَبَارَكَ الَّذِي نَزَّلَ الْفُرْقَانَ عَلَى عَبْدِهِ لِيَكُونَ لِلْعَالَمِينَ نَذِيراً

Béni soit Celui (Digne de bénédiction) qui a révélé (descendre) graduellement le Livre du discernement (critère) à Son serviteur, pour qu'il avertisse (les êtres de)  l'Univers !

Tabaraka allathi nazzala al Fourqana Aala Aabdihi liyakoUna lilAalamina nathiran

 

La Révélation Divine faite par étapes

 

Sourate 17 لإسراء al-Isrāʾ le Voyage nocturne verset 106

 Période mecquoise, qui occupe la 50e place dans l'ordre chronologique

وَقُرْآناً فَرَقْنَاهُ لِتَقْرَأَهُ عَلَى النَّاسِ عَلَى مُكْثٍ وَنَزَّلْنَاهُ تَنزِيلاً

C'est un Coran que Nous avons révélé fragment par fragment, afin que tu le récites lentement aux humains dans la durée. C'est pour cela que Nous l'avons fait descendre graduellement.

Wa Qur’anan faraqnahou litaqrahou Aala al nasi Aala moukthin wa nazzalnahou tanzolan

 

4- le terme ta’wil تأويل signifie par son étymologie : faire ramener ou remonter à l’origine, au commencement la vision, spectre, fantôme ; interprétation des songes,

Ce vocable prend alors une signification inverse de la racine N.Z.L.La Descente de la Parole Divine est une « entrée » dans la sphère de la création, le ta’wil  est le retour à l’origine.

Sourate 12 verset 36

……………………………… "نَبِّئْنَا بِتَأْوِيلِهِ"………………………………….

…………………..Fais-nous connaître la signification…………………………..

……………………………….nabbina bitawilihi………………………………..

 

5-  wahy وحي‎, la racine W H Y : inspire, insuffler, souffler, insinuer, est trouvé 78 fois dans le Texte coranique. Le vocale وحي‎, wahy, qui en dépend, signifie, inspiration, insufflation, habituellement traduit par révélation, alors que ce dernier mot est la traduction du terme coranique kašf کشف enlever le voile, dévoiler.

Exemple :

Sourate  42 الشورى  aš-šūrā  la Délibération la Concertation la Consultation 

Elle est aussi nommé H.M حم .-.S.Q عسق en référence à ces deux premiers versets

Période mecquoise qui occupe la 62e place dans l'ordre chronologique

 

وَمَا كَانَ لِبَشَرٍ أَن يُكَلِّمَهُ اللَّهُ إِلَّا وَحْياً أَوْ مِن وَرَاء حِجَابٍ أَوْ يُرْسِلَ رَسُولاً فَيُوحِيَ بِإِذْنِهِ مَا يَشَاءُ إِنَّهُ عَلِيٌّ حَكِيمٌ

Il n'est pas donné à un être de forme humaine que Dieu lui parle directement, si ce n'est par inspiration ou derrière un voile ou qu’Il envoi un messager qui lui révèle, (lui inspirer) par Sa permission, ce qu'Il veut. Dieu est Sublime et Sage.

Wa ma kana libasharin an youkallimahou Allahou illa wahyan aw min wara-i hijabin aw yoursila Rasoulan fayouhiya bi-ithnihi ma yashaou innahu Aaliyyun hakeimoun

 

6- le Qur’an, Parole inimitable de Dieu l’Unique Allah

Dès les premières révélations, la récitation de versets par le Prophète Muhammad et par certains compagnons الصحابة  aṣ-ṣaḥābah provoqua la surprise de nombreux mekkois devant la beauté des fragments  psalmodiés du Texte ainsi entendu, prononcé dans un langage d’une grande pureté et comportant des significations nouvelles. Ils étaient pourtant habitués aux poésies déclamées par d’habiles poètes. Dès les premiers moments de la Descente  du Saint Coranالقرآن  al-Qurʾān, Dieu l’Unique الله Allah met en garde contre la poésie qui n’est pas la Parole Divine, le degré d’inspiration de l’une et de l’autre ne pouvant être du même ordre, et de ce fait être comparable.

Sourate 21لأنبياء Anbiyāʾ les Prophètes verset 5

 Période mecquoise qui occupe la 73e place dans l'ordre chronologique

بَلْ قَالُواْ أَضْغَاثُ أَحْلاَمٍ بَلِ افْتَرَاهُ بَلْ هُوَ شَاعِرٌ فَلْيَأْتِنَا بِآيَةٍ كَمَا أُرْسِلَ الأَوَّلُونَ

 «Ce Coran, disent-ils, n'est qu'un amas de rêveries (des mélanges confus de songes) ! Ou c'est plutôt lui qui l'a forgé ! Ou il s'agit plutôt de l'œuvre d'un poète ! (Alors) Qu'il produise donc devant nous un signe miraculeux, comme celui (semblable) à celui  dont furent chargés les premiers envoyés (missionnés)!»

Bal qalou adghathu ahlamin bali iftarahou bal huwa shaAiroun falya/tina bi-ayatin kama oursila al-awwalouna

 

Dieu l’Unique الله Allah avertit que le Saint Coranالقرآن  al-Qurʾān Descente Divine, est d’une Essence bien différente de la poésie qui reste de facture individuelle et qui, dans le meilleur des cas, est inspirée, mais par des djinns, entités subtiles qui évoluent dans le monde intermédiaire entre ange et humain. La poésie même la meilleure la plus parfaite, ne pourra rivaliser avec la Parole Divine.

Sourate 69 الحاقـّة al-ḥāqqa L'inévitable Vérité Celle qui voit venir verset 40 à 43

 Période mecquoise qui occupe la 78e place dans l'ordre chronologique

إِنَّهُ لَقَوْلُ رَسُولٍ كَرِيمٍ

40. que c'est bien là la parole (le dire) d'un noble Messager,

Innahou laqawlou rasoulin karimin

وَمَا هُوَ بِقَوْلِ شَاعِرٍ قَلِيلاً مَا تُؤْمِنُونَ

41. et non point le propos (le dire) d'un poète, pour peu que vous croyiez, (que vous mettiez en œuvre le Dépôt confié)

Wa ma huwa biqawli shaAirin qalilan ma tou/minouna

وَلَا بِقَوْلِ كَاهِنٍ قَلِيلاً مَا تَذَكَّرُونَ

42. ni d'un vulgaire devin,(oracle) pour peu que vous réfléchissiez !

Wa la biqawli kahinin qalilan ma tathakkarouna

تَنزِيلٌ مِّن رَّبِّ الْعَالَمِينَ

43. Ce Coran (Descentes progressive) est, en effet, une révélation émanant du Maître  (des êtres) de l'Univers.

Tanzilun min rabbi al Aalamina

 

 

 Le Saint Coranالقرآن  al-Qurʾān, ne provenant ni d’un poète, ni d’un oracle, ni d’un individu, mais bien de Dieu l’Unique الله Allah  ne peut être imité dans son style et dans sa vertu spirituelle et opérante, même par une personne bien doué. Dans plusieurs versets Dieu l’Unique الله Allah  précise le caractère inimitable du Saint Coranالقرآن  al-Qurʾān qui réduit à l’impuissance عاجز  iεjaz quiconque prétendrait produire l’équivalent

 

Le Saint Coranالقرآن  al-Qurʾān étant inimitable, puisqu’il est la Parole de Dieu l’Unique الله Allah, que faut-il entendre alors par cette expression : Parole d’Allah  كَلِماتُ الله Kalimatu-l-Lâh ?

Le Saint Qur’an est dans une Écriture cachée, occultée, immatérielle كتاب مكنون kitab maknûn  dans le Prototype Divin ou Mère de l’Écriture :

Sourate 56  الواقعة al-wāqiʿa l’Évènement, Celle qui est inéluctable, l’Échéante  verset 77 à 79

 

Période mecquoise, qui occupe la 46e place dans l'ordre chronologique

إِنَّهُ لَقُرْآنٌ كَرِيمٌ

77. Vraiment voici ce Coran, une noble Écriture

Innahu laqur-anun kareemun

فِي كِتَابٍ مَّكْنُونٍ

78. conforme à un Prototype (Écriture) bien gardé au Ciel,

Fee kitabin maknoonin

لَّا يَمَسُّهُ إِلَّا الْمُطَهَّرُونَ

79. que seuls les purifiés sont autorisés à toucher.

La yamassuhu illa almutahharoona

 

Les Paroles de Dieu l’Unique الله Allah étant inépuisables et s’actualisant sans cesse, Il Se les adresse à Lui-même, car il est qualifié dans le Saint Coranالقرآن  al-Qurʾān de l'Orateur المتكلم  al Mutakallim, Celui qui Se parle à Lui-même, ou autre traduction Celui qui Parle. Il comprend alors toutes les Paroles qui sont aussi éternelles et sans limites que Lui, et celles-ci ne peuvent alors changer.

 

Sourate 18 لكهف al-kahf la Caverne la Grotte verset 27. Période Mecquoise qui occupe la 69e place dans l'ordre chronologique

 

وَاتْلُ مَا أُوحِيَ إِلَيْكَ مِن كِتَابِ رَبِّكَ لَا مُبَدِّلَ لِكَلِمَاتِهِ وَلَن تَجِدَ مِن دُونِهِ مُلْتَحَداً

Et récite ce qui t'a été révélé du Livre (l’Ecriture) de ton Seigneur, (t’a été inspiré) dont nul ne saurait altérer Ses paroles et (jamais) en dehors de qui  (Lui) tu ne saurais trouver de refuge.

 Waotlu ma oohiya ilayka min kitabi rabbika la mubaddila likalimatihi walan tajida min doonihi multahadan

 

7- Qawl قُلْ  provient de la racine Q W L trouvé 1721 fois dans le Saint Qur’an. Elle prend les acceptations suivantes : exprimer, proférer, dire, déclarer, prononcer. Le nom d’action qawl قُلْ signifie alors expression, dire, dit,  déclaration Le qawl قُلْ est dans l’Intime même de Dieu l’Unique الله Allah, avant toute différentiation ou manifestation de paroles exprimées, pour faire passer du non-être ou Silence Divin à l’être dans la Création, c’est-à-dire de la puissance à l’acte. Quand, dans le Saint  Qur’an  Dieu l’Unique الله Allah, formule à l’impératif : Dis, c’est  pour exprimer une réalité nouvelle ou actualiser celle-ci comme qi elle n’avait jamais été connue ni entendue, et qu’elle apparaisse pour la première fois dans la  conscience au moment même où elle est proférée.

Sourate 112 الإخلاص  al-Iḫlāṣ le Culte pur  le Monothéisme pur  versets 1

Période Mecquoise qui occupe la 22e place dans l'ordre chronologique

قُلْ هُوَ اللَّهُ أَحَدٌ

1. Dis : «C'est Lui, Dieu l'Unique, (Un)

Qul huwa Allahu ahadun

 

Pour celle ou celui qui a reconnu la Présence du Très-Haut et dont le cœur a adhéré au Message de l’Islam, le Saint Coranالقرآن  al-Qurʾān parle de façon tout à fait singulière. Il est la Voix et la Voie : Dieu parle à son être, à sa conscience, à son cœur et Lui montre le chemin de Son agrément, de Sa connaissance et de Sa rencontre :

Sourate 2 البقرة   la Vache la Génisse verset 2  Période médinoise qui occupe la 87e place dans l'ordre chronologique

ذَلِكَ الْكِتَابُ لاَ رَيْبَ فِيهِ هُدًى لِّلْمُتَّقِينَ

Voici le Livre (cette écriture là) qui n'est sujet à aucun doute. C'est un guide pour ceux qui craignent le Seigneur,

Thalika al kitabou la rayba fihi houdan lilmouttaqina

Plus qu’un texte, il est le compagnon de route que l’on psalmodie, que l’on récite ou que l’on écoute : partout, dans le monde musulman, arabophone ou pas dans les mosquées, dans les demeures et dans les rues, on entend de magnifiques voix diffuser dans les airs la Parole du Divin. Et les cœurs, parfois distraits, parfois attentifs, le plus souvent recueillis par la pureté des mots, répondent à cet appel qui est une invitation au tête-à-tête lancée par le Créateur qui rempli le  cœur de chacun. Ici, point de distinction entre le savant, l’envieux de toutes connaissances عالم al ‘âlim et simple commun des mortels, le Coran Parle à chacun quelque soit son niveau de compréhension, à la portée, à tout discernement et de pénétration, dans son cœur, à ses interrogations, à ses débordements d’admiration comme à ses blessures. C’est ce que les théologiens عُلَماء oulémas dans la recherche de la Parole Divine ont appelé la lecture ou l’écoute destinée à l’adoration  القراءات اطعبودية al-qirâ’a at-ta‘abudiyya. La croyante ou le croyant en l’Unicité absolue lit ou écoute le texte Sacré en cherchant à pénétrer dan son âme  la dimension spirituelle du Message qui avertis et promets récompenses et punitions : au-delà du temps, au-delà de l’histoire et des millions d’êtres sur la terre, Dieu lui envoie un dialogue, l’appelle et le l’apostrophe, sur sa vie, ses devoirs, l’invite, le guide, lui recommande et envoie Son Ordonnance… Dieu lui répond, à chaque âme chaque cœur des être humains,  sans conciliateur, médiateur intimement.

Pas besoin d’études ou de diplômes, de maîtres ou de guides… ici, pour ses premiers pas, Dieu, الرب ar-Rabb, Dieu nous éduques, éduque nos corps, nous-mêmes, et nos esprits qui  nous forme, offre la simplicité de Sa proximité.

Fiche détaillée du mot : رب Les versets ou le mot رب apparait sous cette forme précise

http://coran-seul.com/index.php/home?id=9&s=1&v=2&p=3

1:2 - 2:5 - 2:21 - 2:26 - 2:30 - 2:37 - 2:46 - 2:49 - 2:61 - 2:62 - 2:68 - 2:69 - 2:70 - 2:76 - 2:105 - 2:112 - 2:124 - 2:126 - 2:127 - 2:128 - 2:129 - 2:131 - 2:131 - 2:136 - 2:139 - 2:139 - 2:144 - 2:147 - 2:149 - 2:157 - 2:178 - 2:198 - 2:200 - 2:201 - 2:248 - 2:250 - 2:258 - 2:258 - 2:260 - 2:262 - 2:274 - 2:275 - 2:277 - 2:282 - 2:283 - 2:285 - 2:285 - 2:286 - 2:286 - 2:286 - 3:7 - 3:8 - 3:9 - 3:15 - 3:16 - 3:35 - 3:36 - 3:37 - 3:38 - 3:38 - 3:40 - 3:41 - 3:41 - 3:43 - 3:47 - 3:49 - 3:50 - 3:51 - 3:51 - 3:53 - 3:60 - 3:64 - 3:73 - 3:79 - 3:80 - 3:84 - 3:124 - 3:125 - 3:133 - 3:136 - 3:146 - 3:147 - 3:169 - 3:191 - 3:192 - 3:193 - 3:193 - 3:193 - 3:194 - 3:195 - 3:198 - 3:199 - 4:1 - 4:23 - 4:65 - 4:75 - 4:77 - 4:170 - 4:174 - 5:2 - 5:24 - 5:25 - 5:28 - 5:44 - 5:63 - 5:64 - 5:66 - 5:67 - 5:68 - 5:68 - 5:72 - 5:72 - 5:83 - 5:84 - 5:112 - 5:114 - 5:117 - 5:117 - 6:1 - 6:4 - 6:15 - 6:23 - 6:27 - 6:30 - 6:30 - 6:37 - 6:38 - 6:45 - 6:51 - 6:52 - 6:54 - 6:57 - 6:71 - 6:76 - 6:77 - 6:77 - 6:78 - 6:80 - 6:80 - 6:83 - 6:102 - 6:104 - 6:106 - 6:108 - 6:112 - 6:114 - 6:115 - 6:117 - 6:119 - 6:126 - 6:127 - 6:128 - 6:128 - 6:131 - 6:132 - 6:133 - 6:145 - 6:147 - 6:150 - 6:151 - 6:154 - 6:157 - 6:158 - 6:158 - 6:158 - 6:161 - 6:162 - 6:164 - 6:164 - 6:165 - 7:3 - 7:20 - 7:22 - 7:23 - 7:29 - 7:33 - 7:38 - 7:43 - 7:44 - 7:44 - 7:47 - 7:53 - 7:54 - 7:54 - 7:55 - 7:58 - 7:61 - 7:62 - 7:63 - 7:67 - 7:68 - 7:69 - 7:71 - 7:73 - 7:75 - 7:77 - 7:79 - 7:85 - 7:89 - 7:89 - 7:89 - 7:93 - 7:104 - 7:105 - 7:121 - 7:122 - 7:125 - 7:126 - 7:126 - 7:129 - 7:134 - 7:137 - 7:141 - 7:142 - 7:143 - 7:143 - 7:143 - 7:149 - 7:150 - 7:151 - 7:152 - 7:153 - 7:154 - 7:155 - 7:164 - 7:167 - 7:167 - 7:172 - 7:172 - 7:187 - 7:189 - 7:203 - 7:203 - 7:205 - 7:206 - 8:2 - 8:4 - 8:5 - 8:9 - 8:12 - 8:54 - 9:21 - 9:31 - 10:2 - 10:3 - 10:3 - 10:9 - 10:10 - 10:15 - 10:19 - 10:20 - 10:32 - 10:33 - 10:37 - 10:40 - 10:53 - 10:57 - 10:61 - 10:85 - 10:88 - 10:88 - 10:88 - 10:93 - 10:94 - 10:96 - 10:99 - 10:108 - 11:3 - 11:17 - 11:17 - 11:18 - 11:18 - 11:23 - 11:28 - 11:29 - 11:34 - 11:41 - 11:45 - 11:45 - 11:47 - 11:52 - 11:56 - 11:56 - 11:56 - 11:57 - 11:57 - 11:59 - 11:60 - 11:61 - 11:63 - 11:66 - 11:68 - 11:76 - 11:81 - 11:83 - 11:88 - 11:90 - 11:90 - 11:92 - 11:101 - 11:102 - 11:107 - 11:107 - 11:108 - 11:110 - 11:111 - 11:117 - 11:118 - 11:119 - 11:119 - 11:123 - 12:6 - 12:6 - 12:23 - 12:24 - 12:33 - 12:34 - 12:37 - 12:39 - 12:41 - 12:42 - 12:42 - 12:50 - 12:50 - 12:53 - 12:53 - 12:98 - 12:100 - 12:100 - 12:101 - 13:1 - 13:2 - 13:5 - 13:6 - 13:6 - 13:7 - 13:16 - 13:18 - 13:19 - 13:21 - 13:22 - 13:27 - 13:30 - 14:1 - 14:6 - 14:7 - 14:13 - 14:18 - 14:23 - 14:25 - 14:35 - 14:36 - 14:37 - 14:37 - 14:38 - 14:39 - 14:40 - 14:40 - 14:41 - 14:44 - 15:25 - 15:28 - 15:36 - 15:39 - 15:56 - 15:86 - 15:92 - 15:98 - 15:99 - 16:7 - 16:24 - 16:30 - 16:33 - 16:42 - 16:47 - 16:50 - 16:54 - 16:68 - 16:69 - 16:86 - 16:92 - 16:99 - 16:102 - 16:110 - 16:110 - 16:119 - 16:119 - 16:124 - 16:125 - 16:125 - 17:8 - 17:12 - 17:17 - 17:20 - 17:20 - 17:23 - 17:24 - 17:24 - 17:25 - 17:27 - 17:28 - 17:30 - 17:38 - 17:39 - 17:40 - 17:46 - 17:54 - 17:55 - 17:57 - 17:57 - 17:60 - 17:65 - 17:66 - 17:79 - 17:80 - 17:84 - 17:85 - 17:87 - 17:93 - 17:100 - 17:102 - 17:108 - 17:108 - 18:10 - 18:13 - 18:14 - 18:14 - 18:16 - 18:19 - 18:21 - 18:22 - 18:24 - 18:24 - 18:27 - 18:28 - 18:29 - 18:36 - 18:38 - 18:38 - 18:40 - 18:42 - 18:46 - 18:48 - 18:49 - 18:50 - 18:55 - 18:57 - 18:58 - 18:81 - 18:82 - 18:82 - 18:87 - 18:95 - 18:98 - 18:98 - 18:98 - 18:105 - 18:109 - 18:109 - 18:110 - 18:110 - 19:2 - 19:3 - 19:4 - 19:4 - 19:6 - 19:8 - 19:9 - 19:10 - 19:19 - 19:21 - 19:24 - 19:36 - 19:36 - 19:47 - 19:48 - 19:48 - 19:55 - 19:64 - 19:64 - 19:65 - 19:68 - 19:71 - 19:76 - 20:12 - 20:25 - 20:45 - 20:47 - 20:47 - 20:49 - 20:50 - 20:52 - 20:52 - 20:70 - 20:73 - 20:74 - 20:84 - 20:86 - 20:86 - 20:90 - 20:105 - 20:114 - 20:121 - 20:122 - 20:125 - 20:127 - 20:129 - 20:130 - 20:131 - 20:133 - 20:134 - 21:2 - 21:4 - 21:22 - 21:42 - 21:46 - 21:49 - 21:56 - 21:56 - 21:83 - 21:89 - 21:89 - 21:92 - 21:112 - 21:112 - 22:1 - 22:19 - 22:30 - 22:40 - 22:47 - 22:54 - 22:67 - 22:77 - 23:26 - 23:29 - 23:39 - 23:52 - 23:57 - 23:58 - 23:59 - 23:60 - 23:72 - 23:76 - 23:86 - 23:86 - 23:93 - 23:94 - 23:97 - 23:98 - 23:99 - 23:106 - 23:107 - 23:109 - 23:116 - 23:117 - 23:118 - 25:16 - 25:20 - 25:21 - 25:30 - 25:31 - 25:45 - 25:54 - 25:55 - 25:57 - 25:64 - 25:65 - 25:73 - 25:74 - 25:77 - 26:9 - 26:10 - 26:12 - 26:16 - 26:21 - 26:23 - 26:24 - 26:26 - 26:26 - 26:28 - 26:47 - 26:48 - 26:50 - 26:51 - 26:62 - 26:68 - 26:77 - 26:83 - 26:98 - 26:104 - 26:109 - 26:113 - 26:117 - 26:122 - 26:127 - 26:140 - 26:145 - 26:159 - 26:164 - 26:166 - 26:169 - 26:175 - 26:180 - 26:188 - 26:191 - 26:192 - 27:8 - 27:19 - 27:26 - 27:40 - 27:40 - 27:44 - 27:44 - 27:73 - 27:74 - 27:78 - 27:91 - 27:93 - 28:16 - 28:17 - 28:21 - 28:22 - 28:24 - 28:30 - 28:32 - 28:33 - 28:37 - 28:46 - 28:47 - 28:53 - 28:59 - 28:63 - 28:68 - 28:69 - 28:85 - 28:86 - 28:87 - 29:10 - 29:26 - 29:30 - 29:50 - 29:59 - 30:8 - 30:33 - 30:33 - 31:5 - 31:33 - 32:2 - 32:3 - 32:10 - 32:11 - 32:12 - 32:12 - 32:15 - 32:16 - 32:22 - 32:25 - 33:2 - 33:67 - 33:68 - 34:3 - 34:6 - 34:12 - 34:15 - 34:15 - 34:19 - 34:21 - 34:23 - 34:26 - 34:31 - 34:36 - 34:39 - 34:48 - 34:50 - 35:13 - 35:18 - 35:34 - 35:37 - 35:39 - 36:16 - 36:25 - 36:27 - 36:46 - 36:51 - 36:58 - 37:5 - 37:5 - 37:31 - 37:57 - 37:84 - 37:87 - 37:99 - 37:100 - 37:126 - 37:126 - 37:149 - 37:180 - 37:180 - 37:182 - 38:9 - 38:16 - 38:24 - 38:32 - 38:35 - 38:41 - 38:61 - 38:66 - 38:71 - 38:79 - 39:6 - 39:7 - 39:8 - 39:9 - 39:10 - 39:13 - 39:20 - 39:22 - 39:23 - 39:31 - 39:34 - 39:54 - 39:55 - 39:69 - 39:71 - 39:73 - 39:75 - 39:75 - 40:6 - 40:7 - 40:7 - 40:8 - 40:11 - 40:26 - 40:27 - 40:27 - 40:28 - 40:28 - 40:49 - 40:55 - 40:60 - 40:62 - 40:64 - 40:64 - 40:65 - 40:66 - 40:66 - 41:9 - 41:14 - 41:23 - 41:29 - 41:30 - 41:38 - 41:43 - 41:45 - 41:46 - 41:50 - 41:53 - 41:54 - 42:5 - 42:10 - 42:14 - 42:15 - 42:15 - 42:16 - 42:22 - 42:36 - 42:38 - 42:47 - 43:13 - 43:14 - 43:32 - 43:32 - 43:35 - 43:46 - 43:49 - 43:64 - 43:64 - 43:77 - 43:82 - 43:82 - 43:88 - 44:6 - 44:7 - 44:8 - 44:8 - 44:12 - 44:20 - 44:20 - 44:22 - 44:57 - 45:11 - 45:15 - 45:17 - 45:30 - 45:36 - 45:36 - 45:36 - 46:13 - 46:15 - 46:25 - 46:34 - 47:2 - 47:3 - 47:14 - 47:15 - 50:27 - 50:39 - 51:16 - 51:23 - 51:30 - 51:34 - 51:44 - 52:7 - 52:18 - 52:18 - 52:29 - 52:37 - 52:48 - 52:48 - 53:18 - 53:23 - 53:30 - 53:32 - 53:42 - 53:49 - 53:55 - 54:10 - 55:13 - 55:16 - 55:17 - 55:17 - 55:18 - 55:21 - 55:23 - 55:25 - 55:27 - 55:28 - 55:30 - 55:32 - 55:34 - 55:36 - 55:38 - 55:40 - 55:42 - 55:45 - 55:46 - 55:47 - 55:49 - 55:51 - 55:53 - 55:55 - 55:57 - 55:59 - 55:61 - 55:63 - 55:65 - 55:67 - 55:69 - 55:71 - 55:73 - 55:75 - 55:77 - 55:78 - 56:74 - 56:80 - 56:96 - 57:8 - 57:19 - 57:21 - 59:10 - 59:10 - 59:16 - 60:1 - 60:4 - 60:5 - 60:5 - 63:10 - 64:7 - 65:1 - 65:8 - 66:5 - 66:8 - 66:8 - 66:11 - 66:12 - 67:6 - 67:12 - 68:2 - 68:7 - 68:19 - 68:29 - 68:32 - 68:32 - 68:34 - 68:48 - 68:49 - 68:50 - 69:10 - 69:17 - 69:43 - 69:52 - 70:27 - 70:28 - 70:40 - 71:5 - 71:10 - 71:21 - 71:26 - 71:28 - 72:2 - 72:3 - 72:10 - 72:13 - 72:17 - 72:20 - 72:25 - 72:28 - 73:8 - 73:9 - 73:19 - 73:20 - 74:3 - 74:7 - 74:31 - 75:12 - 75:23 - 75:30 - 76:10 - 76:21 - 76:24 - 76:25 - 76:29 - 78:36 - 78:37 - 78:39 - 79:16 - 79:19 - 79:24 - 79:40 - 79:44 - 81:29 - 82:6 - 83:6 - 83:15 - 84:2 - 84:5 - 84:6 - 84:15 - 85:12 - 87:1 - 87:15 - 89:6 - 89:13 - 89:14 - 89:15 - 89:15 - 89:16 - 89:22 - 89:28 - 91:14 - 92:20 - 93:3 - 93:5 - 93:11 - 94:8 - 96:1 - 96:3 - 96:8 - 97:4 - 98:8 - 98:8 - 99:5 - 100:6 - 100:11 - 105:1 - 106:3 - 108:2 - 110:3 - 113:1 - 114:1 -

Sourate 36 يس Yā sīn  « y.s. »verset 58

période mecquoise qui occupe la 41e place dans l'ordre chronologique

Le sigle qui lui sert de titre, Yâ-Sîn, serait formé par les initiales des deux mots Yâ Insan « Ô l’Humain », entendez: Ô Nabi. »

سَلَامٌ قَوْلاً مِن رَّبٍّ رَّحِيمٍ

 «Paix à vous ! Salâm !» sera le mot de bienvenue que leur adressera un Maître Miséricordieux.

Salam qawlan min Rabbi Rahimin

 Le Saint Coranالقرآن  al-Qurʾān qui est la propriété de Dieu l’Unique الله Allah Est Celui qui est la Divinité, Celui qui mérite l’Adoration, et à qui on doit l’extrême soumission et l’extrême humilité qui pouvoir Son don pour chacun, sans différence, sans hiérarchie suprême… Dieu, sans discrimination, vient à celui qui vient à Son Verbe. Il n’est pas rare d’observer alors des femmes et des hommes, pauvres ou riches, savants ou illettrés, de tout horizon d’Orient ou d’Occident… faire silence, regarder au loin, penser, s’exiler, pleurer. La quête du sens a rencontré le sacré, Dieu est à proximité :

Sourate2 البقرة  al-Baqara la Vache verset 186.

Période médinoise, occupe la 87e place dans l'ordre chronologique

وَإِذَا سَأَلَكَ عِبَادِي عَنِّي فَإِنِّي قَرِيبٌ أُجِيبُ دَعْوَةَ الدَّاعِ إِذَا دَعَانِ فَلْيَسْتَجِيبُواْ لِي وَلْيُؤْمِنُواْ بِي لَعَلَّهُمْ يَرْشُدُونَ

Si Mes serviteurs t'interrogent à Mon sujet, qu'ils sachent que Je suis tout près d'eux, toujours disposé à exaucer les vœux de celui qui M'invoque. Qu'ils répondent donc à Mon appel et qu'ils aient foi en Moi, afin qu'ils soient guidés vers la Voie du salut.

Wa-itha salaka Aibadi Aanni fa-inni qariboun ojibou daAwata alddaAi itha daAani falyastajeebou li walyou/minou bi laAallahoum yarshoudouna

Un dialogue. Intense, permanent, toujours renouvelé entre un Livre qui dit l’infinie simplicité de l’adoration de l’Un et un cœur qui exprime l’intense effort جهاد jihâd contre nos démons, pour se libérer et Le rencontrer. Le Saint Coran est au cœur de l’épreuve de chaque cœur. Il offre la paix et initie à la liberté.

Par le double contrôle oral et écrit, le Prophète Muhammad    s’assure de la conservation de l’intégrité du texte. Les mémoires défaillantes peuvent s’appuyer sur un texte écrit, et dans l’autre sens, les erreurs de copie sont corrigées grâce à la mémorisation du texte..Ainsi, pas un iota du texte sacré ne pourra être modifié par erreur.

Dans L’Évangile selon Mathieu Ματθαῖος ΚΑΤΑ ΜΑΘΘΑΙΟΝ EVANGELIUM SECUNDUM MATTHAEUM  chapitre 5 verset 18

Pour les historiens modernes, il convient de dissocier l'apôtre Matthieu et le rédacteur de l'Évangile dit « selon Matthieu ». Ce livre a probablement été composé dans les années 80, sans doute à partir d'une version de l'Évangile selon Marc. Les« Évangiles », ont été rédigés dans les années 65 à 110.

En grec : Ἀμὴν γὰρ λέγω ὑμῖν, ἕως ἂν παρέλθῃ ὁ οὐρανὸς καὶ ἡ γ ῆ, ἰῶτα ἓν ἢ μία κεραία οὐ μὴ παρέλθῃ ἀπὸ τοῦ νόμου, ἕως ἂν πάντα γένηται

En latin : Amen quippe dico vobis: Donec transeat caelum et terra, iota unum aut unus apex non praeteribit a Lege, donec omnia fiant

Car en vérité je vous le dis, jusqu'à ce que le ciel et la terre aient passé, il ne passera pas de la Loi un seul iota, ni un seul trait de lettre, jusqu'à ce que tout ait été accompli.


Le Muqatta'at*: حروف مقطعات ḥurūf muqaṭṭa'āt "lettres disjointes" ou "lettres déconnectées" aussi "lettres mystérieuses") sont des combinaisons de une à cinq lettres arabes figurant au début de 29 des 114 sourates (chapitres) du Coran juste après la basmala*. Les lettres sont également connues comme fawātih فواتح ou "ouvreurs" car elles forment le vers d'ouverture de leurs sourates respectives. Quatre sourates sont nommées pour leur muqatta'at, sourate 20 Ṭā'-Hā', طه sourate 36Yā'-Sīn, يس, sourate 38.Ṣād ص et sourate.50 ق Qāf. La signification originale des lettres est inconnue. Tafsir  تَفْسِير  « interprétation exégèse » les a interprétés comme des abréviations pour les noms ou les qualités de Dieu ou pour les noms ou le contenu des sourates respectives

*La basmala البسملة est composée des quatre mots :

 Bismi بسم, Allâh الله, Ar-Rahmâne الرحمن et Ar-Rahîm الرحيم.

Selon une estimation, le Coran Selon Mujâhid Ibn Jabr Al Makhzûmî مجاهد ابن جبر المخزومي  né en 21 de l’Hégire,(642) mort en 104 de l'Hégire(722)  à Makkah en pleine prosternation, imam, juriste, et érudit de confiance  Cité par Ibn Kathîr ابن كثير 700-774 soit 1300 – 1373 dans son très célèbre Tafsîr est de 114 sourates il est composé de 320015 lettres regroupées en 77 430 mots (variantes 77439 mots  il y a 77 430 mots, 18 994 mots uniques, 12 183 tiges, 3 382 lemmes et 1 685 racines. Les avis des oulémas sont partagés quant au nombre total de ses versets. Ils énumèrent plusieurs comptes qui varient d’une école à l’autre (école de Médine  المدينة Al-Madīna, de la Mecque, مكة, Makka  de Bassora البصرة, de Koufa الكوفة ou encore du Shām  الشام). Toujours selon Ibn Kathîr ابن كثير, Mudjahid مُجاهِد avance les chiffres suivants : 6204, 6214, 6219, 6225 et 6236.

 

* Le Muqatta'āt حروف مقطعات ḥurūf muqaṭṭa'āt "lettres disjointes" ou "lettres déconnectées" مقطعات est le pluriel d'un participe de qate قطع "couper, casser" aussi "lettres mystérieuses") sont des combinaisons de une à cinq lettres arabes figurant au début de 29 des 114 sourates ( chapitres) du Coran juste après le Bismillah. .بِسْمِ اللهِ  De par le  Nom de Dieu Les lettres sont également connues comme fawātih (فواتح) ou "ouvreurs" car elles forment le vers d'ouverture de leurs sourates respectives.

Quatre sourates sont nommées pour leur muqatta'at, طه Ṭā-Hā,  يس Yā-Sīn, ص Ṣād et  ق Qāf.

Il est rapporté qu'Abu Bakr, Siddiq, أبو بكر الصديق>  « le Véridique » a dit :

في كل كتاب سر, وسره في القرآن فواتح القرآن

Pour chaque livre il y a un secret et tous ses secrets sont dans le Coran
dans les lettres d'ouverture des chapitres

fi kal kitab sar, wa sarah fi al Qu’ran fawatih al Qu’ran

 

La signification originale des lettres est inconnue. Tafsir (exégèse) les a interprétés comme des abréviations pour les noms ou les qualités de Dieu ou pour les noms ou le contenu des sourates respectives..

Muqatta'at مقطعات occurance  des sourates 2–3, 7, 10–15, 19–20, 26–32, 36, 38, 40–46, 50 et 68. Les lettres sont écrites ensemble comme un mot, mais chaque lettre est prononcée séparément.

Tableau en cours de construction

sourate

Muqatta'at مقطعات occurance 

   

al-Baqarah

ʾAlif Lām Mīm                     الم

Āl Imrān

ʾAlif Lām Mīm                     الم

al-Aʿrāf

ʾAlif Lām Mīm Ṣād          المص

Yūnus

ʾAlif Lām Rā                        الر

Hūd

ʾAlif Lām Rā                        الر

Yūsuf

ʾAlif Lām Rā                        الر                               

Ar-Raʿd

ʾAlif Lām Mīm Rā               المر

Ibrāhīm

ʾAlif Lām Rā                         الر

al-Ḥijr

ʾAlif Lām Rā                         الر

Maryam

  Kāf Hā Yā ʿAin Ṣād       كهيعص

Ṭāʾ Hāʾ

  Ṭā Hā                                  طه

ash-Shuʿārāʾ

Ṭā Sīn Mīm                        طسم

an-Naml

Ṭāʾ Sīn                               طس

al-Qaṣaṣ

Ṭā Sīn Mīm                        طسم

al-ʿAnkabūt

ʾAlif Lām Mīm                       الم

ar-Rūm

ʾAlif Lām Mīm                       الم

Luqmān

ʾAlif Lām Mīm                       الم

as-Sajdah

ʾAlif Lām Mīm                        الم

Yāʾ Sīn

Yā Sīn                                   يس

Ṣād

Ṣād                                       ص

Ghāfir

Ḥā Mīm                                 حم

Fuṣṣilat

Ḥā Mīm                                 حم

ash-Shūrá

Ḥā Mīm; ʿAin Sīn Qāf   حم عسق

Az-Zukhruf

Ḥā Mīm                                 حم

Al Dukhān

Ḥā Mīm                                 حم

al-Jāthiya

Ḥā Mīm                                 حم

al-Aḥqāf

Ḥā Mīm                                 حم

Qāf

Qāf                                         ق

Al-Qalam

Nūn                                        ن

 

 

Il y a 14 combinaisons uniques; les plus fréquents sont الم 'Alif Lām Mīm et حم Ḥā' Mīm , apparaissant six fois chacun. Sur les 28 lettres de l'alphabet arabe, exactement la moitié apparaît sous la forme de muqatta'at مقطعات, soit individuellement, soit en combinaisons de deux, trois, quatre ou cinq lettres. Les quatorze lettres sont:'  ا alif ' ,'  حhā ' ,' ā ح ',' '' ي',' yā ' ,' ق kâf ' ,' ل lâm ' ,' ن nım. Les six dernières lettres de l' ordre d' Abjadi ترتيب ابجادي thakhadh ḍaẓagh  sont inutilisées. Les lettres représentées correspondent à ces lettres écrites sans diacritiques « écriture » arabes plus yā' ي. Il est possible que l'ensemble restreint de lettres étaient censées invoquer une variante archaïque de l'alphabet arabe modelé sur l'alphabet araméen « voir article sur ce sujet ».

Certaines restrictions de cooccurrence sont observables dans ces lettres; par exemple, ا 'Alif est invariablement suivi de Lām. La majorité substantielle des combinaisons commence soit الم 'Alif Lām ou Ḥā' Mīm.

Dans tous les cas, sauf trois, ces lettres sont presque immédiatement suivies de la mention de la révélation coranique elle-même (les exceptions sont sourates 29 العنكبوت al-ʿAnkabūt l’Araignée, 30 الروم  al-Rūm les Gréco-Romains et 68 القلم  al-Qalam  La Plume); et certains affirment que même ces trois cas devraient être inclus, puisque la mention de la révélation est faite plus tard dans la sourate.

Plus précisément, on peut noter que dans 8 cas, le verset suivant commence "Ce sont les signes »

Exemple :

12.1. Alif - Lâm - Râ. Ce sont là les versets du Livre explicite.

الر تِلْكَ آيَاتُ الْكِتَابِ الْمُبِينِ

Alif-lam-ra tilka ayatou al Kitabi al muubin’

 

 

Dans 5 autres il commence "La Révélation ...";

Exemple :

32.2. الم  Alif  Lâm  Mîm.La Révélation du Livre émane sans nul doute du Maître de l'Univers

تَنزِيلُ الْكِتَابِ لَا رَيْبَ فِيهِ مِن رَّبِّ الْعَالَمِينَ   

Tanzilou al kitabi la rayba fIhi min rabbi al alamin’

 

40.2. حم  Hâ - Mîm La Révélation du Coran est l'œuvre de Dieu, le Tout-Puissant, l'Omniscient,

تَنزِيلُ الْكِتَابِ مِنَ اللَّهِ الْعَزِيزِ الْعَلِيمِ

 

Tanzilou al Kitabi mina Allahi al azIzi al alim’

 

 

46.2. حم Hâ - Mîm.  La Révélation du Coran émane de Dieu, le Tout-Puissant, le Sage !

تَنْزِيلُ الْكِتَابِ مِنَ اللَّهِ الْعَزِيزِ الْحَكِيمِ

 

 Tanzilou al Kitabi mina Allahi al aziz  al hakim’

 

Dans3 autres commencent "Par le Coran ...",

36.2. يس Ya-Sin Par le Coran plein de sagesse !

وَالْقُرْآنِ الْحَكِيمِ  

 Wa al Qu’rani al hakim

38.1. Sâd. Par le Coran plein d'enseignements édifiants!

 ص وَالْقُرْآنِ ذِي الذِّكْرِ  

Sad wa al Qu’ran thi al thikri

50.1. Qâf. Par le Coran sublime !

 ق وَالْقُرْآنِ الْمَجِيدِ  

Qaf wa al Qu’ran al majid

 

 

2 autres "Par le Livre ..."

 

43.2. حم  Hâ - Mîm  Par le Livre explicite!

 وَالْكِتَابِ الْمُبِينِ  

Wa al Kitabi al moubin’

44.2. حم Hâ – Mîm Par le Livre explicite!

  وَالْكِتَابِ الْمُبِينِ   

Wa al Kitabi al moubin’

 

De plus, toutes sauf 3 de ces sourates sont des sourates dites  Mecquoises (les exceptions sont :

sourate 2 البقرة  al-Baqara la Vache, 3 آل عمران  āli ʿimrān la Famille d’Imran et 13 الرعد  ar-Raʿad le Tonnerre)

 

L'auteur Ahmadi Muhammad Ali, عبداللہ یوسف علی‎‎Abdullah Yusuf Ali 1872–1953 dans sa traduction de 1917 The Holy Qur'an: Text, Translation and Commentary « Le Saint Coran: Texte, Traduction et Commentaire, »

https://archive.org/stream/TheHolyQuranEnglishTranslationoftheMeaningandCommentary/The%20Holy%20Quran%20-%20Abdullah%20Yusuf%20Ali%20IFTA#page/n1/mode/2up

ou

http://www.biharanjuman.org/Quran/quran-arabic-english-abdullah_yusuf_ali-with_commentary-pdf.html

 En donnant les interprétations suivantes:

Alif (ا): une abréviation pour Anā (أنا, je suis)
    Hā (ه): soit comme une abréviation pour al-Hādī (الهادي, le Guide) ou une abréviation pour Man (en dialecte), et
    Ḥā (ح): abréviation d'al-Ḥamīd (الحميد, le loué),
    Ṭā (ط): soit une abréviation pour le Bénignant soit une interjection équivalente à O (en dialecte),
    Yā (ي): une interjection équivalente à O.
    Kāf (ك): abréviation d'al-Kāfī (كافي, le Suffisant),
    Lām (ل): une abréviation pour Allah (الله, en utilisant la deuxième lettre),
    Mīm (م): comme une abréviation pour al-'Alīm (العليم, le savoir, en utilisant la lettre de fin) ou pour al-Majīd (المجيد, le Glorieux),
    Nūn (ن) (apparaissant seulement sous le nom d'al-Qalam): un mot signifiant "Support d'encre",
    Sīn (س): comme une abréviation de Man ou une abréviation pour As-Samī '(السميع, l'Audition),
    'Ain (ع): une abréviation pour al-'Alīm (العليم, le savoir),
    Ṣād (ص): abréviation de as-Ṣādiq (الصادق, le Véridique),
    Qāf (ق): abréviation d'al-Qādir (القادر, le Tout-Puissant),
    Rā (ر): une abréviation pour Seeing (رائي / رأى / رؤيا / يرى / بصير)

Avant que  le Prophète Muhammad   quitte ce monde, on dénombrait alors 32 compagnons ont la chance d’avoir retenu par coeur la totalité des versets du Saint Coran, parmi lesquels figuraient  des femmes tellesʿĀʾisha bint Abī Bakr, عائشة بنت أبي بكر troisième épouse de Muhammad   (v 604–v 678). Hafsa bint Omar ben al-Khattâb حفصة بنت عمر بن الخطاب quatrième épouse de Muhammad,   (v. 605 - v. 667) . Hind bint Abu Umayya هند بنت أبي أمية sixième femme épouse du Prophète   (vers 595-680)  Umm Waraqah bint 'Abd Allah b. Al-Harith al Ansari  أم ورقة بنت عبد الله بن الحارث الأنصارية. (Elle fut imam, hommes et femmes prièraient derrière elle, fut assasinée par deux esclaves qu’elle venait d’affranchir). Personne n’a mis en doute la qualité de leur mémoireVoir livre L'Entourage féminin du Prophète par Abdallah Penot. Par contre, il n’existe pas de texte complet du Saint Coran. Sur le coup, personne ne s’en émeut outre mesure. La bataille de Yamâma معركة اليمامة Marakat al Yamama l’année 11 après l’Hégire, hiver 632, sur la plaine de Aqraba  dans la région d'Al-Yamama اليمامة dans le centre  de l’Arabie entre les forces du calife أبو بكر عتيق “الصديق Abou Bakr As-Siddiq le 1er calife et Musaylima l’imposteur مسيلمة الكذّاب Musaylima al-kaḏḏāb un soit disant  prophète autoproclamé va faire prendre conscience de ce manque.

Voir Mu`jam al-Shouyoukh معجم الشوكة *Adh-Dhahabī  الذهبي (1274–1348) Muhammad ibn Ahmad ibn `Uthman ibn Qaymaz ibn `Abd Allah, Shams al-Din Abu `Abd Allah al-Turkmani al-Diyarbakri al-Fariqi al-Dimashqi al-Dhahabi al-Shafi`i محمد بن احمد بن عثمان بن قيوم ، أبو عبد الله شمس الدين الذهبي . Savant du Hadith et un historien D’origine turkmène il fut aussi imam et une autorité en matière d’exégèse et de lecture coraniques. On lui attribue une centaine d’ouvrages * http://www.riyadhalelm.com/book/11/58_shiokh_zahbi.pdf

Près de 1200 musulmans (950 selon Tabari طبری « Histoire des Prophètes et des rois تاريخ الرسل والملوك Tarikh al-Rusul wa al-Muluk ») dont 39 grands Compagnons et 70 maîtres-récitateurs les plus connaisseurs du Coran dont 400 qui avaient mémorisé entièrement le Coran perdent la vie à cette bataille. Par conséquent, sur l'insistance de son futur successeur Omar ibn al-Khattâb  عمر بن الخطاب, (futur second calife) prenant conscience du danger Abou Bakr أبو بكر الصديق a ordonné la collecte des pièces du  Saint Coran en une seule copie.


“Les compagnons de l’Envoyé de Dieu tombent à Yamâma à la façon de papillons dans le feu, et je crains qu’ils le fassent toujours s’ils rencontraient une occasion pareille de se faire tuer, cependant qu’ils sont les porteurs du Coran. Ainsi le Coran sera perdu et oublié. Si tu le réunissais et le faisais écrire?”

Retour dans l’histoire

Première attaque sous le commandement de Ikrima Ibn Abi Jahl عكرمة بن أبي جهل

Le Calife Abû Bakr As Siddîq أبو بكر الصديق a nommé Ikrimah ibn Abi Jahl  عكرمة بن أبي جهل (né vers 598 mort en 636) compagnon de Muhammad  chef sur un corps de 3 000 soldats et lui a ordonné de se diriger vers Musaylimah et ne pas intervenir en attendant le soutien  de l'un des chefs de l'armée,  Sharhabil Ibn Hasna لشرحبيل بن حسنة . 583- 639 compagnon du Prophète Muhammad paix soit sur lui Ikrima عكرمة avait des forces insuffisantes pour attaquer les ennemis massivement plus nombreux. Mais ce dernier s’est engagé dans la guerre et a été vaincu. Le Calife l’a envoyé se battre en soutien avec Abu Hudhayfa ibn `Utba أبو حذيفة بن عتبة  580-633 et Arjaja bin Herthma  598-654 عرفجة بن هرثمة au Yemen .

La seconde attaque sous le commandement de Charhabil Ibn Hasna لشرحبيل بن حسنة

Le Calife a envoyé ensuite le corps de Charhabil Ibn Hasna et lui demanda de camper quelque part dans Al-Yamama اليمامة en attendant ses ordres. Il semblait à Charhabil Ibn Hasna que les ennemis étaient devenus fragiles après l’affrontement contre Ikrima, et donc il a cédé à la même tentation et s’est engagé dans une bataille avec trois mille soldats contre cent mille. Il a été vaincu aussi.

La troisième attaque sous le commandement de Khalid ibn al-Walid خالد بن الوليد

Le calife a envoyé Khalid Ibn al-walid, dès son retour de ses missions, et lui a donné la mission de détruire les forces de Musaylimah au Yamamah. En plus de son propre corps, Khalid aurait sous le commandement le corps des Charhabil. Pour soutenir cette armée le calife a envoyé en plus un corps sous le commandement de Thabit bin Qais bin Shamas, ثابت بن قيس بن شماس * un des compagnons du Prophète, l’armée atteint au total environ 12 000 combattants, tué dans la bataille de Yamamah.634

*Le Prophète Muhammed l'a vu au paradis, Akrama Molly Ibn Abbas عكرمة مولى ابن عباس  645-723 transmetteur de hadith: a dit « Quand je suis descendu O vous qui croyez, n'élèvez pas la voix au-dessus de la voix du Prophète, et ne lui parlez pas en disant, comme vous l'avez dit clairement,

Sourate 49 الحجرات al-ḥujurāt les Appartments privés verset 2

Proclamée pendant la période Médinoise, qui occupe la 106e place dans l'ordre chronologique.

يَا أَيُّهَا الَّذِينَ آمَنُوا لَا تَرْفَعُوا أَصْوَاتَكُمْ فَوْقَ صَوْتِ النَّبِيِّ وَلَا تَجْهَرُوا لَهُ بِالْقَوْلِ كَجَهْرِ بَعْضِكُمْ لِبَعْضٍ أَن تَحْبَطَ أَعْمَالُكُمْ وَأَنتُمْ لَا تَشْعُرُونَ

Ô croyants ! Ne couvrez pas de votre voix celle du Prophète, et ne haussez pas le ton devant lui, comme vous le faites entre vous, si vous ne voulez pas perdre, à votre insu, le bénéfice de vos œuvres.

Ya ayouha allathina amanou la tarfaAou aswatakoum fawqa sawti al nabiyi wa la tajharou lahou bi-al-qawli kajahri baAdikoum libaAdin an tahbata aAmaloukoum wa antoum la tashAouroun’

Thabit bin Qais a déclaré: " J'ai élevé ma voix au-dessus de sa voix, je suis l'un des gens de l'enfer."Alors il s'est assis dans sa maison, et le Messager de Dieu sur lui le salut et la paix l'a perdu Il a dit: " Il fait partie du peuple du paradis "

، قال ثابت بن قيس

qal Thabit bin Qais

أنا كنت أرفع صوتي فوق صوته، فأنا من أهل النار

'ana kount 'arfa sawti fawq sawtihi, fa'ana min 'ahl al nar

فقعد في بيته، فتفقده رسول الله فذكر ما أقعده، فقال  بل هو من أهل الجنة

faqaed fi baytihi, fatafqidah Rasul Allah fadhakir ma 'aqadùhù, faqal bal hù min 'ahl al Jana

Durant cette attaque la bataille s’est déroulée sur plusieurs phases, à chaque fois que la victoire pencha en faveur des apostats, les musulmans, conscients que Dieu viendrait à leur aide, vite se ressaisirent et reprirent l'initiative. Pendant la deuxième attaque les musulmans ont pu atteindre le campement du Musaylima, Khalid Ibn Alwalid, lui demanda alors de renoncer à sa fausse proclamation de prophétie et de retourner à l’Islam afin d’épargner tous ses soldats de la mort, mais ce dernier refusa. A la troisième phase les musulmans ont lancé une vaste attaque, les apostats ayant opéré un recul tactique dans le jardin bien barricadé, construit pour protéger leur ville contre les attaques. À ce stade, un soldat musulman Al-Barâ' ibn Mâlik an-Ansâri البراء بن مالك الأنصاري  compagnon du Prophète-décès en 640* qui a acquit une forte réputation par son courage a demandé à ses collègues de le soulever pour escalader le mur afin qu'il puisse ouvrir la porte. Le soldat a sauté dans le jardin et a ouvert la porte. Les musulmans sont entrés dans le jardin et la dernière phase de la bataille avait commencé.

Lors de cette bataille, Khalid ibn al-Walid qui commandait les différentes factions de l'armée musulmane, demanda à Al-Barâ' de charger : « Charge, ô jeune homme des Ansar ! (originaires de Yathrib-Médine) » Al-Barâ se retournant vers ses soldats et dit : « Ô Ansar, qu'aucun d'entre vous ne pense à retourner à Médine. Il n'y a plus de Médine après ce jour. Il n'y a que Dieu et le Paradis ». L'armée de Musaylima se retrancha ensuite dans leur forteresse. C'est à ce moment qu'Al-Barâ' se distingua. Il demanda à ce qu'on le soulève sur un bouclier et qu'on le jette par-dessus les murailles de la forteresse. Il parvint dans le jardin devant l'entrée, arriva à survivre aux attaques des soldats adverses qui lui infligèrent plus de quatre-vingt blessures mais il réussit à ouvrir la porte pour que l'armée musulmane puisse pénétrer dans la forteresse et même à tuer quelques soldats avant cela. On peut dire que c'est grâce à lui que les musulmans ont gagné ce combat face à Musaylima et son armée. Son empressement à aller au devant de la mort poussa Omar ibn al-Khattab à recommander de ne pas lui donner de poste à responsabilité dans les troupes musulmanes.

Dernière phase de la bataille : Le Jardin de la Mort بحديقة الموت bi Hadiqat al Mawout ".

Le combat est devenu plus vicieux. Mais Musaylimah se battait encore: il n'avait pas l'intention d'abandonner, et comme le front se rapprochait de lui, il a rejoint le combat. C’est à ce moment qu’il vint sur le regard de Wahshy ibn Harb, وحشي بن حرب "le fils sauvage de la guerre" le même homme avait été nommé par Hind bint Utbah هند بنت عتبة femme de Sakhr ibn Harb  صخر بن حرب connu par  d' Abu Sufyan ibn Harb بو سفيان بن حرب 560-650*qui a tué Ḥamzah ibn 'Abdul-Muṭṭalib حمزة ابن عبد المطلب.570 -625, l'oncle de Muhammad, (convertit à la fin de 615 ou au début de 616). à la bataille de Uhud غزوة أحد Ġhazwat 'Uḥud(624) Il s'est ensuite converti à l'Islam.** Il jeta son javelot et frappa Musaylimah dans le ventre, au même instant qu’ Abu Dujana Simak bin Kharasha أبو دُجانة سماك بن خرشة lui coupa la tête. La nouvelle de la mort de Musaylimah a provoqué la déroute des forces rebelles. Le jardin où cette dernière phase de la bataille a eu lieu est devenu connu comme "Jardin de la Mort

* était le chef des Quraysh de la Mecque, la tribu la plus puissante de l'Arabie pré-islamique. Il était un farouche opposant à Muhammad, jusqu'à plus tard accepter en 630 l'Islam et devenir un guerrier plus tard dans sa vie pendant les premières conquêtes musulmanes.leur fils Muawiyah I , معاوية 602-680 fut fondateur de la dynastie Umayyad , ce qui montre la force de la foi musulmane. L'un des plus farouches adversaires du Prophète Muhammad est devenu par la suite un de ses compagnons après sa conversion. Muʿāwiya معاوية, 602-680 son nom complet ʾAbū ʿAbd Ar-Raḥmān Muʿāwiya ibn ʾAbī Sufyān أبو عبد الرحمن معاوية بن أبي سفيان qui se convertit à l'islam avec sa famille lors de la conquête de La Mecque en 630, devient scribe du Prophète et combat aux côtés des musulmans. Il failli avec ʿAlī علي être assassiné moment où ils étaient en prière, mais il ne fut que blessé. Après que Al-Ḥasan, حسن, « beau; bon, excellent » surnommé Az-Zakî زكي, « vertueux » fils de `Alī ībn abī Talīb علي بن ابي طالب accepte d'abdiquer, En 661, se fait proclamer calife fondant ainsi le Califat omeyyade, avec Damas comme capitale.

 

** Wahshi dit: "Tant que Muhammad était vivant, je me suis caché de lui.Après sa mort, la bataille avec Musaylimah a eu lieu.J'ai rejoint l'armée de l'Islam et utilisé la même arme contre Musaylimah et réussi à le tuer avec l'aide d'un Si j'ai tué le meilleur des hommes (Hamza ibn Abd al-Muttalib) avec cette arme, le pire des hommes n'a pas échappé à sa terreur.

Impact

La bataille a joué un rôle majeur dans la motivation d’Abou Bakr أبو بكر pour terminer la compilation du Coran. Au cours de la vie de Muhammad sur lui le salut et la paix, de nombreuses parties du Coran ont été dispersés parmi ses compagnons, une grande partie en possession privée. Près de 1200 musulmans (950 selon Tabari طبری  « Histoire des Prophètes et des rois تاريخ الرسل والملوك Tarikh al-Rusul wa al-Muluk ») dont 39 grands Compagnons et 70 maîtres-récitateurs les plus connaisseurs du Coran dont 400 qui avaient mémorisé entièrement le Coran perdent la vie à cette bataille. Par conséquent, sur l'insistance de son futur successeur Omar ibn al-Khattâb  عمر بن الخطاب, (futur second calife) prenant conscience du danger Abou Bakr أبو بكر الصديق  a ordonné la collecte des pièces du  Saint Coran en une seule copie.

 

 

 

 

Bataille de Yamama معركة اليمامة  marakat al Yamama

Une partie des guerres de l’Apostasie  houroub Ridda  حروب الردة
Campagnes de Khalid ibn al-Walid خالد بن الوليد

Date

12 Décembre 632

Localisation

Plaine de Aqraba, سهل عقربا‎ Al-Yamama اليمامة

 ‎

Résultat

Victoire décisive du Califat Rashidoun اَلْخِلَافَةُ ٱلرَّاشِدَةُ

Belligérants

Califat Rashidoun اَلْخِلَافَةُ ٱلرَّاشِدَةُ‎                       Les disciples de Musaylima مسيلمة

   

 

Commandants et dirigeants

Abū Sulaymān Khālid ibn al-Walīd ibn al-Mughīrah al-Makhzūmī

أبو سليمان خالد بن الوليد بن المغيرة المخزومي

Abu Dujana Simak bin Kharasha

أبو دُجانة سماك بن خرشة

 Tué en action

Musaylima le menteur

(Musaylima al kadhaab)  مسيلمة الكذاب

 Tué en action

Forces

13.000

40.000

Victimes et pertes

1.200

21.000

 

Néanmoins, pendant les dernières années de sa vie, le Prophète Muhammad  () employait de manière officielle des secrétaires, les uns pour les tâches courantes, d’autres pour la transcription de la Révélation Coranique.

Le jeune زيد بن ثابت Zaïd ibn Thâbit un ʾanṣār, أنصار, « partisan ; auxiliaire » originaires de Yathrib يثرب appelée plus tard  المدينة Al-Madīna « la ville » en qui le Prophète Muhammad a entière confiance  qui était avant de devenir musulman un  converti au judéonazaréisme du christianisme primitif « celui qui s'est voué », rompu à la lecture et à l'écriture du syriaque et de l'hébreu, faisait partie de ce groupe. Il était même devenu le scribe principal de Muhammad () et comptait parmi les personnes qui connaissaient la totalité du Coran par cœur.
Tout naturellement, le Calife Abu-Bakr أبو بكر  le véridique  الصديق  al-Siddîq le chargera donc de réunir le Coran dans son ensemble. Mais le Calife, avec le scrupule qui le caractérise, tient à ce que les précautions soient prises : pour chaque verset, زيد بن ثابت Zaïd ibn Thâbit devra trouver au moins deux témoignages écrits, avant de l’inclure dans la copie définitive. Et le calife demandera aux habitants de Médine d’apporter les fragments écrits qu’ils possèdent. Sur la totalité du Coran, la Tradition nous apprend que seuls deux versets ne se trouvèrent par écrit que chez une seule personne. Ce livre, préservé sous forme écrite une fois achevé fut gardé par Hafsa fille d'Omar fils d'al-Khattâb, حفصة بنت عمر بن الخطاب, Hafṣa bint ʿUmar ben al-Khaṭṭāb, une des épouses de Muhammad et fille de Omar ibn al-Khattâb  عمر بن الخطاب .Cette copie appelée Mushaf مصحف feuilles réunies qui est utilisé au lieu de  Coran  قرآن pour désigner le support matériel du texte coranique, c'est-à-dire le livre autant qu'objet., sera conservée par le Calife le Calife Abu-Bakr أبو بكر  et après lui par son successeur Omar ibn al-Khattâb  عمر بن الخطاب. Quand la version officielle fut terminée, les copies différentes du texte authentique en circulation auraient été détruites afin d'éviter toute dispute et division.

Pendant ce temps, l’enseignement du Coran est encouragé dans tout l’empire musulman, qui ne cesse de s’accroître. Omar ibn al-Khattâb  عمر بن الخطاب, toujours perspicace, entrevoit le besoin d’envoyer des copies du Mushaf مصحف dans les principaux centres, afin d’éviter tout risque de déviation, et d'erreurs de prononciation dans les pays non-arabes. Mais il n’en aura pas le temps, et c’est le troisième Calife Uthmân ibn Affa عثمان بن عفان qui s’en chargera.

Il demandera à une commission présidée par le même Zaïd ibn Thâbit زيد بن ثابت d’établir sept copies à partir du Mushaf مصحف, en autorisant la révision de l’orthographe dans le sens d’une plus grande lisibilité du texte, en particulier pour les non arabophones.

Après lecture publique de la nouvelle édition devant les savants du Coran que compte Médine, ces copies sont envoyées aux quatre coins de l’empire, avec ordre du calife de détruire tout texte ne correspondant pas au texte officiel. En effet, certaines divergences existaient du fait d’erreurs de copie, ou encore de la prise en compte d’un commentaire comme faisant partie du texte. Et il importait que ces textes inexacts soient détruits.

Mohamed Lamsiah expert marocain dans les vieux manuscrits. Les manuscrits du Coran : Introduction à l’étude des manuscrits anciens  مخطوطات القرآن: مدخل لدراسة المخطوطات القديمة makhtutat alquran: madkhal lidirasat al makhtutat al qadima éditon Water Life Publishing 2017 uniquement en arabe.

http://waterlifepublishing.com/Store/tabid/40/CategoryID/0/Level/a/ProductID/65/List/0/Default.aspx

 

:  étude traduction en ligne  edit-text=&act=url

 

Il note, l’existence de versions attribuées à Ibn Massoud, à Oubay ben Kaab, à Ali ben Abi Taleb, à Abou Moussa al-Achaari, à Hafs, à Aïcha, à Warch et à d’autres. Il était évident que se produisent des différences, des abrogations ou des ajouts de certains sourates ou versets. Pour mettre un terme à cette anarchie, le troisième calife, Uthmân ibn Affa عثمان بن عفان, décide qu’on élabore une nouvelle et unique rédaction définitive et « qu’on détruise toutes les autres versions dans l’huile ou dans le vinaigre bouillant ».

Des copies envoyées par Uthmân ibn Affa عثمان بن عفان, il en reste de nos jours une, complète, que l’on peut admirer au musée Topkapi d’Istanbul, en Turquie et une autre où il manque quelques feuillets à Tachkent.

Des fragments du Coran datant de plus de 1 300 ans ont été découverts à l’université de Birmingham, au Royaume-Uni. Ces textes, qui pourraient avoir été écrits par une personne ayant connu le Prophète Muhammad, fascinent les chercheurs

En s’intéressant à un vieux manuscrit qui prenait la poussière sur une étagère de l’université de Birmingham, au Royaume-Uni, ce doctorant ignorait qu’il allait faire une découverte surprenante. L'ouvrage, présent sur les lieux depuis près d’un siècle, renferme en réalité, selon une datation au radiocarbone, des fragments du Coran, selon une information de la BBC. Et pas n’importe lesquels : datant d’il y a 1 370 ans, ces textes, écrits sur de la peau de mouton et de chèvre, sont parmi les plus vieux éléments connus à ce jour du livre sacré de l'islam.

Selon les tests menés par une équipe de recherche de l’université d’Oxford avec une probabilité de plus de 95 %, ces éléments auraient vu le jour entre 568 et 645, à l'époque même de l'apparition du Coran.

 

 

Feuillet des Manuscrits de Sanaa. Le texte réécrit par-dessus est constitué sourate 2 al Baqarala vache: versets 265 à 271 du Coran.

Différences entre la couche inférieure du palimpseste de Sanaa et le Coran

Verset

Coran

Traduction

Manuscrits de Sanaa

Traduction

2:191

حَتَّىٰ يُقَـٰتِلُوكُمْ فِيهِ

Jusqu'à ce qu'ils vous y combattent

حَتّی يُقـٰتِلوکُم

Jusqu'à ce qu'ils vous combattent

2:191

كـذَٰلِكَ جَزَآءُ ٱلْكَـٰفِرِينَ

Tel est la récompense des infidèles

ذَٰلِکَ جَزاءُ الکـٰفِرينَ

Cela est la récompense des réfutateurs

2:193

وَيَكُونَ ٱلدِّينُ لِلَّـهِ

Et destinant le crédo à Dieu

و يَكُونَ الدِّينُ كُلُّهُ لِلَّـهِ

Et destinant le crédo tout à Dieu

2:196

فَـفِديَةٌ

(Ajout d'un outil de liaison)

فِديَةٌ

 

2:213

فَـــبَعَثَ ٱللَّـهُ

(Remplacement d'un mot par un synonyme)

فَــأَرسَلَ اللهُ

Emit Allah

2:213

لِــيَحْكُمَ بَيْنَ ٱلنَّاسِ

Pour qu'il juge parmi les gens

لِــيَحْكُمُوا بَيْنَ ٱلنَّاسِ

Pour qu'ils jugent parmi les gens

2:217

وَصَدٌّ عَن سَبِيلِ ٱللَّـهِ وَكُفْرٌۢ بِهِ

Et de faire obstacle au sentier de Dieu et d'en réfuter

وَصَدٌّ عَن سَبِيلِهِ

Et de faire obstacle à son sentier

19:4

وَلَمْ أَكُن بِدُعَائِكَ رَبِّ

Et je ne destine pas par ton invocation Seigneur ... (Changement de l'ordre des mots)

وَلَمْ أَکُنْ رَبِّ بِدُعَاءِكَ

Et je ne destine pas Seigneur par ton invocation ...

19:5

وَإِنِّى خِفْتُ ٱلْمَوَٰلِىَ مِن وَرٰاءِى

(Ajout d'un outil de renforcement du sens)

وَ خِفْتُ ٱلْمَوَٰل مِن وَرٰاءِى

Et, je crains des héritiers que j'ai laissé derrière moi

19:11

فَــخَرَجَ

Il sorti

؛{ثُـ}ـمَّ خَرَجَ.

Puis sorti

19:12

وَآتَيْنَاهُ الْحُكْمَ صَبِيًّا

Et nous lui avons donné la sagesse alors qu'il était enfant.

وَعَلَّمْنٰهُ الْحُكْمَ

Et nous lui avons appris la sagesse.

19:15

وَسَلَـٰمٌ عَلَيْهِ

Et paix sur lui.

وَعَلَيْهِ السَّلٰمُ

Et sur lui la paix.

19:22

فَحَمَلَتْــهُ

Et elle l'a porté

فَحَمَلَتْ

Et elle a porté

19:27

لَقَدْ جِئْتِ

Assurément, je suis venu.

لَقَدْ أَتَيْتِ

(Remplacement d'un mot par son synonyme)

19:28

مَا كَانَ أَبُوكِ ٱمْرَأَ سَوْءٍ

Ton père n'était point un mauvais homme.

مَا كَانَ أَبُوكِ أَباً سُوءاً

Ton père n'était point un mauvais père.

12:19

قَالَ

Il a dit

وَقٰلَ

Et dit

12:19

وَٱللَّـهُ عَلِيمٌ بِمَا يَعْمَلُونَ

Et Allah sait ce qu'ils font.

وَٱللَّـهُ عَلِيمٌ بِمَا يَفْعَلُونَ

(Remplacement d'un mot par son synonyme)

12:30

نِسْوَةٌ فِي ٱلْمَدِينَةِ

Des femmes dans la cité

نِسْوَةٌ مِن أَهْلِ ٱلْمَدِينَةِ

Des femmes des gens de la cité

37:54

هَل

est-ce que

فَــﻬَﻞ

(point, début de phrase) Est-ce que

37:15

وَقالوا إن هـٰذا إِلّا سِحرٌ مُبينٌ

Et dirent: « Ceci n'est qu'un charme explicite. »

وَقٰلوا هذا سِحرٌ مُبينٌ

Et dirent : « Ceci est un charme explicite. »

19:21

هُوَ عَلَىَّ هَيِّنٌ

Il m'est facile

وَهُوَ عَلَيْهِ هَيِّنٌ

Et il lui est facile

Différentes interprétations des chercheurs sont émises au sujet de ce palimpseste inférieur :

Pour Asma Hilali chercheuse études supérieures à l'université Tunis Ecole Pratique des Hautes Etudes, Vème section, Sciences religieuses » le texte inférieur du palimpseste (celui qui a été effacé) « est un manuel de lecture et d'apprentissage du Coran » ; elle remarqua une erreur du scribe dans le début de la sourate 9 التوبة at-Tawba  le Repentir du palimpseste qui débute par la  بسملة basmala. bismi-llahi r-Rahmani r-Rahimi بِسْمِ اللهِ الرَّحْمٰنِ الرَّحِيْمِ,  Au nom de Dieu Clément et Miséricordieux. Un correcteur nota un peu plus bas : « ne dis pas : « Au nom de Dieu » ». En effet sur les 114 sourates du Coran, cette sourate est la seule qui ne débute pas par cette formule. (http://www.mondedelabible.com/wp-content/uploads/2014/05/Hilali_Sanaa.pdf. Pour la chercheuse, ces « différences consistent en des annotations didactiques qui montrent que celui qui était en train d'écrire apprenait dans le même temps le Coran et cherchait des repères mnémotechniques pour le mémoriser. Le texte inférieur est donc plus un manuel de lecture et d'apprentissage du Coran qu'une tentative de le fixer. Il témoigne de l'histoire de la transmission du texte, plus que d'une tentative de canonisation »( Hanane Harrath, « Ce que disent les manuscrits de Sana », Le Courrier de l'Atlas, no 52,‎ 3 octobre 2011 .L'auteur évoque tout de même dans le texte cité que le processus de mise en place du Coran aurait été long.

Et entre ces copies et les millions d’exemplaires éditées de nos jours, aucune différence... Ou plutôt si, une différence existe, quant à l’orthographe. En effet, à l’époque de la révélation, l’écrit venait à peine de faire son apparition. Pour les vingt huit lettres que compte l’alphabet, seuls quinze signes différents existaient. Ainsi le b, le t, le th, le n et le y avaient presque la même façon de s ‘écrire et n’étaient pas différenciés par ce qu’on appelle des signes diacritiques : les points sur ou sous les lettres en arabe, les accents en français. On reconnaissait donc les lettres selon le contexte, leur emplacement dans le mot. De même, si en arabe, les voyelles longues sont représentées, les voyelles courtes et d’autres signes ne le sont qu’exceptionnellement, quand il y a ambiguïté. Ce sont en effet les fonctions grammaticales des mots qui permettent de les deviner. Tel est encore le cas dans l’arabe écrit courant. Cette écriture ne permet donc pas à une personne non arabophone de lire le texte phonétiquement (pis-aller malgré tout nécessaire pour le croyant).

VOIR SUITE Chronologie et Histoire dans le Coran partie3

http://lamosquedethouars.e-monsite.com/pages/chronologie-et-histoire-dans-le-coran-partie3.html

Puisse Dieu l’Unique dans Sa Grande Miséricorde me pardonner de mes oublis et vous permettres de rester dans le bon chemin Amin

 

Baudrier Gérard Ibrahim

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire