3-le Prophète illéttré الْأُمِّيِّينَ troisième Partie

3-le Prophète illéttré الْأُمِّيِّينَ troisième Partie

Le Prophète illéttré الْأُمِّيِّينَ troisième Partie

Qui sont-ils? rappel.

Avant tout situation. Les tribus dites arabes

Tribus arabes a l aube de l islam

Tribu arabe qatan

Tribu arabe des a dnan

CEUX A QUI NOUS DEVONS LES ÉTUDES SUR LES AUTEURS.

Dès le début du développement d'une critique littéraire (au 8è siècle), les littérateurs s'intéressèrent à ceux qu'ils appellent "les premiers poètes arabes".

Abû l-Faraj Qudâma Ibn Jaafar al-Kâtib al-Baghdâdî أبو الفرج قدامة بن جعفرالكاتب البغدادي vers 259-337 Hégire soit 873 - 932/948 considéré comme le fondateur de la critique arabe classique et un pionnier des études rhétoriques dans : La critique poétique نقد الشعر Naqd al-shi'r, sa première définition formelle de la poésie : « La poésie est une parole métrée, rimée, exprimant un sens »

La critique poétique نقد الشعر Naqd al-shi'r 

https://ia601306.us.archive.org/19/items/naqshenaqshe/naqshe.pdf

 

Ibn Sallâm al-Jumahî بن سلام الجمحي 140- 232 Hégire soit  756 - 845/846 dans son étude, qui évoque les "premiers poètes"  Les Classes des poètes "étalons" طبقات فحول الشعراء Tabaqât fuhûl al-shuʿarâ', il dit :

« La poésie est la meilleure science des Arabes » et « Les premiers Arabes n'avaient pas d'autre poésie que les vers dits par un homme dans le besoin »

lien

https://ia802708.us.archive.org/25/items/waq66836/66836.pdf

Abū Muḥammad ʿAbd Allāh ibn Muslim ibn Qutayba al-Dīnawarī al-Kūfī al-Marwazī

  أبو محمد عبد الله بن مسلم بن قتيبة الدينوري, 213-276 Hégire soit 828-889 l’un des plus grands polygraphes sunnites hanbalites du 9è siècle, dans son livre  l'introduction de La Poésie et les poètes كتب الشعر والشعراء  Kitab. al-šiʿr wa-l-šuʿarā. Ils cherchaient notamment à savoir à qui ils pourraient attribuer l'invention de la qasida قصيدة et des genres classiques de la poésie arabe الشعر العربي qui désigne l'ensemble de la poésie produite en langue arabe, du 6è siècle à nos jours.

lien

https://upload.wikimedia.org/wikisource/ar/8/87/%D8%A7%D9%84%D8%B4%D8%B9%D8%B1_%D9%88%D8%A7%D9%84%D8%B4%D8%B9%D8%B1%D8%A7%D8%A1_%D9%84%D8%A7%D8%A8%D9%86_%D9%82%D8%AA%D9%8A%D8%A8%D8%A9.pdf

 

Les premiers poètes الشعر العربي de La poésie arabe.

Les genres poétiques développés à l'époque préislamique :

  • Chakwâ al-dahr شكوى الضهر complainte contre la fuite du temps.
  • Madîh مديح l'éloge
  • Hijâ هجا la satire, tourner en dérision.
  • Fakhr فخر la jactance, la fierté, éloge de soi.
  • Rithâ  رثاء  l'élégie chant de mort  funèbre.
  • Nasîb  النسيب poésie amoureuse centrée sur l'absence de la bien-aimée,
  • Urjûza  ارجوز  poème sur le mètre رجز rajaz,
  • Wasf وصف‎ description.
  • Ghazal  غزَل   un poème d'amour, exprimant parfois l'amour des hommes.
  • , حماسة   valeur poésie de guerre.
  • Tardiyyah, تردييه  poésie de la chasse.
  • Khawal, خوال poésie homilétique-  prédication, leçon d’un maitre.

  

Les sept poèmes préislamique.

Collectée d'abord vers le milieu du 8è siècle par Hammâd Al-Râwiya, حماد الراوية 694/714-754-775 "le grand transmetteur" qui s'attachèrent à collecter la poésie préislamique auprès des Bédouins de la péninsule son œuvre Naqd al-shi'r لـنـقـد الـشـعـر  La Critique de la poésie.  Le nombre de Mu'allaqât varie en fonction des critiques et des anthologues : certains en reconnaissent six الأصمعي Asmaʿî, d'autres vont jusqu'à dix, mais la plupart des critiques anciens s'accordent sur le nombre de sept (selon Ibn Qutayba بن قتيبة 213-276 Hégire soit  828-889,  l’un des plus grands polygraphes sunnites hanbalites du 9è siècle La Poésie et les poètes كتاب الشعر والشعراء  Kitāb al-shiʿr wa-al-shuʿarā’) : notices biographiques de poètes depuis l’antéislam jusqu’au 9è siècle, précédée d’une introduction théorique sur la poésie..),

 Classes de l’ère de l’ignorance طبقات شعراء الجاهلية  tabaqat shuara' al jahilia

Autre signification du mot igrorant,au sens du mot illétré الْأُمِّيِّينَ al'umiyiyn

(La période antérieure à l’Islam qui relie à l’ignorance des nations en matière de Religion. Ce concept n’est pas spécifique aux Arabes mais inclut tous les peuples avant la mission du Prophète Muhammad). Le judaïsme et le christianisme déviés se trouvaient au nord du Hijaz, du Sham et de Habashah, ainsi que d'autres religions.

Sourate 5 المائدة  al-Mā'ida  La Table est servie parfois appelée "Les Obligations" verset 50.

Période Médinoise, qui occupe la 112è place dans l’ordre chronologique.

أَفَحُكْمَ الْجَاهِلِيَّةِ يَبْغُونَ وَمَنْ أَحْسَنُ مِنَ اللّهِ حُكْماً لِّقَوْمٍ يُوقِنُونَ

Regretteraient-ils les sentences rendues au temps de la période païenne? (Alors aspirent-ils au jugement de l’ignorance?) (qu’ils cherchent ?) Mais qui donc est meilleur juge (plus excellent) que Dieu  en matière de jugement pour un peuple (les humains-les gens) qui a (ont) (la) foi (la certitude) en Lui?.

Afahoukma alj ahiliyyati yabghouna wa man ahsanou mina Allahou houkman liqawmin youqinoun’.

Note. Ce verset fut révélé lorsque des juifs de la tribu de Banû An Nadîr بنو النضير et d’autres de Banû Quraydha بنو قريظة eurent recours au Prophète que la paix et la bénédiction de Dieu soient sur lui  صلى الله عليه و سلم ṣallā allāh `alayhi wa sallam et lui demandèrent de juger entre eux selon ce qu’ils étaient convenus de faire dans le passé (au temps de l’ignorance), à savoir que le prix du sang d’un membre des Banû Quraydha devait être la moitié de celui d’un Nudayrite tué. Car les Nudayrites النضيريِّ étaient plus forts et pplus puissants que les Banû Quraydha, et leur avaient imposé cette règle. Le Prophète que la paix et la bénédiction de Dieu soient sur lui  صلى الله عليه و سلم ṣallā allāh `alayhi wa sallam leur dit : « Les sang des victimes s’équivalent القتلى بَوَاء أي سواء alqatlaa bawa' 'ay sawa'.» Les Nudayrites répondirent « Nous ne l’admettons pas  لا نَقُبَلُ ذَلِكَ la naqubal dhalik  ».

Classes sont divisées en deux grandes parties, Classes de la Jâhiliyya et Classes de l'Islam, chacune contenant dix classes de quatre poètes. Entre ces deux grandes parties, on trouve trois petites classes intermédiaires :

Classes de la Jâhiliyya.  La liste connue les Septs السبعة al Sabea

1- Imrou'l Qays, امرؤ القيس 

2-Labid ibn Rabi'a. لَبيد بن ربيعة  

3-Tarafa ibn al ‘Abd طرفة ابن العبد

4-Zuhayr Ibn Abî Sulmâ  زهير بن أبي سُلمَى

5-'Antara Ibn Chaddâd  عنترة بن شداد العبسي

6-Amr Ibn Kulthûm عمرو بن كلثوم

7-Al-Harith Ibn Hilliza al youshkuri الحارث بن حلزة اليشكري

À ces poètes sont ajoutés, selon les compilations,

 8-al-Nâbigha al-Dhubyânî النابغة الذبياني 

 9-Abid Ibn Al-Abraç. عبيد بن الأبرص

10-Maymûn Al-Aʿšā  ميمون اَلأَعْشَى

UN PEU D’HISTOIRE.

1-Imrou'l Qays Ibn Hujr Ibn al-Hârith al-Kindî ,  امرؤ القيس بن حجر بن الحارث الكندي connu par :Imrou'l Qays امرؤ القيس

Il est Considéré comme le plus grand poète préislamique un des fils de Hujr حجر, dernier roi du royaume de Kinda, مملكة الكندي à la tête de la grande confédération des tribus de Maad معد et contrôlent le centre et le nord de la péninsule arabique pour le compte en qualité de vassal  du royaume antique de Himyar مملكة حمير au Yémen,  surnommé le Roi Errant الملك الضلّيل ou encore Dhû l-Qurûh, ذو القروح l'Homme aux ulcères.* Le lieu de sa naissance est incertain, il est probablement né vers 500 début du 6è siècle dans le Nejd نجد une région du centre de l'Arabie et mort aux environs de 550 près d'Ancyre l'actuelle Ankara Turquie.Il est resté célèbre tant pour les épisodes marquants de sa vie, fortement teintée de légende, que pour sa Mu'allaqa,  المعلقات, les Suspendues ou les Pendentifs systématiquement placée au premier rang des "Sept" malgré sa structure fortement éloignée de la conception classique de la  قصيدة Qasida.Sa poésie est citée dans tous les ouvrages critiques et rhétoriques de l'époque classique. Il compose des poèmes dès son plus jeune âge, chantant ses idylles adolescentes, ses errances et son amour du vin. Parmi les femmes dont il est épris, il fait souvent allusion à Fatima Bint ʿUbaïd, فاطمة بنت عبيد à laquelle sa mu'allaqa المعلقات, est en grande partie consacrée. Son l'oncle maternel, Muhalhil Ibn Rabîʿa, المهلهل ربيعة de son vrai nom Adî Ibn Rabî'a عديّ بن ربيعة le poète légendaire de Banu Taghlib, بنو تغلب également connus sous le nom de Taghlib ibn Wa'il تغلب بن وائل "Celui qui tisse avec légèreté" de l’ancienne tribu arabe de confession chrétienne originaire du Najd, mais habitaient la Haute Mésopotamie «Irak moderne» à partir de la fin du 6ème siècle. La légende fait de lui l'inventeur de la qasida, قصيدة l'ode fondamentale de la poésie arabe. Muhalhil Ibn Rabîʿa  ayant vu en Imrou'l Qays les signes d'un grand poète à venir, l'aurait initié à la poésie. C'est dans sa  période d'errance qui valut à Imrou'l Qays son surnom de "Roi errant". Muhalhil Ibn Rabîʿa  était le grand-père du poète Amr Ibn Kulthûm عمرو بن كلثوم mort en 584 (voir plus bas notes à ce sujet et extrait se son poèmes).

*Son dernier voyage était à Constantinople, pour chercher le soutien de l'empereur Justinien 1er Dit Justinien le Grand.482-565 .Alors qu’il était sur le chemin du retour, lorsque apprit qu'il avait après avoir séduit Théodora, née vers 515 la fille adoptive de Justinien Ier et de Théodora (vers 500 – 548) près d’Ancyre (actuelle Ankara, Turquie)., un émissaire de l'empereur byzantin le rattrapa pour lui remettre un cadeau : une tunique, qui était en fait empoisonnée. Dès qu'il la vêtit, son corps se couvrit d’ulcères et entraîna sa mort. Il tire de cette légende son surnom de Dhû al-Qurûh, ذو القروح l'Homme aux ulcères", surnom par lequel il était connu dès la fin du 6è siècle.

Sa poésie

Comme de nombreux poètes bédouins l’ère de l’ignorance طبقات شعراء الجاهلية  tabaqat shuara' al jahilia nommée simplement « la Jâhiliyya,  جاهِليّة  du mot jahl جَهْل »   caractérisée par le polythéisme sur le territoire de l'Arabie la période antéislamique, ce qui veut bien dire contraire  de la Religion sur la croyance en une seule Divinité.  Ce qui n’était pas toujours  le cas dans cette Région.

 Imrou'l Qays aurait eu un djinn جِنّي  inspirateur, appelé Lâfiz Ibn Lâhiz, "Articulant fils d'Observant" لافظ بن لاحظ, qu'il rencontrait dans une vallée reculée du désert du Najd نجد est une région du centre de l'Arabie appelée Wâdî ʿAbqar وادي أبوقار.  

Deux traditions sont souvent citées pour expliquer la place prééminente d'Imrou'l Qays dans la poésie arabe. La première, attribuée au Prophète, que la paix et la bénédiction de Dieu soient sur lui  صلى الله عليه و سلم. ṣallā allāh `alayhi wa sallam dans des termes qui varient selon les auteurs, porte un jugement de valeur sur Imrou'l Qays et fait de lui le "chef de file et le porte-drapeau des poètes"; l’autre, attribuée à ʿAlî,ibn abi Talib علي بن أبي طالب vante son habileté artistique et affirme que sa supériorité tient précisément au désintéressement de sa production poétique.

Son diwân  ديوان recueil de poésie, de prose,  fut collecté et transmis à partir du  8è siècle soit 1 siècle après l’Hégire, par les transmetteurs de Bassora البصرة  al-Baṣra et Koufa الكوفة al-kūfa en Irak: Abd al-Malik ibn Quraib al-Asmai أبو سعيد عبد الملك ابن قريب الأصمعي 121-216 Hégire soit 740-828 (28 pièces), abou Saîd al Hassan al-Sukkarî أبو سعيد الحسن السكري  212-275 Hégire soit 827-888 (68 pièces), al-Mufaḍḍal al-Ḍabbî المفضل الضبي mort vers 168-178 Hégire soit 784 -794 -.

Sa Qasida قصيدة est la première des Mu'allaqât  المعلقات Suspendues. En voici les premiers vers, traduits par Heidi Toelle Professeur de littérature arabe moderne à l'université Paris3 Sorbonne-Nouvelle ; directrice de la revue Arabica :

Extrait Pages 68-69 édition bilingue Flamarion  2009

qifâ nabki min dhikrâ ḥabîbin wa manzili       قفا نبك من ذِكرى حبيب ومنزل

Arrêtez vos montures, vous deux, et pleurons au souvenir d'un campement

                    bisaqṭi al-liwâ bayna ad-dakhûli fa-ḥawmali    بسِقطِ اللِّوى بينَ الدَّخول فحَوْملِ
 
Aux confins en courbe des sables entre Dakhûl et Hawmal,
 
  
                   fa-tuwdiḥa fa-al-miqrât lam ya'afu rasmu-hâ    فتوضح فالمقراة لم يَعفُ رسمهاَ

Tûdih et l-Miqrât. Ses traces ne se sont pas effacées encore

                     limâ nasajat-hâ min janûbin wa shamali             لما نسجتْها من جَنُوب وشمالِ
 
Grâce au tissage du vent du sud et du vent du nord

2-Labid ibn Rabi'a. لَبيد بن ربيعة  

nom complet   لَبيد بن ربيعة بن مالك أبو عقيل العامِري  Labid bin Rabiah bin Malik Abou Aqil Al Amiry.   41 Hégire Soit 516-661  Il appartenait au Bani Amir, une division de la tribu des Hawazin.

 

Dans sa jeunesse, il était un guerrier actif, et son vers concerne principalement les conflits inter-tribaux.

Très influencé par une partie du Coran, la plus courte sourate108, Al-Kawthar. الكوثر L’Abondance de la période mecquoise, qui occupe la 15è place chronologiquement.

Il a accepté l’Islam peu après, mais semble avoir alors céssé d’écrire

Pages 162-163

afat al diyar mahaliha famaqamiha  عَفَتِ الدِّيَارُ مَحَلُّهَا فَمُقَامُهَا

Effacés, les campements d’étapes et de séjour

Bi Mina ta'aboud ghawlh firjamouha  بِمِنَىً تَأَبَّـدَ غَوْلُهَا فَرِجَامُهَا

A Minâ ! le Ghawl et le Ridjâm redevenus sauvages !

famoudafie al rayan ari rasmah  فَمَدَافِعُ الرَّيَّانِ عُرِّيَ رَسْمُهَـا

Les vestiges des ravines du Rayyân sont dénudés,

khalqanaan kama dakhil al wahi salamouha  خَلَقَاً كَمَا ضَمِنَ الوُحِيَّ سِلامُهَا

Erodés comme inscriptions recélées par les pierres. (Est-ce une invitation à déchiffrer les mots écrits sur les pierres comme cela ce faisait à cette période,  dans cette régions ?)

Dans une élégie en 602 composée pour Nu'mah Mundhii IIIالمنذر بن المنذر *dernier roi lakhmide اللخميد d'al-Hira الحيرة sur la rive droite de l'Euphrate à 18 km au sud-est de Nadjaf  جف.en Irak qui a été longtemps chrétienne son grand poème d'apologie

« القصيدة الاعتدارية للنابغة الذبياني ,  al qasidat al laitidariat lilnnabighat al dhibyani »  inclus parfois dans les Muʿallaqat الْمُعَلَّقَات  suspendu

liens

https://www.iasj.net/iasj?func=fulltext&aId=57937

http://www.reefnet.gov.sy/booksproject/mojama/81/81-2/3.pdf

* La fin du règne d'al-Nuʿman viendrait de ce qu'il a refusé la main de sa fille au roi sassanide d'Iran, Khosro II « كسرى Chosroès 590-628». Celui-ci réussit à l'emprisonner, et l'aurait condamné à être exécuté par éléphant. Cette mort d'al-Nuʿman est l'une des causes de la célèbre bataille de Dhi Qar. ذي قار en 611 (certains indiquent vers 602)

il  écrit aussi :

     Tout est vain sauf Allah (Dieu) أَلا كُلُّ شَيْءٍ مَا خَلا اللَّهَ بَاطِلٌ 'ala kouolu shay' ma khala Allah batil
     Et tout bonheur disparaîtra inconditionnellement
     Quand un homme joue la nuit, il pense avoir accompli quelque chose
     Mais l'homme passe sa vie dans l'espoir
     ...
     Si vous ne faites pas confiance à vous-même, approuvez-le
     Peut-être que le passé vous le révélerait
     Quand vous ne trouvez pas d'autre père qu'Adnan et Ma'ad,
     Le juge (Dieu) va vous punir
     Le jour où tout le monde sera informé de ses actes
     Quand le récit de sa vie est ouvert devant Allah ' (Dieu)

25 Décembre 2018 EN COURS  DE TRAVAIL

 

Muhammad a dit dans son éloge  à propos de Labid

-6147 selon abu Hurayra le Prophète sur lui le salut et la paix dit : « La parole la plus vraiequ’ait jamais dit un poète est celle de Labîd : Tout(es) (choses) excepté (à l'exception) Dieu, n’est que chose vaine (sont vanité) ( n'a aucune valeur). Il s’en fallut de bien peu que Umayya ben Abu as Salt ne fut musulman.

عن أبي هريرة - رضي الله عنه - قال : قال رسول الله صلى الله عليه وسلم : " أصدق كلمة قالها الشاعر كلمة لبيد……

ألا كل شيء ما خلا الله باطل

وَكادَ أمَيةُ بنُ أبي الصلْتِ أن يُسلِم

ain 'abi Hurayra - radi Allah anAh - qal : qal Rasoul Allah salaa Allah alayh wa salam : " 'ousadiq kalimatan qalaha al shaeir kalimat labid :

'ala koulou shay' ma khala Allah batil

Wa kad Umayya ibn 'abi al salt 'an youslim.

Ṣaḥīḥ Bukhāri,  صحيح البخاري Le Livre des manières  « l’Ethique ». Tome 7, page 496 Edition al Maktaba 2011

Le Prophète  sur lui le salut et la paix dit  dit aussi (mêmes sources )

-6145 D’après Ubay ben Ka’b le Messager de Dieu dit : « Il y a de la poésie d’où découle une certaine sagesse »

أنَّ أبي بنَ كَهبٍ أن الرسول قال : إن مِنَ الشهرِ حِكمَة

ana 'abi bIn Kahb 'ana al Rasoul Allah salay alayh wa salam  qal : 'ina min al shouri hikma

Cela nous démontre que le terme :l’ignorance l’ illéttré الْأُمِّيِّينَ  al'oumiyiyn est d’une autre portée

3-Tarafa ibn al ‘Abd طرفة ابن العبد

T̩arafa طرفة ابن العبد. Son vrai nom est عمرو بن العبد بن سفيان بن سعد أبو عمرو البكري الوائلي ʿAmr b. al-ʿAbd b. Sufyān b. Saʿd b. Mālik al-Bakrī al-Wā’ilī. Il aurait vécu entre 543-569 environ d'après certaines sources, auteur d’une Muʿallaqa.

Extraits ci-dessous sont repris de l’ode  incluse dans la Mu'allaqât, traduite par Jacques Berque édition  bilingue Flamarion 2009 page 100 -101

li khawalat atlal bibOurqat Thahmad    لِخَولة أطْلالٌ بِبُرقَة ثَهمَدِ

Du campement de Kwala les vestiges  dans le désert de pierre de Thahmad

talouh kabaqy al washm fi zahir al yad   تلوح كباقي الوشم في ظاهر اليدِ

Affleurent comme le reste d’un tatouage sur le dos de la main

Wa qawfanaan biha sahibi ali matihim   وُقوفاً بِها صَحبي عَلَيَّ مَطيَّهُم

C’est là que mes compagnons, arrêtant sur moi leurs montures

yaqouloun la tahlik 'asaan wa tajalad    يَقولونَ لا تَهلِك أَسىً وَتَجَلَّدِ

Me dirent : « Ne te laisse pas mourir ! Contre mauvaise fortune fais bon coeur ! »

4 Abîd Ibn al-Abras, بيد بن الأبرص, né vers 500 - 530 mort vers 550-554, décédé en 25 avant l’Hégire soit  598 de la tribu des Banu Asad ibn Khuzaymah, بنی سد بن خزیمه a été impliqué dans le soulèvement de son peuple contre le royaume éphémère "fédératif" créé par les Banu Kinda بنی كندة (voir plus haut notes)

Il mourut des mains comme sacrifice humain fait par un roi de Hira حيرة. les Banu Assad se révoltèrent contre la prédominance des rois Kinda كندة (voir note plus haut)   causant la mort de Hujr, père du grand poète Imru al-Qays .

Sa vie difficile trouve un écho dans sa mu'allaqât, très pessimiste, construite en utilisant le mètre dit basît. En voici un extrait, traduit par Jacques Berque. Les dix grandes odes arabes de l'Anté-Islam. Les Mu'allaqat Paris Sindbad 1980.

Voilà quelques lignes très noires, immédiatement après les premiers vers :

O terre, que se passent en héritage les stérilités
où quiconque séjoure subit la guerre
ou le meurtre ou la ruine
ou une dégradante vieillesse s'il parvient
à vieillir.
Mes yeux, les pleurs en dévalent
de larmiers pareils aux trous d'une outre usée
...


Et puis, encore plus loin, presque brutalement :

Voir en tout le mensonge
C'est toute la vie souffrir


Et le poème se termine par la mise à mort d'un renard chassée par une aigle. Le renard, ou le poète ?

..
elle le roule et le lâche, lui meurtrit la face
sur le sol dur
retourne à lui, l'enlève et puis rejette
le misérable qui glapit, les serres
dans son flanc
la poitrine percée inexorablement.

Traduction google                       

Je vais être mis à mort par sa famille    أقفر من أهله عبيدُ 'aqfar min 'ahlih ebyd
Il ne montre pas ou répète     فليس يُبدي ولا يُعيدُ falays yubdy wala yueyd
Je veux dire la malédiction de     عنّت عنّةٌ نَكودُ Nkud ennt ennt nakwd
Et de là sont venues des roses       وحان منه لها وُرودُ wahan minh laha wurwd

khasalaan 'araa fi kllha almwt qad braq خَصالاً أرى في كلّها الموتَ قد برَق
Les qualités que je vois dans toute la mort ont été éclair

wkhyrny dhu albus fi yawm busih وخيّرني ذو البؤس في يوم بؤسه
Et mon affliction de misère le jour de sa misère 

shayb ma fiha lidhi khirt anaq سحائبَ ما فيها لذي خِيرةٍ أنَقْ
Les nuages sont les meilleurs 

kama khuyrt ead min alddhr mrrtan  كما خُيّرتْ عادٌ من الدّهر مرّةً
Comme je suis revenu depuis des temps immémoriaux 

fatatrukuha 'ila kama lylt alttlaq  فتتركها إلاّ كما ليلةِ الطّلَقْ
Les laissant seulement comme une soirée 

sahayib ryh lm tukal bbld سحائب ريحٍ لم تُوكَّل ببلدةٍ

Les nuages de vent n'ont pas été confiés à sa ville 

 

ban almanaya lhum rasidah  بأنّ المنايا لهُم راصده Que les observateurs ont leur montre
awasyi bani wa'aemamuhum  أوَصيِّ بَنِيّ وأعمامهم Je recommande les fils et les oncles

'iilayha, wa'iin jhadu, qasidh  إليها، وإن جهَدوا، قاصِده Pour cela, et s'ils s'efforcent, son but

laha mddtun, fnfws aleibad لها مدّةٌ، فنفوسُ العِباد Il a une durée, les âmes des esclaves

wa'iin mtu ma kanat aleayiduh وإن متُّ ما كانت العائده Même s'ils étaient rendus
fawallah 'in esht ma srrn فوالله إنْ عشتُ ما سرّني Si Dieu avait vécu ce qui me plaisait

https://ar.wikipedia.org/wiki/%D8%B9%D8%A8%D9%8A%D8%AF_%D8%A8%D9%86_%D8%A7%D9%84%D8%A3%D8%A8%D8%B1%D8%B5

 

8 janvier 201

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire